Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire des sciences

Histoire des sciences de la vie et de la terre

Claudine Cohen
p. 164-166

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Claudine Cohen, maître de conférences

1. Piltdown : anatomie d’un faux

1La supercherie de Piltdown a donné lieu, depuis le moment où elle fut officiellement dénoncée comme telle en 1953, à une extraordinaire profusion de récits et de commentaires. Le séminaire a entrepris de reprendre l’examen de cet important épisode de l’histoire de la paléoanthropologie, sous le double aspect historique et épistémologique, pour le situer en rapport avec la question de l’histoire et de la spécificité des procédures de la preuve scientifique en paléoanthropologie et en préhistoire d’une part, et d’autre part avec le contexte intellectuel, culturel et sociopolitique anglais, français et international, de la première moitié du XXe siècle. Cette enquête présente en effet, du triple point de vue de l’épistémologie, de l’histoire et de la sociologie des sciences, l’intérêt d’éclairer, à partir d’une étude de cas, le développement de deux disciplines scientifiques, la paléoanthropologie et la préhistoire, à la fois sous leurs aspects internes (découvertes, méthodes, concepts, enjeux), et contextuels, intellectuels et sociaux, pendant un demi-siècle crucial pour la constitution de leurs savoirs.

2Le séminaire a étudié de façon détaillée les épisodes successifs de cette affaire. Il s’est intéressé aux acteurs, aux sites, aux objets, aux épisodes de la découverte de Piltdown, aux circonstances de la présentation d’Eoanthropus dawsoni à la communauté scientifique (Londres, 18 décembre 1912), et aux controverses à son sujet en France et en Angleterre entre 1912-1925. Cette réception a également été étudiée de l’autre côté de l’Atlantique, notamment au Muséum de New York, où Henry Fairfied Osborn organise en 1927 une importante exposition incluant Eoanthropus dawsoni comme un important jalon de l’évolution humaine, et en Afrique du Sud, où l’impact de la découverte de l’enfant de Taung (1925) fut un temps éclipsé par celle de Piltdown. La réflexion s’est portée particulièrement sur la catégorie de « pré-sapiens européens » aujourd’hui obsolète, qui fut centrale pour la paléoanthropologie de la première moitié du XXe siècle : les découvertes de Swancombe (1936) et de Fontéchevade (1947) sont longtemps pensées en référence à ce concept, notamment dans l’œuvre d’Henri Vallois et de Georges Montandon, spéculations anthropologiques racialistes, voire franchement racistes, qui se développent en France sous le régime de Vichy au cours des années d’occupation.

3Le dévoilement de la supercherie est lié à la mise au point de nouvelles techniques de datation (datation au fluor, Carbone 14), mais n’a pu s’opérer sans une profonde transformation des cadres épistémologiques pour penser les schèmes et les processus de l’évolution humaine, Après avoir examiné quelques pistes pour l’identification du faussaire, le séminaire a conclu sur la signification de l’épisode de Piltdown pour la paléoanthropologie et la préhistoire du XXe siècle.

4Au cours de cette année universitaire, j’ai présenté mes travaux au Musée d’anthropologie de Tautavel (Pyrénées Atlantique), au Salon du Livre de Paris et au Salon du Livre de Nature au Blanc (Indre) au Musée de Saint-Romain en Gal (Vienne) et je suis intervenue par une conférence plénière au colloque Explora (Muséum d’Histoire naturelle de Toulouse), par une communication au Colloque sur l’histoire des études sur les Dinosaures (Société géologique de France) et au Congrès de la Société française de Paléontologie (Elbeuf).

Publications

  • La Méthode de Zadig : traces, faux et preuves en paléontologie et en préhistoire, Paris, Éditions du Seuil, 2011, 432 p.
  • Science, libertinage et clandestinité à l’aube des Lumières : Le Transformisme de Telliamed, Paris, Presses Universitaires de France 2011, 458 p.
  • « Leibniz et Benoit de Maillet : De la Protogée au Telliamed », Corpus, mars 2011, p. 55-78.
  • «  L’Homme préhistorique était aussi une femme : regards sur la femme des origines », Eau et féminismes. Petite histoire croisée de la domination des femmes et de la nature, Paris, Éd. La Dispute, 2011, p. 67-82.

2. Évolution : épistémologie et histoire (Claudine Cohen, maître de conférences et Michel Veuille, directeur d’études à l’EPHE)

5Par vocation interdisciplinaire, la biologie de l’évolution déploie en son sein plusieurs domaines dont l’articulation réciproque n’est pas entièrement assurée : systématique, génétique, paléontologie. La théorie scientifique qui en fonde l’étude reste, depuis cent cinquante ans, le terrain d’affrontement de vives polémiques.

6Le séminaire a pour la deuxième année exploré l’histoire de la théorie de révolution dans les champs majeurs qui s’y réfèrent depuis l’aube des Lumières jusqu’à nos jours, en confrontant ces diverses approches, leurs recoupements, leurs convergences, et leurs points aveugles. Il a envisagé dans un premier temps l’histoire du transformisme et de l’évolutionnisme, depuis le XVIIIe siècle jusqu’à nos jours, croisant l’approche historique et épistémologique des théories, des concepts et des problèmes. Il a abordé certaines des notions-clé historiquement liées à la conception d’une transformation des êtres vivants - celles de métamorphose, d’homologie, de génération, de développement, d’hérédité -, pour s’attacher ensuite au concept d’espèce et au rôle de la systématique dans la genèse de la pensée transformiste. Il a ensuite examiné l’œuvre de Lamarck et sa réception au XIXe siècle, puis le destin des courants néo-lamarckiens français et américain au tournant du XXe siècle. S’agissant de la pensée darwinienne elle-même, plusieurs séances ont été consacrées à la lecture de textes de l’Origine des espèces et de la Descendance de l’Homme. La question a été abordée, notamment, de la place de la morphologie dans l’élaboration de l’évolutionnisme darwinien et néo-darwinien. Plusieurs séances ont été consacrées à l’analyse de la notion de sélection et aux débats entre sélectionnisme et neutralisme, à la place de la génétique des populations et de la biologie du développement dans l’évolutionnisme contemporain. Le séminaire a également abordé la question des rapports entre évolutionnisme et religion chez les paléontologues du XXe siècle, et différents aspects de la réception des théories darwinienne dans certains milieux de culture religieuse, notamment musulmane, ont été abordés. Le séminaire a également interrogé les différentes approches de l’évolution humaine, et la valeur de la sociobiologie pour penser le devenir humain.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claudine Cohen, « Histoire des sciences de la vie et de la terre », Annuaire de l’EHESS,  | 2012, 164-166.

Référence électronique

Claudine Cohen, « Histoire des sciences de la vie et de la terre », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2012, mis en ligne le 01 juillet 2015, consulté le 21 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/21041

Haut de page

Auteur

Claudine Cohen

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals