Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire et civilisations de l’Asie

Territoire et savoirs en Chine : la formation de l’État prémoderne

Christian Lamouroux
p. 195-196

Texte intégral

Christian Lamouroux, directeur d’études

Lettrés, fonctionnaires et militaires : la construction de l’État bureaucratique en Chine (XIe-XIIIe siècle)

1Le séminaire avait pour thème l’impact de l’organisation militaire sur la bureaucratisation de l’État sous les Song (960-1279). Largement occultée par le discours convenu de la primauté du civil sur le militaire, la nature du pouvoir des premiers Song, héritiers des dynastes qui avaient régné avant eux sur la Chine du Nord grâce à la puissance de leurs armées, a été abordée à partir de l’émergence au Xe siècle de cette « militocratie ». Nous avons donc repris les analyses classiques de Wang Gongwu, d’Edmund Worthy Jr. et plus récemment de Billy So, en mettant l’accent sur la nature des liens entre les chefs de guerre et leurs conseillers, ces hommes de « tente » dont le rôle était essentiel dans la communication des ordres et la circulation des informations. Nous avons en particulier insisté sur la montée en puissance de l’institution majeure, apparue sous les Tang : la Cour des affaires stratégiques (shumiyuan), devenue au Xe siècle un véritable cabinet de gouvernement. Notre synthèse a particulièrement tiré profit des résultats de plusieurs chercheurs chinois, taïwanais et japonais qui coordonnent depuis plusieurs années leurs recherches sur la communication intra-bureaucratique des Song, en insistant sur les rituels, les lieux d’audiences ou la circulation des documents entre les différents échelons administratifs. Directrice d’études invitée, Deng Xiaonan (Université de Pékin), l’une des responsables de ce réseau, a présenté dans le cadre du séminaire trois conférences sur l’historiographie et la culture politique des Song. Parallèlement, nous nous sommes naturellement interrogé sur la composition du personnel subalterne chargé, au plus près de l’empereur, d’assumer ces missions de transmission, marquées par la confidentialité et l’efficacité. Deux livres ont guidé notre recherche sur ce point précis en orientant nos lectures des sources. Inspiré par la sinologie japonaise, le livre de Zhao Yule, Recherches sur l’histoire de l’administration militaire durant la transition Tang-Song (1993) analyse l’institution hiérarchique des carrières du personnel militaire subalterne. L’ouvrage de Zhao Dongmei, Entre civil et militaire : recherches sur les fonctionnaires militaires accrédités à l’époque des Song du Nord (2010), met en lumière le processus qui a conduit ces fonctionnaires subalternes, dépendant du cadre militaire, à assumer des tâches administratives extraordinairement variées. La traduction intégrale de deux biographies extraites de l’Histoire des Song a montré qu’au-delà des missions de commandement et d’inspection des troupes que la cour pouvait leur confier, ces hommes, dont les effectifs ont pu représenter jusqu’à 40 % de la fonction publique, pouvaient être impliqués dans la gestion des entrepôts et greniers et superviser à ce titre les levées fiscales, assurer l’entretien des infrastructures publiques (digues, canaux ou murailles), ou encore diriger des administrations de service à la capitale. Ainsi, la distinction établie entre leurs offices militaires et leurs fonctions n’a pas peu contribué à modeler l’organisation bureaucratique des Song, en établissant la distinction bien connue entre : l’« office » (guan), attribué dans la progression de carrière du fonctionnaire comme un grade auquel correspond un salaire, et susceptible en particulier de préciser le rang de cour, un éventuel titre académique (zhiming), et enfin l’affectation d’une « mission » (chaiqian) ; c’est-à-dire un poste effectif dans une administration locale ou dans les bureaux centraux. Les premiers résultats du séminaire ont été repris dans une communication que nous avons présentée lors d’une session du colloque international « Administrate, serve the power(s), serve the state, state building in Latin America », organisé en mars 2011 à l’Université Pompeu Fabra de Barcelone.

Publications

  • « Introduction », dans Christian Lamouroux (Lan Keli), Cultures professionnelles et transmission des savoirs spécialisés (en chinois), Professional cultures and the transmission of specialized knowledge in Modem and Contemporary China, Beijing, Guojia tus-huguan chubanshe. Presses de la Bibliothèque nationale, 2010, p. 1-14.
  • Avec Dong Xiaoping, « Étude de cas sur l’entreprise Chengwenhou de Pékin : matériaux, méthodes et premiers résultats pour une histoire commerciale de Pékin (en chinois) », dans Cultures professionnelles et transmission des savoirs spécialisés, op. cit., p. 319-347.
  • Avec Guillaume Carré, « Faux produits et marchandises contrefaites dans la Chine et le Japon prémodernes - Réglementations, corps de métiers et contraintes éthiques », Extrême-Orient, Extrême-Occident, 2010, vol. 32, p. 115-161.
  • « Balazs ou l’actualité de la sinologie », dans Actualité d’Étienne Balazs (1905-1963) : témoignages et réflexions pour un centenaire, sous la dir. de Pierre-Étienne Will et Isabelle Ang, Paris, Collège de France - Institut des hautes études chinoises, 2010, p. 75-83.
  • Avec Dong Xiaoping, « La fabrique des droits hydrauliques : histoire, traditions et innovations dans le nord de la Chine », Annales HSS, n° 1, janvier-mars, 2011, p. 33-67.
  • « L’ordre social, l’entreprise et l’entrepreneur : Cantillon, Montchrestien et la Chine médiévale », dans Le commerce et l’émergence d’une pensée économique : Montchrestien et Cantillon, sous la dir d’Alain Guery, Lyon, Presses de l’École normale supérieure, 2011, p. 177-212.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christian Lamouroux, « Territoire et savoirs en Chine : la formation de l’État prémoderne », Annuaire de l’EHESS,  | 2012, 195-196.

Référence électronique

Christian Lamouroux, « Territoire et savoirs en Chine : la formation de l’État prémoderne », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2012, mis en ligne le 01 juillet 2015, consulté le 23 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/21068

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals