Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire et civilisations de l’Asie

Anthropologie culturelle du monde chinois contemporain

Joël Thoraval et Élisabeth Allès
p. 197-198

Texte intégral

Joel Thoraval, maitre de conférences
Elisabeth Allès, chargée de recherche au CNRS

Anthropologie en Chine : théories et terrains

1Le séminaire de cette année a été délibérément constitué en atelier associant étroitement le travail personnel des étudiants et la réflexion collective. Le premier thème abordé a été celui du rituel et du religieux. Le point de départ a été une interrogation classique (que signifie interpréter un rituel et quelle est la place de l’anthropologue ?), revue à partir d’exemples taoïstes (Schipper, 2006 ; Lagerwey, 2010). La réflexion s’est ensuite étendue à la place des travaux récents dans l’histoire de la recherche sur le taoïsme, la question étant celle des éléments nécessaires à l’interprétation de cas concrets, qu’ils proviennent par comparaison d’observations de terrain, de textes canoniques ou de la reconstitution historique de « ce qui n’est plus visible » (Vincent Goossaert sur « l’église taoïste », 2010).

2Cette approche a été mise en rapport avec le retour d’interprétations globales sur la nature du religieux en général en Chine. L’examen s’est centré sur le travail récent de John Lagerwey sur la Chine comme « État religieux » (2010), restitué au rebours des interprétations confucéennes et chrétiennes. D’un côté, cette approche (attachée à proposer un modèle structural et intégrateur) a été complétée en tenant compte de perspectives plus restreintes mettant l’accent sur la compatibilité formelle de rituels distincts (confucéens et chrétiens au XVIIe siècle, Standaert, 2006) ou sur les phénomènes de dynamisme local (« cercles de croyances », Lin Meirong, 2003).

3D’un autre côté, on a tiré parti de l’ambition théorique de cette approche pour examiner, à la lumière des réactions qu’elle a suscitée, la question d’une possible « sortie de la religion » à la chinoise (Vermander, 2009, 2010). La discussion théorique des années 1970 et 1970 (Clastres, Gauchet, Terray) sur le religieux et le politique a été remise en perspective, à partir du cas chinois. La question problématique d’une « sortie de la religion » en Chine, effectuée bien avant les développements du XXe siècle, a été examinée à partir de travaux récents sur la dimension politico-religieuse du rituel confucianiste (Billioud et Thoraval, 2008).

4Le second thème abordé a été celui de l’analyse des phénomènes de violence. Le débat théorique en anthropologie et philosophie politiques a été présenté grâce à une intervention d’Emmanuel Terray.

5On s’est efforcé de maintenir une double perspective. D’un côté, on a présenté d’abord une série de cas extrêmement concrets de cas de violences individuelles et collectives dans la société chinoise actuelle : formes des actions de masses dans la Chine rurale (Yu Jianrong, 2006), meurtres en série d’enfants dans les écoles (Wu Fei et H. Steinmüller, 2010), conflits « ethniques » au Xinjiang en 2009 (Allès), emploi forcé d’enfants dans des briqueteries, etc. D’un autre côté, on a multiplié les perspectives analytiques en mettant à profit les travaux historiques : rapport d’évitement et utilisation indirecte de la violence par les élites (J. Lévi, 2000 ; Ter Haar Barend, 2002), formes de vendetta dans les campagnes (Bianco, 2005), institutionalisation locale de la violence à partir du système impérial du baojia (cas du Hubei, W. Rowe, 2007), formes de conciliation au sein de la société (médiations : Isabelle Thireau, 2001 ; « relations à plaisanteries » chez les Han et les Hui, Allès, 2003).

6On a conclu sur le retard relatif de l’analyse anthropologique par rapport au caractère massif et omniprésent des phénomènes de violence dans la société chinoise actuelle.

7Il s’est agi d’étudier des cas de violence collective et individuelle, de les analyser à l’aide de travaux déjà effectués sur la Chine et plus généralement sur la question de la violence dans la philosophie et l’anthropologie. Sur ce débat un éclairage a été donné par E. Terray.

8Parti de la réflexion de S. Harrel sur le rejet de la violence des élites confucéennes nous avons vu avec les travaux de J. Levi et Barend Ter Haar comment les élites ont forgé leur identité en ayant une attitude distanciée vis-à-vis de la violence tout en l’utilisant pour affirmer leur domination. Puis nous avons vu avec les travaux de L. Bianco, les formes de violences collectives « organisées » qui se sont perpétuées dans l’histoire et qui sont encore effectives de nos jours comme les Xiedou. Pour sa part William Rowe a étudié les causes de la perpétuation de la violence dans un district du Hubei, Macheng. Son étude remarquable souligne le rôle d’une nouvelle organisation administrative sous les Qing qui à partir du système classique du Baojia, conjugué à la formation de chefs de fort avec des milices s’est transformée en petites suzerainetés, a conduit à la militarisation de la région sur plusieurs siècles. En contrepoint nous avons repéré les éléments de médiation existants dans la société chinoise comme les Fuxiong (cf. Isabelle Thireau) ou encore le rôle de relations à plaisanterie entre musulmans et non-musulmans.

9Nous avons ensuite abordé les formes de violence actuelles avec l’analyse de Yu Jianrong des actions de masse en zone rurale et des nouvelles formes d’émeutes qui se différencient des actions de masse classiques par trois aspects : la rapide montée de la violence pour des causes qui ne concernent pas directement les émeutiers, le manque d’organisation et de leardership, l’utilisation de la technologie moderne, les SMS, l’internet. YJR attribue la cause de ces événements au manque de confiance dans les institutions de l’État, et de la méfiance à tous les niveaux envers les fonctionnaires et le système politique.

10Nous avons évoqué l’affaire des enfants esclaves dans les briqueteries et les critiques développées par Liu Xiaobo de l’attitude des autorités politiques (en supplément un article d’E. Balibar).

11Puis l’analyse de deux jeunes chercheurs (Wu Fei et Hans Steinmüller) sur les meurtres d’enfants dans les écoles (2010) ainsi que les événements très violents du Xinjiang en 2009.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Joël Thoraval et Élisabeth Allès, « Anthropologie culturelle du monde chinois contemporain », Annuaire de l’EHESS,  | 2012, 197-198.

Référence électronique

Joël Thoraval et Élisabeth Allès, « Anthropologie culturelle du monde chinois contemporain », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2012, mis en ligne le 01 juillet 2015, consulté le 21 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/21069

Haut de page

Auteurs

Joël Thoraval

Articles du même auteur

Élisabeth Allès

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals