Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe

Histoire comparée de la régulation socio-économique en France et en Angleterre, 1680-1848

Philippe Minard
p. 219-221

Texte intégral

Philippe Minard, directeur d’études

État, travail et société : Angleterre, France, et colonies, XVIIIe-XIXe siècles

1Le séminaire a suivi à partir de cette année une nouvelle orientation, plus tournée vers les questions du travail et des modes de régulation sociopolitiques en France et en Angleterre.

2Une première séquence a porté sur les communautés de métier en France au XVIIIe siècle. Le livre de Michael Fitzsimmons, From artisan to worker. Guilds, the French State and the organization of labor, 1776-1821 (Cambridge University Press/Cambridge/2010), a fait l’objet d’une critique serrée : la thèse implicite de l’auteur est que les corporations auraient représenté un obstacle à la « modernisation » de l’économie, étroitement entendue comme procès de mécanisation. Paradoxalement, l’auteur a rassemblé une documentation inégalée sur la question du rétablissement des corporations, un temps envisagée après la Révolution française, mais ces trouvailles archivistiques sont malheureusement interprétées à l’intérieur d’un canevas obsolète et peu informé des renouvellements récents des recherches en France. La relecture du phénomène corporatif est en revanche au centre des travaux de Mathieu Marraud (CNRS-CRH) et de Guillaume Foutrier (doctorant à l’Université Paris 8 et ATER à l’Université de Caen), qui ont analysé le fonctionnement institutionnel des communautés de l’épicerie parisienne et de la mercerie rouennaise. Le contrôle des admissions dans le corps obéit non seulement à une volonté de contrôle du marché urbain, mais aussi à une gestion complexe des impératifs fiscaux fixés par la monarchie.

3Une deuxième séquence a été consacrée aux problèmes du travail. Olivier Leproux (master 2 à l’Université Paris 8) a présenté sa recherche sur l’organisation de la manufacture des Gobelins, en insistant sur l’importance jusque-là sous-estimée de la sous-traitance et le statut des « entrepreneurs » au sein de la manufacture : à côté de la production directe pour le roi et la cour, ceux-ci peuvent travailler pour leur propre compte et pour le marché « privé » urbain. Anne Conchon (IDHE, Université Paris 1/Panthéon-Sorbonne) a montré comment la question de la corvée des chemins au XVIIIe siècle permet de reposer tout le problème de la catégorie et de la « valeur » travail : contre la « servitude » du travail contraint, l’économie politique libérale met en avant les vertus de la libre allocation du temps de travail, en mobilisant le calcul économique et des critères inédits de productivité. Enfin, Ludovic Frobert (CNRS Lyon, Triangle) a présenté l’univers mental d’un canut lyonnais, prud’homme tisseur en soie dans les années 1820-1840 : si le parcours de Pierre Charnier apparaît assez exceptionnel, il est révélateur du souci d’organisation qui anime les maîtres-ouvriers lyonnais face au négoce qui contrôle l’activité.

4La dernière séquence était dévolue à la discussion de travaux britanniques récents, en liaison notamment avec le séminaire du PRI « Études britanniques » (voir le compte rendu précis des séances du séminaire du PRIEB ci-après). Frank Trentmann (professeur à Birbeck College, Londres), directeur d’études invité à l’EHESS au printemps 2011, a présenté le vaste programme de recherches qu’il a dirigé sur l’histoire de la consommation (Cultures of Consumption : www.consume.bbk.ac.uk). L’approche globale et impériale a été discutée dans le séminaire du PRI, tandis qu’était traité ici l’exemple de la desserte en eau de la ville de Sheffield au XIXe siècle : derrière le problème des modalités de la redevance fiscale et de l’organisation d’un réseau unifié se joue l’affrontement de conceptions politiques opposées. Y a-t-il un droit à la desserte en eau potable (problématique des biens communs) ? Comment la question de l’accès à l’eau devient-elle un problème de conception de la citoyenneté ?

5Enfin, les séances animées par Michael Braddick, professeur à l’Université de Sheffield et lui aussi directeur d’études invité, nous ont permis de faire le point sur les travaux récents concernant les engagements politiques dans l’Angleterre du XVIIe siècle. Ses propres recherches invitent à rompre avec une certaine tendance nyper-« constitutionaliste » de l’historiographie de l’État moderne britannique, et à considérer les modalités de l’engagement et de la mobilisation politiques comme constitutives de la formation de l’État, et non comme simples réactions d’opposition. La discussion a porté sur la façon dont il est possible d’utiliser les concepts de « civil society » et de « public sphere », sur leur portée heuristique mais aussi leurs limites, dans une perspective d’historiographie comparée.

Publications

  • « Révolution Industrielle et divergence Orient-Occident. Une approche d’histoire globale », Revue de synthèse, t. 131, n° 3, août 2010, p. 455-464.
  • « Le bureau d’essai de Birmingham, ou la fabrique de la réputation au XVIIIe siècle », Annales HSS, 65/5, septembre-octobre 2010, p. 1117-1146.
  • « L’Atlantique reconnecté ? », Annales historiques de la Révolution française, n° 363, janvier-mars 2011, p. 159-166.
  • « Facing uncertainty : Markets, norms and conventions in the eighteenth century », dans Regulating, the regulation of the British Economy, 1660-1850, sous la dir. de Perry Gauci, Aldershot, Ashgate, 2011, p. 177-194.
  • « Micro-economics of quality and social construction of the market : disputes among the London leather trades during the eighteenth century », Historical Social Research/Historische Sozialforschung, 36-4, n° 138, 2011, p. 150-168.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Minard, « Histoire comparée de la régulation socio-économique en France et en Angleterre, 1680-1848 », Annuaire de l’EHESS,  | 2012, 219-221.

Référence électronique

Philippe Minard, « Histoire comparée de la régulation socio-économique en France et en Angleterre, 1680-1848 », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2012, mis en ligne le 01 juillet 2015, consulté le 21 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/21086

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals