Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe
Études allemandes

Souveraineté partagée et construction des appartenances dans l’Allemagne moderne

Falk Bretschneider et Christophe Duhamelle
p. 300-302

Texte intégral

Falk Bretschneider, maître de conférences
Christophe Duhamelle, directeur d’études

Identités, appartenances, territoires : le Saint Empire à l’époque moderne

1Cette année, le séminaire a poursuivi son exploration des spécificités du Saint Empire moderne. Il n’y consacre pas la passion minuscule et un peu vaine des collectionneurs de singularités ; travailler le contexte impérial, c’est ici étudier une modalité particulière d’un problème général : comment s’articulent, dans un contexte précis, les évolutions sociales, les structures de communication, les prétentions d’un pouvoir administratif, la progression du juridique et la question de la pluralité confessionnelle. À ce problème général, l’Empire donne un tour particulier par la partition et l’étagement des pouvoirs politiques – une souveraineté partagée pratiquée, mais difficile à penser ; une coexistence légale des confessions, que la théologie récuse ou préfère ignorer ; une diffraction locale des identités qui toutefois, toujours, se réfèrent à des ensembles généraux. C’est donc en prenant au sérieux le jeu des échelles, en pistant dans les actualisations sociales les plus situées l’articulation entre ces différents niveaux, que le séminaire explore les possibilités de proposer l’étude de l’Empire à une compréhension plus générale des mécanismes politiques, sociaux et religieux de l’Europe moderne.

2Nous avons pris cette année comme fil directeur les « figures de l’espace et du temps ». Si rien ne peut être affirmé d’absolu dans le Saint Empire, c’est donc souvent par des procédures et des répartitions – inscrites dans les minuties du cérémoniel, les arguties du droit, la marquèterie de l’espace – que se confrontent et se conjoignent les multiples acteurs et les multiples logiques du système impérial. Ces configurations institutionnelles et ces figures de représentation et d’action des acteurs ont été au cœur de la démarche du séminaire. Il s’agit de rituels politiques, en particulier ceux qui font vivre les institutions impériales et l’administration des peines, mais également de figures juridiques – la relation entre le cas et la norme, le jus emigrandi, la figure de la suspension ou celle de l’immémorial – ou encore de modes de représentation, comme la carte, les propositions de calendrier impérial, les récits de voyage ou la construction confessionnelle de la notion de génération. Les configurations spatiales mises en œuvre par l’économie (l’espace des foires impériales, celui des régulations commerciales), par la politique des territoires (dans le domaine de la police comme dans celui de l’application des peines), mais également la figure genrée de la sorcière ou le paradoxal espace des cours princières, expression à la fois du quant-à-soi territorial et du réseau impérial, ont particulièrement retenu l’attention – le séminaire aboutissant à une séance sur la frontière, omniprésente au sein de l’Empire, et préfiguration du thème principal de l’an prochain.

3Ces figures de l’espace et du temps nous sont apparues, y compris dans leurs grippages, comme une possibilité pratique pour inscrire les complexités du système et les confrontations des acteurs dans un lieu commun de règles, de délimitations, de démarches réglées produisant sinon une efficacité immédiate, tout au moins la possibilité d’un consensus sur la façon de circonscrire les conflits et de les stabiliser, parfois de les résoudre, souvent de leur offrir la possibilité d’évoluer sans victoire ni défaite définitive. Les procédures et les démarcations, alors même qu’elles semblent saturer le monde social, contribuent en fait à laisser ouverts le jeu des niveaux (local, territorial, impérial) et les possibilités des acteurs.

4La plupart des séances ont été assurées par les deux enseignants, mais le séminaire s’est enrichi de contributions extérieures, dont celles de trois directrices d’études invitées (Katrin Keller, Claudia Opitz et Dorothea Nolde) ainsi que celles de Rainer Maria Kiesow, Vincent Demont, Guillaume Garner et Axelle Chassagnette. Deux séances sur l’Empire en ses rituels ont par ailleurs été organisées conjointement avec le séminaire de Pierre Monnet, et le séminaire de Rita Hermon-Belot a été accueilli pour la séance sur cujus regio ejus religio.

Publications

Falk Bretschneider

  • Avec Mareike König, Faire de l’histoire en Allemagne : un guide pour les jeunes chercheurs français = Scholar guides sur perspectlvia.net (http://www.perspectivia.net/​content/​publikationen/​scholar-guide/​histoire-en-Allemagne, 15 juin 2011).
  • Avec Bernd Kiesmann et Rahul Markovits, « Les structures de la recherche historique en Allemagne : universités, instituts de recherche extra-universitaires et associations », dans op. cit.
  • Avec Christophe Duhamelle, « La thèse de doctorat en histoire et la cotutelle en Allemagne », dans op. cit.
  • Avec Juliette Guilbaud, « Les archives en Allemagne », dans op. cit.
  • Avec Martin Scheutz et Alfred S. Weiß, Personal und Insassen von « Totalen Institutionen » – zwischen Konfrontation und Verflechtung, Leipzig : Leipziger Universitätsverlag (Geschlossene Häuser. Historische Studien zu Institutionen und Orten der Separierung, Verwahrung und Bestrafung, 3), 2011,398 p.
  • Avec Martin Scheutz et Alfred S. Weiß, « Machtvolle Bindungen – Bindungen voller Macht. Personal und Insassen in neuzeitlichen Orten der Verwahrung zwischen Konfrontation und Verflechtung » dans op. cit., p. 7-24.
  • « Das “Gemeinsame Haus”. Insassen und Personal in den Zuchthäusern der frühen Neuzeit », dans op. cit., p. 157-196.

Christophe Duhamelle

  • La frontière au village. Une identité catholique allemande au temps des Lumières, Paris, Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, « En temps & lieux, 20 », 2010, 325 p.
  • « The Making of Stability : Kinship, Church and Power among the Rhenish Imperial Knighthood, Seventeenth and Eighteenth Centuries », dans Kinship in Europe. Approaches to Long-Term Development (1300-1900), sous la dir. de David Warren Sabean, Simon Teuscher et Jon Mathieu, New York, Oxford, Berghahn Books, 2010, p. 125-144 (2e édition).
  • « Dedans, dehors : espace et Identité de l’exclave dans le Saint Empire après la paix de Westphalie », dans Espaces de pouvoir, espaces d’autonomie en Allemagne, sous la dir. d’Hélène Miard-Delacroix, Guillaume Garner et Béatrice von Hirschhausen, Villeneuve d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion, 2010, p. 93-115.
  • « La “confessionnalisation” en Allemagne », dans Des religions dans la ville. Ressorts et stratégies de coexistence dans l’Europe des XVIe-XVIIIe siècle, sous la dir. de David Do Paço, Mathilde Monge et Laurent Tatarenko, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2010, p. 201-206.
  • « Les revues historiques allemandes », dans Faire de l’histoire en Allemagne : un guide pour les jeunes chercheurs français = Scholar guides sur perspectivia.net (http://www.perspectivia.net/​content/​publikationen/​scholar-guide/​histoire-en-allemagne/​duhamelle_revues-historiques, 15 juin 2011), sous la dir. de Falk Bretschneider, Mareike König.
  • Avec Falk Bretschneider, « La thèse de doctorat en histoire et la cotutelle en Allemagne », op. cit.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Falk Bretschneider et Christophe Duhamelle, « Souveraineté partagée et construction des appartenances dans l’Allemagne moderne », Annuaire de l’EHESS,  | 2012, 300-302.

Référence électronique

Falk Bretschneider et Christophe Duhamelle, « Souveraineté partagée et construction des appartenances dans l’Allemagne moderne », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2012, mis en ligne le 01 juillet 2015, consulté le 27 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/21148

Haut de page

Auteurs

Falk Bretschneider

Articles du même auteur

Christophe Duhamelle

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals