Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe
Monde musulman

Histoire du Maghreb

Alain Messaoudi et Claire Fredj
p. 309-310

Texte intégral

Alain Messaoudi, professeur agrégé
Claire Fredj, maître de conférences à l’Université Paris-Ouest/Nanterre La Défense

Savants, artistes, médiateurs : approches et connaissances du Maghreb

1Nous avons poursuivi cette année notre enquête sur la constitution de savoirs sur l’Afrique du Nord à l’époque coloniale, en croisant l’analyse de trajectoires individuelles et de groupes professionnels, avec à l’horizon la question de l’héritage actuel de cette production passée marquée par les conditions de son élaboration.

2Plusieurs séances ont porté sur le premier tiers du XIXe siècle, avant que la conquête de l’Algérie, l’état de guerre ouverte ou perlée qui l’accompagne, et les perspectives de colonisation en Afrique ne bouleversent les cadres de la connaissance. Sans opposer un savoir noble et désintéressé qui serait celui d’Antoine Silvestre de Sacy, figure fondatrice des études arabes modernes (Sylvette Larzul) et un autre obéissant à des impératifs plus pratiques, produit par les voyageurs, les consuls et les interprètes (Alain Messaoudi), nous avons essayé d’évaluer dans quelle mesure ce savoir déjà constitué en 1830 forme un cadre pour les enquêtes futures.

3Un second axe du séminaire a porté sur l’élaboration de savoirs dans un contexte explicitement colonial, qu’il s’agisse du cadre des institutions scolaires, judiciaires ou administratives. L’analyse de l’enseignement dispensé aux auxiliaires médicaux indigènes en Algérie, pour lesquels on adapte la formation donnée à l’École de médecine d’Alger, permet de souligner les hésitations et les craintes des autorités coloniales. Les promotions de jeunes médecins musulmans formés après 1904 dans les hôpitaux, à la faculté et à la médersa d’Alger restent sous le contrôle d’un pouvoir médical français inquiet de la concurrence qu’ils peuvent leur faire et de leur pouvoir d’influence sur leurs coreligionnaires (Claire Fredj). L’intérêt neuf que suscite le droit musulman obéit lui aussi à des nécessités pratiques d’administration coloniale. Un droit musulman « colonial » s’élabore dans le cadre algérien, dans une perspective évolutionniste qui réserve peu d’attention aux fondements de ce droit (Usûl al-fiqh) et tend à le rigidifier : l’objectif est en effet de constituer un « code civil » musulman qui prenne en compte à la fois les textes canoniques (Coran et sunna), considérés à l’aune du droit romain, et les coutumes, assimilées au droit coutumier d’ancien régime (Paul Molinier). Provinciale et impériale à la fois, l’École supérieure de droit d’Alger ne lui réserve à ses débuts qu’une place modeste, avant que les praticiens ne s’effacent devant des professeurs spécialisés (Florence Renucci). À l’échelle locale d’une région du sud marocain, l’analyse des registres des tribunaux coutumiers siégeant sous l’autorité des officiers des affaires indigènes permet d’observer le processus de traduction juridique des faits sociaux, processus dans lequel les populations locales sont des acteurs à part entière (Katherine Hoffmann).

4La question de l’importance des acteurs indigènes dans la production des savoirs à l’époque coloniale, leur réutilisation et leur réinterprétation hier et aujourd’hui, a été un autre axe fort de l’année, en écho au programme mené par François Pouillon, organisateur avec François Zabbal d’une journée d’étude L’Orient créé par l’Orient. Nous l’avons abordée par l’œuvre de deux anciens élèves de l’École normale de la Bouzaréa: en creux à travers la figure du berbérisant français Samuel Biarnay (1879-1918), qui a produit une œuvre savante tout en remplissant des fonctions administratives au Maroc (Anne Ruel) ; en plein à travers celle de Mohand Tazerout, traducteur de la sociologie allemande contemporaine et d’Oswald Spengler et auteur d’un monumental Au Congrès des civilisés qui fait figure d’ouvrage de référence pour quelques intellectuels islamistes de la fin des années 1970 (Alain Messaoudi).

5Alors que l’orientalisme est l’objet d’un intérêt croissant, nous nous sommes aussi interrogés sur les transformations actuelles de l’historiographie de l’Afrique du Nord. Notre compagnonnage avec le séminaire Population et rapports sociaux en situation coloniale : le cas algérien (XIXe-XXesiècles) organisé par Sylvie Thénault et Emmanuel Blanchard au Centre d’histoire sociale du Centre Malher (CNRS/Université Paris-I/Panthéon-Sorbonne) a été l’occasion d’un débat sur la situation actuelle des études maghrébines en France et leur relative invisibilité (Pierre Vermeren). Quelle est la mesure et la qualité des interactions des travaux effectués en France avec, d’une part, une historiographie en langue anglaise qui se développe, souvent transnationale et postcoloniale, et, d’autre part, une historiographie maghrébine en partie produite en langue arabe, et qui s’inscrit généralement dans un cadre national ?

Publications

  • Avec Dominique Avon, De l’Atlas à l’Orient musulman. Contributions en hommage à Daniel Rivet, Paris, Karthala, 2011.
  • « Des médiateurs effacés ? Les professeurs d’arabe des collèges et lycées d’Algérie (1840-1940) », dans Outre-Mers. Revue d’histoire, t. 99, n° 370-371, 2011. Le contact colonial dans l’empire français : XIXe-XXe siècles (dossier thématique), sous la dir. de Maria Romo-Navarrete et Sarah Mohamed-Gaillard, p. 149-159.
  • « Entre colonisation libérale, coopération et contrôle colonial : les débuts de l’enseignement de l’arabe à Lyon (1901-1947) », dans L’Orient des Lyonnais, sous la dir. d’Emmanuelle Perrin, Lyon, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, 2010, p. 173-195
  • « Ignác Goldziheren France: échanges savants et réception de l’œuvre (1876-1920) », dans Ignác Goldziher (1850-1921). Un classique des études orientales ou un autre orientalisme ?, sous la dir. de Céline Trautmann-Waller, Paris, Geuthner, 2011, p. 179-193.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Messaoudi et Claire Fredj, « Histoire du Maghreb », Annuaire de l’EHESS,  | 2012, 309-310.

Référence électronique

Alain Messaoudi et Claire Fredj, « Histoire du Maghreb », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2012, mis en ligne le 01 juillet 2015, consulté le 21 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/21157

Haut de page

Auteurs

Alain Messaoudi

Articles du même auteur

Claire Fredj

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals