Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe
Europe centrale et orientale

Les sociétés balkaniques de l’Empire ottoman aux États-nations

Nathalie Clayer, Xavier Bougarel et Bernard Lory
p. 317-318

Texte intégral

Nathalie Clayer, directeur d’études
Xavier Bougarel, chargé de recherche au CNRS
Bernard Lory, maître de conférences à l’INaLCO

Les Balkans et leur voisinage : circulations des hommes, des idées et des biens

1Le thème choisi du séminaire pour l’année l’a été dans le but de sortir d’une perspective auto-centrée sur la zone balkanique et de l’ouvrir sur son environnement régional. Les approches disciplinaires ont été variées: histoire des idées, histoire politique, prosopographie, anthropologie historique ou contemporaine.

2La rencontre entre les Balkans et le monde occidental au XIXe siècle a fait l’objet de trois séances. Bernard Lory s’est penché sur la cartographie des Balkans, d’abord simple représentation du monde, puis progressivement outil militaire, à mesure des campagnes menées par les Autrichiens, les Français et les Russes, pour devenir enfin un enjeu politique, lorsque les Balkaniques apprennent à maîtriser cet outil de pouvoir. Lors d’une autre séance Bernard Lory s’est attaché à établir la succession des principaux voyageurs qui ont contribué à édifier un savoir scientifique sur la zone balkanique, en se focalisant sur la génération des années 1830-1860, qui cumule des compétences géographiques, historiques, archéologiques et ethnographiques, dans un effort de synthèse tout à fait remarquable. Fabrice Jesné (École française de Rome) a abordé la question des colonies italiennes établies sur le pourtour maritime balkanique, que documentent avec précision les archives consulaires florentines, génoises, napolitaines, vénitiennes, romaines, turinoises; le Risorgimento a fourni un véritable modèle politique aux peuples balkaniques.

3Le passage de la structure impériale à l’État-nation a été étudié par Nathalie Clayer autour de biographies permettant d’établir les transformations des horizons individuels ou familiaux, toujours largement transnationaux. Bans Zeren (Université de Bogazici-EHESS) a réfléchi sur les origines idéologiques du populisme ottoman, les influences tatares, bulgares, macédoniennes qu’on peut y déceler et ses relations avec un nationalisme turc après 1908.

4Deux présentations ont abordé la période de l’entre-deux-guerres autour de la question des associations. Fabio Giomi (Université de Bologne-EHESS) a montré qu’entre la fin de la période habsbourgeoise et la Deuxième Guerre mondiale, le milieu associatif offre un terrain d’action aux femmes musulmanes de Bosnie-Herzégovine. Falma Fshazi (Université de Bogazici-EHESS), qui étudie les organisations de jeunesse, s’est penchée sur le thème de la jeunesse, qui apparaît dans le débat public albanais à la même époque. Toujours sur cette période, Nathalie Clayer a présenté une recherche en cours sur l’utilisation politique du modèle kémaliste (un modèle construit et interprété à une échelle transnationale) et la circulation des savoir-faire entre la Turquie kémaliste et l’Albanie zogiste.

5La Seconde Guerre mondiale est une période de grands bouleversements sociaux et idéologiques, dans lesquels les Balkaniques sont confrontés à des enjeux extérieurs. Xavier Bougarel a montré comment la politique allemande et l’action du mufti de Jérusalem conduisent les Bosniaques à participer à l’effort de guerre dans le cadre d’une division SS (Handzar). Chiara Bonfiglioli (Université d’Utrecht) a mis, quant à elle, en parallèle les mouvements féministes yougoslave et italien, en contact, d’abord dans l’immédiat après-guerre (1945-1948), puis dans l’après-mai 68, en soulignant les convergences dans le premier cas, les malentendus dans le second.

6Pour la période contemporaine, Xavier Bougarel a retracé les dynamiques des émigrations musulmanes balkaniques (albanaise et surtout bosniaque) depuis la Seconde Guerre mondiale. Des structures confessionnelles se mettent en place peu à peu, d’abord indifférenciées, puis selon les origines nationales. Enfin, Nadège Ragaru (CERI) s’est attachée au cas précis des Turcs de Bulgarie ayant émigré vers la Turquie et circulant entre les deux pays. Une série d’entretiens analysés finement lui permet de retracer toute la complexité du phénomène en particulier au niveau de la relation espace-temps.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nathalie Clayer, Xavier Bougarel et Bernard Lory, « Les sociétés balkaniques de l’Empire ottoman aux États-nations », Annuaire de l’EHESS,  | 2012, 317-318.

Référence électronique

Nathalie Clayer, Xavier Bougarel et Bernard Lory, « Les sociétés balkaniques de l’Empire ottoman aux États-nations », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2012, mis en ligne le 01 juillet 2015, consulté le 17 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/21164

Haut de page

Auteurs

Nathalie Clayer

Articles du même auteur

Xavier Bougarel

Articles du même auteur

Bernard Lory

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals