Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe
Europe centrale et orientale

Outils de communication, modes de gouvernement, rapports sociaux au XXe siècle

Larissa Zakharova
p. 318-320

Texte intégral

Larissa Zakharova, maître de conférences

Outils de communication au XXe siècle : s’emparer du territoire, contrôler les individus, préserver le secret

1Dans ce séminaire, nous avons réfléchi au rôle des instruments de communication dans les évolutions des modes de gouvernement au XXe siècle. Le but du séminaire a été d’examiner, à travers l’étude de l’usage des postes, téléphones et télégraphes, comment les systèmes politiques cherchèrent à s’emparer des territoires, à contrôler les individus et à préserver les communications gouvernementales de haute confidentialité de toute intrusion. La comparaison de l’URSS avec les empires et les démocraties libérales, notamment celles qui connurent des périodes autoritaires, a permis d’envisager les manières dont les autorités utilisèrent le progrès technique dans le domaine des communications à des fins politiques et économiques. Nous avons donc mis en relation les développements techniques, étudiés sous plusieurs angles, notamment celui de la circulation des techniques, avec leur usage dans divers systèmes politiques.

2Les séances ont été organisées autour de la discussion d’articles portant sur les pays autres que l’URSS et des premiers résultats de mes recherches sur la place des outils de communication dans les modes de gouvernement soviétiques. Lors de la séance consacrée aux outils de communication en tant qu’instruments de conquête territoriale, les façons dont les bolcheviks s’emparèrent des territoires de l’Empire russe au cours de la guerre civile furent mises en perspectives avec les expériences occidentales et orientales de l’expansion impériale au Moyen et en Extrême Orient. La formation des canaux de communication participa de la construction des empires tout en révélant les rivalités, les confrontations et les marges de négociation qui lui étaient liées. Le télégraphe, ce « nerf de l’Empire », fut un facteur de démarcation des frontières et un outil formidable du contrôle des territoires périphériques. L’intervention de Marsha Siefert (l’Université européenne de Budapest) développa le questionnement sur les enjeux politiques et économiques de construction des réseaux internationaux de communication.

3L’interrogation sur la circulation des usages des outils de communication dans le monde fut poursuivie dans le cadre d’une analyse des vecteurs et des procédés de diffusion des techniques de communication en URSS. Une attention particulière fut prêtée aux acteurs impliqués dans les circulations, aux types de médiation (produits, textes et mobilité des individus) et à l’espionnage industriel. La présentation de Claire Mouradian (CERCEC, CNRS) sur le télégraphe en tant qu’outil du génocide des Arméniens fut l’occasion de se pencher sur la façon dont les régimes autoritaires s’emparent du progrès technique: l’aspiration au contrôle du territoire et des communications y est poussée à l’extrême, tandis que les innovations technologiques autorisent l’arbitraire dans les pratiques du pouvoir, si ce n’est les répressions.

4Nous avons réfléchi aux rapports de domination dans l’Union soviétique à travers le prisme de l’accès et de l’usage des instruments de communication par les instances du pouvoir. D’un point de vue méthodologique, cette réflexion fut aussi une tentative de tisser des liens entre l’histoire et la sociologie pragmatique de l’action qui étudie le rôle médiateur des objets dans la construction du social et du politique. Cette approche des techniques de gouvernement a été mobilisée par Yves Cohen (CRH, EHESS) qui est intervenu sur la communication performative de Staline. Les modes de gouvernement à distance sous Staline ont également été analysés lors de la séance sur la couverture du territoire et la gestion du réseau de communication dans l’entre-deux-guerres. La séance suivante, intitulée « Maîtriser le territoire dans les années d’après-guerre : la concurrence des usages politique, économique et social des outils de communication » a, quant à elle, permis d’explorer les sorties du stalinisme et les tentatives de créer une société qui communiquenom en URSS, comparable aux projets politiques états-uniens d’une communauté gouvernable grâce à la communication.

5L’analyse de la place du secret dans la politique en France et en URSS fut l’occasion d’aborder la circulation des pratiques matérielles de la mise en réserve des informations, puis de mettre en parallèle l’« économie publicitaire du secret politique en République » (Alain Dewerpe) avec la confidentialité dans les communications du pouvoir en tant que principe suprême des modes de gouvernement en URSS. La censure du courrier privé et l’écoute téléphonique, ces « entorses au régime démocratiques », ont été explorées dans la perspective des techniques de pouvoir et de contrôle. L’examen du recours aux outils de communication alternatifs par les individus qui cherchèrent à préserver le secret privé des intrusions a apporté des éléments de réponse sur le degré de cohésion sociale dans les sociétés sous surveillance.

Publications

  • Avec Dominique Arel et Juliette Cadiot, Cacophonie d’empire. Le gouvernement des langues dans l’Empire russe et en URSS, CNRS Éditions, 2010, 368 p.
  • « À la recherche des cadres nationaux. La langue d’instruction en Carélie en tant qu’instrument de discrimination positive, 1945-1964 », dans op. cit., p. 205-228.
  • « Soviet Socialist Dress, 1917 to 1990 », dans Encyclopedia of World Dress and Fashion (en 10 volumes), sous la dir. de Joanne B. Eicher, dans East Europe, Russia, and Caucasus (vol. 9), sous la dir. de Djurdja Bartlett, Oxford, Berg, 2010, p. 355-360.
  • « Dior in Moscow : Taste for luxury in Soviet fashion under N. S. Khrushchev », dans Pleasures in socialism: Leisure and luxury in the Bloc, sous la dir. de Susan E. Reid, David Crowley, Chicago, Northwestern University Press, 2010, p. 95-120.
  • « La mode, ou un régime de nivellement social », dans Les Soviétiques, un pouvoir, des régimes, sous la dir. de Tamara Kondratieva, Paris, Les Belles Lettres, 2011.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Larissa Zakharova, « Outils de communication, modes de gouvernement, rapports sociaux au XXe siècle », Annuaire de l’EHESS,  | 2012, 318-320.

Référence électronique

Larissa Zakharova, « Outils de communication, modes de gouvernement, rapports sociaux au XXe siècle », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2012, mis en ligne le 01 juillet 2015, consulté le 23 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/21165

Haut de page

Auteur

Larissa Zakharova

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals