Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Anthropologie historique

Histoire de la religion, du droit et des institutions médiévales

Jacques Chiffoleau
p. 324-325

Entrées d’index

Index thématique :

Anthropologie historique
Haut de page

Texte intégral

Jacques Chiffoleau, directeur d’études

1. Économie de l’institution ecclésiale (fin XIIe siècle - fin XVe siècle).

1Nos recherches récentes sur l’économie des ordres mendiants et la soutenance, en décembre 2010, de la belle thèse de C. Lenoble (L’exercice de la pauvreté. Gestion et gouvernement des âmes chez les franciscains d’Avignon vers 1230-vers 1480), nous ont incités à reprendre à nouveaux frais l’analyse des échanges qui se développent par et autour de l’institution ecclésiale dans les derniers siècles du Moyen Âge et sur lesquels nous nous étions déjà penchés il y a deux ou trois décennies. Une première étape a consisté dans un survol critique des travaux récents sur le mouvement des donations des IXe-XIIIe siècle, ce qui nous a conduits à revenir sur les usages surabondants et souvent peu contrôlés du concept de « don » par les médiévistes et sur le développement concomitant d’une historiographie (fortement inspirée par le livre de Bartolomé Clavero, La grâce du don. Anthropologie catholique de l’économie moderne, Paris, 1996) qui met la « caritas » au centre de ses analyses. De la même façon, en nous appuyant sur nos enquêtes anciennes sur la dîme en Basse-Provence et mais aussi sur des travaux en cours à Nice, sous la direction de M. Lauwers, nous avons tenté de mieux définir les enjeux (et parfois les apories) des analyses anciennes ou plus récentes de ce prélèvement essentiel. Cette analyse critique a évidemment croisé la réflexion que nous menons depuis de nombreuses années sur les constructions normatives de la « réforme grégorienne » en revenant, par exemple, sur le riche dossier de la lutte contre la simonie et plus largement sur celui des refus opposés par les hérétiques et les anticléricaux des XIIe et XIIIe siècles à ce développement exponentiel des échanges sacrés sous le seul contrôle de l’institution ecclésiale. Au passage, cela nous a donné l’occasion, sur des exemples précis, de réfuter l’idée fréquemment reprise aujourd’hui, qu’au Moyen Âge « le social » se confondrait avec « l’ecclésial » (et par conséquent l’idée que l’étude de l’un pourrait aussi se confondre avec l’étude de l’autre). La seconde partie de l’année a consisté en un retour, critique lui aussi, sur l’économie de la « piété flamboyante » des XIVe et XVe siècles, telle que nous l’avions envisagée aussi dans les années 1980, ce qui nous a donné la matière des deux avant-propos pour la réédition d’ouvrages anciens. L’attention s’est portée alors essentiellement sur l’économie de suffrages pour les morts (offices des livres d’anniversaires, messes répétées ou cumulées, piété indulgencière) et sur le sens que l’on pouvait donner à l’expression « comptabilité de l’au-delà ». Ont été précisées alors quelques analyses esquissées lors d’un colloque ancien sur le Purgatoire qui ont été intégrées à la contribution donnée au livre collectif qui devrait paraître sur le même sujet en 2012 sous le titre : Quantifier l’inquantifiable. Temps purgatoire et désenchantement du monde (vers 1270-vers 1520).

2Comme chaque année, des séances spécifiques ont été consacrées aux exposés des étudiants préparant un master ou un doctorat. Jörg Feuchter, de la Humbolt Universität à Berlin, directeur d’études invité, nous a fait part de ses travaux, très proches de ceux qui se mènent au sein du Centre interruniversitaire d’histoire et d’archéologie médiévales de Lyon (UMR 5648), sur les Cathares et les Vaudois de Montauban au XIIIe siècle. Par ailleurs le directeur d’études a participé régulièrement aux séances organisées en collaboration avec les médiévistes de l’Université de Lyon-II/Lumière, de Paris-I/Sorbonne et de Montpellier-III/Paul-Valéry sur les actes des souverains capétiens concernant Lyon et la Vallée du Rhône.

2. Procédures, défense de la nature et construction de la toute puissance

3En partant des analyses de Yan Thomas sur l’institution de la nature en droit romain et de nos travaux sur la qualification des crimes contra naturam, nous voulions cette année, de façon plus spécifique, tenter de mieux saisir et de mieux mesurer la part de cette qualification dans l’ensemble des procédures visant à protéger et à instituer une plénitude de puissance (puisque c’était aussi l’hypothèse centrale de l’article paru en 1996, que nous souhaitions reprendre de façon critique). L’intention de départ était de se pencher principalement sur des cas ou des exemples des XIIIe-XVe siècle, notamment lors de ces grands « procès politiques » qui se multiplient pendant et après le règne de Philippe le Bel. En reprenant ce dossier très riche, il a fallu revoir nos plans et consacrer d’abord plusieurs séances, d’une part, aux enjeux contemporains des réflexions sur la nature (que l’on a abordés à travers l’œuvre de Philippe Descola) et, d’autre part, de façon plus technique, à un survol nécessaire des emplois et des significations de l’expression contra naturam dans les œuvres romaines qui orientent évidemment beaucoup ses emplois et ses significations au Moyen Âge. Plusieurs séances ont notamment été consacrées à l’examen des définitions liminaires de la nature ou de ses usages en situation casuistique dans les textes juridiques tardo-antiques (Code, Digeste, Institutes) et dans leurs gloses médiévales. La même opération a été effectuée dans quelques collections canoniques et dans le Décret de Gratien (en tentant de mesurer, dans ce dernier cas, les positions différentes des décrétistes). Pour éviter les pièges d’une histoire trop strictement doctrinale (cherchant à établir des filiations de doctrines plus qu’à suivre les variations d’un problème), nous avons ensuite choisi d’analyser quelques emplois polémiques du syntagme contra naturam dans des textes de combat (Lettres d’Yves de Chartes) ou de louanges (Vie de Louis VI par Suger) des XIe et XIIe siècles avant de nous lancer dans l’étude systématique de trois auteurs essentiels : Pierre Damien, en tentant de relier les positions prises dans le Liber Gomorrhianus à celles qu’il développe dans sa Lettre sur la Toute puissance divine ; Alain de Lille, dont nous avons, de la même façon, essayé de lire son De Planctu Naturae à la lumière du reste de son œuvre théologique et pastorale, notamment anti-hérétique ; Pierre le Chantre enfin, qui consacre un long développement au vitio sodomitico, dans la version longue du Verbum abbreviatum. Dans tous ces cas, alors que l’accusation d’actes contra naturam est encore surtout polémique et ne paraît pas toujours constituer, sauf exception, une véritable qualification juridique appelant un mode procédural particulier, on voit qu’elle est pourtant liée de façon intrinsèque à une défense de la nature qui est aussi une défense de la création et de la toute puissance divine, ce qui éclaire singulièrement son emploi démultipié à partir du XIIIe siècle.

4Comme à Lyon, plusieurs étudiants doctorants sont intervenus au cours du séminaire pour présenter leurs travaux (Elsa Gabaude sur la répression de l’usure par les papes d’Avignon à travers une série de procédures exceptionnelles, Matteo Magnani sur l’administration de la justice à Turin à la fin du Moyen Âge). Une séance spéciale a été consacrée aux étudiants en master et en doctorat (Zhao Lv, Ivoni Lessa, Amelie Sagasser, Aurélien Laforgue et Jérôme Gazzano). Jörg Feuchter, de la Humbolt Universität à Berlin, directeur d’études invité, nous a présenté ses recherches en cours sur « Discours et représentation. Rhétorique des assemblées d’État au Moyen Âge tardif (France, Angleterre, Empire) ».

Publications

  • « Avant-Propos » à la réédition de La religion flamboyante. France, 1320-1520, Paris, Éditions du Seuil, 2011 [Point Histoire], p. 7-15
  • « Avant-Propos » à la réédition de La comptabilité de l’au-delà, Paris, Albin Michel, 2011 [Bibliothèque de l’Évolution de l’humanité], p. XI-XXXIV.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacques Chiffoleau, « Histoire de la religion, du droit et des institutions médiévales », Annuaire de l’EHESS,  | 2012, 324-325.

Référence électronique

Jacques Chiffoleau, « Histoire de la religion, du droit et des institutions médiévales », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2012, mis en ligne le 01 juillet 2015, consulté le 25 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/21170

Haut de page

Auteur

Jacques Chiffoleau

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals