Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Anthropologie historique

Pratiques religieuses dans l’Islam méditerranéen

Hassan Elboudrari
p. 342-344

Entrées d’index

Index thématique :

Anthropologie historique
Haut de page

Texte intégral

Hassan Elboudrari, maître de conférences

Pensée et pratiques eschatologiques musulmanes

1Nous avons poursuivi le thème de recherche et de travail collectif entamé l’an dernier pour le séminaire : l’eschatologie, ses discours et ses pratiques afférentes dans les sociétés musulmanes méditerranéennes.

2Pan essentiel de la religiosité musulmane, mais assez peu analysé jusque-là dans sa dimension consciente et inconsciente, l’eschatologie indique aux croyants le destin du monde à sa fin dernière (ici : « signes de l’Heure » – alâmât assâ’a, événements apocalyptiques – Mahdî/Issâ/Dajjâl, ordre nouveau à venir), mais aussi leur destin post mortem (« épreuves du tombeau » – adhâb al-qabr, jugement dernier – qiyyâma et hisâb, salut/damnation, paradis-janna/enfer-nâr, etc.).

3À partir d’une littérature populaire d’assez large diffusion, notamment dans les librairies populaires, en France et au Maghreb, et des références classiques « orthodoxes » de celle-ci, explicites ou latentes, comme aussi à partir de quelques enquêtes de terrain maghrébin, notamment après une courte mission de terrain en Tunisie en novembre 2010, on a continué à examiner les représentations et les pratiques eschatologiques « médianes » dans le monde musulman méditerranéen moderne et contemporain, leurs effets sur la vision collective du monde et sur l’action mondaine des hommes. En particulier et en s’appuyant sur les sources sacrées (Coran et Traditions prophétiques) et leur exégèse consensuelle, on a élaboré une manière de topologie de cette eschatologie médiane: ses moments (le trépas, l’« épreuve de la tombe », la « latence », la « fin de l’Heure » et du monde, la résurrection, le jugement, le destin éternel), ses lieux (la tombe, le barzakh, le sirât du jugement, le paradis et l’enfer), et ses acteurs (anges, Satan, Messie, Mahdi, Antéchrist, Prophètes, et Dieu en dernière instance). On continuera d’examiner attentivement l’efficience de cette topologie dans le vécu concret des croyants ordinaires et dans leur équipement symbolique face à la mort, individuelle et universelle.

4Ce thème de recherche se poursuivra ainsi dans le cadre de ce séminaire pour les deux années à venir et se traduira par des publications à venir.

5Durant cette année universitaire, nous avons préparé pour leur publication, avec Daniel Nordman, les travaux scientifiques du projet collectif : « Programme mobilisateur d’appui à la coopération pour la recherche en sciences humaines et sociales entre le Maghreb et la France », Fonds de solidarité prioritaire (FSP, ministère des Affaires étrangères – MSH), « Savoirs techniques et administrations dans le Maghreb : héritage et circulations », que nous coordonnons depuis juin 2005 avec Daniel Nordman (CNRS-CRH), au nom de notre centre d’appartenance, le CHSIM, et en association avec trois équipes des pays du Maghreb, Algérie, Maroc et Tunisie, constituées de chercheurs-enseignants et de doctorants. En effet, l’ensemble des travaux scientifiques de ce projet a été réuni (dès juin 2010) par nous et est destiné à une publication collective finale, laquelle est d’ores et déjà en cours de préparation éditoriale finale, notamment avec nos collègues maghrébins, et l’accord d’un éditeur parisien, comme d’un éditeur institutionnel marocain, pour une plus large diffusion. Publication prévue fin 2012.

6Nous avons, enfin, comme c’est la tradition de ce séminaire, suivi de très près les travaux de quelques étudiants participants réguliers du séminaire, inscrits en master 1 et 2, ou en thèse, à l’EHESS ou dans des universités parisiennes, et qui nous ont régulièrement soumis leurs travaux oraux et/ou écrits pour une lecture critique et un encadrement scientifique.

7Un mémoire de master 1 en Sciences du religieux et un autre de master 2 en Anthropologie, de l’EHESS, ont été soutenus sous notre direction durant cette année universitaire.

8Enfin, nous avons activement participé au séminaire collectif de recherche du Centre d’histoire sociale de l’Islam méditerranéen (CHSIM-EHESS), réuni tous les derniers vendredis du mois.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hassan Elboudrari, « Pratiques religieuses dans l’Islam méditerranéen », Annuaire de l’EHESS,  | 2012, 342-344.

Référence électronique

Hassan Elboudrari, « Pratiques religieuses dans l’Islam méditerranéen », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2012, mis en ligne le 01 juillet 2015, consulté le 19 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/21180

Haut de page

Auteur

Hassan Elboudrari

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals