Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Anthropologie historique

Modèles politiques dans l’Islam méditerranéen, frontières culturelles

Jocelyne Dakhlia
p. 344-345

Entrées d’index

Index thématique :

Anthropologie historique
Haut de page

Texte intégral

Jocelyne Dakhlia, directrice d’études

Harems et despotisme

1Le séminaire a suivi deux axes parallèles. Le premier a été un travail collectif de réflexion sur des documents de première main relatifs aux harems saadiens au Maroc, XVIe et début du XVIIe siècle. Il s’agissait de documents de langue arabe, française et anglaise, croisant des regards internes et externes sur le Harem, qui ont invité précisément à remettre en question cette évidence d’un partage entre le dedans et le dehors (du Palais, du royaume, de la société...). La question des circulations et des modes d’informations croisés entre sources marocaines et européennes, dans un moment où l’Angleterre notamment entreprend un rapprochement diplomatique avec le Maroc, a constitué l’un des points forts du questionnement, invitant à scruter la composition hybride du personnel curial et du Harem.

2Une des questions clefs qui est apparue au fil de ce travail et qui a retenu l’attention des participants du séminaire a été la question raciale et la caractérisation du personnel politique ou des femmes du Palais par leur phénotype. Cette question est apparue plus marquée dans les sources de langue anglaise que dans les autres, et notamment dans les sources marocaines. Cette disparité est à analyser étant donnée l’orientation ultérieure des souverains marocains, sous la dynastie alawite, vers un statut singulier des Noirs. Un autre point de réflexion à cet égard a été la question des eunuques puisque dans la période saadienne, le Maroc recourt encore fortement à des eunuques blancs, d’origine ibérique le plus souvent. La complexité de toute définition des eunuques et les diverses catégories qui les caractérisent ont donné lieu à plusieurs séances du séminaire.

3Le second axe du séminaire a été la lecture critique d’une série de publications récentes relatives à l’histoire du genre et de la sexualité dans le monde islamique. Cette littérature, principalement de langue anglaise, reflète une sensible évolution par rapport aux travaux qui prévalaient il y a deux décennies notamment. Ces derniers étaient alors très majoritairement consacrées à la question des femmes et c’est dans ce cadre que l’ouvrage majeur de Leslie Peirce, The Imperial Harem, Oxford UP, 1993 a été publié. L’historiographie du genre est aussi beaucoup plus massivement tournée vers la question des homosexualités et des formes d’homosocialités et homoérotismes. Il faut donc réinventer des approches du harem qui intègrent mieux à la fois les diverses composantes sociales de l’institution et le continuum des approches aujourd’hui mis en exergue dans la pratique scientifique. On s’est notablement interrogé sur le peu d’écho des débats sur le « one sex-model » dans ces travaux. Ce questionnement sera poursuivi dans le cadre du séminaire 2011-2012.

Publications

  • « Histoire de la Lingua Franca », dans Lingua francas. La véhiculante linguistique pour vivre et étudier, sous la dir. de Fred Dervin, Paris, L’Harmattan, 2010, p. 21 -25.
  • « Inscriptions arabes. Éléments d’archéologie d’un continuum et d’une rupture mémorielle avec l’islam en France », Ibla, 2, 2010, n° 206, p. 191-211.
  • « Que faire aujourd’hui d’une anthropologie historique ? », dans L’anthropologie historique : acquis, apports et perspectives, sous la dir. de L. Aissa et Kh. Kchlr, Tunis, CERES, 2010, p. 41-51.
  • « Adversité dans l’amour : récits de l’autre et du proche entre Europe et Islam en Méditerranée à l’époque moderne », dans Histoires de l’amour. Fragilités et interdits, du Kâmasûtra à nos jours, sous la dir. de Jocelyne Dakhlia, Arlette Farge, Christiane Klapisch-Zuber et Alessandro Stella Paris, Bayard, 2011, p 183-219.
  • « Une histoire en soi », dans Après l’indépendance : parcours et discours, sous la dir. de M.B. Ayari et S. Bargaoui, Tunis, Arabesques éditions, 2010, p 272-281.
  • Avec Bernard Vincent, Les Musulmans dans l’histoire de l’Europe, t. 1, Une intégration invisible, Paris, Albin Michel, 2011.
  • Tunisie. Le pays sans bruit, Arles, Actes Sud, 2011.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jocelyne Dakhlia, « Modèles politiques dans l’Islam méditerranéen, frontières culturelles », Annuaire de l’EHESS,  | 2012, 344-345.

Référence électronique

Jocelyne Dakhlia, « Modèles politiques dans l’Islam méditerranéen, frontières culturelles », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2012, mis en ligne le 01 juillet 2015, consulté le 22 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/21181

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals