Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Figures du pouvoir, rapports de parenté et sexualité

Maurice Godelier
p. 355-357

Texte intégral

Maurice Godelier, directeur d’études

1L’hypothèse qui a servi de fil conducteur au séminaire est que, au sein des sociétés sans castes ou sans classes et sans pouvoir central, les rapports sociaux qui constituent une société comme telle, comme un tout, doté d’une identité propre, sont les rapports politico-religieux, seuls capables de rassembler un certain nombre de groupes de parenté ou autres en un Tout qui exerce une sorte de souveraineté sur un territoire et ses ressources et dont les limites sont connues sinon reconnues des sociétés voisines. Dans les sociétés divisées en castes ou en classes hiérarchisées entre elles, les rapports économiques entre ces groupes sociaux s’ajoutent aux rapports politico-religieux pour fabriquer des « sociétés ».

2Au cours des premiers séminaires ont été examinés cinq axes de questions existentielles qui semblent se poser à toutes les sociétés humaines, qui y répondent à chaque fois de façon culturellement différente. La première de ces questions est « qu’est-ce que naître, qu’est-ce que vivre, qu’est-ce que mourir » ; la seconde : « quels sont les rapports que les hommes doivent entretenir avec des entités invisibles, ancêtres, esprits, dieux » ; la troisième axe existentiel est : « quelles sont les formes de pouvoir que les hommes peuvent ou doivent exercer et quelles formes de souveraineté l’humanité a-t-elle inventées pour contrôler un territoire, ses habitants et ses ressources » ; le quatrième axe est : « quelles sont les formes de richesse qu’une société autorise et accumule (aussi bien des savoirs que des objets) et quelles sont les « choses » que l’on échange, que l’on donne ou que l’on garde pour les transmettre » ; enfin, comment penser la nature qui environne les hommes et comment dès lors agir sur elle. On voit par là que le relativisme culturel est toujours partiel car ces questions existentielles sont universelles mais les réponses que les sociétés et les époques leur donnent sont différentes.

3Une partie du séminaire a été consacrée à l’analyse de la différence entre l’imaginaire et le symbolique, deux réalités distinctes mais qui ne peuvent exister que conjointement. Plusieurs séances ont été consacrées à l’analyse des représentations de la mort et de ses au-delà dans différentes sociétés et à différentes époques, à commencer par les Mésopotamiens, puis les Grecs (travaux de Vernant), ainsi que l’Inde védique (travaux de C. H. Malamoud), avec également des données sur la Chine et sur l’Inde présentées par Joël Thoraval et Jean-Claude Galey.

4Les dernières séances du séminaire ont été consacrées à l’analyse de deux ouvrages posthumes de Claude Lévi-Strauss, L’Autre face de la Lune et L’Anthropologie face aux problèmes du monde moderne. Il a semblé que Lévi-Strauss avait idéalisé le Japon face à l’Occident et que cette idéalisation faisait partie de sa critique du rôle oppressif de l’Occident au cours des derniers siècles. Par contre, dans son livre sur « les problèmes du monde moderne », Lévi-Strauss adopte une attitude très ouverte et constructive face aux nouvelles formes de parenté, le rôle des mères porteuses, l’homoparentalité, etc.

5Le séminaire s’est conclu par une première analyse qui se poursuivra des Mythologiques de Claude Lévi-Strauss.

6Participation à divers colloques ou conférences : du 20 au 26 août 2010, série de quatre conférences sur l’anthropologie auprès de l’Académie des Sciences de Bolivie ; du 12 au 14 octobre 2010 : Conférence inaugurale du colloque international « Écrire l’histoire aujourd’hui : regards croisés franco-irakiens » à l’Institut français du Proche-Orient/Université Salahaddin-Erbil ; organisation et direction de la Conférence internationale qui s’est tenue à l’Académie des Sciences sociales de Pékin du 8 au 11 avril 2011 sur le thème : « L’Anthropologie en France et en Chine : regards croisés ».

Publications

  • Les Tribus dans l’histoire et face aux États, Paris, CNRS Éditions, 2010. 81 p. Édition chinoise, 2011.
  • Avec Jean-Pierre Dozon, Sylvie Fainzang, Élisabeth Hsu, et Francis Zimmermann, Maladie et santé selon les sociétés et les cultures, Paris, PUF, Collection de la Fondation Eisai, 2011.
  • « Community, Society, Culture : three keys to understanding today’s conflicted identities », Journal of the Royal Anthropological Institute, NS 16, 2010, 1-11.
  • « La modernité sans l’occidentalisation ? », Canopée, n° 8, Vers un monde en mutation (dossier), Nature & Découvertes, en co-édition avec Actes Sud, p. 100-101.
  • « La culture est devenue un enjeu politique ». Entretien avec Maurice Godelier, dans Le Français dans le Monde, n° 368, mars-avril 2010, p. 8-9.
  • « La parenté et ses métamorphoses », dans La Naissance. Histoire, cultures et pratiques d’aujourd’hui, sous la dir. de René Frydman et Myriam Szejer. Paris, Albin Michel, 2010.
  • « In Today’s World, Anthropology is more important than ever », Paideuma, 56, 2010, p. 205-220.
  • « Stamm, ethnie, staat. Ueber gesellschaft und gemeinschaft im lichte der anthropologie », Lettre Internationale, Europas Kultur Zeitung, n° 91, p. 118-127.
  • « La famille en chantier », entretien avec Maurice Godelier, anthropologue, auteur de Métamorphoses de la parenté, Le Monde Magazine, 4 décembre 2010.
  • « Les problèmes viennent du fonctionnement du système, pas des Individus », propos recueillis par Thierry Pech, Alternatives Économiques, Hors Série, n° 87, 2011, réédité dans Économie Politique, n° 49, janvier 2011, p. 61-68.
  • « Colonialismo, cultura y politica », dans La Cuestion Colonial, sous la dir. d’Heraclio Bonilla, Bogota, Universidad Nacional de Colombia, 2011.
  • « L’Imaginé, l’imaginaire et le symbolique », Prétentaine, n° 27/27, 2011, « Quel penser ? Arguments, inventions, transgressions », p. 61-71.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Maurice Godelier, « Figures du pouvoir, rapports de parenté et sexualité », Annuaire de l’EHESS,  | 2012, 355-357.

Référence électronique

Maurice Godelier, « Figures du pouvoir, rapports de parenté et sexualité », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2012, mis en ligne le 01 juillet 2015, consulté le 25 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/21189

Haut de page

Auteur

Maurice Godelier

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals