Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Anthropologie des systèmes mondiaux

Jonathan Friedman
p. 360-361

Texte intégral

Jonathan Friedman, directeur d’études

1Le séminaire de cette année à repris un certain nombre de thèmes des années précédentes de façon plus approfondie. En novembre et en décembre 2010, le thème principal était l’État et la façon dont des catégories – souvent traitées comme autonomes – sont plus intelligibles comme parties constituantes de régimes étatiques. On a surtout pris des exemples venant de populations dites autochtones et de rapports entre pouvoir étatique et les soi-disant peuples qui ne veulent pas être soumis à la gouvernance étatique. Les discussions ont utilisé des exemples venant d’Océanie et d’Amérique latine, mais surtout d’Asie du Sud-Est ainsi que le livre de James Scott, The Art of not Being Governed (Yale University Press, 2009).

2À ce sujet, nous avons eu une intervention de Bernard Müller sur la politique identitaire, intitulée, « La renaissance du mouvement afro-brésilien aujourd’hui : formation d’un groupe social et processus d’invention culturelle », avec la participation de César Huapaya, professeur de théâtre et metteur en scène UFES (Brésil) et d’Amelia Barretto et le Grupo Jazz en Bossa.

3En décembre, nous avons invité Peter Geschiere à intervenir dans un minicolloque organisé autour de son livre, The Perils of Belonging : Autochtony, Citizens and Exclusion in Africa and Europe (University of Chicago Press, 2009).

4Au printemps nous avons abordé trois thèmes qui nous avaient déjà préoccupés les deux dernières années : l’étude de la crise contemporaine, le multiculturalisme comme phénomène étatique et le « politiquement correct ». Les premiers séminaires s’occupaient des rapports transnationaux et de l’État. Dans ce cadre, Stéphane Dufoix (Nanterre) est intervenu sur le thème « Chacun sa diaspora ? Quelques transformations récentes de la définition de la nation ». Paula Lopéz Caballero nous a offert une intervention sur « Altérités intimes, altérités éloignées. La greffe du multiculturalisme en Amérique latine ». Ida Susser, professeur à CUNY, New York, est intervenue sur « Gender, AIDS and the state in Southern Africa ». Par la suite, nous avons repris la question de la crise grâce à une journée d’étude sur l’anthropologie de la crise économique avec Paul Jorion, David Graeber et Keith Hart (Goldsmiths College, Londres) et Don Kalb (CEU et Université d’Utrecht).

5La dernière partie du séminaire s’est focalisée sur la nature du « politiquement correcte » comme phénomène ethnographique. Nous avons ainsi discuté plusieurs ouvrages récents et mon propre manuscrit sur le sujet. On a discuté de phénomènes « chauds » comme le multiculturalisme et l’extrême droite. Giacomo Loperfido est intervenu sur « Nazi-maoistes, communautarisme, anti-mondialisme, révolutionisme au sein de la droite radicale italienne ». Ces thèmes illustrent les catégories qui ont été mystifiées par des pratiques idéologiques dominantes et qui, une fois analysées à fond, révèlent des réalités bien différentes des interprétations globalement acceptées.

6Pendant l’année, le directeur d’études a participé aux manifestations suivantes : 3 mai, Paris, organisation de la journée d’étude sur « L’anthropologie de la crise » au musée du quai Branly, avec Laurent Berger (LAS/MQB) – participants : Paul Jorion, Don Kalb, Keith Hart et David Graeber ; en août à Maynouth (Irlande) : colloque annuel de l’EASA, participation au workshop « Class, crisis and anthropology : the place of class in understanding the discipline and the world » et organisation de deux journées d’étude ; du 23 au 25 septembre à Paris : participation au colloque international de Sophiapol « The global Turn » ; 9 décembre à Paris : participation au mini-colloque organisé par le CERI-Sciences politiques autour du livre de Peter Geschiere, The Perils of Belonging : Autochtony, Citizens and Exclusion in Africa and Europe (University of Chicago Press, 2009) avec Peter Geschiere, Jean-François Bayart, Michel Agier, Natacha Gagné, Marie Salaün ; tous ensemble nous avons ensuite contribué au « Questions autochtones contemporaines » à l’EHESS.

Publications

  • « Diametric to concentric dualism : cosmopolitan elites, cosmopolitan intellectuals and the re-configuration of the state », dans The State : Alternatives, Futures and Utopias, sous la dir. d’Angela Hobart et Bruce Kapferer, Wantage, Oxon, Sean Kingston Publishing, 2010.
  • « Holism and the transformation of the contemporary global order », dans Experiments in holism : Theory and practice in contemporary anthropology, sous la dir. de Ton Otto et Nils Bubandt, New York, Wiley-Blackwell, 2010, p. 260-283.
  • Contribution à une discussion générale dans Questioning Nineteenth-Century Assumptions about knowledge. III. Dualism, sous la dir. de Richard e. Lee, Albany, State University of New York Press.
  • « Oiling the race to the bottom », dans Crude domination : an anthropology of oil, sous la dir. d’Andrea Behrends, Stephen P. Reyna et Günther Schlee, New York, Berghahn, 2011.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jonathan Friedman, « Anthropologie des systèmes mondiaux », Annuaire de l’EHESS,  | 2012, 360-361.

Référence électronique

Jonathan Friedman, « Anthropologie des systèmes mondiaux », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2012, mis en ligne le 01 juillet 2015, consulté le 23 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/21195

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals