Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Anthropologie politique et morale

Didier Fassin, Richard Rechtman, Pap Ndiaye et Éric Fassin
p. 369-373

Texte intégral

Didier Fassin, Richard Rechtman, directeur d’études
Jean-Sébastien Eideliman, maître de conférences à l’Université Lille-III/Charles-de-Gaulle

Économies morales contemporaines

1Introduit en histoire (E.-P Thompson) et repris en science politique (James Scott), le concept d’économies morales a essaimé en anthropologie sociale puis en histoire des sciences et naturellement en économie pour se banaliser, au cours des dernières années, sous des acceptions très diverses, au risque d’y perdre toute valeur heuristique. Le séminaire visait donc à lui redonner un pouvoir analytique, tout en l’élargissant sur le plan théorique et en faisant appel à une approche résolument pluridisciplinaire. Il s’appuie sur le programme de recherche « Towards a Critical Moral Anthropology » soutenu par l’European Research Council qu’anime Didier Fassin.

2Les deux premières séances, portées par les organisateurs du séminaire, ont montré comment la définition retenue (la production, la répartition, la circulation et l’utilisation des sentiments moraux, des émotions et des valeurs, des normes et des obligations dans l’espace social) met l’accent sur la façon dont les morales individuelles sont travaillées par des courants moraux qui les dépassent et trouvent leur source dans des évolutions sociales et politiques. Les quatre séances suivantes ont été consacrées à la mise au travail du concept ainsi redéfini sur des terrains et des objets divers : les enfants marginalisés de migrants intérieurs en Chine (Camille Salgues) ou de familles roms en Italie (Sophie Alice Sarcinelli), les prisonniers isolés dans des quartiers de haute sécurité aux États-Unis (Yasmine Bouagga), les étrangers maintenus en zone d’attente (Chowra Makaremi) ou en centre de rétention (Nicolas Fischer), enfin les demandeurs d’asile en attente de jugement (Didier Fassin et Carolina Kobelinsky). Ces enquêtes révèlent combien la notion d’économie morale est efficace pour penser les situations interstitielles, où les normes et principes moraux perdent leur évidence sociale habituelle. Elle permet d’aller au-delà d’une simple critique de l’immoralité des pratiques de confinement ou de ségrégation pour saisir la dynamique des systèmes moraux, que des groupes opposés peuvent au moins en partie partager. Les deux exposés qui ont suivi ont porté sur des populations ouvertement stigmatisées : les drogués en France (Fabrice Fernandez), les prostituées au Mali (Julie Castro), en Thaïlande (Sébastien Roux) et au Mexique (Chiara Calzolaio). Là encore, l’approche par les économies morales permet de comprendre comment émergent, au sein de ces groupes stigmatisés, des rapports à la morale qui ne sont pas si éloignés de ceux qui régissent le monde des pratiques légitimes. Le séminaire s’est, à cet égard, intéressé à l’encadrement social de la jeunesse, avec des exposés analysant des institutions comme les Maisons des adolescents (Richard Rechtman, Jean-Sébastien Eideliman et Isabelle Coutant) et les Missions locales (Sarah Mazouz). L’ensemble de ces exposés s’appuyait sur des enquêtes conduites dans le cadre du programme européen.

3Mais le séminaire a aussi fait appel à des chercheurs extérieurs. Numa Murard, professeur à l’Université Paris-VII/Diderot, a montré comment l’étude de situations ordinaires dévoile les enjeux moraux là où ils sont moins visibles et plus enracinés dans les pratiques quotidiennes. Par une approche généalogique du concept, Johanna Siméant, professeure à l’Université Paris-I/Panthéon-Sorbonne, a pointé ses ambiguïtés et sa polysémie, tout en proposant de restreindre son usage à des situations proches de celles analysées par E.-P Thompson. En s’appuyant sur son ethnographie des classes populaires urbaines, Gérard Mauger, directeur de recherche au CNRS, a, quant à lui, déployé une autre approche des questions morales, qui interroge la naissance des émeutes urbaines et les principes moraux gouvernant les actions des jeunes émeutiers et des policiers.

4En marge de ce séminaire, Didier Fassin a organisé un cycle à l’Institute for Advanced Study de Princeton autour du thème « Moral Issues », avec une douzaine de présentations internationales. Par ailleurs, il a donné des conférences dans les Universités du Pais Vasco sur la question humanitaire, de Hong Kong sur les théories du complot, de Bir Zeit sur le problème du témoignage, de Columbia sur la critique en ethnographie, de McGill sur l’incorporation de la violence, de Harvard sur les relations entre philosophie et anthropologie morales. Enfin, il a prononcé la conférence inaugurale du colloque « The Body and the State » à la New School for Social Research, et donné la Munro Lecture à l’Université d’Edinburgh sur les économies morales contemporaines et la Elisabeth Colson Lecture à l’Université d’Oxford sur la vérité de l’asile pour le 60e anniversaire de la Convention de Genève.

Publications

  • Humanitarian reason. A moral history of the present, Berkeley, University of California Press, 2011.
  • La Force de l’ordre. Une anthropologie de la police des quartiers, Paris, Éd. du Seuil, 2011.
  • « Évaluer les vies. Essai d’anthropologie biopolitique », Cahiers internationaux de sociologie, 128 (107), 2010, p. 107-117.
  • « Otra política de la vida es possible. Crítica antropológica del biopoder », dans Michel Foucault : neoliberalismo y biopolítica, sous la la dir. de Vanessa Lemm, Santiago du Chili, Ediciones Universidad Diego Portales, 2010, p. 21-50.
  • « La mortalité comme instrument biopolitique », dans Enregistrer les morts, identifier les surmortalités. Une comparaison Angleterre, États-Unis et France, sous la dir. de Carine Vassy, Richard Keller et Robert Dingwall, Rennes, Presses de l’École des hautes études en santé publique, 2010, p. 1-6.
  • « Coming back to life. An anthropological reassessment of biopilitics and governmentality », dans Governmentality. Current issues and future challenges, sous la dir. d’Ulrich Bröckling, Susanne Krasmann et Thomas Lemke, New York, Routledge, 2010, p. 185-200.
  • « Comment le politique vient au corps. Réflexions d’après Foucault », dans (Se) gouverner. Entre souci de soi et action publique, sous la dir. de Guy Lebeer et Jacques Moriau, Bruxelles : Peter Lang, 2010, p. 33-40.
  • « Humanitarianism », dans International Encyclopedia of Peace, vol. 2, sous la dir. de Nigel Young, New York, Oxford University Press, 2010, p 340-343.
  • « The violence of racialization. Problematizing the French riots of 2005 as event », dans Violence in France and Australia. Disorder in the post-colonial welfare state, sous la dir. de Craig Browne et Justine McGill, Sydney, Sydney University Press, 2010, p. 181-198.
  • « Inequalities of lives, hierarchies of humanity. Moral commitments and ethical dilemmas of humanitarianism », dans In the name of humanity. The government of threat and care, sous la dir. d’Ilana Feldman et Miriam Ticktin, Durham, Duke University Press, 2010, p. 238-255.
  • « The mystery child. Politics of reproduction, between national imaginaries and transnational confrontations », dans Reproduction, globalization and the state. New theoretical and ethnographic perspectives, sous la dir. de Carol Browner and Carolyn Sargent, Durham, Duke University Press, 2011, p. 239-248.
  • « Noli me tangere. The moral untouchability of humanitarianism », dans Forces of compassion. Humanitarianism between ethics and politics, sous la dir. d’Erica Bornstein et Peter Redfield, Santa Fe, School for Advanced Research, 2011, p. 35-52.
  • « This is not medicalization », dans Drags and culture. Knowledge, consumption and policy, sous la dir. de Geoffrey Hunt, Maitena Milhet et Henri Bergeron, Farnham, Ashgate, 2011, p. 85-93.
  • « Von den Politiken des lebens zur ethik des Überlebens. Ein genealogischer und biographisher Ansatz », dans Leben in gesellschaft. Biomedizin, politik, socialwissenschaften, sous la dir. de Jorg Niewöhner, Janina Kehr et Joëlle Vailly, Bielefed, Transcript-Verlag, 2011, p. 29-53.
  • « The social construction of otherness », dans The others in Europe, sous la dir. de Saskia Bonjour, Andrea Rea et Dirk Jacobs, Bruxelles, Éditions de l’Université de Bruxelles, 2011, p. 117-125.
  • « Comment j’ai écrit certains de mes livres », dans Foucault, sous la dir. de Philippe Artières, Jean-François Bert, Frédéric Gros et Judith Revel, Paris, Éditions de l’Herne, 2011, p. 304-311.
  • « Racialization. How to do race with bodies », dans A Companion to the anthropologie of the body and embodiment, sous la dir. de Frances Mascia-Lees, Maiden, Wiley-Blackwell, 2011, p. 419-434.

Pap Ndiaye,maître de conférences
Éric Fassin, professeur agrégé à l’ENS

La racialisation en question. Constructions nationales et circulations transnationales

5Ce séminaire, qu’avaient engagé en 2007 Didier Fassin et Éric Fassin, bénéficie depuis 2009 du concours de Pap Ndiaye, et se poursuit depuis 2010 sans Didier Fassin. Au-delà de ces recompositions, s’il se prolonge au fil des années, c’est qu’il répond à l’émergence en France, dans les sciences sociales comme dans la société, de questionnements nouveaux ou renouvelés qui se traduisent à la fois par des programmes de recherche intéressants et par une demande étudiante importante. Les comparaisons internationales permettent de cerner la spécificité de cette construction nationale, sans pour autant sacrifier à l’illusion de l’exceptionnalité – d’autant que, et c’est un des points sur lesquels on a mis l’accent, ces questions circulent de part et d’autre des frontières.

6Cette année, après un premier état des lieux de la littérature récente, en France, sur la racialisation, qu’ont proposé Éric Fassin et Pap Ndiaye, le séminaire s’est ouvert sur l’actualité, avec une analyse de la controverse autour de l’ouvrage Le déni des cultures, d’Hugues Lagrange (Éd. du Seuil, 2010) à la fois sur son versant français, dans le contexte du développement d’un champ d’études sur les questions raciales (exposé d’Éric Fassin), et par comparaison avec les États-Unis, grâce à un rappel historique des débats sur la « culture de la pauvreté » (exposé de Pap Ndiaye) qui a permis à Michèle Lamont, sociologue de l’Université Harvard, de présenter le renouveau des recherches sur les rapports entre culture et pauvreté. Cette discussion en trois temps a permis de préciser les articulations et distinctions entre race et culture : la critique du culturalisme n’exclut pas la prise en compte des pratiques et des identités culturelles, à condition de ne pas constituer la culture en une substance anhistorique pour l’ériger en explication, au lieu de s’employer à l’expliquer.

7Le séminaire s’est poursuivi selon ces deux directions : l’une historique, l’autre ancrée dans le présent. La première a d’abord été engagée par l’historienne Carole Reynaud-Paligot (Université Paris-I/Panthéon-Sorbonne), dans un exposé sur l’élaboration, la réception et les usages politiques d’un paradigme racial en France, de 1860 à 1930. Deux autres interventions ont permis d’aborder la question raciale dans le contexte colonial ou celui de la décolonisation : d’un côté, le socioanthropologue Pierre Bouvier (Paris-X/Nanterre) à partir de son ouvrage récent, a dessiné un portrait croisé de deux figures majeures, Aimé Césaire et Frantz Fanon ; d’un autre côté, l’historien Todd Shepard (Université Johns Hopkins, professeur invité à l’ENS) a présenté ses travaux sur le moment de la Guerre d’Algérie (1954-1962), en relisant le discours intégrationniste sur le « problème algérien » au croisement du racisme et du colonialisme.

8Le présent français a également fait l’objet de plusieurs interventions. La socioanthropologue Christelle Hamel (INED) a présenté les résultats en cours de publication de l’enquête TeO (Trajectoires et Origines) en ce qui concerne les discriminations, thème également abordé par Didier Fassin (EHESS, Institute for Advanced Study) pour présenter avant publication son enquête ethnographique sur la police (et en particulier la BAC, Brigade anti-criminalité), autour d’une question : comment construire sociologiquement, sur ce terrain, la question du racisme ? Deux autres intervenants ont permis d’éclairer l’approche des discriminations raciales en s’attachant à leur versant public : d’une part, à travers la figure inversée de la « diversité » – la politiste et anthropologue Martina Avanza (Université de Lausanne) a ainsi livré des éléments de son enquête en cours sur le personnel politique français ; d’autre part, dans le monde sportif, avec une présentation par le sociologue Stéphane Beaud (ENS), du livre qu’il a consacré au scandale des Bleus dénoncés comme « traîtres à la nation » lors de la dernière Coupe du monde.

9Si la plupart des exposés ont porté sur la France, deux conférences ont permis une double ouverture : d’une part, la comparaison avec l’Inde, et en particulier avec la question des catégories de recensement développée par le sociologue Satish Deshpande (Université de Delhi), a permis de repenser la « race » à partir de la « caste », soit en termes de racialisation ; d’autre part, l’intervention de l’historienne Henriette Asséo (EHESS), sur « Les usages politiques de la “nation Rom” » depuis 1958, a permis de dépasser le cadre national pour analyser l’émergence d’un objet, mais aussi d’un sujet politique transnational.

10La séance de conclusion a donné l’occasion de revenir sur ce programme, et de discuter avec les étudiants pour tisser des liens entre les thèmes abordés en cours d’année.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Didier Fassin, Richard Rechtman, Pap Ndiaye et Éric Fassin, « Anthropologie politique et morale », Annuaire de l’EHESS,  | 2012, 369-373.

Référence électronique

Didier Fassin, Richard Rechtman, Pap Ndiaye et Éric Fassin, « Anthropologie politique et morale », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2012, mis en ligne le 01 juillet 2015, consulté le 25 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/21200

Haut de page

Auteurs

Didier Fassin

Jean-Sébastien Eideliman

Articles du même auteur

Richard Rechtman

Articles du même auteur

Pap Ndiaye

Articles du même auteur

Éric Fassin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals