Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

L’islam au sud de la savane. Anthropologie des sociétés musulmanes en Afrique de l’Ouest atlantique

Marie Miran-Guyon
p. 377-378

Texte intégral

Marie Miran-Guyon, maître de conférences

Figures et débats intellectuels de l’islam en contexte africain

1Le séminaire a poursuivi en 2011 l’exploration de sa thématique dans le contexte à la fois maghrébin et subsaharien. Une collaboration particulière s’est nouée autour de Faouzi Skali (président de la Fondation Esprit de Fès) et de la réflexion sur la place et les nouveaux enjeux liés au soufisme dans l’espace socio-religieux continental. Lors de son invitation à l’EHESS en janvier, Faouzi Skali a animé deux conférences sur le renouveau du soufisme au Maghreb et sur la politique confrérique du Maroc en Afrique de l’Ouest. En retour, j’ai été invitée à donner deux conférences au Maroc : la première en avril autour des figures féminines de la sainteté au Nord Nigeria lors du Festival de Fès des cultures soufies, la deuxième en juin autour des questions de démocratie et de religion en Afrique noire lors du Forum de Fès « Une âme pour la mondialisation ».

2Le séminaire a par ailleurs étoffé son ouverture vers l’historiographie précoloniale et coloniale. Sur l’espace impérial français, Jean-Louis Triaud a présenté ses réflexions sur l’histoire de l’islam en Côte d’Ivoire à partir des fonds coloniaux de deux bibliothèques islamiques de la ville de Mankono. Hélène Grandhomme a revisité la question de la France face à l’islam au Sénégal par l’analyse de la double altérité des colonisés et des musulmans. Sur l’Empire britannique, Roman Loimeier s’est penché sur l’enseignement islamique à Zanzibar dans le premier XXe siècle. Dans une perspective comparative sur la longue durée, Roger Botte s’est interrogé sur les résistances à la suppression de l’esclavage en terres d’islam autour des cas marocain et mauritanien.

3Le séminaire a également accueilli Jean-François Havard, Christian Guinchard et Laetitia Ogorzelec, tous trois engagés dans un projet collaboratif croisant leurs expertises de sociologues et de politistes travaillant sur des terrains au Nord et au Sud : ils nous ont exposé leur démarche heuristique ethno-photographique pour appréhender ensemble, via l’image, le maggal de Touba comme phénomène social total. Le séminaire s’est clos par une séance co-organisée avec Jean Schmitz pour discuter de divers points liés à l’actualité des études en ethnographie religieuse en contexte africain, assorti à une réflexion sur l’importance des traductions à la fois des sources primaires (en arabe) et secondaires (notamment en anglais).

Publications

  • « Quand ethnologue et imam croisent leurs plumes. Récit d’un voyage au pays de l’anthropologie collaborative », Cahiers d’Études africaines, nos 198-199-200, 2010, numéro spécial cinquantenaire, p. 951-980.
  • « Cyclone post-électoral. La production de la violence en Côte d’Ivoire (janvier 2011) », Journal des Anthropologues, nos 124-125, 2011, p. 373-380.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie Miran-Guyon, « L’islam au sud de la savane. Anthropologie des sociétés musulmanes en Afrique de l’Ouest atlantique », Annuaire de l’EHESS,  | 2012, 377-378.

Référence électronique

Marie Miran-Guyon, « L’islam au sud de la savane. Anthropologie des sociétés musulmanes en Afrique de l’Ouest atlantique », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2012, mis en ligne le 01 juillet 2015, consulté le 25 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/21204

Haut de page

Auteur

Marie Miran-Guyon

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals