Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Anthropologie des techniques

Michel Tibon-Cornillot
p. 378-379

Texte intégral

Michel Tibon-Cornillot, maître de conférences

La radicalisation du fétichisme : autonomisation et déferlement des machines, des cyborgs et des flux financiers

1Le titre du séminaire présentait le thème central de la radicalisation du fétichisme en le liant immédiatement aux notions de déferlement et d’autonomisation des systèmes techniques contemporains ; les premières séances ont donc eu pour tâche d’expliciter ces liens en rappelant quelques résultats obtenus au cours des années précédentes.

2À propos du déferlement, la présentation de performances techniques récentes obtenues dans le contexte de la biologie moléculaire, du nucléaire civil ou de l’informatique, a permis d’illustrer avec précision cette notion. Il a suffi de rappeler aux étudiants la situation inquiétante des ressources halieutiques océaniques, la dangerosité du nucléaire civil en train de se banaliser malgré l’apparition d’accidents à la fois inéluctables et transhistoriques qui l’accompagnent. Il fallait aussi leur rappeler le rôle joué par les deux milliards d’ordinateurs dans la formation des maillages informatiques permettant la circulation planétaire des spéculations monétaires, la construction de téléréalités permettant la consommation mondiale des mêmes images et partant, l’appauvrissement des champs symboliques.

3On a montré aux étudiants de quelle manière le concept de déferlement des techniques est apparu progressivement au cours de nos recherches sur le statut spécifique des techniques à travers leur histoire, leurs origines paléontologiques et leur compréhension épistémologique. Le concept de déferlement est lié aux travaux distinguant soigneusement les techniques contemporaines des techniques traditionnelles, aux travaux concernant les liens entre les structures vivantes et la fabrication d’automates, aux recherches concernant aussi la question plus générale des régulations. La mise en place de cette notion permet de repérer la violence de l’impact des performances techniques contemporaines à croissance indéfinie sur des systèmes finis. Progressivement, l’ensemble des structures sociales, techniques, symboliques des sociétés industrielles ne peut plus être abordé en termes de régulation-dérégulation-réparation.

4Reconnaissant dans le déferlement la présence de symptômes « étranges » perturbant les rouages apparemment rationnels des sociétés industrielles, scientifiques et techniques, il fallait en expliciter l’une des dynamiques responsables de son apparition. Ces distorsions semblent liées à une sorte d’animation autonome de structures inanimées, clairement observable dans les machines et les flux monétaires.

5Comment fallait-il aborder cette autre question centrale du séminaire permettant de conforter l’hypothèse d’une autonomisation d’artefacts contemporains tels que les automates, les circulations monétaires, les ordinateurs, autrement dit, la présence d’objets réels-imaginaires capables d’une existence autonome ?

6Ces analyses se sont développées à partir d’un commentaire de la phrase du « jeune Hegel » datant de 1803 et écrite à léna, dans laquelle il affirme que les machines et l’argent « sont animés d’une vie qui se meut en soi-même - autonome – d’une réalité morte ». S’agit-il de simulacres ou de créations culturelles modernes par lesquelles viendraient à l’existence des sortes d’hypostases matérielles de productions imaginaires ? Comment faut-il développer cette curieuse orientation épistémologique et analyser la magie de façon non-magique tout en lui reconnaissant son efficacité ? Une étude plus précise de ces objets réels-imaginaires révèle qu’ils ne se réduisent pas au statut de simulacres mais relèvent de créations culturelles modernes par lesquelles viennent à l’existence des sortes d’hypostases matérielles de productions imaginaires.

7Au cours des dernières séances, on a montré aux étudiants que le concept de « radicalisation du fétichisme » élaboré à partir de l’approfondissement du concept de fétichisme permet de rendre compte de la présence envahissante des lignées d’objets réels-imaginaires contemporains. Ce fétichisme radical exprime l’une des racines symboliques des sociétés occidentales dans leur version moderne.

Publication

  • Les corps transfigurés – mécanisation et imaginaire de la biologie, 2e édition mise à jour et complétée, Éd. MF, coll. « Dehors », Paris, 2011, 408 p.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Tibon-Cornillot, « Anthropologie des techniques », Annuaire de l’EHESS,  | 2012, 378-379.

Référence électronique

Michel Tibon-Cornillot, « Anthropologie des techniques », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2012, mis en ligne le 01 juillet 2015, consulté le 20 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/21206

Haut de page

Auteur

Michel Tibon-Cornillot

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals