Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Écologie symbolique

Philippe Descola
p. 379-381

Texte intégral

Philippe Descola, directeur d’études

Anthropologie comparative du jugement esthétique, 2

1Dans le prolongement du séminaire de l’année précédente, on a poursuivi l’examen de la manière dont l’anthropologie comparée pourrait contribuer à restaurer le projet d’une esthétique générale, c’est-à-dire d’une théorie des jugements de goût dans laquelle les canons du Beau mis en avant par la tradition européenne ne seraient qu’un élément de discrimination parmi d’autres. La question de ce qui déclenche la satisfaction esthétique est décisive pour une anthropologie de la figuration qui s’intéresse aux principes de production des images en tant que celles-ci sont appréhendées comme des agents sociaux. Car l’appréciation esthétique d’une image contribue fortement à l’effet qu’elle peut exercer, donc au type d’agence dont on peut la créditer. Le potentiel d’action intentionnelle qu’une image paraît être en mesure d’exercer ne saurait être le produit exclusif du mouvement par lequel un spectateur impute à une représentation iconique une part de l’intentionnalité du prototype qu’elle figure ou du producteur qui la fait advenir. Pour être vraiment efficace, ce mouvement de délégation d’agence à un objet doit en outre se combiner à, ou être renforcé par, le plaisir que procure l’attention qu’il suscite. La beauté ne viendrait donc pas d’un ensemble limitatif de traits aisément identifiables mais plutôt de la jouissance éprouvée du fait de la fascination qu’une manifestation visuelle engendre, cette jouissance étant elle-même un symptôme de la capacité agentive dont des images sont créditées.

2Les approches anthropologiques de l’esthétique mettent en général l’accent sur ce que l’on pourrait appeler, avec Leroi-Gourhan, une esthétique « fonctionnelle », fondée sur l’exécution et l’usage, parce que c’est dans ce domaine que l’on relève le plus grand nombre de convergences dans les jugements de goût provenant de civilisations très diverses : la symétrie, simple ou alterné ; la répétition rythmique, consécutive ou décalée ; l’inventivité dans les variétés de l’adéquation d’une forme à une fonction ; le jeu entre la forme et le fond ; les qualités physiques des textures, notamment leur capacité à réfléchir la lumière. C’est une autre dimension, moins centrée sur l’expressivité iconique et les artefacts, qui a surtout été explorée cette année : la beauté du geste, non pas comme composante de la maîtrise technique et condition de la perfection formelle, mais appréhendée en soi comme objet même de la jouissance esthétique. On s’est donc intéressé à tout ce qui relève de la performance : la danse, l’expression théâtralisée des émotions, le combat, les compositions savantes des rituels, des liturgies et des arts de la scène. Ce domaine de la jouissance esthétique est aux antipodes de la topique du « modèle réduit » que Lévi-Strauss met au premier plan de l’expérience universelle de l’art. Il ne s’agit pas d’une diminution des qualités du prototype permettant de faire prévaloir la connaissance du tout sur celle des parties, mais au contraire d’une augmentation des qualités de l’acteur-actant par addition, du costume et des parures, du mouvement, de la temporalité, de l’interaction. Loin d’être la reproduction amoindrie d’un modèle, le corps en mouvement devient une véritable figuration, c’est-à-dire l’incorporation de ce qui n’advient qu’à travers lui ; il montre au lieu de représenter, il manifeste plutôt que de signifier.

3Une série d’exposés a ensuite permis d’examiner plus avant les critères du beau geste sur la base d’études de cas ou de processus. Ont tour à tour été abordés la dimension multisensorielle des rites masqués des Sulka de Nouvelle-Irlande (Monique Jeudy-Ballini, CNRS) ; la vue synthétique de la vie sociale qu’offrent les danses collectives des Bassari de Guinée (Laurent Gabail, musée du quai Branly) ; l’animation des peintures corporelles et des peintures sur écorce chez les Yolngu de la Terre d’Arnhem (Jessica de Largy Healy, LAS) ; les canons du beau dans l’acte tauromachique (Francis Wolff, ENS Ulm) ; les mérites et les limites des théories cognitives de l’esthétique (Jérôme Dokic, EHESS) ; le rôle de la virtuosité dans l’esthétique des rituels au Kerala (Gilles Tarabout, CNRS) ; le mouvement « naturel » dans l’art chinois (Yolaine Escande, CNRS) ; la combinaison paradoxale entre artifice et naturel dans le ballet La Création du Monde de Biaise Cendrars, Fernand Léger et Darius Milhaud (Jean Jamin, EHESS) ; l’esthétique doloriste du flamenco des gitans andalous (Caterina Pasqualino, CNRS).

Publications

  • Diversité des natures, diversité des cultures, Paris, Bayard, coll. Les petites conférences, 2010, 85 p.
  • L’écologie des autres. L’anthropologie et la question de la nature, Paris, Éditions Quae, 2011, 110 p.
  • « Postface », dans Éthique de la terre, sous la dir. de John Baird Callicott, Marseille, Éditions Wildproject, 2010, p. 292-295.
  • « From wholes to collectives. Steps to an ontology of social forms », dans Experiments in holism. Theory and practice in contemporary anthropology, sous la dir. de Niels Bubandt et Ton Otto, Oxford, Wiley-Blackwell, 2010, p. 209-226.
  • « L’impossible dissociation entre nature et culture », dans Aux origines de l’environnement, sous la dir. de Pierre-Henri Gouyon et Hélène Leriche, Paris, Fayard, 2010, p. 207-217.
  • « À chacun ses animaux », dans Qui sont les animaux ?, sous la dir. de Jean Birnbaum, Paris, Gallimard, coll. Folio essais, 2010, p. 167-179.
  • « Cognition, perception and worlding », Interdisciplinary Science Reviews, vol. 35, nos 3-4, 2010, p. 334-40.
  • « La nature et ses débordements - Prologue », dans Humains, non humains. Comment repeupler les sciences sociales, sous la dir. de Sophie Houdart et Olivier Thiery, Paris, La Découverte, 2010, p. 17-21.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Descola, « Écologie symbolique », Annuaire de l’EHESS,  | 2012, 379-381.

Référence électronique

Philippe Descola, « Écologie symbolique », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2012, mis en ligne le 01 juillet 2015, consulté le 27 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/21207

Haut de page

Auteur

Philippe Descola

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals