Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Anthropologie des institutions

Marc Abélès
p. 385-386

Texte intégral

Marc Abélès, directeur d’études

Anthropologie de la globalisation : tendances et tensions

1Mon enseignement cette année a été consacré pour l’essentiel à une réflexion sur les lieux de la globalisation à partir d’une recherche ethnographique menée à Pékin au Dashanzi Art District, plus connu sous le nom de 798, un lieu qui suscite bien au-delà de la capitale une énorme curiosité et qui draine, pas seulement les week-ends, une foule de visiteurs. Le 798 est une gigantesque usine d’armement construite dans les années 1950 dans une capitale jusqu’alors presque dénuée d’industrie, par des architectes est-allemands issus de l’école du Bauhaus. Une usine modèle en quelque sorte, avec ses équipements sportifs, son théâtre, sa crèche et ses lieux d’habitation, destiné à des ouvriers d’élite : l’emblème du Grand bond en avant. À la fin du XXe siècle la production s’est effondrée, et ce fut le déclin de ce fleuron industriel. Au même moment des artistes d’avant-garde en quête de lieux de création ont jeté leur dévolu sur le 798, et les dirigeants de l’usine ont accepté de leur louer des espaces tombés en désuétude qu’ils vont convertir en ateliers et retaper tant bien que mal.

2Le faible coût des loyers autant que les qualités esthétiques explique l’engouement d’artistes qui vivaient jusqu’alors dans des conditions extrêmement précaires dans des villages parfois éloignés de Pékin, en but aux menaces permanentes d’un pouvoir pour le moins rétif aux formes contemporaines de l’art. Très vite le mouvement s’élargit avec la venue de galeries, un festival est créé avec les moyens du bord : on réalise des performances, des installations, sous les yeux ébahis des ouvriers et d’un public attiré par le bouche à oreille qui font la découverte de l’art contemporain. Artistes étrangers, touristes, font le détour, et le 798 devient en quelques années un lieu où vont s’installer de grandes galeries internationales, alors même que les artistes chinois acquièrent une place de premier plan sur le marché de l’art, exposant un peu partout dans les grands centres de la planète.

3Fallait-il cependant livrer pleinement l’usine aux créateurs et aux marchands, se sont demandés ses dirigeants ? En 2005, ils ont proposé de mettre en place au 798 un nouveau complexe industriel, ce qui impliquait le déménagement des occupants. S’ensuivit un bras de fer entre ces derniers et les technocrates, finalement arbitré par le gouvernement qui décida de faire du 798 un « district des industries de création ». L’art contemporain a eu gain de cause ; désormais le lieu prend une dimension plus officielle, il incarne la « marque Chine ». Aujourd’hui il figure en bonne place, au même titre que la Cité interdite ou que le Palais d’été dans les guides touristiques. Le 798 incarne un monde à l’image de la Chine qui s’engouffre dans l’économie de marché et se pare de tous les attributs de l’hyper-modernité.

4Et cependant le 798 c’est aussi autre chose, à la fois omniprésent et enfoui. Le spectacle de l’usine renvoie sans cesse à la mémoire des années Mao. En public, il est rare qu’on fasse référence au passé ; chacun semble polarisé sur l’avenir et avide de réussite. Mais dans nos conversations, mes interlocuteurs, et spécialement les artistes, en viennent à évoquer, douloureusement souvent, la Révolution culturelle. Les mêmes ressuscitent Tian’anmen, la répression, les désordres psychiques, l’expérience aiguë de la marginalité. C’est presque sans transition que leur statut a changé. Mais la richesse et la célébrité n’ont fait qu’exacerber une série d’ambivalences qui caractérisent les artistes, entre résistance et acceptation du système, entre appartenance locale et globale, entre mémoire et fascination du futur.

5Le 798 est un peu la métaphore du passage de la marge au centre ; comme les artistes qu’il abrite, le lieu fut longtemps périphérique, mais l’expansion urbaine le place désormais au cœur de la ville. Certains disent que le 798 est une vitrine ; mais cela n’est pas nouveau. L’usine était spectaculaire dans sa conception. Mieux : elle abritait de grands événements collectifs qui donnaient à voir les vertus du communisme version Mao. Aujourd’hui s’y perçoivent les échos d’un débat qui touche au statut de l’art, à ses rapports avec la politique, aux dérives mercantiles de l’avant-garde, dans le contexte de la mondialisation et qui a pour enjeu l’image de la Chine.

6En prenant pour point de départ l’ethnographie de ce lieu globalisé, en ce qu’il s’inscrit dans une approche « planétaire » des centres d’art et de l’esthétique urbaine liée tout à la fois à un retraitement du patrimoine industriel et à une marchandisation accélérée de ce qui relève en principe de la pure création, j’ai tenté de faire apparaître les tensions qui s’y manifestent entre cet ethos globalisant et la puissance de l’histoire, de la mémoire et des forces politiques proprement locales qui configurent cette situation complexe. De quels instruments conceptuels et méthodologiques dispose l’anthropologue du contemporain pour aborder ce contexte, quel est l’apport spécifique de cette approche, telles sont, entre autres, les questions qui ont été abordées dans le cadre de ce séminaire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marc Abélès, « Anthropologie des institutions », Annuaire de l’EHESS,  | 2012, 385-386.

Référence électronique

Marc Abélès, « Anthropologie des institutions », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2012, mis en ligne le 01 juillet 2015, consulté le 23 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/21211

Haut de page

Auteur

Marc Abélès

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals