Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Anthropologie politique de l’État local en Afrique subsaharienne

Giorgio Blundo
p. 387-388

Texte intégral

Giorgio Blundo, maître de conférences

L’État vu d’en bas : anthropologie des administrations publiques en Afrique

1Ce séminaire de recherche est étroitement lié à mes enquêtes de terrain sur l’État et la délivrance des services publics en Afrique. Son enjeu principal est de redonner un contenu empirique à une anthropologie de l’État, qui, tout en se renouvelant, a délaissé l’ethnographie de l’ordinaire bureaucratique. Depuis le début des années 1990, on assiste à l’émergence de travaux qui revendiquent la pertinence du regard anthropologique dans la mise à nu des arcanes de l’État contemporain. Ces recherches se focalisent surtout sur la diffusion de l’idée de l’État dans les sociétés locales, ainsi que sur les attentes, représentations et imaginaires dont il est l’objet. Ou alors, dans un élan louable de faire éclater l’image d’un État comme entité territorialement définie et autonome par rapport à la société, cette littérature aborde les dispositifs étatiques essentiellement à partir de leurs marges, qu’il s’agisse des frontières ou d’espaces qui échappent à leur contrôle. Après avoir souligné les limites de ces enquêtes « autour de l’État » – anémie ethnographique, tendance à la surinterprétation, obsession théorique pour la globalisation néolibérale –, j’ai abordé les éléments théoriques et méthodologiques d’une enquête « au cœur de l’État », visant à restituer le fonctionnement quotidien des appareils étatiques, à cerner les fonctionnaires dans leur environnement spécifique.

2Au lieu de considérer l’État comme un ensemble unifié d’intentions, politiques et plans cohérents en mesure de rendre « lisible » un monde social fluctuant et complexe, ce séminaire entend rendre « lisible » l’État lui-même, en l’observant par les pratiques concrètes des fonctionnaires. Les « visions d’État » ne correspondent pas aux visions des agents de l’État, dont l’enquête ethnographique dévoile le caractère fragmenté, contradictoire et diversifié selon les corps d’appartenance.

3Le séminaire a ensuite abordé différentes thématiques, en adoptant une démarche interdisciplinaire croisant anthropologie et sociologie politique, sociologie des organisations, histoire de l’État et des administrations publiques. En prenant comme objet d’analyse un service administratif peu étudié en dépit de l’ancienneté de son implantation en Afrique de l’Ouest, les services forestiers, j’ai discuté de la spécificité d’une étude anthropologique en milieu administratif, qui demande une enquête multi-située et de longues négociations avec les interlocuteurs locaux. Ensuite, l’analyse des dynamiques de recrutement et d’avancement, des relations avec les usagers de l’administration, de la corruption érigée en mode de gouvernance du service, ont permis de revisiter des notions classiques des sciences sociales, comme le clientélisme – dont on a montré qu’il n’est pas incompatible avec des processus de gestion de type légal-rationnel –, la redevabilité, la privatisation et le pluralisme institutionnel et normatif. L’étude de la gouvernance « concrète » de cette administration a montré que leurs pratiques professionnelles sont déterminées par un contexte de pluralisme normatif, mêlant normes sociales, normes pratiques apprises sur le tas et normes officielles, véhiculées par les politiques mondiales de « bonne gouvernance ».

4Les enquêtes sur les services forestiers se sont poursuivies en décembre 2010 au Sénégal, dans le cadre d’un programme comparatif intitulé « Power and Politics in Africa » (2007-2012), conduit par un consortium de recherche dirigé par l’Overseas Development Institute (ODI) de Londres. Les premiers résultats de ce programme de recherche ont été débattus et confrontés à d’autres travaux à l’occasion de deux panels que j’ai co-organisés dans le cadre de l’European Conference of African Studies de I’AEGIS (Uppsala 15 au 18 juin 2011), sur les thèmes des « State bureaucracies, public reforms and service delivery » et des « Bureaucrats in uniform : Historical and anthropological explorations of an African professional field ». J’ai également présenté une communication intitulée « Seeing like a state agent : Professional cultures and local reforms in West Africa forest services », au congrès annuel de l’African Studies Association (ASA) à San Francisco (du 18 au 21 novembre 2010). J’ai été aussi invité à donner des conférences sur l’anthropologie de l’État en Afrique à l’Université autonome de Madrid (11 février 2011), à l’Université de Liège (4 mai 2011) et à l’occasion de séminaires organisés par la Commission européenne à Bruxelles (18 octobre 2010) et à Libreville (24 février 2011).

5J’ai également exposé les résultats d’une recherche sur les mouvements civiques de lutte contre la corruption à l’International Workshop on The Government of Techno-Science, Technological Products, and the Environment at Global Level. Experts, Actors, Tools and Institutions (La Londe-les-Maures, 30 août 2011), avec une communication intitulée « Transparency International en Afrique. L’appropriation locale des techniques de bonne gouvernance ».

Publications

  • « L’appropriazione locale delle politiche transnazionali anticorruzione in Senegal », Meridiana. Rivista di stona e scienze sociali, n° 68, 2011, p. 165-178.
  • « Une administration à deux vitesses. Projets de développement et construction de l’État au Sahel », Cahiers d’Études africaines, 51 (2-3), nos 202-203, 2011, p. 427-452.
  • « “Graisser la barbe”. La corruption en Mauritanie vue par ses élites », dans Une anthropologie entre pouvoirs et histoire. Conversations autour de l’œuvre de Jean-Pierre Chauveau, sous la dir. d’Eyolf Jul-Larsen, Pierre-Joseph Laurent, Pierre-Yves Le Meur et Éric Léonard, Uppsala-Paris-Marseille, APAD-IRD-Karthala, 2011, p. 449-476.
  • « Comme un ballon de foot. La gestion quotidienne des ressources humaines dans les services forestiers en Afrique de l’Ouest », dans Auf dem boden der tatsachen. Festschrift für Thomas Bierschenk, sous la dir. de Nikolaus Schareika, Eva Spies et Pierre-Yves Le Meur, Köln, Köppe Verlag, « Mainzer Beiträge zur Afrikaforschung 28 », 2011, p. 377-394.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Giorgio Blundo, « Anthropologie politique de l’État local en Afrique subsaharienne », Annuaire de l’EHESS,  | 2012, 387-388.

Référence électronique

Giorgio Blundo, « Anthropologie politique de l’État local en Afrique subsaharienne », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2012, mis en ligne le 01 juillet 2015, consulté le 26 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/21212

Haut de page

Auteur

Giorgio Blundo

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals