Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Sociétés océaniennes et questionnement du politique

Alban Bensa et Dominique Casajus
p. 393-395

Texte intégral

Alban Bensa, directeur d’études
Dominique Casajus, directeur d’études, directeur de recherche au CNRS

La fabrique de l’anthropologie : terrains, individus, écritures

1Nous nous sommes longuement penchés sur les conditions d’élaboration, de recueil et d’interprétation des narrations orales formalisées. Dominique Casajus est revenu sur la question homérique, à partir d’un réexamen critique des travaux de Milman Parry et Albert Lord. Les deux homéristes ont émis l’hypothèse que les épopées homériques furent prises sous la dictée d’aèdes illettrés, semblables aux bardes serbo-croates dont ils avaient recueilli les chants au début des années 1930. Cette situation où la composition est contemporaine de l’exécution devait selon eux être tenue pour caractéristique de la poésie orale, alors que la poésie écrite suppose un hiatus entre la composition et la réception. Dominique Casajus s’est attaché à rappeler qu’il existe des poésies orales pour lesquelles la composition est tout aussi peu contemporaine de l’exécution qu’elle l’est pour la poésie écrite. La poésie touarègue contemporaine en est un exemple, qu’il a développé ; il y en a d’autres.

2Alban Bensa a montré, pour sa part, à partir de son travail sur les narrations orales et écrites kanak que l’ethnographe, par les savoirs qu’il recueille, étudie et finalement apprend, se trouve lui-même inscrit dans leur processus de transmission. Les récits en effet ne passent qu’entre des personnes liées entre elles. En ethnolinguistique, le sens de l’énoncé est ainsi proportionnel à notre implication dans le tissu social et politique. Cette démarche internaliste ouvre à la complexité des contextes d’énonciation et dépasse en cela les étroites limites d’une simple « collecte ».

3Ce cheminement nous a conduits à interroger, dans des situations plus ordinaires, le questionnement ethnographique lui-même. Revenant sur des situations d’enquête, nous avons souligné les malentendus, les embarras, les difficultés à poser les bonnes questions au bon moment et à comprendre le sens de nos propres interventions et partis pris sur le terrain. On a pu ainsi mettre en évidence combien la mise en catégories était en permanence déjouée par la « pensée indigène » qui, parce qu’elle est une vraie réflexion, ne trace pas de limites précises entre les notions mais montre leurs usages et leurs sens différents selon les contextes. Dominique Casajus a insisté sur la difficulté de trouver les justes mots pour dire ce que l’on voit et comprend sur le terrain sans y projeter ce que l’on sait déjà. En retour nous nous sommes aussi interrogés, en faisant écho à un ouvrage récent de Stéphane Audoin-Rouzeau Combattre : une anthropologie de la guerre moderne (XIXe-XXIe siècles) (Paris, Éd. du Seuil, 2008), sur la difficulté des chercheurs ayant combattu à dire la guerre.

4Si l’insistance sur la singularité et le détail se tient au cœur du « devoir ethnographique », nous avons exploré, dans une perspective critique, les voies de la généralisation. Dominique Casajus, à partir de divers corpus historiques et ethnologiques, a montré que la pertinence du détail tient à sa capacité à être comparé. Alban Bensa a examiné les apports de la micro-description à la théorie du sujet. Si le sujet apparaît comme acteur et non plus seulement comme agent, il faut trouver à l’action des ancrages plus rapprochés et plus crédibles que la culture ou la structure : la stratégie, la trajectoire, l’histoire vécue et les identifications plus ou moins stables qui la jalonnent. Les usages politiques contemporains du passé au Maghreb et en Océanie nous ont fournis, dans cette perspective, de nombreux exemples que nous avons couplés avec un retour sur les muséographies et les enjeux de la restitution des objets accumulés par les puissants.

Publications

  • Avec Bertrand Richard, Après-Lévi-Strauss. Pour une anthropologie à taille humaine, Paris, Textuel, « Conversations pour demain », 2010.
  • « Ethnographie et engagement politique en Nouvelle-Calédonie », dans Sociologues sans qualité ? Pratiques de recherche et engagements, sous la dir. de Delphine Naudier et Maud Simonet, Paris, La Découverte, 2010, p. 44-61.
  • « Questions d’îles », dans Bacchanales, n° 46, Ce qu’îles disent. Les poètes chantent les îles, Maison de la poésie Rhône-Alpes, 2010, p. 7.
  • « Nous construisons le pays, le lieu de notre fierté », préface à Patrick Mesner, Kanak, Portrait de groupe (Photographies), Idées, plus Éditions, 2011, p. 4-5.
  • « La tradition écrite kanak. Un engagement mémoriel et politique essentiel en Nouvelle-Calédonie », dans Destins des collectivités politiques d’Océanie, sous la dir. de Jean-Yves Faberon et Jean-Marc Regnault, Aix-en-Provence, Presses universitaires d’Aix-Marseille, 2011, p. 647-653.
  • Avec Yvon Goromoedo, « Les sanglots de l’aigle pêcheur. La langue paicî à l’honneur », Culture et recherche, n° 125, Pour des états généraux du multilinguisme outremer, automne 2011, p. 47-48.
  • Avec Yvon Goromoedo, « La Nouvelle-Calédonie kanake, l’ethnographie et la mondialisation », dans Le spectacle et le quotidien, Vetuda/Biennale de Lyon 2009, sous la dir. d’A. Damani, T. Raspail et H. Hanru, Dijon, Les Presses du réel, 2011, p. 154-166.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alban Bensa et Dominique Casajus, « Sociétés océaniennes et questionnement du politique », Annuaire de l’EHESS,  | 2012, 393-395.

Référence électronique

Alban Bensa et Dominique Casajus, « Sociétés océaniennes et questionnement du politique », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2012, mis en ligne le 01 juillet 2015, consulté le 28 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/21216

Haut de page

Auteurs

Alban Bensa

Articles du même auteur

Dominique Casajus

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals