Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Anthropologie des sociétés andines

Gilles Rivière et Pascale Absi
p. 397-398

Texte intégral

Gilles Rivière, maître de conférences
Pascale Absi, chargée de recherche à l’IRD

Histoires, mémoires, identités

1Au cours de cette année nous avons réexaminé conjointement un certain nombre de thèmes dans une perspective comparative entre mondes ruraux et urbains (systèmes des charges, fondements de différentes formes d’autorité, mouvements sociaux et indigènes). Les interventions de Pascale Absi (IRD) ont porté sur les recompositions des logiques sociales et des imaginaires ruraux dans le contexte des migrations urbaines, avec une ouverture sur des questions plus générales relatives à l’anthropologie du travail, de l’argent et des rapports de sexes. Dans le prolongement de l’intervention de Franck Poupeau (CNRS) sur les mobilisations politiques des organisations de residentes (migrants ruraux venus à différentes périodes) de la ville d’El Alto, elle a considéré l’organisation socio-politique des coopératives minières de Potosi. L’analyse de la co-construction de l’organisation des rituels avec les rapports de production a permis à Pascale Absi d’aborder la part « idéelle » du travail et de son économie morale. Elle a également montré l’intérêt heuristique d’introduire dans les Andes les enseignements d’une anthropologie de l’argent comme analyseur des rapports sociaux. Après une mise en perspective historique de l’usage de la monnaie d’État dans les Andes et de son appropriation par les populations locales, elle a exploré le rôle des représentations symboliques de l’argent dans la naturalisation des rapports différentiels des hommes et des femmes au travail et aux revenus à partir de trois terrains : la production minière, le commerce féminin et la prostitution. Poursuivant l’exposé de la recherche en cours dans les maisons closes de Bolivie, une séance a été consacrée, à partir des récits des rêves diaboliques des prostituées, à la manière dont celles-ci construisent l’expérience sociale de la prostitution en interaction avec les architectures imaginaires du travail, des revenus et du genre dans les Andes. Le corpus onirique se révèle ainsi particulièrement riche pour comprendre les ancrages locaux des processus migratoires, l’ascension sociale et l’entrée des femmes sur le marché du travail.

2Avec Andrew Canessa (Université d’Essex), professeur invité, nous avons repris plusieurs thèmes souvent abordés au cours des dernières années dans le cadre du séminaire à propos des liens entre identité, ethnicité et classe, du racisme, des relations de genre et des formes de mobilisation dans plusieurs pays andins. Nous avons considéré les divers éléments tant historiques que sociaux qui ont conduit à d’importantes mobilisations sous la bannière de l’indigénéité ainsi que la manière dont différents groupes (Indiens, métis, etc.) conceptualisent les concepts raciaux. À la lueur de divers travaux, nous nous sommes demandés comment des collectifs que l’on dénomme « indigènes » structurent leur identité sociale à partir de la position économique, de la relation à l’espace, de la culture et de différences à la fois revendiquées et imposées. Andrew Canessa a analysé le rôle que jouent le sang, la graisse humaine, la peau et la terre dans l’articulation de cette identité. Il apparaît que l’histoire orale et la perception que les populations locales ont de leur histoire sont fondamentales pour comprendre les perspectives identitaires indigènes. « Être indigène » signifie un certain rapport à l’histoire, la conscience d’appartenir à un lieu et de souffrir une injustice historique, autant d’éléments qui semblent plus importants que la seule culture. À propos du genre, Andrew Canessa s’est demandé si, reprenant l’affirmation de Marisol de la Cadena, « les femmes sont plus indiennes » dans des pays comme la Bolivie et l’Équateur où des femmes indigènes occupent ou ont occupé des positions importantes dans divers gouvernements. Outre les mouvements « traditionnellement » indigènes, ont également été considérés les mouvements des « sans terres », des cocaleros et d’autres groupes qui depuis peu articulent leurs revendications autour de l’indigénéité ce qui débouche souvent sur des conflits de légitimité.

3Conjoignant les outils analytiques provenant de l’anthropologie économique et de l’anthropologie du rituel, Olivia Angé (post-doctorante à l’Université d’Oxford) a fait un exposé sur la circulation des biens dans les Andes méridionales, interrogeant la nature des prestations économiques réalisées lors des foires qui se déploient à l’occasion des fêtes patronales.

4Maristella Svampa (Conicet, Universidad nacional de La Plata) a montré les effets du renforcement du modèle extractiviste en Bolivie et au Pérou, axé sur la surexploitation des ressources naturelles ainsi que sur l’expansion des frontières de l’exploitation dans des régions auparavant considérées comme « improductives ». Rejoignant plusieurs problématiques traitées dans le cadre des séminaires, elle a analysé les imaginaires autour du développement mis en place par différents gouvernements et leur rapport à une certaine conception de la « nature américaine ». Elle a également analysé les discours et pratiques de plusieurs mouvements indigènes et paysans, engagés depuis plusieurs décennies dans la défense de la terre et des ressources naturelles (définies comme des « biens communs »), de l’environnement et de la biodiversité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gilles Rivière et Pascale Absi, « Anthropologie des sociétés andines », Annuaire de l’EHESS,  | 2012, 397-398.

Référence électronique

Gilles Rivière et Pascale Absi, « Anthropologie des sociétés andines », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2012, mis en ligne le 01 juillet 2015, consulté le 16 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/21218

Haut de page

Auteurs

Gilles Rivière

Articles du même auteur

Pascale Absi

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals