Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Anthropologie de l’Europe

Daniel Fabre et Christine Laurière
p. 411-412

Texte intégral

Daniel Fabre, directeur d’études
Christine Laurière, ATER

Questions d’histoire de l’anthropologie en Europe (1930-1960)

1Le but de ce séminaire, premier d’une série consacrée à une reformulation de quelques thèmes d’histoire de l’anthropologie française au XXe siècle, était d’éclairer à nouveau frais la période charnière où une institutionnalisation confirmée de l’anthropologie s’est soudain trouvée confrontée à l’épreuve de l’Histoire. Daniel Fabre avait, il y a une quinzaine d’années, proposé une analyse générale de cette jeune ethnologie « à la croisée des engagements » pendant la période pétainiste ; il s’agissait de revisiter ces propositions à la lumière des travaux les plus récents des jeunes ethnologues, sociologues et historiens attachés à produire une histoire intellectuelle et sociale de la discipline. Le séminaire a donc consisté en un débat serré, appuyé sur la confrontation entre un corps d’hypothèses et un ensemble de découvertes fondées sur l’ouverture récente de nouvelles archives, publiques et privées. L’audience du séminaire qui mêlait des spécialistes de la période venus de tous les horizons, des témoins qui furent proches des principaux acteurs et des étudiants qui, pour la plupart, découvraient cette histoire, a assuré à celui-ci une densité d’écoute et, souvent, d’émotion, très particulière. Dans le bref parcours qui suit, le nom des intervenants apparaît entre parenthèses.

2Après le rappel synthétique, par Christine Laurière, des deux gestes fondateurs que furent la création de l’Institut d’ethnologie, en 1925 et le rattachement à la chaire de Paul Rivet du Musée de Trocadéro, déjà considérablement vieilli, l’exploration s’est engagée dans quatre directions. La première a consisté à expliciter la position des musées – Trocadéro d’abord puis Musée de L’Homme et Musée des Arts et Traditions populaires – comme foyers d’une reconnaissance de l’ethnologie nécessairement liée au pouvoir politique en place, faute d’un espace universitaire réel. Dans le contexte du Musée de l’Homme -deuxième direction –, une étude particulière a été proposée des avatars du paradigme racial : toujours exposé (Fabrice Grognet), cantonné et critiqué de façon militante (Christine Laurière), et hypostasié par l’antisémite de G. Montandon (Carole Reynaud-Paligot). Or, troisième direction, c’est, pour une part, contre le racisme, central dans l’idéologie et la pratique politique nazis, que le « réseau du Musée de l’Homme » est entré en Résistance et ce dès les premières semaines de l’occupation de Paris, ce qui pose le problème des commencements de la Résistance et de la logique des choix individuels (Julien Blanc). Quatrième direction : l’expansion remarquable du Musée des Arts et Traditions populaires pendant la période de l’occupation continue de poser un problème. Si l’on renonce à classer le musée du côté des lieux centraux de la Révolution nationale (position encore très présente chez les historiens généralistes de Vichy), il n’en reste pas moins nécessaire de distinguer des situations, des pratiques et des prises de positions contrastées. Entre Georges-Henri Rivière et André Varagnac (présenté par Arnaud Chandivert), la période historique va créer un fossé irrémédiable dont les dossiers, aujourd’hui accessibles, constitués pour la commission d’épuration n’éclairent pas vraiment les raisons. En fait, le champ des attitudes, et de leur incontestable évolution, s’éclaire sans doute mieux en adoptant un point de vue rétrospectif (Daniel Fabre). Apparaît alors une période de catharsis où une certaine scientificité techniciste (assez différente de celle qui s’était imposée dans les années 1930 avec les enquêtes collectives, présentées par Bertrand Müller), un souci d’historiciser l’approche monographique régionale, une prise de distance, beaucoup plus lente, à l’égard du paradigme racial (André Langaney) marque une sortie de la période de guerre qui prendra au moins une quinzaine d’années. Dans cette période l’œuvre de Claude Lévi-Strauss, en articulant l’antiracisme universaliste de l’UNESCO et le paradigme des invariants anthropologiques a joué un rôle indirect très efficace. En dépit de ces mouvements cathartiques dont il fut l’un des centres et de sa nouvelle visibilité architecturale le Musée National des Arts et Traditions populaires n’aura, lui, survécu qu’une quarantaine d’années. Le débat sur son évolution et sa disparition, qualifiée de « scandale culturel » (Martine Segalen), a permis de reparcourir, en conclusion, une période capitale pour l’ethnologie du proche.

Publications

  • Avec Anna Luso, Les monuments sont habités, Paris, Éditions de Maison des sciences de l’homme, 2010, 336 p.
  • Avec Jean Jamin et Marcello Massenzio, L’Homme, n° 195-196, 2010, « Auto-biographie, ethno-biographie », 592 p.
  • Avec Jean-Marie Privat, Savoirs romantiques. Une naissance de l’ethnologie, Nancy, Presses de l’Université de Nancy, 2010, 372 p.
  • Avec Christian Hottin, « Ethnologie vagabonde. Préface », dans Les monuments sont habités, op. cit., p. 9-15.
  • « Habiter les monuments », dans Les monuments sont habités, op. cit., p. 17-52.
  • « Un récit des origines », Préface à Jean Guilaine, Un désir d’histoire. L’enfance d’un archéologue, Carcassonne, Garae-Hésiode, 2010, p. 7-21.
  • Avec Jean Jamin et Marcello Massenzio, L’Homme, n° 195-196, 2010, « Jeu et enjeu ethnographiques de la biographie », op. cit., p. 7-20.
  • « Autobiographie, histoire et fiction. Entretien de Daniel Fabre, Marcello Massenzio et Jean-Claude Schmitt », dans L’Homme, n° 195-196, 2010, « Auto-biographie, ethno-biographie », op. cit., p. 83-102.
  • « L’enfer de la mémoire », dans L’Homme, n° 195-196, 2010, « Auto-biographie, ethno-biographie », op. cit., p. 125-162.
  • « Préface » à Alessandro Barbato, L’alternativa fantasma. Pasolini e Leiris : percorsi antropologici, avec Marcello Massenzio, Ed. Libreriauniversitaria, 2010, p. 5-9.
  • « D’une ethnologie romantique », dans Savoirs romantiques. Une naissance de l’ethnologie, sous la dir. de Daniel Fabre et Jean-Marie Privat, Nancy, Presses de l’Université de Nancy, 2010, p. 5-75.
  • « Francisque Michel : la fin de la polygraphie romantique », dans Savoirs romantiques. Une naissance de l’ethnologie, op. cit., p. 117-143.
  • « Le récit de vie et son modèle. Mémoires d’un Languedocien ordinaire, Pierre Prion (1687-1759) », Annales du Midi, t. 122, n° 270, avril-juin 2010, p. 197-214.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Daniel Fabre et Christine Laurière, « Anthropologie de l’Europe », Annuaire de l’EHESS,  | 2012, 411-412.

Référence électronique

Daniel Fabre et Christine Laurière, « Anthropologie de l’Europe », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2012, mis en ligne le 01 juillet 2015, consulté le 21 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/21229

Haut de page

Auteurs

Daniel Fabre

Articles du même auteur

Christine Laurière

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals