Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Sociologie

Processus sociaux de construction de l’identité

Francine Muel-Dreyfus et Dominique Memmi
p. 445-447

Entrées d’index

Index thématique :

Sociologie
Haut de page

Texte intégral

Francine Muel-Dreyfus, directrice d’études
Dominique Memmi, directrice de recherche au CNRS

1Le séminaire est consacré à la présentation et à la discussion de recherches achevées ou en cours permettant la mise en examen de la notion de « naturalisation du social » ainsi que la mise en valeur de ses renouvellements éventuels. D’autres notions sont aussi interrogées, comme celles d’« identification » (fabrication des identités) et d’« incarnation » (fabrication des identités « par corps ») en même temps qu’est mis l’accent sur la sociogenèse des représentations, des classements et des systèmes de classement mobilisés dans ces processus ; les relations entre classements savants et classements sociaux et les logiques de production des « mythes savants » ; les médiations institutionnelles et professionnelles œuvrant à l’appropriation et à la légitimation de ces visions du monde social. En 2011, cette réflexion s’est déployée dans plusieurs directions : le renouvellement des pratiques autour de la naissance et de la mort depuis cinquante ans ; les relations entre identités sociales et sexuelles dans l’éducation sexuelle à l’école ; la fabrique des critères de l’identité nationale ; les professionnels du psychisme face à la normativité scolaire ou politique.

2Dans le cadre de la réflexion sur le travail social opéré sur les identités via les corps, Dominique Memmi, a présenté sa recherche en cours de rédaction Vers la revanche du « biologique » ? Quand le corps vient au secours des psychés (dont la publication est prévue en 2012) qui fait suite à l’ouvrage qu’elle a publié en 2011 (La seconde vie des bébés morts, Éditions de l’EHESS). Elle a abordé le relatif impensé des travaux sur la mort : la remarquable autonomie et l’inventivité dont font preuve les professionnels dans la gestion de la mort et son renouvellement, qui a commencé à se faire sentir à partir des années 1990. Professionnels du funéraire, du soin ou du psychisme s’avèrent ainsi déterminants dans les ruptures introduites au cœur des usages mis en place autour des morts et des restes humains, mais aussi, autour des naissances. Le nouveau mode de régulation des conduites qui, à partir du début des années 1990, en utilisant le corps, vient avec insistance au secours des liens sociaux primaires et des identités de père, de mère, d’enfant, décrit l’année précédente, s’avère donc pouvoir en partie – mais en partie seulement – être imputable à des évolutions propres à ces métiers, et plus généralement, aux groupes sociaux et culturels dans lesquels ils recrutent une grande partie de leurs membres. Si la chair, le donné biologique sont ainsi aujourd’hui de plus en plus fréquemment appelés au secours des psychés, cela tient en partie à des aspirations du public, mais aussi à des ressources propres à ces professions en cours de remaniement sociologique, dont la féminisation n’est pas le moindre des traits. Enfin, ceci réclame que soit désormais accordée une attention plus grande au rôle spécifique que joue l’institution – ici hospitalière tout particulièrement – dans ces entreprises, très volontaristes, de réforme des pratiques. Les professionnels occuperaient à bas bruit aujourd’hui la place de réformateurs.

3Deux séances ont été consacrées aux pratiques d’accouchement alternatives dans la société française contemporaine.

4Cécile Vibarel, doctorante en anthropologie sous la direction de Pascale Bonnemère et Dominique Memmi, a présenté sa recherche sur l’histoire récente des théorisations et des pratiques d’accouchement alternatives à partir des années 1970 dans un contexte marqué par l’ampleur des mouvements féministes : mouvement de la « naissance sans violence » animé par le Dr Leboyer ; mouvement contemporain du Collectif inter-associatif autour de la naissance (CIANE) ; États généraux de la naissance de 2003 et 2007 ; Mission périnatalité du ministère de la Santé (2005).

5Marie-France Morel, historienne de la petite enfance, directrice de la Société d’histoire de la naissance fondée en 2001 dans le but de mettre en relations personnel soignant et spécialistes de sciences sociales, est revenue sur les changements des années 1970 où l’enfant devient le personnage central de la naissance. Elle a présenté les différentes étapes du mouvement de l’« accouchement sans douleur », les controverses qui l’ont marqué, puis les conflits et débats autour de la « naissance sans violence ».

6Maud Gelly, médecin généraliste, mène une recherche sur l’éducation sexuelle à l’école dans le cadre d’un master de sociologie (SPPS de l’EHESS). Ce travail est fondé sur une observation participante d’interventions pédagogiques en milieu scolaire et sur des entretiens menés dans deux secteurs scolaires socialement contrastés. Elle a montré à quel point les identités sociales sont désormais évacuées, sauf exception, de l’horizon de pensée des intervenants chargés de l’éducation sexuelle à l’école comme des manuels d’éducation sexuelle de l’Éducation nationale. Il apparaît également que la prise en compte des identités sexuelles (notamment par les militants associatifs du Planning familial) tend à gommer très efficacement toute différence sociale. Il s’agit d’une véritable dénégation et d’un impensé de l’activisme militant lui-même, les risques sexuels (en termes de maladie sexuellement transmissibles, mais aussi de violences sexuelles et de procréations non contrôlées) demeurant fortement déterminés par les appartenances sociales autant que sexuelles.

7Abdellali Hadjjat, maître de conférences à l’université de Paris-X/Nanterre, auteur d’une thèse récente « Assimilation et naturalisation. Sociohistoire d’une injonction d’État », dirigée par Stéphane Beaud, dont la publication est prévue en 2012 à La Découverte, a fait un exposé sur « La naturalisation administrative : une essentialisation de la frontière nationale ? ». Il a présenté la notion de naturalisation administrative et fait l’inventaire des principaux critères successifs posés pour son obtention : les conditions pour devenir « naturalisable », comme disait Abdelmalek Sayad, et les savoirs à prétention scientifique qui les définissent. Il a évoqué les étapes déterminantes de ce processus et les variations de la notion d’« assimilation » depuis la fin du XIXe siècle, et a ensuite distingué deux périodes, 1927-1939 et 1945-1954, durant lesquelles la frontière qui sépare l’étranger du ressortissant français a d’abord été fortement « racialisée » avant de se voir « déracialisée ». Au cours de cette seconde période en effet la différence culturelle a remplacé la différence raciale devenue progressivement un véritable tabou.

8Deux doctorants travaillant sur la santé mentale et l’institution psychiatrique sous la direction de Bernard Pudal ont présenté leurs recherches sur le Bureau d’aide psychologique universitaire, le BAPU fondé en 1956, et les divers intérêts qui s’investissent sur le terrain de la santé mentale des étudiants (Édouard Portal), et sur les biographies des psychiatres communistes exerçant dans l’après-guerre et les tensions entre identités professionnelles et engagement militant (Danièle Papiaud).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Francine Muel-Dreyfus et Dominique Memmi, « Processus sociaux de construction de l’identité », Annuaire de l’EHESS,  | 2012, 445-447.

Référence électronique

Francine Muel-Dreyfus et Dominique Memmi, « Processus sociaux de construction de l’identité », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2012, mis en ligne le 01 juillet 2015, consulté le 25 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/21262

Haut de page

Auteurs

Francine Muel-Dreyfus

Articles du même auteur

Dominique Memmi

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals