Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Sociologie

Sociologie de l’Iran contemporain

Farhad Khosrokhavar, Saeed Paivandi et Mohsen Mottaghi
p. 468-469

Entrées d’index

Index thématique :

Sociologie
Haut de page

Texte intégral

Farhad Khosrokhavar, directeur d’études

L’idéologie du jihadisme

1On a tenté de donner une définition de l’islam radical en l’opposant à l’islam « fondamentaliste » d’un côté, et l’islam « réformiste » de l’autre. L’islam radical n’est pas uniquement une réaction à une modernisation ratée ou une sécularisation liée à l’Occident, mais aussi une posture marquée par une activité irréductible à une posture réactive. Le mouvement jihadiste a ses intellectuels qui se distinguent par une indéniable créativité dans le champ de la réflexion « théologique » : Maqdisi, Tartusi, Suri, Abu Qatadah et quelques autres apportent une réponse selon les visées de l’islam radical au problème de la démocratie, de la lutte anti-impérialiste et anti-occidentale et surtout, présentent une plate-forme pour le développement futur du mouvement qui est très rigide sur les principes mais extrêmement souple sur les moyens de construire un futur califat universel.

2On a analysé la manière dont les idéologues intègrent les idées extrémistes occidentales, notamment de l’extrême gauche et de l’extrême droite et comment ils présentent une version de l’islam qui tente de briser le tabou de la « sécularisation irréversible ».

3L’analyse de l’herméneutique jihadiste donne la clé de la lecture du Coran mais aussi de la Sunna (la tradition islamique) du point de vue des grands idéologues de ce courant.

4Enfin, on a enrichi cette année l’approche du jihadisme par une comparaison entre ses versions chiites et sunnites.

Farhad Khosrokhavar, directeur d’études
Saeed Paivandi, maître de conférences à l’Université Paris-VIII/Vincennes-Saint-Denis
Mohsen Mottaghi, docteur de l’EHESS

L’Iran des mouvements démocratiques

5Le séminaire a largement insisté sur le Mouvement Vert de juin 2009 avec ses ramifications jusqu’en 2010. On a analysé le mouvement dans la perspective des théories de la modernisation : nouvelle jeunesse scolarisée, voire hautement éduquée (en Iran, il y a officiellement 2,5 millions d’étudiants, en fait, 3,5 millions si on ajoute ceux des universités par correspondance et des autres institutions d’enseignement supérieur), sécularisation de l’islam sous une nouvelle forme démocratique, rejet de la théocratie islamique et participation active des jeunes femmes au mouvement. Le Mouvement Vert a été décomposé selon une perspective temporelle : dans un premier temps, joyeux, voire empreint de la liesse populaire, le mouvement a été marqué par une dimension festive intense, combinant les espérances d’ouverture politique et de créativité culturelle. Dans un second temps, après la déclaration de résultats considérés comme frauduleux par l’immense majorité des jeunes, colère contenue, volonté de marquer la dignité du citoyen et aspiration à s’exprimer dans l’espace public pour la remise en cause du gouvernement en place.

6Le séminaire a analysé l’influence des intellectuels réformistes religieux sur le Mouvement Vert ainsi que l’échec de l’islamisation par l’école, centrée sur la légitimation de la théocratie islamique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Farhad Khosrokhavar, Saeed Paivandi et Mohsen Mottaghi, « Sociologie de l’Iran contemporain », Annuaire de l’EHESS,  | 2012, 468-469.

Référence électronique

Farhad Khosrokhavar, Saeed Paivandi et Mohsen Mottaghi, « Sociologie de l’Iran contemporain », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2012, mis en ligne le 01 juillet 2015, consulté le 20 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/21277

Haut de page

Auteurs

Farhad Khosrokhavar

Articles du même auteur

Saeed Paivandi

Articles du même auteur

Mohsen Mottaghi

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals