Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Sociologie

Modernités multiples

Nilüfer Göle et Kazuhiko Yatabe
p. 471-472

Entrées d’index

Index thématique :

Sociologie
Haut de page

Texte intégral

Nilüfer Göle, directrice d’études

L’Islam public européen

1Dans la continuation du séminaire de l’an passé, on a étudié l’Islam dans ses différents modes de visibilité publique à l’échelle européenne. La présence des musulmans en Europe, l’Irruption de l’islam hors de la sphère du privé et son investissement dans les espaces traditionnellement non réservés aux acteurs Immigrés et pieux déclenchent des controverses quant à la redéfinition des valeurs des espaces partagés. Cela se traduit par de nouvelles tensions dans l’expression de l’espace public tel qu’il est institué par les États et imaginé par les sociétés. De nouvelles figures européennes font leur entrée dans l’espace public autour de ces controverses et produisent des constellations nouvelles, de nouvelles chorégraphies.

2Du fait de la visibilité des signes et des pratiques religieux, les musulmans rendent leur différence apparente, manifestent publiquement leur présence et deviennent sujets de controverses. Il s’agit de comprendre le difficile passage et la transformation de la problématique de l’immigration à celle de citoyenneté européenne ; de questionner les formes de civilités qui se créent ou l’absence de civilité et les réajustements effectués dans son rapport à soi et aux autres, et enfin d’observer le repositionnement des acteurs, les scénographies/chorégraphies, et les changements de constellations de l’espace public liées à la visibilité des acteurs musulmans en Europe et de ces controverses autour de l’Islam.

3On s’est efforcé d’éclairer ces processus en gestation par des études de cas et des thématiques qui émergent donnent lieu à des débats publics. Ainsi, les prières pratiquées dans des lieux publics, l’alimentation hallal, les nouvelles figures publiques (politiques, intellectuelles, musulmanes ou séculières, etc.) qui émergent dans l’espace public par le biais de l’Islam ont été analysés. Un accent particulier a été mis sur les polémiques liées aux prières dans l’espace public et aux publications académiques et profanes qui font naître de nouvelles définitions des espaces nationaux européens. À travers ces controverses, on voit se constituer de nouvelles constellations, des assemblages de thématiques et de dynamiques transnationales convergentes qui constituent à nos yeux une nouvelle configuration de l’Europe produite par sa rencontre avec l’Islam.

4Le séminaire de cette année a eu la possibilité de tester et d’enrichir cette orientation théorique grâce à une étude de terrain entamée depuis 2009 que je mène dans le cadre du projet de recherche intitulé « Europublicislam », financé par l’ERC (Conseil européen de recherche). La méthodologie qui a été développée pour mener cette étude de terrain a été présentée dans le cadre du séminaire et les étudiants ont présenté des micro-travaux autour d’un fait ou d’une controverse en constituant une vignette, à partir de laquelle les notions d’« espace public », de « controverses », d’« identité », de « mémoire », de « citoyenneté » de « civilité » ont été questionnées et débattues.

Publications

  • Europe and Islam : The lure of fundamentalism and the allure of cosmopolitanism, Princeton, Marcus Weiner, 2010.
  • « The public visibility of Islam and European politics of resentment : The minarets-mosques debate », Philosophy and social critisicm, vol. 37, n° 4, 2011 p. 383-393.
  • Avec Julie Billaud, « Islamic difference and the return of feminist universalism », dans European multiculturalism(s), sous la dir. d’Anna Triandafyllidou, Tariq Modood et Nasar Meer, Édimbourg, Edinburgh University Press, 2011.

Nilüfer Göle, directrice d’études
Kazuhiko Yatabe, maître de conférences à l’Université Paris-VII/Diderot

Modernités non occidentales : la Turquie et le Japon

5L’interrogation centrale du séminaire a porté sur le concept de modernité dans des contextes non-occidentaux, en Turquie et au Japon, deux pays non colonisés qui néanmoins témoignent d’une influence, voire même d’une intervention forte du monde occidental. La notion donc de « modernités non-occidentales » ne consiste pas à nier l’empreinte des idéaux et des institutions occidentaux, mais permet d’explorer les trajectoires diverses et les modes d’habitation créatifs et critiques de la modernité. Les expériences du Japon et de la Turquie nous ont amenés à questionner le caractère unitaire du récit universel de la modernité occidentale.

6Dans la continuité du séminaire de l’année précédente, nous avons cherché à déceler des principes de cette modernité à travers l’exploration de pratiques culturelles, artistiques et politiques. Les notions d’« hybridité » ou de « bricolage » ne suffisent pas à donner une contenance à la compréhension de la diversité culturelle et de la modernité. Elle se manifeste par un dépassement des interactions culturelles et par l’invention de nouvelles formes, de langages, de sens. Ces innovations sont nées de la traduction entre des codes culturels et entre des temporalités différentes, et elles circulent à plusieurs échelles. En particulier, nous avons étudié des cas issus de la littérature, de la mode et du cinéma, par exemple, les jeunes filles japonaises qui s’inspirent du style vestimentaire français de Versailles et subvertissent les habits traditionnels japonais en réinventant le sens et les formes du kimono. Ou encore, l’artiste turc Inci Eviner qui reprend une œuvre d’Antoine Ignace Melling – une gravure du XIXe siècle sur le « harem » à l’époque de l’Empire Ottoman, représentative de l’Orientalisme – pour permuter sa représentation en dévoilant le sens de l’intérieur féminin à travers le prisme du regard contemporain féministe. L’orientalisme est ainsi habité et inversé dans l’œuvre de l’artiste.

7Nous nous sommes également intéressés aux façons dont ces recompositions venaient modifier l’imaginaire Occidental sur l’Orient et enrichir la modernité elle-même. Ce déplacement du regard de la modernité vers les périphéries crée de nouvelles centralités, qui, gagnent de la visibilité. Les deux événements historiques qui sont survenus cette année, le tsunami et la crise du nucléaire au Japon d’un côté, le printemps arabe de l’autre, nous ont invités à continuer notre réflexion sur le politique par le décentrement des centres vers les périphéries. La Turquie et le Japon sont deux pays qui se trouvent sur des failles sismiques ; nous avons comparé dans les deux pays l’émergence de la société civile après le séisme de Kobe 1995 et d’Izmit de 1999, et le répertoire politique des émotions, comme la peur de la sanction Divine, la colère séculière d’opposition, l’abstinence, le fatalisme et la lucidité. On a pu ainsi approfondir notre réflexion et notre exploration à deux voix sur la Turquie et le Japon comme deux épicentres de modernité non-occidentale. Les étudiants ont présenté dans le cadre de notre problématique des travaux parallèles sur ces thèmes et ces pratiques à l’appui de supports visuels comme effet de miroir entre la Turquie et le Japon.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nilüfer Göle et Kazuhiko Yatabe, « Modernités multiples », Annuaire de l’EHESS,  | 2012, 471-472.

Référence électronique

Nilüfer Göle et Kazuhiko Yatabe, « Modernités multiples », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2012, mis en ligne le 01 juillet 2015, consulté le 24 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/21280

Haut de page

Auteurs

Nilüfer Göle

Articles du même auteur

Kazuhiko Yatabe

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals