Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Sociologie

Sociologie historique de la violence aux Proche et Moyen-Orient

Hamit Bozarslan
p. 473-475

Entrées d’index

Index thématique :

Sociologie
Haut de page

Texte intégral

Hamit Bozarslan, directeur d’études

Sociologie historique de la violence au Moyen-Orient

1Après huit séances théoriques consacrées à la sociologie des marges, le séminaire a été « rattrapé » par les configurations révolutionnaires arabes. Tout en tentant de prendre la mesure de l’événementiel, il s’est proposé de prendre ses distances par rapport à l’actualité pour répondre à une série de questions, de l’« effet du domino » aux mobilisations intergénérationnelle et inter-classe comme consubstantielle à l’expérience révolutionnaire, des rapports entre le structurel, entendu comme dynamiques lourdes et le conjoncturel, interprété comme dynamiques déclenchées par la contestation elle-même à la redéfinition des rapports internes aux cercles dirigeants.

2Une attention particulière a été apportée aux configurations révolutionnaires tunisienne et égyptienne ; théâtre d’un double processus, révolutionnaire et restaurateur, celles-ci présentent de nombreuses analogies avec les grandes révolutions marquant l’histoire de 1789 à 1989, mais s’en démarquent aussi nettement. Leur irruption inattendue ou leur avènement dans un espace-temps très condensé, limité à à peine quelques semaines, voire seulement quelques jours, les distinguent des grandes ruptures révolutionnaires du passé ; elles se particularisent aussi par le fait d’avoir été simultanément le théâtre de deux processus contradictoires et complémentaires, de contestation et de restauration. Mieux encore, ce fut une partie de l’État, en l’occurrence l’armée, historiquement et politiquement marginale en Tunisie, mais centrale en Égypte, qui s’imposa comme « libératrice » de la patrie, et partant de la révolution ; dans ce deuxième pays, elle parvint également à produire un consensus hégémonique autour d’elle pour légitimer sa prise de pouvoir officielle. À ce titre la configuration de 2010-2011 offrait un contraste saisissant avec celle des années 1950 dans le monde arabe (Égypte, 1952 et Irak, 1958), lorsque l’armée s’était radicalisée contre le système monarchique au cours d’un processus révolutionnaire long au point de devenir, avec l’intelligentsia et la classe ouvrière, l’un de ses piliers. En 2011, elle intervint seulement après une contestation révolutionnaire qu’elle refusa de réprimer pour s’imposer comme le dernier rempart de l’État.

3Pour comprendre cette coexistence, voire l’alliance de fait entre un acteur institutionnel de la coercition et ceux du changement, il convient de se pencher sur la question de l’État au Moyen-Orient. Si le phénomène de « cartellisation » de l’État s’observait dans la quasi-totalité du Moyen-Orient, l’État-cartel en Égypte et en Tunisie présentait toutefois une particularité : il était incarné par un raïs qui lui donnait sens, mais regroupait d’autres composantes, notamment sécuritaires, pris dans une étrange dialectique de dépendance et d’autonomie mutuelle. En temps normal, à savoir durant les longues décennies où le pouvoir parvenait à assurer sa durabilité sans trop de peine, le prince faisait figure du Primus inter pares du cartel et disposait d’une autonomie considérable par rapport à ces autres acteurs. En revanche, en situation de crise extrême comme à l’hiver 2010-2011, la survie de ces derniers, notamment de l’armée, dépendit de leur habilité à affirmer leur propre autonomie par rapport au prince. La crise obligea en effet les acteurs coercitifs de l’État-cartel à développer deux types d’ingénierie politique : impliqués dans la répression directe mais inefficaces de la contestation, les services de sécurité et de renseignement durent adopter une stratégie – momentanée – de « sauve qui peut », alors que l’armée, absente de la gestion quotidienne de la répression, put se poser en arbitre, puis, recours ultime et pilier d’un nouveau bloc hégémonique. Cette dualité interne au cartel, par des positionnements ad hoc improvisés au fil des manifestations, rendit illusoire toute répression massive, semblable à d’autres observées ailleurs, de Téhéran en 1978 à Rangoon en 1988 ou Pékin en 1989. Les crises égyptienne et tunisienne furent bien des crises révolutionnaires en ce sens où les Palais, encore bien occupés par les raïs, n’étaient plus en mesure d’imposer l’obéissance à la rue, et la rue, disposant de la quasi-totalité de l’initiative, n’avait pas les moyens d’investir les palais. Mais contrairement aux cas birman et chinois, la rue ne fut pas écrasée et contrairement à l’exemple iranien, la révolution triompha sans que l’État ne se désagrège, la composante défaussée du cartel parvenant à en assurer la survie.

Publications

  • Avec Gilles Bataillon et Christophe Jaffrelot, Passions révolutionnaires, Paris, Éditions de l’EHESS, 2011, 191 p.
  • Sociologie politique du Moyen-Orient, Paris, La Découverte, coll. Repères, 2011, 125 p.
  • « Ismail Besikci ve Türkiye Tarihyaziminda Bilim Yöntemi Soku », dans Ismail Besikçi, sous la dir. de Bariş Ünlu et Ozan Deger, Istanbul, lletisim, 2011, p. 57-63.
  • « Pourquoi Daniel Rivet est-il parti à l’Est ? », dans De l’Atlas à l’Orient musulman. Contributions en hommage à Daniel Rivet, sous la dir. de Dominique Avon et Alain Messaoudi, Paris, Karthala, 2011, p. 33-42.
  • « Les attentes démocratiques au Moyen-Orient », dans La démocratie. Histoire, théories, pratiques, sous la dir. de Jean-Vincent Holeindre et Benoît Richard, Auxerre, Éditions Sciences humaines, 2010, p. 257-264.
  • « Les discours unionistes sur la destruction des Arméniens », dans Vers la guerre totale. Le tournant de 1915, sous la dir. de John Horne, Paris, Tallandier, 1910, p. 271-289.
  • « Réflexions sur les configurations révolutionnaires tunisienne et égyptienne », Mouvement, n° 66, 2011, p. 12-21.
  • « A Republica kemaliste naTurquia, 1923-1938 », Historia, n° 59, 2010, p. 65-79.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hamit Bozarslan, « Sociologie historique de la violence aux Proche et Moyen-Orient », Annuaire de l’EHESS,  | 2012, 473-475.

Référence électronique

Hamit Bozarslan, « Sociologie historique de la violence aux Proche et Moyen-Orient », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2012, mis en ligne le 01 juillet 2015, consulté le 25 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/21281

Haut de page

Auteur

Hamit Bozarslan

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals