Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Sociologie

Sociologie du religieux

Danièle Hervieu-Léger
p. 475-476

Entrées d’index

Index thématique :

Sociologie
Haut de page

Texte intégral

Danièle Hervieu-Léger, directrice d’études

Christianisme, utopie, modernité : sociologie du monachisme contemporain

1Après une suspension en 2009-2010, le séminaire a repris son cours cette année et s’est nourri d’une nouvelle enquête, portant sur le monachisme contemporain. Objet privilégié de la recherche en histoire religieuse, les ordres religieux, et spécifiquement les ordres monastiques, ont fort peu retenu l’intérêt des sociologues des religions. Le programme d’une sociologie de la vie monastique comme utopie – dessiné par Jean Séguy dans les années 1970 – est, pour l’essentiel, demeuré en suspens. La visée du chantier ouvert ici est précisément de se saisir de la question du monachisme et de ses transformations contemporaines comme d’un laboratoire, dans lequel se donnent à voir, de façon exceptionnellement concentrée, les enjeux majeurs de la confrontation entre le temps du christianisme et le temps de la modernité. On s’est surtout employé, au cours de cette année, à mettre en place la première séquence de cette trajectoire : celle des refondations du monachisme bénédictin en Europe après la tourmente de la Révolution et de l’Empire, refondations toutes ordonnées par le projet de la reconquête du temps (rêvé) de la chrétienté sur le monde nouveau, issu de la rupture révolutionnaire. On a procédé en identifiant – à partir d’un certain nombre de figures parmi ces refondateurs - les différents agencements typiques de cette utopie de la reconquête. Une attention particulière a été portée à la question de la place qu’y occupe la liturgie : Vincent Petit, docteur en histoire et spécialiste de la question liturgique en France au XIXe siècle, en a éclairé la dimension politique autant qu’ecclésiologique dans l’une des séances consacrée à ce thème. Un second moment (plus court) du séminaire a posé quelques pierres d’attente pour l’examen d’une séquence suivante, qui portera sur les expériences réformatrices des années 1950-1970 : ouvert par la présentation de l’une de ces réformes (celle de l’abbaye de Maredsous, en Belgique, au tournant des années 1970) par celui qui en fut le principal inspirateur, ce moment a été consacré notamment à l’étude des textes du Concile Vatican II touchant à la vie religieuse et monastique. L’objectif de ce travail préparatoire – appelé à se poursuivre l’an prochain – était de prendre la mesure de l’incertitude qui entoure la réponse à la question « qu’est-ce qu’un moine ? » : une incertitude juridique et théologique qui ouvre, à travers la production continuellement réinventée du sens de la Règle, l’espace d’une reconfiguration continue de l’utopie monastique. Deux journées d’étude ont complété les séances ordinaires du séminaire et donné lieu à la présentation de travaux de collègues et de doctorants. La première (le 15 décembre 2010) a traité de « l’ascèse » ; la seconde (le 1er juin 2011) avait pour thème : « Qu’est-ce qu’un moine ? Le monachisme contemporain en perspective comparative ». Elle a permis de confronter la définition chrétienne et occidentale du moine avec les approches d’autres traditions monastiques, dans d’autres aires culturelles (Chine, Corée, Inde) ou au sein du christianisme lui-même.

2Par ailleurs, deux séances d’enseignement, mises en rapport avec la thématique du séminaire de recherche, ont été données au sein du cursus de master : l’une sur la sociologie de l’utopie d’Henri Desroche ; l’autre sur la sociologie de la mémoire de Maurice Halbwachs.

Publications

  • « Le partage religieux du croire dans des sociétés d’individus », L’Année sociologique, vol. 60, n° 1, Paris, PUF, 2010, p. 41-62.
  • « La società ha encora bisogno di chiese ? », dans Chiesa e Citta, sous la dir. de S. Dianich et al., Magnano, Edizioni Qiqajon, 2010, p. 29-46.
  • « Dynamics of ultra-modern religiosity and new forms of religious spatiality », dans World religions and multiculturalism. A dialectic relation, sous la dir. d’Eliezer Ben Rafael et Yitzhak Sternberg, Leiden-Boston, Brill, 2010, p. 85-92.
  • Avec Régine Azria, Dictionnaire des faits Religieux, Paris, PUF, 2011, 1340 p.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Danièle Hervieu-Léger, « Sociologie du religieux », Annuaire de l’EHESS,  | 2012, 475-476.

Référence électronique

Danièle Hervieu-Léger, « Sociologie du religieux », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2012, mis en ligne le 01 juillet 2015, consulté le 14 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/21282

Haut de page

Auteur

Danièle Hervieu-Léger

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals