Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Sociologie

Sociologie des mobilisations collectives et des problèmes publics

Daniel Cefaï
p. 492-493

Entrées d’index

Index thématique :

Sociologie
Haut de page

Texte intégral

Daniel Cefaï, directeur d’études

Publics et problèmes publics

1Le séminaire a été divisé en deux parties, toutes deux ordonnées autour des notions de « public » et de « problème public ». Quatre perspectives d’enquête et d’analyse ont été mises en dialogue : l’histoire des sciences sociales autour de l’Université de Chicago, la philosophie pragmatiste de Dewey ou Mead et ses implications politiques, la sociologie des problèmes sociaux ou publics qui s’est petit à petit Institutionnalisée et la théorie politique de l’espace public ou de la sphère publique.

2La première moitié du séminaire a consisté en une enquête d’histoire sur les interférences entre réforme sociale et science sociale au début du XXe siècle à Chicago, avant l’accélération du processus d’institutionnalisation de la discipline sociologique dans les années 1920. Diverses entreprises d’enquête sociale (social survey) ont été examinées et rapportées à l’interpénétration encore forte, jusqu’à la Première Guerre mondiale, entre les milieux progressistes et le département de sociologie et d’anthropologie de l’Université de Chicago. Différentes figures ont été évoquées : celles George Herbert Mead, mais aussi de Albion Small, Charles Henderson, William I. Thomas et Thomas Zeublin, et du côté des femmes, Nées à Hull House et à l’origine de la création, avec Graham Taylor, du Social Science Center for Practical Training in Philanthropic and Social Work, de Edith et Grace Abbott, Florence Kelley ou Sophonisba Breckinridge. C’est dans ce cadre que deux points ont été examinés de plus près : le journalisme selon Robert Ezra Park, dont la conception du public a été retravaillée en relation à son projet d’écologie humaine, en particulier dans The Immigrant Press and its Control ; le rapport entre public, enquête et expérimentation de John Dewey, à partir de The Public and its Problems (1927) et de Logique : la théorie de l’enquête (1938) - en contrepoint des écrits de Lippmann.

3La seconde moitié du séminaire a abordé des questions plus contemporaines, à travers une série de lectures. Une séance spéciale a été consacrée à l’apport de la philosophie pragmatiste à une conception des problèmes publics, qui soit utile et pertinente pour la recherche empirique – en reprenant les conceptions de l’action, de l’expérience, de l’Interaction et de l’institution de Mead et Dewey. Mais l’essentiel a porté sur l’histoire de la sociologie des problèmes sociaux. Le moment de transition des années 1960 a été examiné de plus près, à travers l’explosion des études sur la déviance. En continuité et en rupture avec les théories de la désorganisation sociale de Chicago et avec le fonctionnalisme de Robert K. Merton et Robert A. Nisbet, de nouvelles perspectives, d’inspiration interactionniste et ethnométhodologique, ont alors émergé. Dans cette lancée, les livres Constructing Social Problems de Malcolm Spector et John Kitsuse (1977) et The Culture of Public Problems de Joseph Gusfield (1981) ont été commentés. À la demande des étudiants, une présentation du lien entre sociologie des problèmes publics et sociologie des mobilisations collectives a permis de lancer un certain nombre de passerelles entre ces deux domaines d’études. Et la notion de public a enfin été examinée depuis les modalités d’engagement et de concernement des personnes qui y participent.

Publications

  • Avec Édouard Gardella, L’Urgence sociale en action. Ethnographie du Samusocial de Paris, Paris, La Découverte, 2011.
  • Avec Mello Marco Antônio da Silva, Berocan Veiga Felipe et Reis Mota Fábio (dir), Arenas públicas. Por urna etnografia da vida associativa, Niterói-Rio de Janeiro, EdUFF, 2011.
  • Avec Berger Mathieu et Carole Gayet-Viaud (dir), Du civil au politique. Ethnographies du vivre ensemble, Bruxelles, Peter Lang, 2011.
  • « Épreuves corporelles : une ethnographie phénoménologique de l’aide d’urgence auprès des SDF », Lua nova, 2010, 79, 1 (en portugais).
  • « Dix propositions pour l’étude des mobilisations collectives. Contextes d’expérience et problèmes publics », Revista chilena de sociologia, 2011, 25 (en espagnol).
  • « Arènes publiques. Pour une ethnographie de la vie associative », dans Arenas públicas. Por uma etnografia da vida associativa, Niterói-Rio de Janeiro, EdUFF, 2011, p. 9-63 (en portugais).
  • « Comment une association vient au public : ancrages locaux et arène publique autour de l’association La Bellevilleuse, Paris », dans Arenas públicas. Por uma etnografia da vida associativa, op. cit., p. 67-102.
  • « Vers une ethnographie (du) politique. Décrire des ordres d’interaction, analyser des situations sociales », dans Du civil au politique. Ethnographies du vivre ensemble, Bruxelles, Peter Lang, 2011, p. 549-602.
  • Avec Edouard Gardella, « Comment analyser une situation ? De Frame Analysis à Forms of Talk », dans Erving Goffman. L’ordre de l’interaction, sous la dir. de Laurent Perreau, Sandra Laugier et Daniel Cefaï, Paris, PUF, 2011.
  • «  Un jour à la Cruzada… », dans Soraya Silveira Simões, Histoire et ethnographie d’une cité de Rio. La Cruzada São Sebastião, Paris, Khartala, 2010.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Daniel Cefaï, « Sociologie des mobilisations collectives et des problèmes publics », Annuaire de l’EHESS,  | 2012, 492-493.

Référence électronique

Daniel Cefaï, « Sociologie des mobilisations collectives et des problèmes publics », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2012, mis en ligne le 01 juillet 2015, consulté le 22 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/21293

Haut de page

Auteur

Daniel Cefaï

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals