Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Sociologie

Approches politiques du religieux. Sociohistoire des relations entre religion et politique

Patrick Michel
p. 494-496

Entrées d’index

Index thématique :

Sociologie
Haut de page

Texte intégral

Patrick Michel, directeur d’études

Approches politiques du religieux

1Contribution à une sociohistoire des relations entre religion et politique, l’enseignement vise à analyser tant les recompositions contemporaines du religieux, en les saisissant à partir du politique, que celles du politique, appréhendées à partir du religieux et de ses évolutions. Il s’agit de réinscrire la religion au cœur d’une sociologie générale ; et donc d’appréhender le religieux non en tant que tel, doté d’une pertinence qui lui serait propre, mais comme un indicateur susceptible, une fois contextualisé, de constituer un analyseur. Il s’agit parallèlement de cerner, par le politique, l’économie contemporaine du religieux dans son rapport aux logiques présidant aux évolutions du temps présent.

2On s’est intéressé plus particulièrement cette année, à partir de terrains latino-américains, à la façon dont les nouvelles institutions communautaires évangéliques travaillent à fabriquer un individu globalisé, selon une logique pleinement intégrée de marché. Ce chantier, engagé en collaboration avec un anthropologue, Jesús Garcia-Ruiz, a débouché sur la rédaction d’un ouvrage co-écrit : Et Dieu sous-traita le Salut au marché : éléments pour une socioanthropologie politique des mouvements évangéliques à partir du cas latino-américain (à paraître en 2012) ; une première présentation de cette recherche a été effectuée lors du colloque « Vers une anthropologie politique de la mondialisation », Paris, 12 mars 2010. Le texte issu de cette communication paraîtra dans la Revue internationale des sciences sociales (UNESCO), en anglais et en français à l’automne 2011.

3L’individu dont est affichée la primauté sur la scène globalisée n’est pas celui issu du processus moderne d’émergence du sujet autonome, qui résulte de l’émancipation des logiques communautaires et des affiliations contraintes. L’individuation contemporaine se prévaut certes, sur le mode de la légitimation, de l’individualisation moderne. Mais plus qu’un individu autonome, l’individuation contemporaine vise à produire un individu adhérant à des formes communautaires renouvelées en phase étroite avec les exigences du marché mondial. Et si le religieux occupe une place centrale dans cette procédure, c’est qu’il apparaît comme l’un des registres les plus performants pour recomposer une totalité en phase avec les exigences idéologiques informant et travaillant un moment spécifique de l’histoire des sociétés contemporaines.

4L’accélération du mouvement contemporain, qui procède par réindifférenciation, met en cause l’idée de champs distincts et l’analyse qui en découlait, à savoir la mise en évidence des mécanismes d’échanges entre les dits champs. Le monde actuel se caractérise par une intense fluidité entre religieux, économique et politique. La fonction première d’un acteur religieux y est de vendre du religieux et de conquérir des parts de marché face à la forte concurrence suscitée par la pluralisation démultipliée de l’offre religieuse. La question, induite par la privatisation du religieux, de savoir si le business est au service de la religion ou si la religion constitue un business n’a dès lors pas lieu d’être, religion et business participant ensemble d’un même mouvement, constituant autant de registres d’une matrice commune dont l’objet est de produire une position face au mouvement. Le problème ici n’est ici de la relation entre des champs pensés comme différents, mais celui des modalités de circulation dans un espace global d’acteurs capables d’endosser simultanément tous les rôles.

5En marge de cette réflexion, deux séances ont été consacrées à la présentation de travaux d’étudiants : Régis Moess (ENS) a présenté une analyse de la relation entre religion, société et politique au Luxembourg et Aurélie Biard (Sciences Po.) son travail de thèse sur « religion et recomposition : le cas du Kirghizstan ». Enfin, Geneviève Zubrzycki, professeur de sociologie à l’Université de Michigan, est intervenue sur le cas québecquois.

Publications

  • Avec Jesús García-Ruiz, Socioanthropologie, n° 25-26, 2009-2010, « Religion, politique et monde(s) en mouvement », 176 p.
  • Avec Enzo Pace, Annual Review of the Sociology of Religion, vol. 2, 2011, « Religion and politics », 346 p.
  • Avec Jesús García-Ruiz, « Religion, politique et monde(s) en mouvement », Socioanthropologie, op. cit., p. 3-17.
  • « Religion et frontière », Socioanthropologie, op. cit., p. 151-166.
  • « 1989 en son contexte : éléments de réflexion », dans Roumanie, vingt ans après : la « révolution » revisitée, sous la dir. de Catherine Durandin, p. 47-51, http://www.diplo-web.com/​IMG/​pdf/​Roumanie_revolution_revisitee.pdf_pdf
  • « La laïcité », Cahiers ALHIM n° 20, 2010, « Migrations, religions et intégration », p. 73-85.
  • « Les réemplois du stéréotype “polonais = catholique” et leurs limites dans la Pologne postcommuniste », Critique internationale, n° 51, avril-juin 2011, p. 75-91.
  • « Sanguinis effusione auf heroico virtutum exercitio - Éléments pour une anthropologie politique de la production et des usages contemporains de la sainteté canonisée », Critique internationale, n° 52, juillet-septembre 2011, p. 111 -127.
  • « Le global en ses horizons : en finir avec le post-religieux et le post-sécularisme » in African Yearbook of Rhetoric, Cape Town, AfricaRhetoric Publishing, vol. 2, 2011, «  Rhetorics of Justice in Post-Societies », p. 93-101
  • Avec Enzo Pace, « Religious, political and global », Annual Review of the Sociology of Religion, op. cit., p. 48-63.
  • Avec Enzo Pace, Preliminary Materials Preface, Annual Review of the Sociology of Religion, op. cit., p. I-XIV.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Patrick Michel, « Approches politiques du religieux. Sociohistoire des relations entre religion et politique », Annuaire de l’EHESS,  | 2012, 494-496.

Référence électronique

Patrick Michel, « Approches politiques du religieux. Sociohistoire des relations entre religion et politique », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2012, mis en ligne le 01 juillet 2015, consulté le 25 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/21297

Haut de page

Auteur

Patrick Michel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals