Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Philosophie et épistémologie

Philosophie de l’action

Vincent Descombes
p. 497-498

Entrées d’index

Index thématique :

Philosophie et épistémologie
Haut de page

Texte intégral

Vincent Descombes, directeur d’études

Le pouvoir instituant

1L’objet du séminaire était de mettre à l’épreuve la conception durkheimienne de la sociologie comme étude des institutions, par opposition à une simple phénoménologie des relations intersubjectives. On entend ici par ce terme d’institution « toutes les manières d’agir et de penser que l’individu trouve préétablies et dont la transmission se fait le plus généralement par la voie de l’éducation » (Fauconnet et Mauss). S’il y a des usages établis, comment ont-ils été établis ? Qui a éduqué les éducateurs ? De façon générale, la question du pouvoir instituant est celle de la nécessité pour les instituteurs d’avoir été eux-mêmes institués.

2Le premier modèle qui vient à l’esprit pour se représenter l’acte d’instituer est politique : c’est celui d’un législateur ou d’une assemblée constituante. Or ce modèle fait surgir le paradoxe de toute autofondation normative : d’où les pères fondateurs tiraient-ils leur autorité quand ils ont posé les fondements des règles qui nous régissent ?

3Toute représentation de l’opération fondatrice comme tenant dans un acte inaugural censé produire à l’instant son effet est porteuse d’un paradoxe, dans lequel on retrouve le cercle logique de toute autoposition d’un sujet. C’est pour échapper à cette représentation que Castoriadis a proposé de faire une distinction entre le pouvoir politique proprement dit, « pouvoir explicite » qui s’exprime dans des décisions explicites, et ce qu’il a appelé le «  pouvoir instituant », lequel est un « pouvoir implicite » ou un « infra-pouvoir ». Ce pouvoir implicite est celui qu’exerce le groupe sur la nouvelle génération, dès la naissance, et qui a pour effet de doter les membres du groupe d’une identité collective ou d’un « imaginaire », fondement d’un « nous ».

4Nous avons examiné les différents éléments de cette idée d’un « infra-pouvoir » en discutant successivement : des conditions dans lesquelles on peut nommer, donc identifier, un groupe historique (faire référence à la même cité, hier, aujourd’hui et demain) ; de la valeur dialogique de la première personne grammaticale du pluriel (à qui s’adresse-t-on en disant « nous » ?) ; enfin des notions d’autorité et de reconnaissance (Anerkennung), en nous appuyant sur les analyses d’Alexandre Kojève, de Bertrand de Jouvenel et de Peter Winch.

5Par ailleurs, j’ai traité du thème général des identités sous le titre général : « Puzzling Identities » dans trois conférences données dans le cadre des Lectures in Human Sciences à l’Institut für die Wissenschaften vom Menschen de Vienne.

Publications

  • « Le marteau, le maillet et le clou », Revue de métaphysique et de morale, octobre 2010, p. 495-519.
  • « Le mode de penser hiérarchique », dans La Cohérence des sociétés : Mélanges en hommage à Daniel de Coppet, sous la dir. d’André Iteanu, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, Paris, 2010, p. 399-412.
  • « The problem of collective identity : The Instituting We and the Instituted We », dans Recognition and social ontology, sous la dir. d’Heikki Ikäheimo et Arto Laitinen, Leiden, Brill, 2011, p. 373-389.
  • « Comment agir en citoyen ? Entretien avec Vincent Descombes », Esprit, mars-avril 2011, p. 178-198.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vincent Descombes, « Philosophie de l’action », Annuaire de l’EHESS,  | 2012, 497-498.

Référence électronique

Vincent Descombes, « Philosophie de l’action », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2012, mis en ligne le 01 juillet 2015, consulté le 22 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/21299

Haut de page

Auteur

Vincent Descombes

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals