Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Signes, formes, représentations

Anthropologie du visuel

Georges Didi-Huberman
p. 524-526

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Georges Didi-Huberman, maître de conférences

1Nous avons, cette année, continué le travail engagé l’an dernier sur la question de l’atlas d’Images en tant que forme de connaissance visuelle - forme épistémique et forme esthétique en même temps – dont le Bilderatlas Mnemosyne d’Aby Warburg nous a servi d’exemple crucial. Nous avons exploré l’histoire de cette forme depuis la fin de la Renaissance en nous arrêtant plus particulièrement sur la période romantique d’abord, celle qui voit émerger en même temps l’anthropologie du point de vue pragmatique de Kant et la série des Caprices de Goya que nous avons considéré comme une véritable « anthropologie du point de vue de l’image » en dédiant une analyse particulière de la célèbre planche 43, intitulée El sueño de la razôn produce monstruos. Puis, nous nous sommes rapprochés de l’Atlas warburgien en analysant certaines de ses sources les plus importantes, depuis l’activité figurative et les collections de Goethe jusqu’aux développements de Nietzsche sur le Gai Savoir.

2Nous sommes ainsi parvenus au contemporain de Warburg lui-même, que nous avons abordé selon les catégories benjaminiennes de la « pauvreté » et selon l’activité figurative de photographes tels que Atget, Sander ou Walker Evans, les tenants de ce qu’on nomme le « style documentaire ». Nous avons mis au jour un matériel inédit des archives de Warburg, son impressionnante collection d’images de la Première Guerre mondiale, dont l’activité fiévreuse aura débouché, comme on le sait, sur un épisode psychotique qui a tenu l’historien de l’art entre les murs d’institutions psychiatriques de 1918 à 1924. C’est à son retour à Hambourg, en 1924, que Warburg entreprend alors la composition de Mnemosyne dont nous avons analysé la teneur épistémique à la lumière de la notion de « présentation synoptique » (übersichtliche Darstellung) selon Wittgenstein.

3Nous avons enfin interrogé la leçon anthropologique et historique de cet atlas d’images, à commencer par la façon dont cet objet, typique de la « crise des sciences européennes » dont parlait Husserl, modifie profondément les paradigmes et les procédures de l’histoire de l’art. Nous avons insisté sur la teneur politique des ultimes planches de l’Atlas, ainsi que sur le destin esthétique de la « forme atlas » dans l’art du montage qui prévaut à cette époque (chez John Hartfield, S. M. Eisenstein ou Marcel Duchamp) et continue de se développer dans ce qu’on appelle – à tort – l’art « postmoderniste » (celui de Marcel Broodthaers, de Gerhard Richter ou de John Baldessari). Tout cet aspect du travail a été mené parallèlement à l’exposition Atlas. How to Carry the World on One’s Back ? que nous avons organisée au Museo Nacional Centro de Arte Reina Sofia (Madrid), exposition reprise à Karlsruhe (ZKM/Museum für Neue Kunst) et à Hambourg (Sammlung Falckenberg).

Publications

  • Avec Marc Augé et Umberto Eco, L’Expérience des images, Bry-sur-Marne, INA Éditions, 2011.
  • « Atlas : comment remonter le monde », entretien avec Catherine Millet, Art Press, n° 373, décembre 2010, p. 48-55.
  • « Cosa significa “conoscere attraverso il montaggio” », entretien avec Marie Rebecchi, Giornale di Filosofia, novembre 2010, publié en ligne sur http://www.giorna-ledifilosofia.net/​.
  • « Rendere un’immagine », traduction de Laura Odello, Aut aut, n° 348, 2010, p. 6-27.
  • « Epatica empatia. L’affinità degli incommensurabili in Aby Warburg », traduction de Raoul Kirchmayr, Aut aut, n° 348, 2010, p. 132-152.
  • « Temporalità e memoria del visuale », entretien avec Alessia Cervini et Bruno Roberti, dans Conversazioni sul cinema, sous la dir. d’A. Canadè, Cosenza, Pellegrini Editore, 2010, p. 163-177.
  • « Abgioia. Korku ve Çatiskiyi Dans Etmek », traduction d’O. Türkay, dans Sanat ve Arzu. Seminerleri 2010, sous la dir. d’A. Gültekin, A. Özgün, A. Ohrun Gültekin, K. Ramazanoglu, Ö. Çelikaslan et Y. M. Madra, Istanbul, Norgunk, 2010, p. 36-46.
  • « La exposición como máquina de guerra : keywords », traduction de Guadalupe González, Minerva. Publicación cuatrimestral del Circulo de Bellas Artes, IV, 2011, n° 16, p. 24-28.
  • « Die tragende Rolle der Bilder », entretien avec Antonina von Schöning, Texte zur Kunst, XXI, 2011, n° 81, p. 234-239.
  • « Atlas de l’impossible. Warburg, Borges, Deleuze, Foucault », dans Michel Foucault, sous la dir. de Philippe Artières, Jean-François Bert, Frédéric Gros et Judith Revel, Paris, Éditions de l’Herne, 2011, p. 251-263.
  • « Porter le monde sur ses épaules », La Fédération, le journal, n° 3, 2011, p. 16-17.
  • « Popoli esposti, popoli figuranti », traduction de Monica Fiorini, Lettera internazionale, n° 107, 2011, p. 45-49.
  • « Martyrium. Zwischen Pathos und Macht », traduction de Dirk Naguschewski, dans Grenzgänger der religionskulturen. Kulturwissenschaftliche beiträge zu gegenwart und geschichte der märtyrer, sous la dir. de Silvia Horsch et Martin Tremi, Munich, Wilhelm Fink Verlag, 2011, p. 213-225.
  • « Échantillonner le chaos. Aby Warburg et l’atlas photographique de la Grande Guerre », « Sampling Chaos. Aby Warburg and the photographic atlas of the Great War », traduction de S. Ullis, Études photographiques, n° 27, 2011, p. 6-48 et p. 49-73.
  • « Pasolini ou la recherche des peuples perdus », Questions d’histoire de l’art, Paris, Éditions du Centre Pompidou, 2011, p. 163-196.
  • « Viscosità e sopravvivenze. La storia dell’arte alla prova del materiale », traduction de M. Cardelli, introduction à Julius von Schlosser, Storia del ritratto in cera, traduction de Pietro Conte, Macerata, Quodlibet, 2011, p. 7-30.
  • « La lección de Warburg es que no existe saber sin sufrimiento », entretien avec Maria Dolores Aguilera, Carta. Revista de pensamiento y debate del Museo Nacional Centro de Arte Reina Sofía, n° 2, 2011, p. 30-33.
  • « La blessure à entendre », Po&sie, n° 135, 2011, p. 97-108.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Georges Didi-Huberman, « Anthropologie du visuel », Annuaire de l’EHESS,  | 2012, 524-526.

Référence électronique

Georges Didi-Huberman, « Anthropologie du visuel », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2012, mis en ligne le 01 juillet 2015, consulté le 20 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/21321

Haut de page

Auteur

Georges Didi-Huberman

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals