Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Linguistique, sémantique

Linguistique dans le monde indien

Pascale Haag, Caterina Guenzi et Émilie Aussant
p. 552-553

Entrées d’index

Index thématique :

Linguistique‚ sémantique
Haut de page

Texte intégral

Pascale Haag, Caterina Guenzi, maîtres de conférences
Émilie Aussant, chargée de recherche au CNRS

Terminologies techniques : genèses, développements, comparaisons et adaptations

1La première séance a été consacrée à une approche théorique de la terminologie technique. Loïc Depecker, professeur à l’Université Paris-III/Sorbonne nouvelle, a présenté les fondements de la terminologie, « science d’ingénieurs » qui étudie la genèse et les transformations des unités spécialisées du langage et qui s’affirme progressivement comme un champ d’étude à la fois autonome et étroitement lié à la linguistique. Émilie Aussant a ensuite donné un aperçu de la manière dont les grammairiens indiens du sanskrit ont abordé, dans le contexte culturel et historique qui était le leur, la terminologie technique. La réflexion de ces théoriciens du langage s’est concentrée autour de quatre thèmes principaux : 1) l’identification du terme technique (samjñâ) et de son porteur (samjñin) ; 2) la longueur de certains termes techniques ; 3) le problème que pose un certain type de néologismes sémantiques ; 4) les termes techniques dits « ultérieurs » (bhâvinî samjnâ).

2La deuxième séance a été l’occasion d’accueillir Rita Chattopadhyay, professeur à l’Université de Calcutta, qui a proposé une étude de trois termes centraux de la théorie littéraire sanskrite – rasa, vrtti, sandhi – tout en montrant leur polysémie selon qu’ils sont utilisés dans le domaine de la médecine, du théâtre, de la grammaire ou du rituel. Pascale Haag a consacré la deuxième partie de la séance à une réflexion sur la constitution d’une terminologie technique dans les thérapies brèves, en mettant en valeur notamment l’apport de trois disciplines : l’anthropologie, la linguistique et la psychologie.

3La troisième séance a été dédiée au vocabulaire de la possession en Himalaya, qui a été examiné et discuté dans une perspective comparative par Serena Bindi, ATER à l’Université de Nice, Marie Lecomte-Tilouine, directeur de recherche au CNRS, et Anne de Sales, chargée de recherche au CNRS, respectivement sur les terrains du Garhwal indien, du Népal occidental et du contexte Kham-Magar (Népal).

4Dominik Wujastyk, chargé de recherche à l’Université de Vienne, et Christopher Minkowski, professeur à l’Université d’Oxford, intervenants de la quatrième séance, ont présenté une étude de la terminologie dans le domaine de la médecine (extraits du Çârîrasthâna de la Carakasamhitâ pour le premier) et de l’astronomie (extraits de textes composés par Sûryadâsa pour le second) de l’Inde ancienne et de la première modernité.

5La cinquième séance a été consacrée à une réflexion sur le transfert et l’adaptation de la terminologie sanskrite en malayalam, langue du Kérala. Rich Freeman, chercheur à l’Université de Duke, a mené une comparaison entre le vocabulaire d’un culte de possession réalisé par les basses castes, le Teyyam, et celui du rituel tantrique réalisé par les brahmanes Nambudiri ; Eva Szily a examiné les transferts terminologiques entre deux traditions théâtrales du Kérala, le Kûtiyâttam et le Kathakali.

6La dernière séance a été l’occasion de comparer la terminologie divinatoire et thérapeutique utilisée en Grèce ancienne et en Inde pour désigner les notions d’emprise et d’influence. Marcello Carastro, maître de conférences, a présenté une analyse de certains termes du traité de la maladie sacrée d’Hippocrate ainsi que des dispositifs graphiques des ligatures rituelles (katádesmoi), objets dont il a questionné les procédés de fabrication, la signification et les usages. Caterina Guenzi a examiné la relation entre deux langages de causalité utilisés en Inde du Nord pour expliquer le malheur et que l’on tient souvent pour opposés : l’astrologie, cosmologie sophistiquée et brahmanique, et la possession, pratique que l’on relègue le plus souvent aux basses castes. À travers une analyse de plusieurs termes clés de la théorie de l’horoscope tel qu’ils sont décrits dans les traités sanskrits et utilisés de nos jours dans les consultations astrologiques, elle a montré que la relation entre ces deux langages de l’influence est bien plus étroite qu’on ne le croit, l’action planétaire étant le plus souvent représentée dans des termes qui renvoient à une idée de possession par des puissances néfastes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pascale Haag, Caterina Guenzi et Émilie Aussant, « Linguistique dans le monde indien », Annuaire de l’EHESS,  | 2012, 552-553.

Référence électronique

Pascale Haag, Caterina Guenzi et Émilie Aussant, « Linguistique dans le monde indien », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2012, mis en ligne le 01 juillet 2015, consulté le 16 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/21344

Haut de page

Auteurs

Pascale Haag

Articles du même auteur

Caterina Guenzi

Articles du même auteur

Émilie Aussant

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals