Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Économie

Économie publique

Roger Guesnerie
p. 579-581

Entrées d’index

Index thématique :

Économie
Haut de page

Texte intégral

Roger Guesnerie, directeur d’études

Les échecs de la coordination des anticipations : le cas des marchés financiers

1L’hypothèse d’anticipations rationnelles qui domine aujourd’hui la modélisation en économie théorique a de grandes vertus opérationnelles. Cependant, il y a de bonnes raisons de penser que les crises économiques et financières, telle celle qui se déroule sous nos yeux, remettent en question le deus ex machina de la coordination parfaite, au sens des anticipations rationnelles. La coordination des anticipations, sorte de point aveugle de la théorie économique, est aujourd’hui mise à nouveau au centre de la réflexion économique. Elle doit être expliquée, (c’est le thème du cours qui a mis l’accent sur les aspects théoriques de l’explication), et non seulement supposée, comme le fait la routine de la modélisation. La première partie du cours a présenté plusieurs approches complémentaires de la coordination.

2L’approche « divinatoire » peut être justifiée par des raisonnements « high-tech », reposant sur des considérations de « Common Knowledge » et sur des raisonnements de théorie des jeux (Rationalisabilité). Mais elle peut aussi exprimer des considérations intuitives, « low-tech », portant sur la stabilité des croyances autour d’un équilibre, considérations auxquelles la comparaison entre l’apprentissage « divinatoire », et l’apprentissage « évolutif » fait écho.

3Le point de vue des « global games » a été ensuite introduit. Il a des applications spectaculaires pour la théorie des crises de change et dans des situations dominées par les complémentarités stratégiques, (un sujet bien documenté dans les jeux à nombre fini d’agents).

4Cependant les substituabilités stratégiques dominent dans beaucoup de contextes économiques, qu’il s’agisse de l’équilibre partiel à la Muth, de l’équilibre général avec prix fixes ou flexibles. Des résultats généraux, dans un cadre économique où les agents sont nombreux et concernés par des variables agrégées, peuvent être obtenus dans ce cadre, résultats qui reposent sur l’étude des cycles d’ordre 2 d’une certaine fonction agrégée de meilleure réponse. Un pont est ainsi posé entre les mondes de complémentarités et de substituabilités stratégiques.

5Le point de vue des « rational beliefs » a été brièvement introduit. Il prend en compte l’absence de Connaissance Commune sur l’incertitude exogène.

6La deuxième partie a été consacrée au marché boursier et aux marchés financiers. On a présenté d’abord la théorie de référence, celle dite de la valeur fondamentale, et les énigmes qu’elle laisse persister (énigme de la prime de risque, de la volatilité excessive, régularités du ratio prix sur dividende). On a examiné ensuite les modèles existants qui conservent une référence forte à l’hypothèse d’anticipations rationnelles, tout en fournissant des explications partielles de la volatilité (« bulles ») observée. La thèse de « l’efficacité informationnelle du marché », qui fonde largement l’optimisme pré-crise sur les vertus de marchés financiers non régulés, a été examinée d’un point de vue théorique. Le point de vue « divinatoire » adopté permet une critique profonde et pertinente de la thèse. Les points de vue critiques, plus ou moins hétérodoxes eux aussi, (comportement « moutonnier », apprentissage, « rational beliefs »), ont eux aussi été sollicités.

7La troisième partie a mis l’accent sur les conditions de la coordination dans le long terme, une question qui fait écho cette fois aux crises financières et aux crises économiques : soit dans le cadre de modèles à générations où l’accent est mis sur la multiplicité, telle celle associée aux équilibres à taches solaires ; soit dans le cadre de la macroéconomie des cycles réels, où l’horizon est long, et où l’accent peut être mis alternativement sur la politique monétaire ou la politique économique.

8La quatrième partie a été consacrée à la présentation de papiers récents par les étudiants.

9Les idées développées dans le cours ont été présentées dans le cadre de séminaires ou colloques, par exemple lors de conférences invitées à Paris, conférence J.-J. Laffont du congrès de l’AFSE, à Lyon, conférence Léon Walras à New York, Université de Columbia, en novembre et février, à Santiago du Chili, ou dans le cadre de débats à l’École d’économie de Paris, avec Roman Frydberg ou lors de séminaires etc. Par ailleurs une partie significative de mon activité de recherches, de formation et d’enseignement a été consacrée à la politique climatique.

Publications

  • Avec Pierre-Yves Geoffard et Julian Le Grand, La santé par quels moyens à quel prix ?, Presses universitaires de France, 2010, 129 p.
  • Pour une politique climatique globale : blocages et ouverture, Paris, Éditions rue d’Ulm, 2010, « Collection du Cepremap », 93 p.
  • Avec Ivar Ekeland, « The geometry of global production and factor price equalization », Journal of Mathematical Economics, vol. 46, n° 5, 2010, p. 666-690.
  • Avec Pedro Jara-Moroni, « Expectational coordination in simple contexts : Concepts and analysis with emphasis on strategic substituabilities », Economic Theory, 2011, vol. 47, p. 205-246.
  • « Défaillances de la coordination et volatilité des marchés », Revue Économique, vol. 62, n° 3, 2011, « Développement récent de l’analyse économique », p. 395-408.
  • « On the modernity of Walras », dans General Equilibrium Analysis, a century after Walras, sous la dir. de Pascal Bridel, Abingdon UK, Taylor & Francis, 2011, p. 134-144.
  • « An Interview with Roger Guesnerie », par Pierre-André Chiappori, Macroeconomic Dynamics, vol. 14, n° 3, 2010, p. 1-17.
  • « Introduction » à Maurice Allais et la science économique, Paris, Clément Juglar, 2010, p. 15-20.
  • « L’enseignement des sciences économiques au lycée : intention scientifique et impératif de laïcité », entretien, Revue d’Économie financière, n° 98-99, « Information et formation économiques et financières », septembre 2010, p. 185-193.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Roger Guesnerie, « Économie publique », Annuaire de l’EHESS,  | 2012, 579-581.

Référence électronique

Roger Guesnerie, « Économie publique », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2012, mis en ligne le 01 juillet 2015, consulté le 25 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/21374

Haut de page

Auteur

Roger Guesnerie

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals