Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Économie

Mathématiques et statistiques économiques

Habib Idrissi Boussouf
p. 583-584

Entrées d’index

Index thématique :

Économie
Haut de page

Texte intégral

Habib Idrissi Boussouf, maître de conférences

Mathématiques et statistiques économiques

1Le séminaire est divisé en deux parties, annuel, il a porté comme les cinq dernières années sur trois axes principaux. Tout en développant les points qui n’ont pas été traités ou suffisamment expliqués en tenant compte du vœu des étudiants et chercheurs présents.

2Le premier axe concerne tout particulièrement les mathématiques. Ainsi nous avons traité les notions fondamentales des opérateurs d’, d” – fonctions analytiques en rappelant brièvement les propriétés fondamentales des fonctions analytiques d’une et de plusieurs variables ; en en donnant des définitions équivalentes. Les propriétés caractéristiques des fonctions analytiques montrent que l’analycité est une propriété locale : une fonction définie dans un ouvert Ω et analytique dans Ω.

3Le tour d’horizon des outils mathématiques, statistiques et de l’analyse des données et des champs d’application de ses différentes méthodes a permis aux chercheurs de mieux saisir le rôle des mathématiques dans les différents domaines et disciplines tant soft que hard.

4En économie la discipline qui nous concerne en premier lieu, l’utilisation des espaces de SOBOLEV et la théorie des équations aux dérivées partielles et problèmes aux limites associés, nous a amenés non seulement à prouver des théorèmes d’existence et d’unicité mais nous a permis de construire aussi le processus d’existence de contrôle ou d’identification. Sachant que les résultats classiques de la théorie des équations différentielles ne sont directement applicables ni en matière d’existence d’une solution ni, a fortiori, en ce qui concerne la dépendance des solutions par rapport aux conditions initiales et certaines propriétés de stabilité pouvant traiter correctement des deux familles de modèles économiques à savoir, 1) Le processus par lequel le marché concurrentiel peut conduire l’économie à un équilibre ; 2) La procédure de planification pour une allocation optimale des ressources constitue le deuxième axe.

5Le troisième axe est consacré à : a) la critique des modèles économique et particulièrement au sacré saint “optimum de Pareto” ; b) l’étude de l’évolution de la productivité, selon les secteurs d’activités indicateurs qui nous permettent de mesurer le dynamisme économique d’un pays et sa position par rapport aux autres nations.

6Économie internationale, épargne et développement. Le séminaire a été consacré cette année dans le prolongement de celui de l’an passé, à l’exposé des théories de l’échange international, qui se sont préoccupées d’expliquer les raisons de l’ouverture des économies nationales au marché mondial. Nous avons examiné les deux alternatives extrêmes que peut choisir un pays donné : soit l’autarcie, soit le libre-échange.

7Nous avons cherché à éluder les avantages et les inconvénients à choisir telle ou telle politique ; nous avons opté pour un système intermédiaire entre les deux pôles, car il n’y a pas de politique économique en la matière, chaque pays doit faire une étude d’optimalité selon le secteur d’activité et selon son poids dans l’économie mondiale.

8Après une introduction historique et problématique du commerce extérieur, nous avons examiné en détail les différentes théories et controverses des différents économistes. Depuis les fondateurs de la théorie classique David Hume (1750) et David Ricardo (1817) tous les deux ont réfuté les doctrines mercantilistes et ont par la même occasion ouvert la voie à la théorie du commerce international. Plus particulièrement David Ricardo par le théorème de « l’avantage comparatif fondé sur la différence de coûts relatifs ». L’impact du commerce international sur le développement n’a jamais été mis en doute.

9De même nous avons passé en revue les différents théorèmes de base du commerce extérieur ; nous avons abordé les concepts, les principes et les bases théoriques de la théorie des échanges stratégiques. Nous avons par ailleurs établi le cadre théorique de cette étude où nous avons essayé d’évaluer l’impact économique des mesures protectionnistes temporaires appliquées à un secteur spécifique donné dans le contexte des échanges stratégiques. Évidemment, dans les pays industrialisés, le protectionnisme demeure la règle dans divers secteurs de l’économie nationale.

10Nous avons cherché, aussi, à mesurer l’impact du comportement commercial stratégique dans un marché imparfait sur les diverses économies : développées et en développement. L’action gouvernementale en présence des imperfections du marché, l’habilité, la rapidité et la capacité d’agir d’une politique économique peut être prise comme indicateur de développement. L’insuffisance d’une épargne Interne suffisante constitue un handicap supplémentaire pour les pays en développement, d’autant plus que les dirigeants de ces pays incapables, impuissants, se tournent vers les pays développés pour trouver une solution à leurs problèmes ; alors que la solution ne peut jaillir que du pays même.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Habib Idrissi Boussouf, « Mathématiques et statistiques économiques », Annuaire de l’EHESS,  | 2012, 583-584.

Référence électronique

Habib Idrissi Boussouf, « Mathématiques et statistiques économiques », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2012, mis en ligne le 01 juillet 2015, consulté le 25 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/21376

Haut de page

Auteur

Habib Idrissi Boussouf

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals