Navigation – Plan du site
Conférences complémentaires
Histoire
Europe centrale et orientale

Entre l’Orient et l’Occident : l’invention de l’art médiéval en Russie

Olga Medvedkova
p. 633-635

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Olga Medvedkova, chargée de recherche au CNRS

1Ce séminaire (six séances de deux heures) consacré à la redécouverte de la culture médiévale et religieuse en Russie – et tout particulièrement de l’art médiéval – était centré sur les principaux mouvements qui s’étaient développés à partir du début du XIXe siècle jusqu’aux années 1860-1870 (notamment au sein de l’Université de Moscou). Deux personnages clés étaient au centre de nos investigations : le comte Serge (Sergej Grigor’evitch) Stroganov (1794-1882) et le professeur Fedor Ivanovitch Bouslaev (1818-1897). Lors des six séances, leurs écrits ont été lus dans le contexte des travaux des historiens occidentaux, ceux notamment d’Adolphe-Napoléon Didron (1806-1867) qui a été parmi les premiers à souligner l’importance des monuments byzantins pour la compréhension de l’art chrétien occidental. Ses deux ouvrages : l’Histoire de Dieu (Paris, Imprimerie Royale, 1843) et le Manuel d’iconographie chrétienne grecque et latine qu’il avait rapporté du Mont Athos (Paris, Imprimerie Royale, 1845) jouèrent un rôle crucial dans la redécouverte par les Russes des sources historiques leur donnant un accès direct à la lecture de leur propre patrimoine artistique médiéval. Dès 1868, les Russes publièrent la traduction du Manuel de Didron, réalisée par le savant évêque Porphyre de Kiev (Constantin Ouspensky), l’un des plus importants collectionneurs d’icônes en Russie. Dans les archives et les collections privées, les Russes – et en premier lieu le comte Stroganov qui en publia très vite une version - trouvèrent ensuite des manuels semblables composés par les peintres d’icônes russes du XVIe et du XVIIe siècles (les Podlenniki) : recueils de préceptes techniques et iconographiques ainsi que d’exempla dessinés. À partir de ce moment, à travers l’enseignement et les écrits de Bouslaev, qui avait beaucoup appris auprès du comte Stroganov, la connaissance des icônes en Russie s’appuya sur les sources (en premier lieu sur les Podlenniki mais également sur l’étude des manuscrits illustrés) et fit ainsi son entrée dans le domaine de la science historique.

2Ce fut donc un cas de transfert paradoxal entre la science historique européenne et russe : la grille de lecture des œuvres anciennes, conservée dans la tradition vivante de la culture patriarcale de l’Orient chrétien, fut découverte par un historien occidental (Didron) pour les besoins du déchiffrage des œuvres d’art médiévales occidentales et, c’est seulement après, déjà approuvée comme un outil de travail par la science archéologique européenne, qu’il fut reçu et utilisé par la science russe.

3Bien que les écrits de Didron – ainsi que les rencontres personnelles avec lui – fussent déterminants pour la formation de la méthode iconographique de Bouslaev, son appareil conceptuel – et notamment la notion de l’« idéal » fondue avec celle du « type » iconographique – devait davantage à la lecture (et également aux rencontres directes) avec Alexis François Rio, l’un des élèves de Schelling, auteur du livre intitulé De l’art chrétien (1861), que l’on place aujourd’hui parmi les principaux protagonistes de Warburg. Le « type idéal » – notion très largement utilisée par Bouslaev dans ses écrits sur l’art médiéval russe (ainsi que dans sa manière d’utiliser les sources) qui joignait à une « forme » fixe un « contenu » beaucoup moins fixe – ne peuvent pas, en effet, ne pas faire penser aux « formules du pathos » d’Aby Warburg.

4La lecture parallèle des Allemands que Bouslaev – selon ses Mémoires, considérait parmi ses relations les plus importantes, Karl Wilhelm Ferdinand Piper (1811-1889) et Gustav Friedrich Waagen (1794-1868), ont fait apparaître d’autres influences, notamment tout un appareil critique construit pour l’analyse des rapports entre le texte et l’image, élaboré, d’une part, par la théologie protestante pour les besoins d’étudier l’iconographie chrétienne et, d’autre part, par la jeune histoire de l’art qui élargissait ses frontières en récupérant des œuvres des « primitifs » italiens et des écoles du Nord.

5Le second volet de ce séminaire, que nous donnerons durant l’année 2011-2012 sera consacré à la lecture critique comparée de deux ouvrages qui nous semblent fondamentaux pour la compréhension des méthodes forgées par l’histoire de l’art en Russie, au contact de la science occidentale, à la fin du XIXe et au début du XXe siècle. Il s’agira de l’un des derniers travaux publiés de Fedor Bouslaev, son Apocalypse russe illustrée (Svod izobrazhenij iz litzsevykh apokalipsisov po russkim rukopisiam s XVI-go veka po XIX-j) paru à Saint-Pétersbourg en 1884 et de l’Iconographie de la Mère de Dieu, publié en russe en deux volumes en 1914-1915 à Saint-Pétersbourg par l’élève de Bouslaev, Nikodim Kondakov.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Olga Medvedkova, « Entre l’Orient et l’Occident : l’invention de l’art médiéval en Russie », Annuaire de l’EHESS,  | 2012, 633-635.

Référence électronique

Olga Medvedkova, « Entre l’Orient et l’Occident : l’invention de l’art médiéval en Russie », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2012, mis en ligne le 01 juillet 2015, consulté le 19 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/21430

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals