Navigation – Plan du site
Conférences complémentaires
Anthropologie

Histoire des pratiques sociales au Moyen Âge. Genre et famille (XIIe-XVe siècle)

Didier Lett
p. 638-639

Entrées d’index

Index thématique :

Anthropologie
Haut de page

Texte intégral

Didier Lett, professeur à l’Université Paris-VII/Diderot

1Cette année, lors des six séances que j’ai faites à l’École (novembre et décembre 2010), j’ai d’abord proposé une réflexion générale sur la manière dont les historiens médiévistes ont fait et font actuellement l’histoire des pratiques sociales, fortement marquée par un certain nombre de courants historiographiques nourris par l’apport d’autres sciences sociales (sociologie et anthropologie principalement) (séance 1). Puisque mon enseignement a été délivré dans le cadre du GAHOM (Groupe d’anthropologie de l’Occident médiéval), l’accent a été mis sur l’apport essentiel actuel dans les sciences humaines et sociales de la « nouvelle anthropologie » ou « anthropologie critique » ou appelée aussi par les anthropologues eux-mêmes « anthropologie historique ». J’ai présenté les principaux apports de ce mouvement (séance 2) avant de donner la parole à Michel Naepels (ethnologue, chargé de recherche au CNRS), l’un des représentants les plus éminents (avec Alban Bensa) de ce courant, qui nous a présenté des études de cas issues de son dossier d’Habilitation, portant sur la violence à Houaïlou (Nouvelle-Calédonie) (séance 3).

2Puisque le programme était orienté prioritairement vers le genre et la famille à la fin du Moyen Âge, j’ai proposé, en tenant compte de la forte reconfiguration épistémologique du début du XXIe siècle (en particulier de l’influence très forte sur nos pratiques historiennes de l’anthropologie critique et de la sociologie de l’interaction), deux séances sur le genre, « utile objet d’analyse » encore bien peu usité par les médiévistes français, à la fois pour faire un bilan (séance 4) et pour donner la parole à Pierre-Olivier Dittmar (ingénieur d’études à l’EHESS) qui a présenté une conférence sur « Animalité et genre dans les textes et les images de la fin du Moyen Âge » (séance 5). Concernant la famille et la parenté, je n’ai pu hélas y consacrer qu’une séance en montrant qu’il s’agissait pour nous de mettre l’accent non pas sur l’histoire des structures (systèmes de parenté) mais de proposer une histoire des pratiques familiales. Dans cette optique, et parce que c’est un lien familial encore peu étudié (parents pauvres de la parenté) j’ai proposé un bilan et des études de cas sur les relations adelphiques à la fin du Moyen Âge, à la fois à travers les textes et les images (séance 6).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Didier Lett, « Histoire des pratiques sociales au Moyen Âge. Genre et famille (XIIe-XVe siècle) », Annuaire de l’EHESS,  | 2012, 638-639.

Référence électronique

Didier Lett, « Histoire des pratiques sociales au Moyen Âge. Genre et famille (XIIe-XVe siècle) », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2012, mis en ligne le 01 juillet 2015, consulté le 25 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/21433

Haut de page

Auteur

Didier Lett

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals