Navigation – Plan du site
Conférences complémentaires
Sociologie

Sociologie de la globalisation, sociologie dans la globalisation. Acteurs et mouvements sociaux dans l’âge global

Luis Lopez et Geoffrey Pleyers
p. 646-647

Entrées d’index

Index thématique :

Sociologie
Haut de page

Texte intégral

Luis Lopez, maître-assistant à l’ENSAPLV
Geoffrey Pleyers, chargé de recherche au FNRS

1Dans sa seconde année, le séminaire prolonge les questionnements autour des pratiques de recherche sociologique sur et dans la globalisation. Si dans la première année nous avions reformulé les questions des cadres théoriques susceptibles de rendre compte des mutations sociales contemporaines, dans cette année, nous avons centré nos présentations autour de deux axes : d’un côté les recherches multisituées autour des mouvements pour une consommation alternative et de l’autre côté, le retour du local comme unité d’analyse du social.

2Dans le premier axe, nous avons présenté des recherches achevés ou en cours autour des expériences associatives liées aux nouvelles formes de consommation. Des études de cas furent présentées autour des expériences françaises et étasuniennes. Quatre séances furent consacrées à l’analyse des Amaps (Associations pour le maintien de l’agriculture paysanne) en France, pointant les nouveautés de ces formes d’action tout en signalant les limites qu’elles posent quant à un renouvellement des répertoires d’action collective dans la globalisation et aux expériences associatives étasuniennes, notamment la Brooklyn Food Coallition, un vaste réseau associatif qui milite pour une consommation plus centrée sur le local et sur la recherche d’alternatives au pouvoir des grandes chaînes de distribution et des grandes multinationales. Les questions posées par la thématique de la consommation alternative sont celles d’une articulation entre local et global, entre réflexivité individuelle et action collective globale, entre politique et morale. Le séminaire a conclu avec la présentation du livre La consommation critique (sous la dir. de Geoffroy Pleyers, Desclée de Brouwer, 2011) avec la présence de trois auteurs.

3De l’autre côté, l’axe centré sur les potentialités du local s’est proposé, suivant les lignes esquissées pendant l’année 2009-2010, de dresser un portrait général de la globalisation, ses dynamiques, ses tensions et ses contradictions à partir d’une série d’analyses où le local a surgi non seulement comme une scène ni comme une simple opposition à une échelle globale, mais comme un laboratoire où l’action se déplie, se met en scène et où les conflits émergent. Le local n’est ni un pur épiphénomène des forces globales, ni un espace clos. Il est plutôt le résultat de l’action elle-même, les acteurs ayant de plus en plus tendance à circonscrire leur action dans des périmètres qu’ils peuvent contrôler. En même temps, des études de cas ont été présentées au long du séminaire, notamment sur les mouvements pour la justice environnementale aux États-Unis, sur le renouveau des mouvements syndicaux au Mexique et aux États-Unis, sur les débats autour des nanotechnologies en France. Dans ces cas très différents, le local émerge comme un horizon dans lequel l’action s’enracine et se projette vers l’extérieur. Que ce soit des conflits régionaux ou nationaux (mouvements pour la justice environnementale), des enjeux transnationaux (les syndicats mexicains et étatsuniens), ou globaux (les Amis de la Terre), les différentes échelles s’emboîtent, nous permettant de parler d’une globalisation de plus en plus encastrée « embedded ».

4Cette année nous avons aussi ouvert notre séminaire à des présentations d’ouvrages et à des invités en provenance des États-Unis et de France autour des thématiques traitées dans le cours. Deux chercheurs résidant aux États-Unis sont venus présenter leurs travaux, l’un sur les imaginaires de la violence criminelle au Mexique et l’autre sur le renouvellement du syndicalisme aux États-Unis. Trois autres invités européens sont aussi venus présenter leurs recherches. Le premier, Fabrice Rippol, maître de conférences à l’Université de Paris-Créteil, est venu présenter son travail autour des Amaps en France. Ensuite, Renaud Debailly est venu discuter autour de sa recherche sur les Amis de la Terre et les débats autour des nanotechnologies. Enfin, Alberto Martin Perez, enseignant à l’Université de Barcelone, est venu présenter son livre Sociologie des files d’attente.

5Après deux années de séminaire, des nombreuses questions restent à explorer. Ce sera le cas dans des collaborations futures.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Luis Lopez et Geoffrey Pleyers, « Sociologie de la globalisation, sociologie dans la globalisation. Acteurs et mouvements sociaux dans l’âge global », Annuaire de l’EHESS,  | 2012, 646-647.

Référence électronique

Luis Lopez et Geoffrey Pleyers, « Sociologie de la globalisation, sociologie dans la globalisation. Acteurs et mouvements sociaux dans l’âge global », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2012, mis en ligne le 01 juillet 2015, consulté le 20 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/21442

Haut de page

Auteurs

Luis Lopez

Articles du même auteur

Geoffrey Pleyers

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals