Navigation – Plan du site
Conférences complémentaires
Philosophie et épistémologie

Esthétique sociale

Barbara Carnevali
p. 658-659

Entrées d’index

Index thématique :

Philosophie et épistémologie
Haut de page

Texte intégral

Barbara Carnevali, chercheur invité de l’IEA-Paris

1Le cours s’est déroulé en douze séances, qui ont été suivies par une moyenne de dix auditeurs par séance. Le public était composé d’étudiants de l’EHESS en différentes disciplines (philosophie, esthétique, anthropologie, sociologie, arts) et d’autres auditeurs libres.

2Les quatre premières rencontres ont été consacrées à une présentation générale du sujet (Qu’est-ce que l’« esthétique sociale » ? Quels sont son domaine, ses enjeux, ses approches et ses méthodes pour l’explorer ?) ainsi qu’au commentaire d’un certain nombre de textes de la tradition philosophique et sociologique qui permettent d’aborder ce sujet et qui ont fourni les bases théoriques du séminaire : des extraits de Jean-Jacques Rousseau (la « scène des cabanes » dans le Discours sur l’inégalité), de Georg Simmel (excursus sur les sens et sur la parure dans la Sociologie), d’Arthur Danto (la conception de la société d’Andy Warhol), d’Axel Honneth (sur le rapport entre reconnaissance et visibilité), d’Erving Goffman (la vie quotidienne comme représentation) et de Pierre Bourdieu (les notions de capital/pouvoir symbolique et de distinction). Tous ces auteurs partagent ce que j’ai proposé de définir « l’intuition de l’immatérialisme social », c’est-à-dire l’idée que dans la vie sociale tout est question d’apparence et de perception sensible. (En paraphrasant Berkeley, on pourrait résumer cette intuition dans l’expression latine : in societate, esse est percipi et percipere. En société, être c’est être perçu et percevoir). Cette définition m’a permis de circonscrire le domaine de l’esthétique sociale autour de l’intuition de base que dans la consistance sensible de notre apparence publique se joue l’une des dimensions cruciales de la vie sociale. Le champ des problèmes et des phénomènes esthético-sociaux est virtuellement illimité. Ses sujets privilégiés sont la mondanité, le snobisme, le dandysme, l’esthétisme, le luxe, la mode - sujets mineurs de la philosophie sociale, souvent considérés comme secondaires, futiles ou vains. Mais qui méritent notre attention, dans le contexte d’une réévaluation philosophique de phénomènes que les grandes hiérarchies métaphysiques qui conditionnent en sous-main la théorie sociale (à commencer par l’idée que l’économie est forcément la sphère de réalité la plus importante) ont toujours traités comme marginaux.

3J’ai donc consacré la seconde partie du séminaire à explorer le champ de l’esthétique sociale dans plusieurs directions différentes, en m’interrogeant notamment sur : la possibilité d’interpréter la vie sociale à l’aune de concepts et d’outils tirés de la stylistique et de l’histoire des arts : séances consacrées à la discussion des conférences de Marielle Macé du CRAL (9 ocobre 2010) sur l’extension anthropologique de la notion de style, et de Gloria Origgi de l’Institut Jean-Nicod sur la notion de style de pensée dans les sciences (10 février 2011) ; l’idée d’une esthétique de l’existence : séminaire sur Foucault de la doctorante de l’EHESS Stefania Ferrando, suivi d’une discussion collective (13 janvier 2011) ; une nouvelle analyse esthético-sociale de la notion de prestige, à partir notamment de Proust, des théories de Norbert Elias sur la société de cour, et du travail professionnel d’artistes spécialisés dans l’art d’anoblir leurs modèles (notamment Van Dyck et Andy Warhol). Dans ce cadre s’est déroulée la séance consacrée au film La prise du pouvoir par Louis XIV de Rossellini ; l’idée d’une « iconologie sociale » consacrée à l’étude des modèles iconographiques qui s’incarnent dans les habitus sociaux (séances avec vidéo-projection de galléries d’images).

4L’étudiante Erasmus Maica Gugolati a contribué à la discussion du séminaire avec un mémoire écrit consacré à la fonction sociale de l’odorat et du parfum.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Barbara Carnevali, « Esthétique sociale », Annuaire de l’EHESS,  | 2012, 658-659.

Référence électronique

Barbara Carnevali, « Esthétique sociale », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2012, mis en ligne le 01 juillet 2015, consulté le 22 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/21452

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals