Navigation – Plan du site
Enseignements organisés par les centres de recherche de l’EHESS

CNE - Centre Norbert-Elias

Agnès Martial
p. 710-711

Entrées d’index

Centres de recherche :

Centre Norbert-Elias – CNE
Haut de page

Texte intégral

Agnès Martial, chargée de recherche au CNRS

Genre et parenté dans les transitions familiales contemporaines. Les redéfinitions de la paternité

1Au cours de ce séminaire, les redéfinitions de la paternité dans le contexte des divorces et des ruptures d’unions ont été envisagées comme les révélateurs d’une évolution plus générale des rapports de genre, des statuts et des rôles parentaux, ainsi que des modalités de construction des identités masculines.

2Après avoir cerné un cadre théorique inspiré des approches contemporaines en anthropologie de la parenté, le séminaire a dressé une synthèse critique des travaux portant sur les changements affectant la paternité. L’étude des normes, des pratiques et des représentations permettant de dessiner l’évolution du rôle et du statut des pères demeure en France relativement discrète, les recherches existantes l’éclairant principalement à travers l’étude des rôles et des statuts de genre occupés dans la sphère intime et familiale, ainsi que dans les interrelations entre sphère privée et professionnelle. Différentes recherches soulignent en outre la variabilité sociale et culturelle des conceptions de la paternité, liées à différentes représentations des rapports de genre.

3À partir de ces éléments d’analyse, le séminaire s’est attaché à questionner l’existence d’une figure inédite et singulière : le père « en solitaire », dont les liens aux enfants doivent se dispenser de la médiation quotidienne de la mère, et se jouent dans un espace et un temps redéfinis par la rupture du couple et le réaménagement des relations parentales. La paternité « en solitaire » recouvre ainsi des situations variées, des pères « absents », qui ont vu se rompre leurs relations avec leurs enfants, à ceux – fort peu nombreux – qui assument quotidiennement l’éducation de ces derniers après la séparation ou le divorce. Entre ces deux extrêmes, les hommes réinventent leur paternité au sein d’une nouvelle organisation spatiale et temporelle, fondée sur le principe du droit de visite et d’hébergement ou sur la résidence alternée de l’enfant. À travers ces différentes situations, c’est à la réalité sociale, éducative et affective d’une paternité en « exercice » que s’est intéressé le séminaire, à partir d’une enquête menée à Marseille auprès de pères séparés ou divorcés, d’origine culturelle et de milieux socio-économiques variés, élevant leurs enfants selon différents modes de résidence. L’exploration des parcours biographique et familiaux de ces hommes a permis de faire émerger de premiers éléments d’analyse. Dans l’exercice d’une paternité « solitaire » apparaît tout d’abord l’importance du rapport au temps : l’absence de temporalité quotidienne, la résidence alternée, la monoparentalité éprouvent la paternité dans ses relations de distinction, d’équivalence ou d’inégalité avec la maternité. Les témoignages recueillis amènent à nuancer les analyses présumant la « rigidité » des rapports de genre au sein des milieux populaires : là comme ailleurs sont observables des manières d’être et d’inventer révélatrices de formes nouvelles de paternité, qui interrogent la division sexuée des rôles parentaux. En outre, la relation paternelle (tout comme la maternité) ne se réduit pas à la seule prise en charge éducative et matérielle des enfants au sein de l’univers domestique. Garante de l’accès de l’enfant à l’autonomie, elle est mise en jeu dans les relations d’apprentissage et d’initiation, ainsi que dans les impératifs de reproduction sociale, qui passent par la formation et l’emploi. La paternité existe enfin au sein d’une constellation de relations affectives, juridiques et symboliques : relation à la mère, éventuelle recomposition familiale, etc. La relation père-enfant s’inscrivant aussi dans une amplitude relationnelle lisible tant dans les usages sociaux de la parenté, qui permettent de la replacer dans un cercle familial étendu, que du point de vue de la transmission d’une identité familiale.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Agnès Martial, « CNE - Centre Norbert-Elias », Annuaire de l’EHESS,  | 2012, 710-711.

Référence électronique

Agnès Martial, « CNE - Centre Norbert-Elias », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2012, mis en ligne le 01 juillet 2015, consulté le 27 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/21516

Haut de page

Auteur

Agnès Martial

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals