Navigation – Plan du site
Enseignements organisés par les centres de recherche de l’EHESS

CRH – Centre d’anthropologie religieuse européenne (CARE)

Pierre-Antoine Fabre
p. 728-729

Texte intégral

Pierre-Antoine Fabre, directeur d’études

Corps saints, martyrs et temps de l’histoire

1Le séminaire a été conçu cette année comme une forme d’accompagnement de l’enquête qu’il poursuit depuis plusieurs années sur la diffusion des corps saints des catacombes entre la fin du XVIe et le XIXe siècle, enquête dont les premiers résultats avaient été présentés dans le séminaire 2009-2010 et dont les conclusions tiendront une place importante dans le séminaire 2011-2012. Dans cette étape intermédiaire, le centre a souhaité entrer en dialogue, comme l’an dernier déjà, avec d’autres recherches animées par des interrogations communes, dialogue qui donne sa signification à l’enquête en cours. Les travaux sont en effet nombreux aujourd’hui sur la place du martyre et du culte des martyrs dans l’histoire du christianisme, des catacombes romaines aux martyrs des Nouveaux Mondes et à la concurrence des martyrologies protestantes et catholiques, avec une préoccupation centrale : comment le thème du martyr tisse-t-il le lien du passé et du présent, de l’ancien et du nouveau, comment épouse-t-il le temps de l’histoire ? La diffusion des corps saints des catacombes ne peut être comprise dans son projet sans recours à cette réflexion sur le martyre chrétien, qui témoigne tout à la fois, d’une part, de l’engagement de l’Église chrétienne dans le temps historique, dans son pâtir, dans la négativité de son épreuve, par une sorte de corps à corps avec le monde réel, non encore transformé par la révélation chrétienne (d’où le rayonnement hagiographique et iconographique du couple du bourreau et de sa victime, dont le bourreau devient une sorte de victime lorsque sa conversion l’emporte, comme dans d’innombrables récits légendaires) et, d’autre part, de l’accélération de ce temps de l’histoire par l’espérance de la palme de gloire. Le martyre accomplit et achève le temps chrétien de l’histoire.

2Les intervenants de cette année ont apporté leurs divers éclairages de ce grand thème. Philippe Boutry, du CARE, a ouvert le séminaire en montrant la vivacité du modèle martyrologique dans le récit de l’exil et de la mort du pape Pie VI, à l’époque de la Révolution française, et en faisant voir comment ce modèle pouvait transformer le sens de l’isolement, de la maladie, de l’échec. Isabelle Heulant-Donat (Université de Reims) a reconstitué le premier nouage de l’héritage ancien et de la réactivation missionnaire du thème dans l’univers franciscain du XIIIe siècle et particulièrement les missions d’Orient : ce mode de réactivation, que retrouvera la Compagnie de Jésus au XVIe siècle en se donnant les martyrs qu’elle n’avait pas et en donnant à l’Église catholique les martyrs qu’elle n’avait plus (motif majeur de la littérature réformée, souffrante et glorieuse, elle, d’un martyre actuel), trouve dès ce moment-là de très fortes expressions. Cécile Vincent-Cassy (Université de Paris-XIII/Paris-Nord) a montré ensuite les inflexions d’un même thème iconographique entre ses manifestations à Rome et à Madrid, non sans transfert des mêmes modèles mais adaptés à des situations différentes, et à une double transformation spirituelle du thème, comme thème de la méditation féminine du corps du Christ dans les grands couvents madrilènes et comme modèle Idéal (mais non pas imitable) dans l’aventure des missions d’évangélisation américaine. Nathalie Kouamé (INaLCO) et Gérard Neveu, du CARE, ont présenté le dossier des premiers martyrs jésuites du Japon, en montrant par une rigoureuse approche cartographique que ces martyrs avaient été destinés à l’« opinion » chrétienne locale, et non pas à une plus large population à laquelle le langage du martyre ne pouvait pas être destiné ; ils ont par ailleurs prolongé dans la longue durée la progressive acclimatation japonaise du thème en particulier au XXe siècle dans la « ville-martyre » de Nagasaki. Poursuivant cette avancée contemporaine, Michael Wilmart (EHESS) a exposé des recherches très originales sur la concurrence des martyrs de la foi et des martyrs de la nation dans l’Albanie contemporaine qui tendent à superposer, voire à confondre les deux lignées dans une même communauté patrimoniale. Éric Rebillard (Université Cornell), a fait un point très utile sur les recherches archéologiques actuelles sur les catacombes romaines (en particulier le problème de leur identité spécifiquement chrétienne ou païenne et chrétienne), contre-point très précieux aux premiers développements de l’archéologie chrétienne aux XVIIe et XVIIIe siècles, évidemment étroitement chevillés à la production d’un discours apologétique. Enfin, deux exposés sont venus enrichir ce parcours par des déplacements fructueux : Daniel Fabre a présenté les conclusions de ses recherches sur les premières découvertes d’art pariétal dans le sud de la France à la fin du XIXe siècle, mises en résonance avec les apparitions mariales de Lourdes, les unes et les autres étant expressément liées par un groupe de prêtres préhistoriens très actif dans la naissance des savoirs sur la préhistoire à cette époque ; dans l’un et l’autre cas, Daniel Fabre a mis en lumière l’apparition comme surgissement soudain d’un passé lointain – troisième résonance, cette fois-ci avec les recherches du CARE sur le réveil des reliques des martyrs des catacombes. Arnaud Esquerre (EHESS) a, pour sa part, exposé une importante enquête récemment menée dans le cadre d’un numéro de la revue Raisons Politiques sur les « Morts et restes humains », sur le traitement des corps morts dans les sociétés ultracontemporaines et en particulier sur la juridiction complexe de la dispersion des cendres, qui renvoyait à une définition de l’Intégrité des corps, non sans résonances là encore avec la relique comme fragment efficace du corps entier, métonymie de l’Intégrité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre-Antoine Fabre, « CRH – Centre d’anthropologie religieuse européenne (CARE) », Annuaire de l’EHESS,  | 2012, 728-729.

Référence électronique

Pierre-Antoine Fabre, « CRH – Centre d’anthropologie religieuse européenne (CARE) », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2012, mis en ligne le 01 juillet 2015, consulté le 21 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/21545

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals