Navigation – Plan du site

AccueilNuméros54Dossier « Archéologie et archéom...L’atelier céramique d’Oued el Aka...

Dossier « Archéologie et archéométrie des céramiques romaines d’Afrique »

L’atelier céramique d’Oued el Akarit (Tunisie)

Sami Ben Tahar, Michel Bonifay et Claudio Capelli
p. 167-177

Résumés

On présente ici la caractérisation typologique et archéométrique/pétrographique de la production de l’atelier d’Oued el Akarit, en Tunisie méridionale, suite à de nouvelles prospections. Cet atelier produisait au iv e s. principalement quatre types d’amphores (Africaine I B, Africaine II D, Keay 25.1-2 et peut-être une variante tardive du type Dressel 2/4), ainsi que des céramiques culinaires (B et CB, mais aussi imitations des catégories A et CA typiques du nord de la Tunisie) et communes. En dépit des nombreux déchets de production, qui semblent exclure la présence d’importations, les analyses pétrographiques ont mis en évidence une assez forte variabilité des pâtes, même à l’intérieur de chaque classe, qui pourrait être expliquée par l’utilisation de matières premières et de techniques différentes dans plusieurs fours/ateliers relativement éloignés dans l’espace et/ou le temps.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Slim et alii 2004, p. 111-112.

1L’atelier d’Oued el Akarit (fig. 1) a été visité par l’un d’entre nous (MB) en 1990 dans le cadre de la mission tuniso-française d’étude du littoral tunisien, dirigée par Hedi Slim et Pol Trousset 1. Dans le but de mieux cerner les productions de cet atelier, une nouvelle prospection a été effectuée en 2016 par un autre des auteurs de cette note (SBT) qui a procédé à un ramassage plus systématique. Ce sont les résultats de l’ensemble de ces travaux de terrain, croisés aux analyses archéométriques du troisième auteur (CC), qui seront exposés dans notre texte.

Fig. 1 : Carte de situation de l’atelier d’Oued el Akarit

Fig. 1 : Carte de situation de l’atelier d’Oued el Akarit

1. Description de l’atelier d’Oued el Akarit

2L’atelier est situé au débouché de l’oued el Akarit (fig. 2, a) et à proximité d’installations romaines disposées parallèlement à la ligne de rivage, couvertes par des plantes halophiles et des asparagus (fig. 2, b). La présence quasi uniforme de cette végétation ne permet pas de préciser la description du site faite en 1990. L’organisation en batterie ou en enfilade de ces pièces construites avec des murs en opus incertum, bien visibles dans quelques zones non végétalisées, pourrait nous inciter à y voir des restes de cetariae. Il pourrait également s’agir de vestiges d’une ou de plusieurs villae implantées en bord de mer tant pour la valorisation des produits maritimes que terrestres.

3À proximité de ces installations apparaissent des monticules jonchés de rebuts de cuisson dont quelques-uns présentent des dimensions considérables. Toute cette aire est ponctuée de zones cendreuses où des fouilles clandestines ont mis au jour quelques fours en mauvais état de conservation (fig. 2, c-d).

Fig. 2 : Atelier d’Oued el Akarit

Fig. 2 : Atelier d’Oued el Akarit

a : l’oued ; b : structures ; c-d : zones de cendres et déchets d’atelier

photos S. Ben Tahar

2. Productions de l’atelier d’Oued el Akarit

  • 2 Bonifay et alii 2002-2003, p. 162 ; p. 163, fig. 16, p. 164, f (...)

4Les premières études avaient permis de démontrer que cet atelier produisait principalement trois types d’amphores, à savoir les types Africaine I B, Africaine II D et Keay 25.1-2, ainsi que des céramiques culinaires et communes 2.

Fig. 3 : Atelier d’Oued el Akarit

Fig. 3 : Atelier d’Oued el Akarit

Amphores : type Africaine I A (1-4), I C (5-7) ; type Africaine II D (8-9, 17 ?) ; type Keay 25.1 (10-15, 17-19, 20-21 ?) ; types Dressel 2/4 et pseudo-Dressel 2/4 (?) (22-27), surcuit (28) (* = fragments analysés en lame mince).

dessins et photos S. Ben Tahar, sauf 9 et 13 : M. Bonifay

  • 3 Bonifay et alii 2002-2003, p. 164, fig. 17, no 226 ; Bonifay 2 (...)
  • 4 Bonifay 2004, p. 146 et p. 147, fig. 179 ; Fontana, Ben Tahar, Capelli 2009, p.  (...)

5Les nouvelles prospections confirment tout d’abord la production sur place du type Africaine I, uniquement représenté par ses variantes tardives B (fig. 3, n os   1-4) et C, cette dernière caractérisée par un bord en crochet (fig. 3, n os   5-7). De nombreux surcuits sont présents dans cette catégorie. Un autre surcuit permet ensuite d’envisager la production sur place des amphores Africaines II D (fig. 3, n os   8-9, 17 ?), en petit nombre cependant. Sans conteste, ce sont les amphores cylindriques de moyennes dimensions, de type Keay 25.1 (fig. 3, n os   10-15, 16-19) qui sont les plus fréquentes en prospection, avec là encore de très nombreux surcuits. Les prospections de 1990 avaient livré quelques fragments attribuables au type Keay 25.2 3, mais aucun nouveau témoin n’en a été mis au jour. Quelques pointes cylindriques de petites dimensions (fig. 3, n os   20-21) pourraient évoquer le type spatheion 1 mais aucune preuve décisive n’a été apportée à ce sujet. Enfin, un certain nombre de tessons, plutôt que d’être rangés parmi la céramique commune, semblent devoir appartenir ( ?) à des variantes tardives d’amphores Dressel 2/4. Si cette hypothèse est exacte, on distinguera un grand module, représenté par une série de bords à gorge interne (fig. 3, n os 22-23) ainsi peut-être qu’un fond (fig. 3, n o 24), et un petit module, dont la morphologie du bord (fig. 3, n os   25-28) rappelle celle des amphores dites « pseudo-Dressel 2/4 » de Jerba et Zarzis 4. Les anses, creusées d’une profonde dépression axiale, évoquent les anses bifides de ce type dont les exemplaires d’Oued el Akarit pourraient peut-être représenter une évolution tardive.

Fig. 4 : Atelier d’Oued el Akarit

Fig. 4 : Atelier d’Oued el Akarit

Céramique culinaire : type Hayes 23B (29) ; type Hayes 181 (30-33) ; type Hayes 195 (34) ; type Hayes 196 (35-38, 39 ?) ; type Hayes 197 (40) ; type Hayes 183 (41-43) (* = fragments analysés en lame mince)

S. Ben Tahar

6Des surcuits attestent aussi la production sur place de céramique culinaire, surtout illustrée par les plats Hayes 181 (fig. 4, n os   30-33) en catégorie B et les marmites Hayes 183 (fig. 4, n os   41-43) en catégorie CB, toutes deux typiques de Byzacène. Il est plus surprenant de trouver des imitations probablement locales des formes caractéristiques des catégories A et CA du nord de la Tunisie : plats Hayes 23B (fig. 3, n o   29), marmites Hayes 197 (fig. 3, n o 40) et couvercles Hayes 195 (fig. 3, n o 34) et 196 (fig. 3, n os   35-38, 39 ?).

Fig. 5 : Atelier d’Oued el Akarit

Fig. 5 : Atelier d’Oued el Akarit

Céramiques communes : bassins carénés (44-47) ; autres bassins (48-49) ; bols (50-51) ; mortiers (52-53) ; cruches (54-55) (* = fragments analysés en lame mince).

dessins et photo S. Ben Tahar

7Cet ensemble est complété par une production de céramique commune, là aussi avec des déchets de cuisson, constituée de bassins carénés (fig. 5, n os   44-47) et autres bassins (fig. 5, n os   48-49), de bols (fig. 5, n os   50-51), de mortiers (fig. 5, n os   52-53) et de cruches (fig. 5, n os   54-55). On produisait également dans cet atelier des matériaux de construction, notamment des briques.

8Enfin, il se confirme que cet atelier n’a pas produit de vaisselle sigillée, ni de lampes, l’ensemble de ces objets étant clairement importé : sigillée A2 (Hayes 3), C/E (Hayes 45C et 58), sigillée continentale (Stern I de Sidi Aïch ?), lampes (type Atlante VI). Mis à part le fragment de sigillée A, ces éléments de vaisselle datent de la fin du iii e s. et du iv e s. et pourraient être contemporains de la production d’amphores de l’atelier : Africaines I B et C, Africaines II D, Keay 25.1-2. Seules les amphores Dressel 2/4, même s’agissant d’une variante tardive – si toutefois cette identification est exacte – donnent une date antérieure, dépassant difficilement le milieu du iii e  siècle.

9Même si la production de vaisselle sigillée doit être raisonnablement exclue, la diversité des catégories de céramiques susceptibles d’avoir été produites sur le site nous a incités à tenter une expérimentation archéométrique sur onze échantillons sélectionnés au sein du matériel récolté en 2016, auxquels s’ajoutent deux échantillons recueillis en 1990 et anciennement analysés.

10Catalogue des fragments analysés (figs 3-5) :

  • 1 : amphore africaine, type Africaine I B ; pâte marron verdâtre, surface verdâtre craquelée ; surcuit (Inv. AK 23).
  • 9 : mphore africaine II D ( ?) : pâte grise, compacte, surface verdâtre ; surcuit (Inv. AK 90-2 ; LIT 039.04) 5.
  • 10 : amphore africaine, type Keay 25.1 ; pâte orange clair à cœur gris, surface extérieure blanche (Inv. AK 17).
  • 13 : amphore africaine, type Keay 25.1 ; pâte et surface beige verdâtre ; surcuit ( ?) (Inv. AK 90-1) 6.
  • 25 : amphore africaine, type Dressel 2/4 ; pâte orange clair, surface blanche (Inv. AK 01).
  • 27 : amphore africaine, type Dressel 2/4 ; pâte beige-gris, surface extérieure blanche (Inv. AK 03).
  • 29 : céramique culinaire africaine, type Hayes 23B ; pâte rouge brique, surface intérieure lissée ou sommairement engobée, bande grise à l’extérieur du bord (Inv. AK 36).
  • 32 : céramique culinaire africaine, type Hayes 181 ; pâte brune orangée, traces d’engobe noirci à l’intérieur ; surcuit (?) (Inv. AK 50).
  • 34 : céramique culinaire africaine, type Hayes 195, variante ; pâte rouge brique, bord noirci à l’extérieur (Inv. AK 44).
  • 35 : céramique culinaire africaine, type Hayes 196 ; pâte orange, extérieur du bord verdâtre (Inv. AK 41).
  • 40 : céramique culinaire africaine, type Hayes 197 ; pâte rouge grisâtre, surface intérieure gris clair, extérieure gris foncé ; surcuit (?) (Inv. AK 33).
  • 44 : céramique commune africaine, bassin : pâte orange clair, surface extérieure blanche (Inv. AK 63).
  • 54 : céramique commune africaine, cruche ; pâte orange, surface extérieure blanche (Inv. AK 11).

3. Résultats des analyses pétrographiques

  • 7 Capelli, Bonifay 2007.

11L’observation de lames minces au microscope polarisant de 13 échantillons de catégories différentes récoltés sur le site montre que toutes les pâtes sont caractérisées par la présence dominante d’inclusions de quartz, dont une partie de la fraction plus grossière est arrondie/éolienne, ce qui est une caractéristique commune à la plupart des productions africaines 7.

Tabl. 1 : Atelier d’Oued el Akarit

Tabl. 1 : Atelier d’Oued el Akarit

Liste des échantillons étudiés avec les principales caractéristiques compositionnelles et techniques des pâtes. B = distribution bimodale. Pour consulter le tableau 1 au format .docx, se reporter au document annexe « Tableau 1 ».

C. Capelli

Fig. 6 : Atelier d’Oued el Akarit

Fig. 6 : Atelier d’Oued el Akarit

Microphotographies (Nicols croisés, dimension réelles 1,3 x 1 mm).

photos C. Capelli

12Toutefois, l’analyse a mis en évidence une assez forte variabilité compositionnelle et technique, même à l’intérieur de chaque classe (tabl. 1, fig. 6). On a pu distinguer cinq groupes différents de pâtes, avec des sous-groupes et un échantillon isolé. Il est donc difficile d’identifier la ou les productions strictement locales et il n’est pas exclu qu’au moins une partie des échantillons appartiennent à des importations (régionales). En alternative, en admettant que tous les échantillons représentent des déchets de productions locales, il faudrait envisager l’utilisation de matières premières et de techniques différentes, non seulement entre amphores et culinaires, ce qui pourrait être normal, mais même à l’intérieur de chaque catégorie, ce qui est moins normal. Il resterait la possibilité de la présence de plusieurs fours/ateliers relativement éloignés dans l’espace et/ou le temps.

13Les pâtes des six amphores se distribuent dans au moins trois groupes (tabl. 1, gr. 1-3 ; fig. 6, n os   10, 27), qui se distinguent notamment par des rapports différents entre les fractions granulométriques silteuse et sableuse des inclusions et entre les composantes ferrique et calcaire (cette dernière généralement dominante) de la matrice argileuse.

  • 8 Capelli, Bonifay 2016.

14Cependant, on peut reconnaître comme caractéristiques communes, en particulier, la distribution bimodale des inclusions et la présence, même accessoire, de mica biotite et de minéraux lourds, cette dernière se confirmant être une caractéristique distinctive de plusieurs productions d’amphores du sud de la Tunisie par rapport aux productions du nord 8.

15On note que les amphores Keay 25.1 rentrent dans un seul groupe (tabl. 1, gr. 1), avec un bassin en céramique commune, tandis que les amphores Dressel 2/4 appartiennent à deux groupes séparés (gr. 2, 3), comme les amphores Africaine I et II.

16Également, les céramiques culinaires se divisent dans au moins deux groupes (tabl. 1, gr. 4-5 ; fig. 6 n os   29, 34, 35), bien distingués de ceux des amphores par la matrice très riche en fer et, entre eux, par de différents pourcentages d’inclusions sableuses, leur degré de classement et la présence ou absence de nodules argileux. Au moins dans le groupe 5, la présence d’un dégraissant ajouté est probable.

17L’échantillon qui reste, une cruche (tabl. 1, « groupe » 6 ; fig. 6, n o 54), est partiellement similaire aux culinaires.

  • 9 Capelli, Bonifay 2007.

18Il est intéressant de noter que les caractéristiques des pâtes des céramiques culinaires sont plutôt rattachables, en ligne générale, aux productions de Byzacène, tandis qu’elles montrent peu de rapports avec les pâtes des productions du nord de la Tunisie avec la même forme 9, par exemple du type Hayes 23. Il est donc probable qu’il s’agit d’imitations locales/régionales de ces dernières.

4. Interprétation des données

19Les données de la typologie et de la pétrographie entrent donc quelque peu en contradiction les unes par rapport aux autres. En effet, la prospection a révélé des surcuits de poterie pour chacune des catégories analysées, tandis que l’archéométrie conclut plutôt à une hétérogénéité des pâtes et donc à la possibilité d’importations, notamment pour les amphores identifiées comme des variantes tardives du type Dressel 2/4 ( ?). Il est toutefois troublant que les surcuits analysés d’amphores Africaine I (no 1) et Keay 25.1 (no 14) ainsi que de céramiques culinaires (nos 32 et 40) appartiennent tous à des groupes pétrographiques différents. Sans doute sera-t-il nécessaire d’augmenter le nombre d’analyses afin de mieux mesurer la variabilité des pâtes de cet atelier de même que la part des importations parmi les céramiques recueillies sur le site.

20Si l’on s’en tient aux données archéologiques, l’atelier d’Oued el Akarit aurait produit des amphores Africaines I, Africaines II D, Keay 25.1 et peut-être Dressel 2/4 tardives ( ?), trois ou quatre types dévolus au transport de trois denrées différentes : l’huile, les salsamenta et le vin. Cet atelier, extra-urbain, qui se trouve dans le territoire de Tacape, semble ainsi témoigner de l’existence d’un surplus halieutique, oléicole et vinicole exportable.

21D’un point de vue topographique, ce site présente plusieurs avantages. En effet, il est tout près de la mer ; en même temps, il se situe à l’embouchure d’un oued. L’emplacement côtier de notre site pourrait s’expliquer non seulement par les denrées que certaines de ces amphores auraient contenues, en l’occurrence des produits halieutiques, mais aussi par les facilités de distribution à travers les circuits maritimes.

  • 10 Slim et alii 2004, p. 112.
  • 11 Woodworth et alii 2015.
  • 12 Voir Slim et alii 2004, p. 18.
  • 13 Plin., nat., XVIII, 188.
  • 14 Plin., nat., XVIII, 189 ; Trousset 1986, p. 174.

22Toutefois, la production sur place de produits dérivés de la pêche n’est pas prouvée, les alignements parallèles de murs pouvant correspondre tout aussi bien à des bassins de salaisons qu’à des citernes 10. Par ailleurs, seules les amphores Africaines II D peuvent prétendre avoir transporté ce type de denrée, tandis que le type Keay 25.1 est actuellement considéré plutôt comme un conteneur vinaire 11. Il en est de même, bien sûr, des amphores Dressel 2/4 si notre proposition d’identification est exacte. De fait, l’oued a dû être sciemment utilisé par les habitants du lieu pour irriguer les différentes cultures maraîchères et fruitières qu’ils y pratiquèrent, le sol fertile s’y prêtant 12. Cela ne fait que confirmer les dires de Pline l’Ancien qui témoigna de visu de « la fertilité miraculeuse » 13 de Gabès « où la vigne y porte deux fois par an » 14.

  • 15 Toutes les amphores de type Keay 25 attestées à Jerba sont des importations africaines extra-insul (...)

23On ignore pour l’instant à quel(s) marché(s) étaient destinées ces denrées et ces vaisselles culinaires. Une diffusion vers le sud (la Tripolitaine) où se trouvent plusieurs villes particulièrement prospères, telles que Tacape, Gigthis et Meninx 15 par le biais du cabotage, nous paraît des plus probables. Mais là aussi des analyses archéométriques s’imposent pour confirmer ou le cas échéant infirmer nos présomptions.

5. Conclusion

  • 16 Voir Ben Tahar, Capelli, dans ce même volume.

24La poursuite en 2016 des investigations sur le site d’Oued el Akarit, bien loin de résoudre les questions que nous nous posions en 1990, renforce encore nos doutes sur l’homogénéité de la production de cet atelier. Alors que les nombreux déchets de cuisson recueillis en prospection semblent prouver la production locale de trois ou quatre types différents d’amphores, Africaines I, Africaines II D, Keay 25.1 et peut-être Dressel 2/4 tardives (?), l’archéométrie est plus réservée sur cette hypothèse. Il est tout au moins certain que des amphores Africaines I et Keay 25.1 y ont été produites au iv e  siècle. On ne sait dans quel contexte – complexe halieutique, villa maritima, agglomération – à la frontière des nouvelles provinces de Byzacène et de Tripolitaine, cet atelier a été créé. Il constitue cependant un exemple intéressant de recomposition de la production vivrière en Afrique au iv e s., exemple qui n’est pas isolé comme en témoigne, dans la même région, la découverte récente de l’atelier d’Ouedhref 16.

Haut de page

Bibliographie

Bonifay M. et alii 2002-2003, Bonifay M., Capelli C., Martin Th., Picon M., Vallauri L., « Le littoral de la Tunisie, Étude géoarchéologique et historique (1987-1997) : la céramique », AntAfr 38-39 [2005], 125-202. https://www.persee.fr/doc/antaf_0066-4871_2002_num_38_1_1355

Bonifay M. 2004, Études sur la céramique romaine tardive d’Afrique, Oxford (BAR Int. S. 1301).

Capelli C., Bonifay M. 2007, « Archéométrie et archéologie des céramiques africaines : une approche multidisciplinaire », dans M. Bonifay, J.-C. Tréglia (ed.), LRCW2. Late Roman Coarse Wares, Cooking Wares and Amphorae in the Mediterranean : Archaeology and Archaeometry, Oxford (BAR Int. S. 1662), p. 551-568. https://www.academia.edu/5308905

Capelli C., Bonifay M. 2016, « Archeologia e archeometria delle anfore dell’Africa romana. Nuovi dati e problemi aperti », dans A.F. Ferrandes, G.  Pardini (éd.), Le regole del gioco. Tracce Archeologi Racconti. Studi in onore di Clementina Panella, Roma, p. 535-558. https://www.academia.edu/31060350

Fontana S., Ben Tahar S., Capelli C. 2009, « La ceramica tra l’età punica et la tarda antichità », dans E. Fentress, A. Drine, R. Holod (éd.), An Island through Time : Jerba Studies, vol. 1. The Punic and Roman Periods, Portsmouth, Rhode Island (JRA Suppl. 71), p. 241-327.

Jerray E. 2016, « Les ateliers d’amphores de Zitha et le potentiel économique de la Tripolitaine tunisienne », dans N. Mugnai, J. Nikolaus, N. Ray (éd.), De Africa Romaque : Merging Cultures across North Africa, London (Society for Libyan Studies Conference, vol. 1), p. 157-170.

Slim H. et alii 2004, Slim H., Trousset P., Paskoff R., Oueslati A., avec la collaboration de M. Bonifay et J. Lenne, Le littoral de la Tunisie. Étude géoarchéologique et historique, Paris (Études d’Antiquités Africaines). https://www.persee.fr/doc/etaf_0768-2352_2004_mon_1_1_947

Trousset P. 1986, « Les oasis présahariennes dans l’antiquité : partage de l’eau et division du temps », AntAfr 22, p. 163-193. https://www.persee.fr/doc/antaf_0066-4871_1986_num_22_1_1130

Woodworth J . et alii 2015, Woodworth J., Bernal D., Bonifay M., De Vos D., Garnier N., Keay S., Pecci A., Poblome J., Pollard M., Richez F., Wilson A., « The Content of African Keay 25 / Africana 3 Amphorae : Initial Results of the CORONAM Project », dans C. Oliveira, R. Morais, A. Morillo Cerdán (éd.), ArchaeoAnalytics. Chromatography and DNA Analysis in Archaeology, Esposende, p. 41-57. https://www.academia.edu/19187197

Haut de page

Document annexe

  • Tableau 1 (application/vnd.openxmlformats-officedocument.wordprocessingml.document – 22k)
Haut de page

Notes

1 Slim et alii 2004, p. 111-112.

2 Bonifay et alii 2002-2003, p. 162 ; p. 163, fig. 16, p. 164, fig. 17 ; Bonifay 2004, p. 31 ; p. 30, fig. 14.

3 Bonifay et alii 2002-2003, p. 164, fig. 17, no 226 ; Bonifay 2004, p. 31.

4 Bonifay 2004, p. 146 et p. 147, fig. 179 ; Fontana, Ben Tahar, Capelli 2009, p. 280, fig. 16.19 et 16.20 ; Jerray 2016, p. 163, fig. 12.5.

5 Bonifay et alii 2002-2003, p. 164, fig. 17, no 224 ; Bonifay 2004, p. 30, fig. 14, no 3.

6 Bonifay 2004, p. 30, fig. 14, no 5.

7 Capelli, Bonifay 2007.

8 Capelli, Bonifay 2016.

9 Capelli, Bonifay 2007.

10 Slim et alii 2004, p. 112.

11 Woodworth et alii 2015.

12 Voir Slim et alii 2004, p. 18.

13 Plin., nat., XVIII, 188.

14 Plin., nat., XVIII, 189 ; Trousset 1986, p. 174.

15 Toutes les amphores de type Keay 25 attestées à Jerba sont des importations africaines extra-insulaires. En l’état actuel des connaissances, nous ne disposons d’aucun indice sûr nous permettant de confirmer l’existence d’atelier de production de Keay 25 à l’intérieur de l’île.

16 Voir Ben Tahar, Capelli, dans ce même volume.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Carte de situation de l’atelier d’Oued el Akarit
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/1011/img-1.png
Fichier image/png, 272k
Titre Fig. 2 : Atelier d’Oued el Akarit
Légende a : l’oued ; b : structures ; c-d : zones de cendres et déchets d’atelier
Crédits photos S. Ben Tahar
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/1011/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 3 : Atelier d’Oued el Akarit
Légende Amphores : type Africaine I A (1-4), I C (5-7) ; type Africaine II D (8-9, 17 ?) ; type Keay 25.1 (10-15, 17-19, 20-21 ?) ; types Dressel 2/4 et pseudo-Dressel 2/4 (?) (22-27), surcuit (28) (* = fragments analysés en lame mince).
Crédits dessins et photos S. Ben Tahar, sauf 9 et 13 : M. Bonifay
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/1011/img-3.png
Fichier image/png, 317k
Titre Fig. 4 : Atelier d’Oued el Akarit
Légende Céramique culinaire : type Hayes 23B (29) ; type Hayes 181 (30-33) ; type Hayes 195 (34) ; type Hayes 196 (35-38, 39 ?) ; type Hayes 197 (40) ; type Hayes 183 (41-43) (* = fragments analysés en lame mince)
Crédits S. Ben Tahar
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/1011/img-4.png
Fichier image/png, 109k
Titre Fig. 5 : Atelier d’Oued el Akarit
Légende Céramiques communes : bassins carénés (44-47) ; autres bassins (48-49) ; bols (50-51) ; mortiers (52-53) ; cruches (54-55) (* = fragments analysés en lame mince).
Crédits dessins et photo S. Ben Tahar
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/1011/img-5.png
Fichier image/png, 124k
Titre Tabl. 1 : Atelier d’Oued el Akarit
Légende Liste des échantillons étudiés avec les principales caractéristiques compositionnelles et techniques des pâtes. B = distribution bimodale. Pour consulter le tableau 1 au format .docx, se reporter au document annexe « Tableau 1 ».
Crédits C. Capelli
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/1011/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 354k
Titre Fig. 6 : Atelier d’Oued el Akarit
Légende Microphotographies (Nicols croisés, dimension réelles 1,3 x 1 mm).
Crédits photos C. Capelli
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/1011/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sami Ben Tahar, Michel Bonifay et Claudio Capelli, « L’atelier céramique d’Oued el Akarit (Tunisie) »Antiquités africaines, 54 | 2018, 167-177.

Référence électronique

Sami Ben Tahar, Michel Bonifay et Claudio Capelli, « L’atelier céramique d’Oued el Akarit (Tunisie) »Antiquités africaines [En ligne], 54 | 2018, mis en ligne le 24 avril 2020, consulté le 15 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/antafr/1011 ; DOI : https://doi.org/10.4000/antafr.1011

Haut de page

Auteurs

Sami Ben Tahar

Institut National du Patrimoine, Tunis

Articles du même auteur

Michel Bonifay

Aix Marseille Univ, CNRS, CCJ, Aix-en-Provence, France

Articles du même auteur

Claudio Capelli

Dipartimento di Scienze della Terra, dell’Ambiente e della Vita (DISTAV), Università degli Studi di Genova, Gênes. Collaborateur associé au Centre Camille Jullian (Aix Marseille Univ, CNRS, CCJ, Aix-en-Provence, France)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search