Navigation – Plan du site

AccueilNuméros54Dossier « Archéologie et archéom...Les dépotoirs de céramiques de Th...

Dossier « Archéologie et archéométrie des céramiques romaines d’Afrique »

Les dépotoirs de céramiques de Thelepte, note archéométrique complémentaire

Mongi Nasr et Claudio Capelli
p. 179-184

Résumés

On présente ici la caractérisation typologique et archéométrique de la production des ateliers de Thelepte, en Tunisie du Centre Ouest, non loin de l’atelier de Sidi Aïch. Les analyses pétrographiques ont confirmé une production locale de céramique culinaire, de casettes et de sigillée africaine, réalisée avec les mêmes matières premières et les mêmes techniques dans un seul atelier. Il semble aussi probable qu’il existait une deuxième production de sigillées dans un atelier/four peu distant de celui du groupe principal, caractérisée par des pâtes un peu différentes de celles de ce dernier.

Haut de page

Texte intégral

1Cette note fait suite à l’article publié dans la précédente livraison de la revue – « Les dépotoirs de céramiques de Thelepte : productions locales et productions régionales » – afin d’apporter des compléments sur la caractérisation pétrographique des productions supposées locales.

1. Rappel de la problématique

Fig. 1 : Thelepte, carte de situation

Fig. 1 : Thelepte, carte de situation
  • 1 Nasr 2017, p. 79-82.
  • 2 Cf. le plan du site : Nasr 2017, p. 81, fig. 2.
  • 3 Nasr 2005, II, p. 279-379, pl. CXV-CLXV.
  • 4 Nasr 2017.

2Situés à environ 69 km au sud-ouest de Sbeïtla (Sufetula) et à peu près à 32 km à vol d’oiseau au nord-ouest de Sidi Aïch (Vicus Gemellae) (fig. 1), les vestiges archéologiques de Thelepte1 qui s’étendent sur plus de 94 ha, renferment plusieurs dépotoirs de céramiques et les traces de sept fours2. Les trois cents fragments de céramique que nous avons étudiés3, toutes catégories confondues (vaisselle de table, lampes, céramique culinaire), nous ont révélé la présence sur le site de productions d’origines diverses : celles dites universelles ou classiques, celles régionales et d’autres locales. Et c’est précisément au sein de ces deux dernières catégories que la confusion règne en raison de similitudes tant sur le plan technique et formel que sur le plan des éléments constitutifs des céramiques, à savoir la texture de la pâte et l’engobe. Ainsi, l’examen attentif du matériel de ce site nous a permis de déceler des produits régionaux, notamment ceux de Sidi Aïch, d’autres d’origines indéterminées et surtout des tessons se caractérisant par un nombre de traits distinctifs (pâte, engobe, forme, technique de cuisson) qui incitent à les attribuer à une production locale (les fragments de cette catégorie ont été ramassés en surface du dépotoir du four situé à l’extrême nord-ouest du site)4.

2. Choix des échantillons analysés

3Néanmoins, malgré les indices archéologiques disponibles in situ et qui appuient cette hypothèse (à savoir les traces de fours, les fragments de casettes et les ratés de cuisson), nous avons choisi d’approfondir nos investigations en ayant recours à des analyses archéométriques, afin d’une part de tester la solidité de nos hypothèses et d’autre part de déterminer les caractéristiques pétrographiques propres à cette production.

4De là, nous avons sélectionné et analysé onze échantillons de casettes, de sigillées et de céramique culinaire africaines (dont des ratés de cuisson) en lames minces au microscope polarisant principalement pour caractériser du point de vue compositionnel et technique la production locale, vérifier l’homogénéité de cette production, distinguer les éventuelles importations et créer un groupe de référence pour les études dans les sites de consommation.

Fig. 2 : Thelepte, productions locales certaines

Fig. 2 : Thelepte, productions locales certaines

Sigillées (nos 3 et 5), culinaire (nos 1 et 4 ?), casettes de cuisson (nos 2 et 6). Productions locales probables : sigillées (nos 7-10). Production régionale importée : sigillée (no 11).

dessins et photos M. Nasr

5Catalogue des fragments analysés (fig. 2) :

  • 1 : céramique culinaire africaine, Nasr 2.1.1 (Nasr 2005, pl. CXII, 7) ; raté de cuisson (sans no d’inv.).
  • 2 : casette de cuisson (sans no d’inv.) (Nasr 2005, pl. CXXI, 5 ; 2017, p. 84, fig. 7, f).
  • 3 : céramique sigillée africaine, variante Stern I g (variante Nasr 12.2.2) ; engobe rouge orangé foncé, épais, adhérent et mat-luisant ; pâte rouge orangé vif, peu homogène, assez cuite et peu solide (Inv. Tp. 72) (Nasr 2005,
    pl. CXXIX).
  • 4 : céramique culinaire africaine engobée (ou sigillée ?), casserole ; raté de cuisson (sans no d’inv.).
  • 5 : céramique sigillée africaine, type Thelepte 4.1 ; engobe noirâtre, peu épais, adhérent et mat, devient marron foncé et peu soigné sur la paroi externe ; pâte rouge orangée, peu homogène, peu épurée, bien cuite et très solide ; surface rugueuse et facture grossière (Inv. Tp. 9) (Nasr 2005, pl. CXXIII ; 2017, p. 84, fig. 8, no 9).
  • 6 : casette de cuisson (sans no d’inv.) (Nasr 2005, pl. CXXI, 3 ; 2017, p. 84, fig. 7, a).
  • 7 : céramique sigillée africaine, type indéterminé ; coupe carénée à marli oblique orné de deux gorges larges et assez profondes ; engobe rougeâtre, mince, terne et très adhérent ; pâte orangée pâle, peu homogène, assez épurée, peu solide ; surface rugueuse laissant apparaître beaucoup d’aspérités (Inv. Tp. 225) (Nasr 2005, pl. CXLII ; 2017, p. 88, fig. 11, no 68).
  • 8 : céramique sigillée africaine, type Thelepte 2 ; engobe rouge-marron, peu homogène, très mince, terne, adhérent ; à l’extérieur, bord externe noirci ; pâte orangée, très peu homogène, bien cuite et assez solide ; surface rugueuse et facture grossière (Inv. Tp. 6) (Nasr 2005, pl. CXXII ; 2017, p. 83, fig. 8, no 6).
  • 9 : céramique sigillée africaine, type Thelepte 2 ; engobe rouge clair, assez épais, adhérent et mat ; paroi externe lissée sans engobe ; la pâte laisse apparaître différentes couleurs (jaunâtre, verdâtre, grisâtre) (Inv. Tp. 5) (Nasr 2005, pl. CXXII ; 2017, p. 83, fig. 8, no 5).
  • 10 : céramique sigillée africaine, type Thelepte 1 ; engobe rouge brique, mince, adhérent et mat ; partie inférieure de la paroi lissée et sans engobe ; pâte orangé clair, peu homogène, assez épurée, bien cuite et solide ; surface rugueuse (Inv. Tp. 1) (Nasr 2005, pl. CXXII ; 2017, p. 83, fig. 8, no 1).
  • 11 : céramique sigillée africaine, type variante Stern IV ; engobe orangé très décoloré, très mince ; la partie inférieure de la paroi et l’extérieur du fond ne sont pas engobés ; pâte orangée, peu homogène, peu épurée et peu solide ; surface légèrement granuleuse (Inv. Tp. 81) (Nasr 2005, pl. CXXX).

3. Résultat des analyses pétrographiques

6Pour commencer, il faut souligner que tous les échantillons, à l’instar des productions de culinaires et de sigillées africaines en général, présentent une matrice argileuse riche en fer et des inclusions composées en prévalence de grains de quartz, dont une partie (dans la fraction majeure) est arrondie, d’origine éolienne.

Fig. 3 : Thelepte, microphotographies de pâtes (Nx)

Fig. 3 : Thelepte, microphotographies de pâtes (Nx)

clichés C. Capelli

7Toutefois, les analyses ont permis de distinguer deux groupes, de six et de trois échantillons, le premier étant certainement local et le second probablement, avec quelques points en commun et une certaine variabilité à l’intérieur de chaque groupe, et deux échantillons isolés dont le Tp 1 (fig. 3, no 10) qui, malgré le manque de dégraissant sélectionné et ajouté, présente des similitudes avec le deuxième groupe alors que le Tp 81 (fig. 3, no 11) est probablement importé.

8Le tableau ci-dessous (tab. 1) présente une synthèse des principales caractéristiques compositionnelles et techniques de chaque échantillon, avec les données archéologiques et les hypothèses de provenance dérivées de l’intégration des données archéométriques et archéologiques.

Tab. 1 : Thelepte

Tab. 1 : Thelepte

Échantillons étudiés et principales caractéristiques compositionnelles et techniques des pâtes. B = distribution bimodale. Pour consulter le tableau 1 au format .docx, se reporter au document annexe « Tableau 1 ».

C. Capelli

9Ainsi, nous constatons que :

101. Le groupe 1 est composé de deux casettes de cuisson (figs 2, 3, nos 2, 6), de deux ratés de cuisson partiellement vitrifiés, de deux culinaires (figs 2, 3, nos 1, 4) dont une engobée (no 4), et de deux sigillées (figs 2, 3, nos 5, 6) ; ce groupe présente des pâtes caractérisées par des inclusions de quartz abondantes et bien classées, à distribution bimodale. La fraction mineure est composée de silt fin ou moyen. Les grains de la fraction sableuse, probablement ajoutés intentionnellement, sont assez grossiers (généralement <0,4 mm) et souvent arrondis (éoliens). On observe aussi de rares feldspaths, nodules argileux ou ferriques, fossiles, calcaires, mica et minéraux lourds (épidote, zircon etc.) fins.

11Les vernis des sigillées de ce groupe sont assez fins et réguliers, plus sombres que la matrice de la pâte (brun-noir dans le no 5).

12On constate de légères variations dans la texture, particulièrement dans les pourcentages et les dimensions des deux fractions granulométriques.

132. Le groupe 2, légèrement variable, est composé uniquement de sigillées (figs 2, 3, nos 7-9) et ne comprend aucun raté de cuisson. Les pâtes se distinguent de celles du groupe 1 principalement par un dégraissant, peut-être non ajouté, moins abondant et moins grossier (principalement <0,3 mm) et la présence parfois relativement abondante de mica fin. Les engobes sont assez irréguliers et sont souvent plus sombres/rouges que la matrice de la pâte.

  • 5 Ce groupe peut être rattaché aussi au groupe précédent, n° 2, puisqu’il présente des similitudes t (...)

14Les échantillons isolés se distinguent par les inclusions sableuses assez fines et rares pour le groupe 35 représenté par le no 10 (figs 2, 3) ou abondantes, peu classées et anguleuses pour le groupe 4 représenté par le no 11 (figs 2, 3).

15Enfin, on peut affirmer qu’il existait à Thelepte certainement un atelier (groupe 1) qui produisait à la fois de la céramique culinaire, des casettes et de la sigillée africaine, avec les mêmes matières premières et les mêmes techniques. Il semble probable qu’il existait une deuxième production de sigillées (groupe 2), peut-être dans un atelier/four peu distant de celui du groupe 1.

16Les deux groupes présentent plusieurs caractéristiques en commun, notamment les inclusions abondantes à distribution bimodale, la fraction sableuse plus ou moins grossière et arrondie, le mica fin relativement fréquent associé à de fragments d’argilite et d’occasionnels feldspaths et minéraux lourds fins, les rares vacuoles planaires isorientées et l’engobe bien plus sombre/rouge que la pâte.

4. Conclusions

17Cet ensemble de caractéristiques est assez discriminant et pourra permettre, en intégrant les données typologiques, de distinguer les productions de sigillées et de culinaires de Thelepte des autres productions tant régionales que classiques.

18Donc, pour récapituler, on peut dire que les résultats des analyses pétrographiques effectuées sur les onze échantillons provenant des dépotoirs de céramiques situés au nord-ouest du site archéologique de Thelepte nous ont permis :

  • de confirmer l’existence d’une production locale de :
    • a. céramique culinaire (fig. 2, nos 1 et 4)
    • b. casettes de cuisson (fig. 2, nos 2 et 6).
    • c. sigillée africaine représentée par deux formes appartenant, semble-t-il, à des répertoires uniquement régionaux (fig. 2, nos 3 et 5).
  • d’appuyer les données archéologiques en envisageant l’existence probable d’une deuxième production locale (fig. 2, nos 7-9) ; en effet, les prospections menées par les chercheurs de l’Institut National du Patrimoine (INP) ont recensé, comme on l’a déjà souligné, les vestiges de sept fours6.
  • de reconsidérer, du moins en partie, la chronologie tardive proposée pour la production locale globale de ce site dans nos travaux précédents7 ; en effet, les nouveaux indices tirés aussi bien du fragment d’une pièce culinaire ratée (fig. 2, no 1) dont le profil est analogue à celui de la forme Nasr 2.1.18, datable de la première moitié du iiisiècle9, que de la forme du fragment no 3 qui s’apparente à celle de Stern Ig SA-III = Nasr 12.2, datable entre 300 et 38010, incitent à nuancer les conclusions précédentes. On envisagera désormais un démarrage précoce, surtout pour l’atelier qui a produit les ustensiles du premier groupe (production certaine), décrit ci-dessus et qui renferme aussi l’échantillon no 5 appartenant au type Thelepte 4.1 évoquant les formes Hayes 86 et 87 datables de la fin du ve et du début du visiècle11. Une telle fourchette chronologique, du début du iiie s. au début du vie, s’insère parfaitement dans le schéma historique que nous avons esquissé dans nos recherches antérieures12 concernant le démarrage et le déclin des ateliers de céramiques en Byzacène du Sud-Ouest.
Haut de page

Bibliographie

Atlante I, 1981 = Carandini A. (dir.), Anselmino L., Pavolini C., Saguì L., Tortorella S., Tortorici E., Atlante delle forme ceramiche, I. Ceramica fine romana nel bacino mediterraneo (medio e tardo impero), Rome (Enciclopedia dell’arte antica, classica e orientale).

Hayes J.W. 1972, Late Roman Pottery, London.

Nasr M. 1994, Recherches sur la sigillée claire africaine de la Byzacène du Sud-Ouest : les dépotoirs de Thelepte, Diplôme d’Études Approfondies, Université de Provence.

Nasr M. 2005, La sigillée claire africaine de la Byzacène du Sud-Ouest : productions et circuits commerciaux, Thèse de Doctorat, Université Aix-Marseille I, inédite.

Nasr M. 2017, « Les dépotoirs de céramiques de Thelepte : productions locales et productions régionales », AntAfr 53, p. 79-93.

Stern E.M. 1968, « Note analytique sur des tessons de sigillée claire D ramassés à Henchir es-Srira et Sidi Aïch », BABesch 43, 1968, p. 147-154.

Haut de page

Document annexe

  • Tableau 1 (application/vnd.openxmlformats-officedocument.wordprocessingml.document – 17k)
Haut de page

Notes

1 Nasr 2017, p. 79-82.

2 Cf. le plan du site : Nasr 2017, p. 81, fig. 2.

3 Nasr 2005, II, p. 279-379, pl. CXV-CLXV.

4 Nasr 2017.

5 Ce groupe peut être rattaché aussi au groupe précédent, n° 2, puisqu’il présente des similitudes tant au niveau de l’engobe qu’au niveau des techniques utilisées (aspect général) (tab. 1).

6 Cf. le plan du site : Nasr, 2017, p. 81, fig. 2.

7 Nasr 1994, 2005, 2017.

8 Nasr 2005, p. 264, pl. CXII, 7. Cette forme s’apparente au niveau du bord au type Stern XLb SA.IV.25 (Stern 1968, pl. V) et avec le type Ostia I, 55.

9 Atlante I, 1981, p. 223.

10 Nasr 2005, p. 95, pl. XIV, nos 21-22.

11 Hayes 1972, p. 133-136.

12 Nasr 2005, p. 496-506.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Thelepte, carte de situation
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/1026/img-1.png
Fichier image/png, 59k
Titre Fig. 2 : Thelepte, productions locales certaines
Légende Sigillées (nos 3 et 5), culinaire (nos 1 et 4 ?), casettes de cuisson (nos 2 et 6). Productions locales probables : sigillées (nos 7-10). Production régionale importée : sigillée (no 11).
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/1026/img-2.png
Fichier image/png, 199k
Titre Fig. 3 : Thelepte, microphotographies de pâtes (Nx)
Crédits clichés C. Capelli
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/1026/img-3.png
Fichier image/png, 1,7M
Titre Tab. 1 : Thelepte
Légende Échantillons étudiés et principales caractéristiques compositionnelles et techniques des pâtes. B = distribution bimodale. Pour consulter le tableau 1 au format .docx, se reporter au document annexe « Tableau 1 ».
Crédits C. Capelli
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/1026/img-4.png
Fichier image/png, 92k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mongi Nasr et Claudio Capelli, « Les dépotoirs de céramiques de Thelepte, note archéométrique complémentaire »Antiquités africaines, 54 | 2018, 179-184.

Référence électronique

Mongi Nasr et Claudio Capelli, « Les dépotoirs de céramiques de Thelepte, note archéométrique complémentaire »Antiquités africaines [En ligne], 54 | 2018, mis en ligne le 24 avril 2020, consulté le 20 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/antafr/1026 ; DOI : https://doi.org/10.4000/antafr.1026

Haut de page

Auteurs

Mongi Nasr

Enseignant-chercheur à la FLSH, Université de Sfax (Tunisie)

Articles du même auteur

Claudio Capelli

DISTAV, Università degli Studi di Genova (Italie), chercheur associé au Centre Camille Jullian (Aix Marseille Univ, CNRS, CCJ, Aix-en-Provence, France)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search