Navigation – Plan du site

AccueilNuméros54Révision du corpus des ...

Révision du corpus des marques de potiers sur les sigillées italiques découvertes en Algérie : nouvel apport de données

Brahim Boussadia
p. 141-146

Résumés

Le tri opéré sur un lot de timbres apposés sur des sigillées italiques provenant d’une ancienne collection du Service des Monuments historiques de l’Algérie a permis de dégager quatre estampilles inédites dont deux, appartenant aux potiers APOL(L)ONIVS et M. TVLIVS, font leur entrée au corpus des marques de potiers sur les terres sigillées découvertes en Algérie ; ces timbres comptent parmi les rares estampilles de ces potiers mises au jour au Maghreb. Cette contribution permet aussi de mettre l’accent, avec la prolifération d’ateliers de production, sur l’importance des analyses chimique et pétrographique dans la détermination des origines des productions et des circuits de distribution.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Contextes identifiés pour la plupart des timbres sur sigillée italique, sauf pour 43 d’e (...)
  • 2 Guéry 1979 ; 1992 ; 1994.
  • 3 Guéry 1979, p. 23.
  • 4 OCK.
  • 5 Kenrick 1996.
  • 6 Drouot 1962-1965 ; Dorbane 1998.
  • 7 Ce matériel, déposé au Musée des antiquités d’Alger, est issu d’anciennes fouilles (...)
  • 8 Guéry 1992; 1994.

1La revue Antiquités Africaines a publié durant les dernières décennies du xx siècle une série d’articles consacrés à la « révision des marques de potiers sur terra sigillata découvertes en Algérie » ; cette excellente contribution, par Roger Guéry, constitue aujourd’hui la source principale de documentation à ce sujet. Par un défrichement quasi systématique des publications anciennes, le réexamen et l’étude de nombreuses autres marques provenant de sites archéologiques algériens divers 1, l’auteur pose les premiers jalons d’un corpus relatif aux timbres de potiers figurant sur les céramiques sigillées, italique, sud-gauloise et hispanique 2. Cet inventaire des marques de potiers, entrepris par l’auteur dès 1963 3, est basé sur une analyse pertinente des données matérielles, offrant ainsi une somme considérable d’informations sur les ateliers de production des céramiques sigillées, notamment italiques, en proportion statistiquement plus importante, sur leur localisation géographique, sur les potiers – patrons et ouvriers – et sur la distribution géochronologique de ces marques sur les territoires de la Numidie et de la Maurétanie, contribuant à l’enrichissement du Corpus Vasorum Arretinorum, une compilation assurée par A. Oxé et publiée par H. Comfort en 1968 puis réactualisé en l’an 2000 4. Ces résultats, repris par Philip M. Kenrick dans une approche analytique basée sur une étude statistique, firent l’objet d’une excellente synthèse intégrant, selon une vision associative, les données dans un contexte économique régional où les premiers échanges sont attestés dès la fin du i er siècle avant notre ère 5. D’autres contributions plus modestes, dont la nôtre, s’inscrivent elles aussi dans cette dynamique de révision et d’enrichissement du corpus des marques de potiers apposées sur les sigillées italiques découvertes en Algérie, dont les contours sont déjà tracés et définis 6. Les marques que nous proposons à l’étude dans cet article font partie des collections de l’ancien Service des Monuments historiques de l’Algérie 7, dont la majorité figure déjà dans le catalogue établi par R. Guéry 8 ; seules quatre d’entre elles semblent avoir échappé à l’auteur : deux sont inédites et absentes de son répertoire. Quant à l’apport des deux autres appartenant au potier SENTIVS, qui est avant tout statistique, il contribue à l’enrichissement morphologique des timbres appartenant à ce potier arétin et figurant dans le répertoire des sigillées italiques découvertes en Algérie. Ces quatre objets, dont la provenance archéologique est inconnue, s’ajoutent aux quarante-trois timbres déjà comptabilisés et classés sous l’attribution Algérie.

1. Les marques d’ateliers

Fig. 1 : Timbres des potiers sur sigillées italiques découverts en Algérie

Fig. 1 :             Timbres des potiers sur sigillées italiques découverts en             Algérie

Photos et fac-similés des marques et coupes.

B. Boussadia

1.1 Le potier SENTIVS

  • 9 Guéry 1994, p. 120.

2Cet atelier est représenté par un total de 15 timbres répartis sur l’ensemble des collections nationales : Maurétanie (8), Numidie (5) et les deux derniers que nous présentons ci-dessous, malheureusement sans provenance connue : un nombre bien réduit, si l’on juge de la grande activité caractérisant ce potier dont les signatures, seul ou accompagné de ses ouvriers, se retrouvent dans diverses succursales qu’il aurait créées dans la plaine padane, à Lyon, à Haltern et au Proche-Orient 9.

1.1.1 C. Senti

C(ai) Senti

3Au centre d’un fond de coupe, à l’intérieur de deux cercles concentriques, est inscrit un cartouche rectangulaire avec des angles arrondis et un contour régulier (L 1 cm ; l 0,5 cm), contenant l’inscription : C. SENTI sur une seule ligne (CVArr. 1732 ; OCK 2000, 1861, types 27-30) ; ligature ENTI, lettres liées (fig. 1, n os 1, 4 et 8). Le point séparant le praenomen du nomen est de forme triangulaire ; la boucle inférieure de la lettre S est plus ramassée et moins ouverte à la base. Sur le fond externe un graffito difficilement déchiffrable, peut-être A et X.

Forme : Consp. B3.8.

  • 10 Roumégous 2012, p. 5.

4L’origine des productions de cet atelier paraît, pour diverses raisons, moins évidente à déterminer. Si le potier est arétin, il n’en est pas automatiquement de même pour toutes les productions signées de SENTIVS, en raison de l’utilisation de cette marque par plusieurs autres ateliers, rendant ainsi plus complexe l’attribution par la seule marque apposée sur l’objet ; la caractérisation, macroscopique, chimique et pétrographique de la pâte reste, dans ces cas-là, la meilleure signature des officines de production 10.

Datation proposée : 20 av. J.-C - 20 apr. J.-C. ; origine probable : Arezzo

1.1.2 Senti

5Le second timbre appartient vraisemblablement au même artisan, où seul le nomen figure dans un cartouche de forme elliptique, apposé au centre d’un fond d’assiette fragmentaire (fig. 1, n os 5 et 10). Le timbre est brisé sur la partie inférieure gauche amputant ainsi ce qui apparaît être la première lettre, le S, dont la boucle supérieure se confond avec le contour du cadre. Les lettres ENTI sont liées, la barre inférieure du E se confond avec la partie inférieure, mal imprimée, de l’estampille (CVArr. 1729, OCK 1854, type 2).

6Datation approximative proposée pour ce timbre : 20-1 av. J.‑C. ; origine probable : Étrurie. L’observation macroscopique des pâtes de ces deux fragments suggère l’appartenance à deux ateliers de production différents. Elle fait apparaître quelques caractères structurels différents : l’argile du second fragment est plus fine, mieux cuite et à cassure plus lisse ; sur le premier, caractérisant la pâte, les points de chaux sont beaucoup plus importants.

1.2 Le potier APOLLONIVS (inédit)

APOLONIVS

Apol(l)onius (S retro)

7Fond de coupe avec une estampille circulaire (ø 1,2 cm) en position centrale, à l’intérieur d’un cercle ; dans le sens des aiguilles d’une montre, on lit le nom du potier APOLONIVS (S retro) (CVArr. 120, OCK, 218, type 5) (fig. 1, nos 2 et 6). La marque est similaire au type 5 découvert à Rome (vaisselle 21603), sauf pour le point central, absent sur notre exemplaire, faisant de ce timbre une nouvelle variante.

  • 11 Terminus post quem 10 av. J.‑C. : OCK, p. 108-109 ; la forme 18 pe (...)
  • 12 OCK, p. 108-109.

8L’origine de cette production, datable de la fin du i er siècle avant notre ère 11, serait à situer au centre de l’Italie (OCK), à Rome où le plus grand nombre de timbres, six, fut mis au jour. À l’observation macroscopique la pâte présente une certaine similitude dans son aspect général avec les autres productions italiques dont elle partage le caractère calcaire, la couleur brun clair à rose vif et la porosité. La pâte est fine, légèrement feuilletée ; la cassure est moins lisse et de nombreuses vacuoles de formes allongée et arrondie sont présentes. Diverses inclusions la caractérisent : points blancs (chaux) et rouges (fer ?) attestés d’une manière plus ou moins discrète ; quelques éclats de quartz translucide et des particules de mica doré sont épars et visibles sur notre échantillon. L’origine de la production est attribuée à l’Italie centrale 12.

  • 13 Conspectus, table 51.

Forme : Consp. B4, proche de B4-7 13.

  • 14 Guéry 1992, p. 31, n° 40 : timbre disparu avec une attribution inc (...)
  • 15 Bémont 1977, p. 178-179. Timbre de Volubilis au Musée du Louvre (n (...)

9Cette marque n’est connue que par 16 occurrences dont trois en Afrique romaine : une en Maurétanie Césarienne, à Cherchel 14, et les deux autres réparties entre les sites de Banasa et de Volubilis 15, en Maurétanie Tingitane. Ce nouveau timbre reste unique en Algérie avec une attribution certaine à Apollonius, potier d’Italie centrale.

1.3 Le potier M. TVLLIVS (inédit)

M. TVLIVS / FECIT étoile

M. Tul(l)ius fecit étoile

10Sur un fond de coupe, à l’intérieur d’un double cercle concentrique, cartouche rectangulaire (1,12 cm × 0,89 cm) avec des angles arrondis, la partie inférieure étant effacée ou mal imprimée, affecte les lettres I et T du verbe FECIT figurant sur la seconde ligne de la marque: M. TVLIVS / FECIT, les lettres V et L sont liées; poinçon similaire, pour les lettres C et I, à celui du timbre répertorié dans le CVArr. sous le no 2157, OCK, 2267, type 2, M. TVLIV / FECIT (fig. 1, nos 3, 7 et 9). Sur notre timbre la lettre S, à la fin de la première ligne, vraisemblablement pour un défaut d’espace, se retrouve fortement comprimée et collée à la lettre V, de même que la lettre C, imprimée avec des dimensions plus réduites; étoile à 5 branches à la base, dans l’angle de droite. Ce fragment de base est attribuable à la forme 28, jumelant les caractères morphologiques des variantes des coupes Consp. 28.2.1 (ligne inférieure de la paroi avec une série de stries fines et le ressaut vertical marqué d’une moulure) et Consp. 28.2.2, pour la forme générale du pied, sa hauteur et celle du fond intérieur de la base; sur notre fragment la série de guillochures est délimitée à la base par une gorge que l’on ne retrouve pas sur les deux exemplaires du Conspectus. Nous proposons une variante de la forme 28.

  • 16 Ce gentilice parait être répandu dans diverses provinces de l’empire romain. C’est ain (...)
  • 17 CIL IV, 4531 : Kan / P XXXX / xxxxxxx xxxxxx / k ω Δ xxxxxx.

11Un graffito de trois lettres a été gravé sur le fond externe, KAN en lettres capitales, peut être une marque de propriété correspondant au début d’un nomen ou d’un cognomen 16 ; cette interprétation, si elle reste la plus plausible et surtout la plus commode, n’exclut pas d’y voir d’autre part une référence à une activité économique ou à une marque de contrôle commercial, comme l’indiquerait une inscription de Pompei sur la première ligne de laquelle sont gravées les trois lettres KAN, suivies sur la seconde par un P (poids ?) XXXX ; une hypothèse qui demeure à plusieurs égards fragile, nécessitant toutefois une identification stricto sensu de toutes les lettres composant l’inscription 17 et l’appui d’une recherche complémentaire adaptée et plus approfondie.

  • 18 Roumégous 2012, p. 61.
  • 19 Roumégous 2015, p. 249, fig. 1 : présence attestée essentiellement (...)

12L’origine de l’atelier est localisée en Campanie, à Pouzzoles. L’observation macroscopique de la pâte effectuée sur notre objet – argile claire rosée avec une forte présence de particules de chaux, des points rouges (fer) et une cassure peu lisse – confirme les caractéristiques référentielles des pâtes, déjà définies pour les productions putéolanes 18, dont la distribution en Algérie reste minime 19, loin de la densité présentée par les ateliers arétins. Cette marque n’est attestée que par 18 occurrences dont six pour la seule ville de Rome ; elle est unique au Maghreb.

Datation proposée: 10 av. J.‑C. / 10 apr. J.-C.

2. Conclusion

  • 20 Guéry 1979, p. 23.
  • 21 Kenrick 1996, p. 38.
  • 22 Les travaux de recherches, prospections et sondages que nous avons menés sur l (...)
  • 23 La diffusion de la sigillée produite dans cet atelier lyonnais reste encore problématiqu (...)

13Dès ses premières publications concernant les terres sigillées, Roger Guéry insista sur la nature partielle de la documentation matérielle traitée, pour la réalisation des corpus relatifs aux marques apposées sur les productions de sigillées découvertes en Algérie 20. Les données statistiques dont nous disposons aujourd’hui, 926 marques réparties sur 26 sites 21, si elles ne reflètent pas à notre sens la réalité de la diffusion des productions italiques en Algérie, connaissant l’étendue de l’occupation du sol dans les provinces romaines de l’Algérie – Maurétanie Césarienne, Numidie et partie occidentale de la Proconsulaire – et la pénétration de ces productions à distribution essentiellement maritime à l’intérieur des terres au-delà des zones littorales, elles révèlent, en revanche, la rareté des recherches archéologiques en cours et, dans beaucoup de cas, la non publication des données de fouilles et des prospections menées depuis les premières années de l’indépendance de l’Algérie 22. Cette situation influe considérablement sur l’état déjà lacunaire de nos connaissances, par rapport à l’étendue des échanges économiques entre l’Algérie et l’Italie antiques, voire au-delà si l’on compte toutes les succursales créées dans le monde romain. On évoquera à ce propos l’atelier de la Muette à Lyon qui connut une forte activité dès le haut empire et qui aurait peut-être exporté vers l’Algérie 23.

14Cette situation pèse également sur la part de représentativité et de contribution des diverses régions productrices de sigillées italiques, à travers une carte de distribution exhaustive des officines de potiers, dans la dynamique commerciale avec le monde romain en général et l’Algérie antique en particulier.

Haut de page

Bibliographie

Bémont C. 1977, « Marques sur céramiques sigillées au Musée du Louvre », MEFRA 89, 1, p. 169-218. https://www.persee.fr/doc/mefr_0223-5102_1977_num_89_1_1100

Conspectus, Ettlinger E. et alii 1990, Conspectus formarum terrae sigillatae italico modo confectae, Bonn (Materialien zur römisch-germanischen Keramik, 10).

Desbat A., Genin M. 1996, « Les ateliers précoces et leurs productions : les productions des ateliers de potiers antiques de Lyon ; l’atelier de la Muette », Gallia 53, p. 219-241. https://www.persee.fr/doc/galia_0016-4119_1996_num_53_1_3200

Dorbane M. 1998, « Révision des marques de potiers des terres sigillées du Musée National des Antiquités », Annales du Musée National des Antiquités 7, p. 25-54.

Drouot J. 1962-1965, « Les marques de potiers italiques et gallo-romains sur vases à vernis rouge, au musée d’Oran », BAA 1, p. 141-157.

Guéry R. 1979, « Les marques de potiers sur terra sigillata découvertes en Algérie, I, Sigillées provinciales hispanique et gallo-romaine », AntAfr 13, p. 23-97. https://www.persee.fr/doc/antaf_0066-4871_1979_num_13_1_1008

Guéry R. 1992, « Les marques de potiers sur terra sigillata découvertes en Algérie, IV/1. Sigillée italique », AntAfr 28, p. 15-131. https://www.persee.fr/doc/antaf_0066-4871_1992_num_28_1_1200

Guéry R. 1994, « Les marques de potiers sur terra sigillata découvertes en Algérie, IV/2. Sigillée italique », AntAfr 30, p. 89-187. https://www.persee.fr/doc/antaf_0066-4871_1994_num_30_1_1224

Kenrick P. M. 1996, « The Importation of Italian sigillata to Algeria », AntAfr 32, p. 37-44. https://www.persee.fr/doc/antaf_0066-4871_1996_num_32_1_1249

OCK, Oxé A., Comfort H., Kenrick Ph., 2000, Corpus Vasorum Arretinorum : A Catalogue of the Signatures, Shapes, and Chronology of Italian sigillata, 2e éd., Bonn.

Roumégous A. 2012, Recherches sur Orange antique : carte archéologique et étude céramologique. Étude sur l’origine et la chronologie des importations de céramiques sigillées italiques en Narbonnaise : le cas d’Orange, suivi d’une Carte archéologique d’Orange et du nord-ouest du Vaucluse, Thèse de Doctorat inédite, Aix-Marseille Université.

Roumégous A. 2015, « Nouveaux acquis sur l’atelier de sigillée de Pouzzoles », dans S. Lemaître, C. Batigne Vallet (éd.), Abécédaire pour un archéologue lyonnais, Mélanges offerts à Armand Desbat, Autun (Archéologie et Histoire Romaine 31), p. 247-251. https://www.academia.edu/19783503/

Haut de page

Notes

1 Contextes identifiés pour la plupart des timbres sur sigillée italique, sauf pour 43 d’entre eux, dont la provenance reste inconnue et ne peut être attribuée qu’à un contexte plus général (Algérie).

2 Guéry 1979 ; 1992 ; 1994.

3 Guéry 1979, p. 23.

4 OCK.

5 Kenrick 1996.

6 Drouot 1962-1965 ; Dorbane 1998.

7 Ce matériel, déposé au Musée des antiquités d’Alger, est issu d’anciennes fouilles archéologiques.

8 Guéry 1992; 1994.

9 Guéry 1994, p. 120.

10 Roumégous 2012, p. 5.

11 Terminus post quem 10 av. J.‑C. : OCK, p. 108-109 ; la forme 18 perdure durant le règne de Tibère.

12 OCK, p. 108-109.

13 Conspectus, table 51.

14 Guéry 1992, p. 31, n° 40 : timbre disparu avec une attribution incertaine ; transcrit sur deux lignes (... / .. APOLO), ce timbre pourrait appartenir au potier d’Italie centrale L. MARCIVS APOL(L)ODORVS datable du début du i er siècle de notre ère (CVArr. 964; OCK, 1119, type 1= L.MAR / CI.APOL).

15 Bémont 1977, p. 178-179. Timbre de Volubilis au Musée du Louvre (n° 7, inv. MNC 2459, 16) : APOL(L)/ONIVS.

16 Ce gentilice parait être répandu dans diverses provinces de l’empire romain. C’est ainsi que figurent sur une inscription impériale découverte à Misène en Campanie plusieurs membres de la gens Kaninia : L(ucius) Kaninius Hermes et ses enfants (AE, 1993, 472) ; à Pouzzoles, gravés sur une stèle funéraire, L(ucius) Kaninius, L(ucius) Kaninius Speratus… (CIL, X, 2626) ; un T(itus) Kanius Phi(locrates) dans la province du Norique (AE, 2010, 1133). Sous la forme cognominale, Kanus est attesté dans le Latium : C(ai) Iuni Kani (AE 2001, 890c). En Afrique, à Lambèse en Numidie, nous retrouvons une Kaninia Victoria (CIL, VIII, 3269) ; à Sour El Ghouzlane, en Maurétanie Césarienne, Kannius Victor (CIL, VIII, 9096) et Kaninia Respecta (CIL, VIII, 9065) ; un Kanin[i]us Ma[i]us sur une stèle funéraire à Thugga en Afrique proconsulaire (AE, 2013, 2099). Je tiens à remercier mon collègue à l’Institut d’Archéologie, M. le Professeur Salim Drici, spécialiste en épigraphie latine, pour l’aide apportée à l’aboutissement de cette recherche épigraphique.

17 CIL IV, 4531 : Kan / P XXXX / xxxxxxx xxxxxx / k ω Δ xxxxxx.

18 Roumégous 2012, p. 61.

19 Roumégous 2015, p. 249, fig. 1 : présence attestée essentiellement à Cherchel avec un nombre de peu supérieur à 20 timbres seulement.

20 Guéry 1979, p. 23.

21 Kenrick 1996, p. 38.

22 Les travaux de recherches, prospections et sondages que nous avons menés sur le site de Quiza, dans la basse vallée de Chlef, ont permis la découverte de sept estampilles de potiers italiques, encore inédites à ce jour.

23 La diffusion de la sigillée produite dans cet atelier lyonnais reste encore problématique. Sa commercialisation est surtout attestée dans la région du limes, dans les camps militaires de la vallée du Rhin ; au camp de Haltern elle représente 50 % des sigillées mises au jour. Cependant d’autres découvertes concernant des sites civils, sont établies dans le Nord de la Gaule, dans le val de Loire et en Bretagne (Desbat, Genin 1996, p. 235), ce qui permettrait, vus l’essor de production atteint et le potentiel de cet atelier à la fin du i er siècle av. J.‑C. et au début du suivant, de formuler l’hypothèse d’une exportation vers d’autres provinces romaines, dont celles du Maghreb.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Timbres des potiers sur sigillées italiques découverts en Algérie
Légende Photos et fac-similés des marques et coupes.
Crédits B. Boussadia
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/1042/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 419k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Brahim Boussadia, « Révision du corpus des marques de potiers sur les sigillées italiques découvertes en Algérie : nouvel apport de données »Antiquités africaines, 54 | 2018, 141-146.

Référence électronique

Brahim Boussadia, « Révision du corpus des marques de potiers sur les sigillées italiques découvertes en Algérie : nouvel apport de données »Antiquités africaines [En ligne], 54 | 2018, mis en ligne le 24 avril 2020, consulté le 22 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/antafr/1042 ; DOI : https://doi.org/10.4000/antafr.1042

Haut de page

Auteur

Brahim Boussadia

Université Alger2, Institut d’Archéologie

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search