Navigation – Plan du site

In memoriam : Jihen Nacef (1973-2018)

Ridha Ghaddhab et Michel Bonifay
p. 21-23

Texte intégral

1Avec Jihen Nacef, décédée le 1er août 2018, disparaît l’une de nos meilleures spécialistes de la céramique romaine d’Afrique.

2Jihen Nacef est née le 5 mars 1973 à Bizerte, où elle a effectué ses études primaires et secondaires. Passionnée par l’Histoire elle a continué ses études à la Faculté des Lettres de La Manouba dans laquelle elle a obtenu en 1997-1998 une Maîtrise en Histoire, option Archéologie. L’enseignement de son professeur Noureddine Harrazi et sa participation aux missions tuniso-française à Nabeul et tuniso-canadienne à Leptiminus ont été déterminants dans la suite de son parcours. Ils ont éveillé chez elle cette passion pour l’archéologie du monde romain et plus précisément pour la céramique romaine, qui a fait l’objet de son DEA en 2002, ensuite de son doctorat soutenu en 2010 à la Faculté des Sciences Humaines et Sociales de Tunis.

3Cette passion pour l’archéologie et la céramique romaine l’a conduite à participer depuis juillet 1996 (fouille du Ribat Ibn Jaad à Monastir) à presque tous les chantiers de fouilles ouverts sur le territoire de Tunisie : Utique, Carthage, Neapolis, Leptiminus et Thapsus, ainsi qu’à des très nombreuses prospections de surface, et ce jusqu’au mois de mars 2018, c’est-à-dire seulement trois mois avant sa disparition cruelle.

4Recrutée depuis 2002 comme Assistant puis Maître-Assistant à l’Institut Supérieur des Sciences appliquées en Humanités de Mahdia (Université de Monastir) elle n’a cessé depuis de sillonner la région du Sahel à la recherche des ateliers et d’étudier la céramique antique. Malgré ses charges administratives (directrice par intérim de l’Institut supérieur des Études appliquées aux Humanités de Mahdia en 2011 et depuis directrice de son département), elle a été un membre actif de l’Unité de Recherche sur la Céramique Antique du Sahel Tunisien (I.N.P.-Université de Tunis). Elle n’avait qu’un souhait : établir une cartographie la plus complète possible des ateliers de production de la céramique dans le Byzacium, et elle n’a cessé de travailler jusqu’à la limite de ses forces en vue de l’accomplir : pourtant déjà très affaiblie, Jihen venait tout juste de découvrir un nouvel atelier d’amphores d’époque tardive à Moknine. Sa disparition prématurée n’empêche pas qu’elle ait déjà parcouru un long chemin dans la réalisation de cet objectif.

5En effet, les travaux de Jihen Nacef témoignent de son apport indéniable à la connaissance des céramiques antiques de cette partie de l’Afrique proconsulaire. Dès le début des années 2000, Jihen retourne sur chacun des sites de production de céramique repérés à la fin des années 1980 par les travaux pionniers de l’équipe tuniso-britannique de David Peacock, Fathi Bejaoui et Nejib Ben Lazreg, qu’elle prospecte à nouveau, avec ténacité et méthode, dans le cadre du doctorat qu’elle prépare sous la direction de Habib Ben Younès et Mustafa Khanoussi. Après deux articles préliminaires publiés en 2007, elle réalise avec sa thèse de doctorat, publiée en 2015, un quasi doublement du nombre d’ateliers connus (dix-huit sites au lieu de onze), mais surtout apporte des précisions complètement inédites sur leur localisation (utilisation du GPS), leur délimitation et le détail des vestiges mobiliers et des structures qui y ont été repérés.

6Dans cet ouvrage, Jihen Nacef fait la démonstration de ses qualités de céramologue en livrant, pour l’Afrique, la première typologie intégrale d’une zone homogène de production, à l’échelle du territoire d’une cité. Cette typologie très simple et intuitive, ordonnée chronologiquement, tend à devenir la référence partout, en Méditerranée, où les amphores de Sullecthum ont été exportées. Elle est enrichie d’observations techniques sur le façonnage et la cuisson des céramiques par une observation minutieuse des traces de fabrication, couplée avec une étude ethnographique des ateliers de potiers traditionnels du Sahel (Moknine).

7Cependant, l’apport le plus novateur de cette thèse concerne l’évolution des ateliers de la région de Salakta et de Ksour Essef, lorsque Jihen Nacef démontre qu’il n’y a pas réellement un transfert, au cours du ve s., des ateliers d’une zone à l’autre mais bien plutôt un arrêt de la production aux abords de la cité au ve s., suivi d’un probable hiatus et d’un redémarrage, près d’un siècle plus tard, plus à l’intérieur des terres, à Ksour Essef. Il s’agit là d’un changement radical du concept élaboré dans les années 1980, qui trouve un écho dans la situation comparable observée dans la cité voisine de Leptiminus.

8À partir de 2010, Jihen Nacef va diversifier son approche de la production des amphores du Sahel, en étendant son rayon de prospection aux ateliers de la région de Teboulba, de Moknine et de Thapsus, sur la longue durée, de l’époque augustéenne aux premiers temps de l’époque islamique. Elle s’interroge également sur les denrées contenues dans ces amphores, leurs routes de diffusion et, de manière plus générale, sur la signification économique de cette documentation. Jihen nous avait avoué à plusieurs reprises qu’elle souhaitait ainsi démontrer l’efficacité de la culture matérielle comme source à part entière de l’Histoire de l’Afrique romaine.

9Cette recherche novatrice et inspirée, dont témoignent les nombreux manuscrits encore sous presse, a été interrompue de manière brutale par une cruelle maladie contre laquelle Jihen a lutté avec un courage et une détermination qui forcent le respect. C’est cette même détermination qui lui a permis d’apporter autant en si peu de temps.

10De Jihen, ses collègues et amis garderont le souvenir d’une jeune femme passionnée et d’une extrême rigueur scientifique qui a dédié entièrement sa trop courte existence à l’Histoire et à l’archéologie de son pays.

Haut de page

Bibliographie

2001
Étude de la collection d’amphores de la réserve du Musée d’El Jem, Diplôme d’Études Approfondies en Patrimoine et Archéologie, spécialité Archéologie, sous la direction de M. Khanoussi, Tunis, Université de Tunis, 2001.

2007
« Nouvelles données sur l’atelier de potiers de Henchir ech Chekaf (Ksour Essef, Tunisie) », dans M. Bonifay, J.-Chr. Tréglia (éd.), LRCW, 2. Late Roman Coarse Wares, Cooking Wares and Amphorae in the Mediterranean. Archaeology and Archaeometry, Oxford, (BAR Int. S. 1662), p. 581-591.

« Note préliminaire sur la production de la céramique dans la région de Salakta et Ksour Essef », dans A. Mrabet, J. Remesal Rodríguez (éd.), In Africa et in Hispania : Études sur l’huile africaine, Barcelona, (Instrumenta 25), p. 41-54.

2010
Production de la céramique antique et ateliers dans la région de Salakta et KsourEssef, Thèse de doctorat de l’Université de Tunis, sous la direction de H. Ben Younès et M. Khanoussi, Tunis, Université de Tunis.

« Les récentes données sur l’atelier de potiers de Henchir ech Chekaf (Ksour Essef, Tunisie) : dépotoir 2 », dans S. Menchelli, S. Santoro, M. Pasquinucci, G. Guiducci (éd.), LRCW, 3. Late Roman Coarse Wares, Cooking Wares and Amphorae in the Mediterranean. Archaeology and Archaeometry. Comparison between Western and Eastern Mediterranean, Oxford, (BAR Int. S. 2185), p. 531-538.

2014
« Nouveaux témoignages sur la production de la céramique antique du Sahel tunisien », dans N. Poulou-Papadimitriou, E. Nodarou, V. Kilikoglou (éd.), LRCW, 4. Late Roman Coarse Wares, Cooking Wares and Amphorae in the Mediterranean. Archaeology and Archaeometry. The Mediterranean : A Market without Frontiers, Oxford, (BAR Int. S. 2616), p. 103-111.

2015
(avec une contribution de C. Capelli), La production de la céramique antique dans la région de Salakta et KsourEssef (Tunisie), Oxford, (Roman and Late Antique Mediterranean Pottery 8).

(avec une annexe de C. Capelli et S. Baklouti), « Un atelier de potier à la périphérie de la ville de Thapsus aux premiers siècles de l’Empire », AntAfr 51, p. 17-44. https://www.academia.edu/25770314

2016
« Amphores du puits El Nagguer (Kalâa Sghira) », dans H. Chaouache, M. Ladhari-Labayed (éd.), Actes du colloque Sousse à travers les âges, Sousse 5-7 mars 2009, Sousse, p. 275-290.

2017
(avec une contribution de C. Capelli), « Moknine 2. Nouvelles données sur un atelier d’époque tardive en Byzacène », dans D. Dixneuf (éd.), LRCW, 5. Late Roman Coarse Wares and Amphorae in the Mediterranean. Archaeology and Archaeometry, Alexandrie, (Études Alexandrines 42), p. 491-515.

2018
(avec C. Capelli), « L’atelier céramique de Dkhila (Tunisie) », AntAfr 54, p. 151-156.

À paraître
(avec M. Ben Moussa et M. Bonifay), « Sullecthum et Neapolis : comparaisons entre deux villes portuaires de l’Afrique romaine », dans Porti e retroterra produttivi, Actes du colloque international (Livourne, 26-28 mars 2009).

« Amphorae from the Byzacene Coast : What did they contain ? », dans Roman Amphora Contents International Interactive Conference (RACIIC). Reflecting on Maritime Trade in Foodstuffs in Antiquity, Actes du colloque international (Cadix, 5-7 octobre 2015).

« Réflexions sur la production de la céramique antique du Sahel tunisien », dans Proceedings of the twenty-sixth Annual Theoretical Roman Archaeology Conference, Sapienza University (Rome, 16th-19th March 2016).

(avec M. Bonifay, A. Contino, E. Jerray), « Regional Amphora Standardization in Roman Africa (146 BC – 699+ AD) », dans Regional Convergences : Mass Production and the Development of Roman and Byzantine Amphora Standardization, Actes du symposium (Athens, 16-17 octobre 2017).

« Les amphores romaines de la nécropole punique Echat (site de Thapsus) », dans LRCW, 7. Late Roman Coarse Wares, Cooking Wares and Amphorae in the Mediterranean. Archaeology and Archaeometry.

« À propos de la vaisselle commune et culinaire produite sur l’atelier de potier à El Maklouba (Région Ksour Essef-Tunisie) » dans Colloque de Salakta, Tunis (2019), p. 121- 136 (sous presse).

(avec R. Ghaddhab), « Sullectha/Salakta sous l’Empire romain : un pôle de production et d’exportation », Colloque de Salakta, Tunis (2019), p. 93-120.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Jihen Nacef
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/1115/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 633k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ridha Ghaddhab et Michel Bonifay, « In memoriam : Jihen Nacef (1973-2018) »Antiquités africaines, 55 | 2019, 21-23.

Référence électronique

Ridha Ghaddhab et Michel Bonifay, « In memoriam : Jihen Nacef (1973-2018) »Antiquités africaines [En ligne], 55 | 2019, mis en ligne le 24 avril 2020, consulté le 02 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/antafr/1115

Haut de page

Auteurs

Ridha Ghaddhab

Michel Bonifay

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Antiquités africaines

Haut de page
  • Logo Centre Camille Jullian
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Logo CNRS Éditions
  • OpenEdition Journals