Navigation – Plan du site

In memoriam : Hédi Slim (1935-2019)

Fathi Bejaoui
p. 25-28

Texte intégral

1Historien, archéologue, Hédi Slim, l’un des vétérans de l’archéologie tunisienne d’après l’indépendance, nous a quittés le 22 février 2019.

2À la tête de la direction des Études classiques au milieu des années 1980, puis de celle de la Recherche et de l’Inventaire Général à l’Institut d’Art et d’Archéologie de Tunisie – devenu Institut National du Patrimoine (INP) – durant plus d’une quinzaine d’années, il a su réunir autour de lui les jeunes et les moins jeunes chercheurs grâce à son calme naturel, à sa sagesse, à son respect des autres et surtout à son expérience et à sa profonde connaissance de l’Afrique antique, à qui il consacra deux ouvrages de synthèse.

3Nous gardons tous le souvenir de son bureau au palais « Dar Hussein », siège de l’INP. Hédi Slim était souvent sollicité pour ses précieux conseils par tous : les ministres qui se sont succédés à la tête du département de la Culture, le Cabinet, les Universités, les Régions et tout naturellement les directeurs généraux de l’INP. Il déclina poliment plus d’une fois la direction de cette institution phare pour se consacrer à la recherche et à sa famille. Membre de plusieurs associations, de sociétés savantes et d’institutions de recherches en Tunisie et en Europe, Hédi Slim, chercheur associé au Centre Camille Jullian d’Aix-en-Provence, ne cessera de tisser les liens scientifiques, qui deviendront également amicaux, avec la plupart des enseignants-chercheurs français. Il avait co-dirigé avec eux de grands projets comme celui de Rougga au début des années 1970 et un peu plus tard celui de l’étude archéologique et géomorphologique du littoral de la Tunisie qui s’est échelonnée sur dix ans (1987-1997). Plusieurs campagnes de prospections et de recherches ont abouti à la publication d’un précieux volume de plus de 300 pages paru dans les Études d’Antiquités Africaines en collaboration avec Pol Trousset, Roland Paskoff, Ameur Oueslati, Michel Bonifay et Jean Lenne (2004). C’est dans le même esprit d’ouverture et de coopération qu’on lui connaît que Hédi Slim avait codirigé avec Jean-Marie Lassère, son « vieux compagnon de route » comme il le disait lui-même, la fouille des maisons de Clupea à partir de 1988. Ce sont encore les Études d’Antiquités Africaines qui en ont assuré la publication en 2010 grâce à ses directeurs et au dévouement de Véronique Blanc-Bijon dont il était proche. Elle-même collaborera avec lui, ainsi que Michel Bonifay, à un autre projet de coopération dirigé par son épouse Latifa Slim sur le site de Neapolis.

4Cependant, malgré la diversification de son activité sur le terrain et ses lourdes tâches administratives, Hédi Slim était resté toujours attaché à « son site » de Thysdrus, inscrit depuis 1979 sur la liste du Patrimoine mondial. Il s’y installa durant plusieurs années avec sa famille. On connaît la suite : fouilles des amphithéâtres suivis de plusieurs articles, restauration du « Colisée » assisté par son fidèle ami Mabrouk Hamrouni, technicien supérieur de l’INP, et par Jean-Claude Golvin, à l’époque architecte coopérant civil (1973-1976), qui sera rejoint par Khaled Karoui. Il collabora longtemps avec Louis Foucher, grand connaisseur du Sahel et plus particulièrement de Sousse et d’El Jem. À sa disparition il lui rendit d’ailleurs un vibrant hommage (AntAfr 38-39, 2002-2003 p. 11-12) reconnaissant en lui un savant ayant « couvert des domaines aussi étendus que la formation scientifique et technique ». Ce sont ces mêmes actions qui marquèrent la vie professionnelle de Hédi Slim. Il dirigea la fouille et ensuite la mise en valeur et la reconstruction de la maison Africa, qui tire son nom de la fameuse mosaïque figurant les allégories de Rome et des provinces. Il la fera connaître au monde scientifique à l’occasion de conférences et de colloques internationaux et nationaux. Il œuvra en même temps à ce qu’elle soit accessible au grand public en la publiant dans des ouvrages d’art ou des magazines spécialisés. L’art de la mosaïque et sa technique occuperont d’ailleurs une place de choix dans ses recherches. Il avait dirigé le volume du Corpus des Mosaïques de Tunisie consacré à Thysdrus publié en 1996 et fait connaître avec une minutie qui lui était propre, plusieurs découvertes parfois spectaculaires et de la plus haute originalité thématique. On rappellera à titre d’exemple le pavement découvert dans une maison de Rougga, relevé par Gilbert Hallier, figurant la chute de Phaéton, ou encore la mosaïque provenant de Kelibia avec la scène du « cordonnier fantôme » qu’il présenta lui-même en 1990 à l’occasion de la journée d’étude tuniso-française organisée par le Centre Henri Stern de recherches sur la mosaïque. Il en confiera l’étude détaillée et la publication à Henri Lavagne (CRAI 2003, p. 39-60). C’est là l’un des traits de caractère de Hédi Slim : celui du partage et de la générosité.

5Outre les amphithéâtres et l’architecture domestique ou la mosaïque et son iconographie, Hédi Slim traitera de plusieurs autres aspects de Thysdrus comme l’économie, la religion ou le funéraire. On lui doit également la rénovation et l’extension du musée d’El Jem avec l’intervention de Myriam Morel-Deledalle.

6Dans ses autres recherches, Hédi Slim a non seulement traité de tous les sujets touchant à l’histoire antique de la Tunisie, mais il s’est également intéressé à la fin de l’époque byzantine et au début de la conquête de l’Ifriqiya par les armées arabes. En effet ses analyses des sources arabes (peu bavardes et tardives) et ses commentaires sur les circonstances de l’enfouissement du fameux trésor de Rougga restent toujours une référence incontournable pour cette période majeure dans l’histoire du Maghreb au milieu du viie siècle, comme le reconnaissent d’ailleurs ses collègues médiévistes.

7Si la recherche a occupé une grande partie de sa vie professionnelle, Hédi Slim avait le souci constant de défendre et de préserver le patrimoine tunisien menacé, surtout au cours des vingt dernières années du siècle dernier, par l’urbanisme grandissant ou les grands travaux d’infrastructure routières et hôtelières dans la région du Sahel. Il se trouva parfois dans des situations conflictuelles avec les aménageurs (l’État ou les privés) mais il sut toujours trouver les solutions adéquates en usant d’arguments scientifiques, juridiques mais aussi grâce à son charisme.

8L’homme a été et restera pour beaucoup d’entre nous un exemple de savoir, d’intégrité, de sagesse…

Bibliographie africaine de Hédi Slim

Haut de page

Bibliographie

1960
« Les facteurs de l’épanouissement économique de Thysdrus », CT 8, p. 51-56.

1964
« Quelques aspects de la vie économique à Thysdrus avant le second siècle de l’ère chrétienne », CT 12, p. 155-158.

1968
(avec A. Mahjoubi, K. Belkhodja), Histoire générale de la Tunisie, I. l’Antiquité, Tunis.

1973
(avec A. Ennabli), Carthage, le site archéologique, Tunis.

1974
(avec A. Ennabli), Carthage. A Visit to the Ruins, Tunis.

1976
« Masques mortuaires d’El Jem », AntAfr 10, p. 79-92.
https://www.persee.fr/doc/antaf_0066-4871_1976_num_10_1_984

1980
(avec L. Slim), « Lacaena : une Spartiate à Thysdrus ? », AntAfr 15, p. 95-99.
https://www.persee.fr/doc/antaf_0066-4871_1980_num_15_1_1044

« La mosaïque du labyrinthe de Thysdrus », AntAfr 16, p. 201-215.
https://www.persee.fr/doc/antaf_0066-4871_1980_num_16_1_1059

1982
(avec R. Guéry, C. Morrisson), Recherches archéologiques franco-tunisiennes à Rougga, 3. Le trésor de monnaies d’or byzantines, Rome, (CÉFR 60).
https://www.persee.fr/doc/efr_0000-0000_1982_arc_60_3

1983
« Thysdrus, une des plus grandes villes romaines d’Afrique », Les Dossiers de l’Archéologie 69, p. 52-61

« Le colisée de Thysdrus », Les Dossiers de l’Archéologie 69, p. 62-72.

1984
« Recherches préliminaires sur les amphithéâtres romains de Tunisie », dans A. Mastino (éd.), L’Africa Romana, Atti del I convegno di studio, Sassari, 16-17 dicembre 1983, Sassari, (Pubblicazioni del Dip. Di Storia dell’Università degli studi di Sassari, 4), p. 129-159.
http://eprints.uniss.it/3176/1/Mastino_A_AttiCongresso_1984_Africa.pdf

1985
« Nouveaux témoignages sur la vie économique à Thysdrus », dans Actes du IIe colloque international sur l’Histoire et l’Archéologie de l’Afrique du Nord, réuni dans le cadre du 108e Congrès national des Sociétés Savantes (Grenoble, 5-9 IV 1983) = “BCTH” n.s. 19B, p. 63-85.

« La Tunisie », dans J. Lasfargues (dir.), Architecture de terre et de bois, L’habitat privé des provinces occidentales et prolongements : Protohistoire, Moyen Âge et quelques expériences contemporaines. Actes du 2e congrès archéologique de Gaule méridionale, Lyon, Paris, p. 35-45.

1986
« Les amphithéâtres d’El Jem », CRAI, p. 440-469.
https://www.persee.fr/doc/crai_0065-0536_1986_num_130_3_14403

1987
(avec A. Oueslati, R. Paskoff, P. Trousset), « Déplacements de la ligne de rivage en Tunisie d’après les données de l’archéologie à l’époque historique », dans Déplacements des lignes de rivage en Méditerranée d’après les données de l’archéologie, Actes du colloque international, Aix-en-Provence, 1985, Paris, p. 67-85.

« From the Fall of Carthage to the Arrival of the Moslems », dans A. Ben Abed ben Khader, D. Soren (éd.), Carthage : A Mosaic of Ancient Tunisia, New York, p. 115-126, 195-204, 210-213, 232.

1988
« La sauvegarde et la mise en valeur du grand amphithéâtre d’El Jem », Africa 10, p. 336-343.

1990
« La maison dite du portrait de Lucius Verus à El Jem », BSAF [1992], p. 87-88.
https://www.persee.fr/doc/bsnaf_0081-1181_1992_num_1990_1_9546

« Le modèle urbain romain et le problème de l’eau dans les confins du Sahel et de la Basse Steppe », dans L’Afrique dans l’Occident romain, Ier siècle av. J.-C. – IVe siècle apr. J.-C., Actes du Colloque organisé par l’EFR sous le patronage de l’INAA de Tunis, Rome, 3-5 XII 1987, Rome, (CÉFR 134), p. 169-201.
https://www.persee.fr/doc/efr_0000-0000_1990_act_134_1_3873

(avec A. Ben Abed, D. Soren), Carthage : Uncovering the Mysteries and Spendors of Ancient Tunisia, New York.

1991
(avec R. Paskoff, P. Trousset), « Le littoral de la Tunisie dans l’Antiquité : cinq ans de recherches géo-archéologiques », CRAI, p. 515-546.
https://www.persee.fr/doc/crai_0065-0536_1991_num_135_3_15006

1992
(avec A. Oueslati, R. Paskoff, P. Trousset) « Les îles Kneiss et le monastère de Fulgence de Ruspe », AntAfr 28, p. 223-247.
https://www.persee.fr/doc/antaf_0066-4871_1992_num_28_1_1207

« La Tunisie romaine », dans M.H. Fantar (éd.), Tunisie, terre de rencontres et de civilisation, Catalogue de l’Exposition Archéologique, Seville, Exposition universelle (mai-octobre 1992), Tunis, p. 192-194, 241-242.

1994
(avec A. Ben Abed ben Khader, D. Soren), Carthage, splendeurs et décadence d’une civilisation, Paris.

« L’architecture », dans M.H. Fantar (éd.), La mosaïque en Tunisie, Paris-Tunis, p. 126-155.

1995
« Les demeures de Thysdrus », dans Carthage, l’histoire sa trace et son écho, Les Musées de Paris, Paris, Musée du Petit-Palais, 9 mars – 2 juillet 1995, Paris, p. 256-271.

« L’Afrique, Rome et l’Empire », dans M. Blanchard-Lemée, M. Ennaïfer, L. Slim, Sols de l’Afrique romaine, Paris, p. 17-36.

« Temps éternel, temps cyclique », dans M. Blanchard-Lemée, M. Ennaïfer, L. Slim, Sols de l’Afrique romaine, Paris, p. 37-64.

« Dionysos », dans M. Blanchard-Lemée, M. Ennaïfer, L. Slim, Sols de l’Afrique romaine, Paris, p. 87-120.

« Les spectacles », dans M. Blanchard-Lemée, M. Ennaïfer, L. Slim, Sols de l’Afrique romaine, Paris, p. 189-218.

(avec A. Rebourg), El Jem. Sito e museo, Tunis.

(avec M. Khanoussi), « Les grandes découvertes de l’époque romaine », dans  La Tunisie, carrefour du monde antique, Les Dossiers de l’Archéologie, 200, p. 18-29.

(avec M. Khanoussi), « Trois grandes opérations archéologiques », dans  La Tunisie, carrefour du monde antique, Les Dossiers de l’Archéologie, 200, p. 120-127.

1996
(avec M. Alexander, C. Dulière), Corpus des mosaïques de Tunisie, 3. Thysdrus (El Jem), 1. Quartier sud-ouest, Tunis.

« Thysdrus/El Jem », dans Vie et artisanat à Thysdrus/El Jem, ville d’Africa, IIe-IIIe siècles, Exposition au Musée Archéologique de Nice-Cimiez, Nice, p. 17-43.

1998
« Transformation du milieu géographique autour de Thysdrus-El Jem au cours de la période historique », dans C. Albore Livadie, F. Ortolani (éd.), Il sistema uomo-ambiente tra passato e presente, Ravello, 1994, Bari (Territorio storico e ambiente, 1), p. 317-322.

1999
« Personnification de Rome et des provinces à El Jem », dans M. Ennaïfer, A. Rebourg (éd.), La mosaïque gréco-romaine VII, VIIe Colloque International pour l’étude de la mosaïque antique, Tunis, 3-7 octobre 1994, Tunis, p. 181-191.

2000
« Les militaires à la découverte d’El Jem », dans M. Khanoussi, P. Ruggeri, C. Vismara (éd.), L’Africa romana XIII, Geografi, viaggiatori, militari nel Maghreb : alle origini dell’archeologia nel Nord Africa, Atti del XIII convegno di studio (Djerba, 10-13 dicembre 1998), Roma, (Pubblicazioni del Dip. di Storia dell’Università degli studi di Sassari, n.s. 6), p. 549-556.
http://eprints.uniss.it/5821/1/Khanoussi_M_Africa_romana_2000_1.pdf

2001
La Tunisie antique. De Hannibal à saint Augustin, Paris.

« Le Patrice Grégoire et le début de la conquête arabe en Ifriqiya » (texte en arabe), dans F. Bejaoui (éd.), Actes du Colloque sur l’histoire des Hautes Steppes, Antiquité-Moyen Âge, Sbeïtla, sessions 1998 et 1999, Tunis, p. 35-52.

« Le premier raid de l’armée musulmane en Ifriqyyia, à la lumière des textes et de l’archéologie », dans Chr. Landes, H. Ben Hassen (éd.), Tunisie : du christianisme à l’islam, IVe-XIe siècle Catalogue de l’exposition, Lattes, Musée archéologique, 14 décembre 2000 – 29 avril 2001, Lattes, p. 77-84.

« Un trésor byzantin, témoin du raid musulman de 647 », dans Tunisie byzantine, Les Dossiers de l’Archéologie 268, p. 78-85.

(avec L. Slim), « Un édifice du culte impérial à Thysdrus ? », dans Chr. Hamdoune (éd.), Vbique amici. Mélanges offerts à Jean-Marie Lassère, Montpellier, p. 161-180.

2002
La maison d’Afrique à Thysdrus –El Jem, Tunis.

« In memoriam Louis Foucher (1918-2003) », AntAfr 38-39, p. 11-12.
https://www.persee.fr/doc/antaf_0066-4871_2002_num_38_1_1346

2003
« La chute de Phaéton sur une mosaïque de Bararus-Rougga en Tunisie », CRAI, p. 1103-1133.
https://www.persee.fr/doc/crai_0065-0536_2003_num_147_3_22628

(avec de Balanda E., Ben Abed Ben Khader A., Uribe Echeverría A., Image de pierre. La Tunisie en mosaïque, Paris.

2006

« La coopération franco-tunisienne : l’exemple de Rougga », AntAfr 42, p. 35-39.
https://www.persee.fr/doc/antaf_0066-4871_2006_num_42_1_1404

« À propos d’une mosaïque de la maison dite d’Orphée à Rougga », dans F. Bejaoui (éd.), Actes du 4e Colloque international sur l’histoire des Steppes tunisiennes, Sbeïtla, 2003, Tunis, p. 143-158.

(avec J.-M. Lassère), Maisons de Clupea. Les maisons de l’école de pêche, Paris, (Études d’Antiquités africaines).
https://www.persee.fr/doc/etaf_0768-2352_2010_mon_1_1

2012
(avec F. Bejaoui), « In memoriam Jean-Marie Lassère (1932-2011) », AntAfr 46-48 (2010-2012), p. 27-28.
https://www.persee.fr/doc/antaf_0066-4871_2010_num_46_1_1526

Haut de page

Table des illustrations

Titre Hédi Slim
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/1117/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 460k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fathi Bejaoui, « In memoriam : Hédi Slim (1935-2019) »Antiquités africaines, 55 | 2019, 25-28.

Référence électronique

Fathi Bejaoui, « In memoriam : Hédi Slim (1935-2019) »Antiquités africaines [En ligne], 55 | 2019, mis en ligne le 24 avril 2020, consulté le 02 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/antafr/1117

Haut de page

Droits d’auteur

Antiquités africaines

Haut de page
  • Logo Centre Camille Jullian
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Logo CNRS Éditions
  • OpenEdition Journals