Navigation – Plan du site

Une tombe punique à Mellita (Îles Kerkennah – Tunisie)

Yamen Sghaïer
p. 53-69

Résumés

Il s’agit d’un deuxième témoignage de la présence punique sur les îles Kerkennah ; la tombe de Mellita a livré sept vases à vernis noir, neuf lampes, sept unguentaria et une aiguille en bronze. La céramique importée, principalement de l’Italie méridionale, de la Sicile et de la Campanie, autorise la datation de cet hypogée entre la fin du iv e et la première moitié du ii e s. av. J.-C.

Haut de page

Texte intégral

Je remercie les trois rapporteurs pour la lecture, les remarques et l’intérêt manifesté à l’égard de ce travail.

  • 1 Chez Hérodote, Histoires, IV. CXCV, Kerkennah est nommée Kyrauis. Dictionnaire 19 (...)
  • 2 Chelbi 1995, p. 132-133.
  • 3 Ghalia 1999.
  • 4 Bonifay et alii 2002-2003, p. 176 et fig. 23 ; Trousset 2005, p. 4 (...)
  • 5 Contrairement aux citernes et carrières antiques fréquentes sur les îles Kerkennah, le site de Bor (...)
  • 6 Dans son commentaire, suite à la présentation de Jerzy Kolendo (1984, p. 249), Ammar Mahjoubi sign (...)

1Les îles Kerkennah – antique Cercina – sont un archipel formé principalement de deux îles et d’une douzaine d’îlots (fig. 1). Des échos chez Hérodote témoignent de l’appartenance de l’archipel Kerkennah à la civilisation punique 1. Sur l’île Chergui, la plus importante en superficie, est localisé le site de Borj El Hasar 2, qui présente des niveaux d’occupation romaine 3 ainsi que des traces d’industrie de salaison de poissons 4 et correspond au noyau de la cité portuaire antique de Cercina 5. La présence punique sur ce site est mentionnée sporadiquement 6.

Fig. 1 : Carte des îles Kerkennah

Fig. 1 : Carte des îles Kerkennah

Y. Sghaïer d’après les cartes de Sfax et des îles Kerkennah. Échelle 1 : 200 000. Feuilles NI-32-XVII et NI-32-XVIII.

Office de la Topographie et du Cadastre, 1987.

  • 7 Fantar 1997, p. 75.
  • 8 Fantar 1997, p. 78. Il s’agit d’un skyphos importé de facture siciliote ainsi que (...)

2En 1996, un hypogée pillé à Borj El Hasar a fait l’objet d’une note 7 traitant principalement de l’architecture funéraire. Proposer une datation de cette tombe s’annonce malaisé en l’absence d’un critère chronologique crédible, sans oublier le pillage systématique qu’a subi la structure funéraire ainsi que sa destruction partielle. Cependant, la présence de fragments de skyphos 8 semble favoriser une datation entre la fin du iv e s. et le début du iii e s. av. J.-C.

  • 9 Akkari-Weriemmi 2004, p. 6. Bien que ce travail intéresse la Mellita de Djerba, la (...)
  • 10 Ben Younes 1995, p. 806.
  • 11 La fouille a eu lieu entre le 17 et 19 juillet 1991, par les professeurs Habib Ben Younes et Manso (...)
  • 12 Mes remerciements s’adressent au professeur Habib Ben Younes (directeur de recherche à l’Institut (...)

3La deuxième île en proportions est Gharbi ou Mellita, dont le toponyme rappelle une probable origine phénicienne 9. Un deuxième hypogée punique a été découvert sur cette île (fig. 1) où une fouille de sauvetage a été organisée en 1991 par une équipe de l’Institut National d’Archéologie et d’Art 10 ; l’intervention n’a concerné que la chambre funéraire 11.
C’est cette découverte qui sera traitée dans cette étude 12 avec la présentation succincte de quelques données de la fouille, essentiellement celles qui concernent l’architecture et les pratiques funéraires. Nous proposerons également quelques réflexions sur la composition du mobilier ainsi qu’une analyse de la céramique trouvée dans cette tombe.

1. L’architecture

  • 13 Fehri 2011, fig. 10.

4Il s’agit d’une tombe à puits taillée dans les grès calcaires eutyrrhéniens 13, orientée nord-est/sud-ouest, dont une partie du plafond de la chambre sépulcrale était détruite. Malheureusement, les conditions contraignantes de la fouille ainsi que la nécessité d’agir rapidement n’ont permis de réunir qu’une documentation succincte.

Fig. 2 : Croquis du plan de la chambre funéraire

Fig. 2 : Croquis du plan de la chambre funéraire

Y. Sghaïer

Fig. 3 : Fermeture des auges sarcophages

Fig. 3 : Fermeture des auges sarcophages

Y. Sghaïer

Fig. 4a : Vue de l’intérieur de la chambre funéraire

Fig. 4a : Vue de l’intérieur de la chambre funéraire

Archives de l’Institut national du Patrimoine, Tunisie

Fig. 4b : Vue de l’intérieur de la chambre funéraire

Fig. 4b : Vue de l’intérieur de la chambre funéraire

Archives de l’Institut national du Patrimoine, Tunisie

  • 14 Mes remerciements s’adressent à Sonia Jerbi, responsable de la gestion des archives du laboratoire (...)

5Cependant, un croquis schématique en plan de cet hypogée (fig. 2 et 3) a pu être réalisé sur la base d’une vingtaine de photographies d’archives 14 (fig. 4a et 4b) qui ont autorisé des observations qui se résument en quelques points :

  • La baie d’accès est obturée par deux dalles superposées 15.
  • Le seuil de la baie d’accès est surélevé par rapport au palier de la chambre funéraire, qui marque une dénivellation importante.
  • Le plafond de la chambre funéraire est plat.
  • Le linteau de la baie d’accès se trouve dans le prolongement du plafond de la chambre funéraire.
  • Le degré d’enfouissement important de la chambre funéraire n’a pas incité l’ouvrier à prévoir une marche de rattrapage.
  • Une marche de descente construite composée de deux blocs a été aménagée afin de faciliter l’accès à la chambre funéraire.
  • Deux auges sarcophages sont taillées le long des parois latérales de la chambre funéraire.
  • Des dalles ont été placées directement sur les rebords des auges sarcophages afin d’assurer leur fermeture.
  • L’auge sarcophage qui occupe la paroi latérale gauche de la chambre funéraire comporte un oreiller, placé au centre de la paroi antérieure.
  • 16 Fantar 1997, p. 77.
  • 17 Ben Younes 1995, p. 803.
  • 18 Il s’agit de la tombe d’El Bania. Ben Younes, Ghaki 1987, p. 265.
  • 19 Tombe 73, nécropole d’Areg El Ghazouani ; tombes 4 et 9, nécropole de Ksar Saad à Korba (Fantar 20 (...)

6La majorité des chambres funéraires des tombes puniques en Tunisie sont dépourvues d’accessoires internes. Parmi ces derniers, l’auge sarcophage est le type le moins attesté. Deux auges sarcophages ont été signalées cependant dans la tombe de Borj El Hasar 16. Bien que des similarités soient perceptibles avec quelques témoignages au Cap Bon 17, les auges sarcophages pourvues d’oreiller demeurent extrêmement rares. On les connaît surtout dans cette dernière région avec quatre cas signalés : à El Haouaria 18, à Areg El Ghazouani et à Korba 19 où ces oreillers sont taillés sur toute la largeur de l’auge contrairement au cas de Mellita où celui-ci est placé au centre de la paroi antérieure en occupant presque la moitié de la largeur.

2. Pratiques funéraires

Fig. 5 : L’auge sarcophage gauche avec le deuxième et le dernier inhumé

Fig. 5 : L’auge sarcophage gauche avec le deuxième et le dernier inhumé

Archives de l’Institut national du Patrimoine, Tunisie

  • 20 Je tiens à remercier Fatma Touj, doctorante (Université de Tunis – Università degli studi di Napol (...)

7Cinq sujets ont été placés à l’intérieur de la chambre funéraire 20. L’inhumation est le mode de sépulture utilisé dans cette tombe. Trois sujets, adultes, ont été inhumés à l’intérieur de l’auge sarcophage taillée le long de la paroi latérale gauche (fig. 5 et 6) ; sa couverture a été assurée par cinq blocs. La position du premier occupant est en décubitus dorsal allongé, sur le palier de l’auge, avec les bras le long du corps (fig. 6). Le deuxième occupant est inhumé le long de la paroi latérale droite de l’auge. Il est représenté par un crâne qui apparaît probablement sur la face supérieure. La présence d’un amoncellement de côtes au nord-ouest du crâne témoigne d’une possible réduction. Quant au dernier occupant, il est inhumé au-dessus des deux précédents (fig. 5). La boîte crânienne est visible sur la face postérieure, la mandibule est en connexion anatomique. L’atlas, qui n’est pas en place, a basculé vers le fond, les vertèbres thoraciques ainsi que les premières côtes sont sur la face latéro-postérieure et sont en connexion stricte. Les deux scapulas sont sur leurs faces postérieures et en connexion anatomique. Le membre supérieur droit apparaît en flexion sur la face postérieure. La flexion de l’avant-bras droit a été maintenue grâce à l’effet paroi de la limite de l’auge d’une part et par le deuxième individu d’autre part. Bien que la qualité de certaines photographies soit médiocre, il est possible de distinguer deux os iliaques et le fémur gauche qui apparaît sur sa face antérieure.

Fig. 6 : Le premier occupant de l’auge sarcophage gauche

Fig. 6 : Le premier occupant de l’auge sarcophage gauche

Archives de l’Institut national du Patrimoine, Tunisie

  • 21 De Jonghe, de Larminat 2018, p. 498-499.

8Deux explications peuvent être avancées pour cet agencement osseux. La première serait que cette position soit intentionnelle et qu’il s’agisse donc d’un procubitus. Le défunt aurait été placé en position ventrale, ce qui serait un traitement particulier, d’ailleurs assez rare dans le monde phénicien et punique 21. La deuxième explication serait celle d’un déplacement conjectural du squelette avec comme conséquence le changement de position des ossements. Nous proposons pour notre part d’y reconnaître une inhumation en position décubitus latérale allongée où le défunt aurait été placé sur le côté droit accolé à la paroi latérale gauche et la tête sur l’oreiller. La cause de la posture particulière du squelette serait ainsi due au basculement du corps vers le deuxième occupant, avant la décomposition complète.

9Nous proposons donc l’hypothèse d’un auto-déplacement des os causé par un glissement du corps vers la paroi opposée de l’auge sarcophage. Cette dernière possibilité se révèle être la plus plausible, compte tenu de la position des membres supérieurs et inférieurs. D’autre part, si la position ventrale a été adoptée intentionnellement, comment expliquer dans ce cas l’inflexion du membre supérieur droit, ainsi que l’éloignement du membre supérieur gauche le long de la paroi latérale droite ?

10Une dernière remarque concerne les membres inférieurs où le fémur gauche est incliné en couvrant partiellement celui de droite. Cette position, s’il est bien question d’une inhumation en procubitus originale, serait inexplicable. Dans tous les cas, le désordre de ce squelette n’est pas à mettre en relation avec une réduction.

Fig. 7 : Les deux squelettes à l’intérieur de l’auge sarcophage droite

Fig. 7 : Les deux squelettes à l’intérieur de l’auge sarcophage droite

Archives de l’Institut national du Patrimoine, Tunisie

11La situation est relativement moins compliquée dans la deuxième auge sarcophage. Deux sujets adultes ont été inhumés, superposés, à l’intérieur de l’auge sarcophage taillée le long de la paroi latérale droite (fig. 7), la couverture étant assurée par quatre dalles. Le premier occupant, disposé dans la partie médiane de l’auge, a été inhumé en décubitus dorsal allongé. Le crâne est placé sur la face latérale droite, les membres supérieurs et la cage thoracique ne sont pas visibles. L’os iliaque gauche ainsi que le fémur gauche sont en connexion stricte. Le dernier occupant de l’auge a été, quant à lui, inhumé au-dessus du premier sujet en décubitus dorsal allongé. Il a été placé obliquement avec la moitié supérieure du squelette accolée à la paroi latérale gauche. La moitié inférieure a été rapprochée de la paroi latérale droite. Le crâne a été retrouvé sur la face antérieure, les vertèbres et les côtes sont en connexion lâche et le membre supérieur gauche apparaît en partie le long du corps. L’os iliaque droit et le fémur droit sont en connexion stricte. Trois vertèbres lombaires se présentent sur la face antérieure et sont en connexion lâche. Le sacrum a basculé, le fémur gauche apparaît sur la face médiale. Leur inclinaison s’explique par la superposition des bassins des deux inhumés.

3. Mobilier funéraire

  • 22 Le traitement de ces éléments a eu lieu dans le laboratoire de conservation et restauration des bi (...)

12Le mobilier funéraire comporte vingt-trois vases et un élément métallique 22. La céramique retrouvée dans la chambre sépulcrale se subdivise en trois groupes : la céramique à vernis noir, les lampes et enfin les unguentaria. À ce lot s’ajoute une aiguille en alliage cuivreux.

3.1. Céramique à vernis noir

13La fouille de la chambre funéraire a permis la découverte de sept vases à vernis noir (fig. 8) : deux skyphos, deux coupes à barrettes, une coupe à poucier, un gobelet et un cratérisque. Ces vases, que nous détaillerons ci-dessous, sont des produits importés de l’Italie méridionale ou de la Sicile.

Fig. 8 : Céramique à vernis noir

Fig. 8 : Céramique à vernis noir

Y. Sghaïer

14 Skyphos

Les vases 1 et 2 sont deux skyphos de formes différentes et de productions distinctes.

  • 23 Di Stefano 2009, n° 56, p. 168.

L’exemplaire 1 est un skyphos à lèvre légèrement rentrante, la partie supérieure de la paroi à profil quasi rectiligne et pied bas en tore. Deux anses horizontales, non relevées, sont placées sous la lèvre. Les qualités du vernis et de la pâte confirment que ce produit n’est pas attique, mais plutôt une imitation des skyphos grecs probablement d’Italie méridionale ou bien de Sicile occidentale 23.

  • 24 Lamboglia 1952, forme 43, p. 190-191 ; Morel 1981, série 4343, pl. 129 et p. 3 (...)
  • 25 Chelbi 1992, nos 452 à 459.
  • 26 Di Stefano 1993, fig. 36-1 et p. 43.

Ce type de skyphos 24 date de la fin du iv e et le début du iii e s. av. J.-C. Des exemplaires assez proches sont attestés à Carthage 25 et à Lilybée 26. Néanmoins, il faut signaler que les parallèles mentionnés sont de production attique.

  • 27 Morel 1981, p. 305, type 4311a.
  • 28 Lattara 6, AT-VN 303-329, p. 121.
  • 29 Chelbi 1992, n° 464.
  • 30 Camerata Scovazzo, Castellana 1998, VG 14, p. 202 et 284.
  • 31 Di Stefano 1993, fig. 36-2.

L’exemplaire 2, est un skyphos à bord rentrant, paroi continue recourbée, pied haut à profil rectiligne et base concave à ombilic. Deux anses horizontales, peu relevées, sont placées sous la lèvre. La datation du skyphos 1 est valable pour cet exemplaire également. Il s’agit d’un produit de l’Italie méridionale et de la Sicile 27 imitant des modèles attiques 28. Des parallèles ont été attestés à Carthage 29, Palerme 30 et Lilybée 31.

15 Coupe à barrettes

Les vases 3 et 4 sont des coupes à bord vertical, vasque profonde quasi hémisphérique, pied haut tronconique, s’élargissant vers le bas, dont le sommet est marqué par un listel à profil anguleux. Deux anses verticales bifides retenues par une barrette sont appliquées sur le bord. La coupe 4 présente un sillon sous le bord externe de la vasque.

  • 32 Benoît 1961, pl. V-a1 et b1, p. 81 ; Morel 1981, série 3131, pl. 87 et p. 249- (...)
  • 33 Chelbi 1992, nos 272 à 296 et p. 49. La plupart des parallèles à Carthage sont (...)
  • 34 Di Stefano 1993, fig. 34 -4.

Ces deux coupes sont en campanienne A et datent du début du ii e s. av. J.-C. Ce type de coupes 32 est attesté à Carthage 33 et à Lilybée 34.

16 Coupe à poucier

  • 35 Chelbi 1992, p. 47-48.
  • 36 Lamboglia 1952, forme 49, p. 195 ; Benoît 1961, pl. V-b3, p. 81 ; Morel 1981, (...)
  • 37 Chelbi 1992, nos 222 à 268.
  • 38 Di Stefano 1993, pl. XXXIV-5.

Le vase 5 est une coupe à poucier, bord rectiligne peu évasé, vasque profonde à base anguleuse, pied haut tronconique élargi vers le bas avec un listel anguleux sur sa face externe. Deux anses verticales en fer à cheval, pourvues d’un poucier, sont appliquées sur le bord. Cet exemplaire est un produit importé en campanienne A ancienne 35. Sa datation est le premier quart du ii e s. av. J.-C. Ce type de coupe 36 trouve des parallèles à Carthage 37 et à Lilybée 38.

17 Gobelet

  • 39 Morel 1981, série 3421, pl. 93 et p. 260.
  • 40 Chelbi 1992, nos 302 et 303.
  • 41 Benoît 1961, pl. V-a3.

Le vase 6 est un gobelet profond, à bord légèrement rentrant à profil quasi rectiligne, pied bas à profil anguleux. Le bas du vase présente une inflexion anguleuse de la paroi. Deux anses verticales, à section ovale, sont appliquées sous le bord. On note sur la paroi externe la présence d’un décor incisé ainsi que de la peinture. Il s’agit d’incision après cuisson d’un filet horizontal placé au-dessous du bord, au niveau des attaches supérieures des anses. Ce filet est divisé par des courts filets verticaux orientés vers le bas délimitant un espace qui comporte une incision recourbée. Une série de petits points surpeints en blanc est placée sous les incisions cintrées. Il s’agit d’un exemplaire en campanienne A qui date de la première moitié du ii e s. av. J.-C. Ce type de vase 39 est attesté à Carthage 40 et dans l’épave du grand Congloué à Marseille 41.

18 Cratérisque

  • 42 Lamboglia 1952, forme 40-F, p. 187-188 ; Morel 1981, série 3541, pl. 102 et p. (...)
  • 43 Di Stefano 1993, fig. 34-5 et pl. XXXIV-7.
  • 44 Des affinités sont à noter avec la forme de quelques canthares de production de l’Etrurie méridion (...)

Le vase 7 est un cratérisque à bord légèrement évasé, col haut cylindrique, épaulement marqué avec un ressaut arrondi entre panse et col, panse peu bombée, pied haut tronconique curviligne élargi vers le bas avec un listel à profil courbe sur sa face externe. Deux anses verticales de section bifide sont appliquées sur le haut du col et le sommet de la panse. Ce type de vase 42 date du iii e s. av. J.-C. et trouve des parallèles à Lilybée 43. Il s’agit probablement d’un produit de l’Étrurie méridionale 44.

3.2. Lampes

19Les lampes sont au nombre de neuf (fig. 9), il s’agit des exemplaires 8 à 16 et peuvent être réparties en trois groupes.

Fig. 9 : Les lampes

Fig. 9 : Les lampes

Y. Sghaïer

  • 45 Mlasowsky 1993, n° 2, p. 21 ; Ben Jerbania 2005, type F 1242a 1, pl. VII.
  • 46 Ben Jerbania 2005, p. 95-96.
  • 47 Acquaro 1981, THT 80/7, pl. XIII et p. 51.
  • 48 Sagona 2002, fig. 346, n° 35, Form IV : 1a, p. 666.

20Le premier groupe comprend les exemplaires 8, 9, 10, 11 et 12. Il s’agit de lampes en forme de coupe assez profonde, à deux becs ouverts, replis larges et écartés sur le dessus ouvert, lèvre rabattue vers l’extérieur et pied concave. Ce type 45 date du iii e s. av. J.-C. Des exemplaires assez proches ont été attestés à Mahdia 46, Tharros 47 et Malte 48.

  • 49 Hellmann 1987, n° 2, pl. I ; Ben Jerbania 2008, type F 124 (...)
  • 50 Ben Jerbania 2008, p. 37.
  • 51 Sagona 2002, fig. 347, n° 18, Form IV-V : 1b, p. 667.

21Le deuxième groupe se compose de deux lampes (13 et 14). Il s’agit d’une coupe creuse, à deux becs ouverts, rebord continu sans marli, replis assez larges et écartés sur le dessus ouvert et pied concave. Ce type 49 date du iii e s. av. J.-C. Un exemplaire assez proche, mais plus ancien, est attesté à Thapsus 50 et des parallèles sont présents à Malte 51.

  • 52 Mlasowsky 1993, n° 1, p. 21 ; Ben Jerbania 2005, type F 1264a 1, pl. X.
  • 53 Di Stefano 1993, fig. 40, n° 5.
  • 54 Sagona 2002, fig. 346, n° 36, Form IV : 1b, p. 666.
  • 55 Oziol 1977, n° 37, pl. 3 et p. 25.

22Le troisième groupe comprend deux lampes 15 et 16, en forme de coupe peu profonde, à deux becs ouverts, replis aplatis et pied concave. Ce type de lampe 52 trouve des parallèles à Lilybée 53, Malte 54 et Chypre 55. La chronologie de ce groupe est la fin du iii e et le début du ii e s. av. J.-C.

3.3. Les unguentaria

23Six unguentaria ont été placés dans l’angle droit entre les deux auges du côté de la baie d’accès. Un septième exemplaire a été trouvé dans l’angle gauche, presque au niveau du palier de la chambre funéraire. Ces unguentaria peuvent être divisés en deux groupes suivant la forme de la panse : globulaire ou fusiforme (fig. 10).

Fig. 10 : Les unguentaria

Fig. 10 : Les unguentaria

Y. Sghaïer

24 Unguentarium globulaire

  • 56 Cintas 1950, pl. II, n° 29 et p. 65-66 ; Cuadrado 1977-78, groupe A, formes I, (...)
  • 57 Scodino 2008, nos 86 et 87, fig. 9, p. 61-62 et note 174.
  • 58 Byrsa II, fig. 167, A. 177. 14 et 15, p. 132.
  • 59 Sghaïer 2012, p. 274-278.
  • 60 Cintas, Gobert 1939, fig. 57, p. 179 ; Gallet de Santerre, Slim 1983, pl. XXI, (...)
  • 61 Ben Younes, Sghaïer 2018, nos 310, 311 et 313, p. 88-89.
  • 62 Ben Younes 1988, T B / 17, pl. XXXVIII, p. 157.
  • 63 Tamburello 1967, fig. 28, p. 375 (deuxième vase).
  • 64 Di Stefano 1993, fig. 4, n° 8.
  • 65 Bartoloni 2000, fig. 3, 23, p. 61.
  • 66 Sagona 2002, Form IV : 2a, p. 666.

L’exemplaire 17 est un unguentarium à lèvre en bourrelet extérieur à profil curviligne et à base horizontale. L’embouchure est marquée par un ressaut interne ; col concave, panse globulaire, pied bas à profil rectiligne et fond plat. Ce type d’unguentarium 56 , datant du iii e s. av. J.-C., fréquent dans le monde punique 57, est attesté à Carthage 58, El Mansourah 59, Kerkouane 60, Lamta 61, El Hkayma 62, Palerme 63, Lilybée 64, Cagliari 65 et Malte 66.

25 Unguentaria fusiformes

  • 67 Cintas 1950, pl. II, n° 31 ; Cuadrado 1977-1978, fig. 5, 2, groupe C, forme II (...)
  • 68 Byrsa I, fig. A. 148. 2, p. 208 ; Byrsa II, fig. 167 d, A. 177. 13, p. 132 ; M (...)
  • 69 Sghaïer 2012, p. 272-273. La fouille de la tombe B 1 a mis au jour 129 unguent (...)
  • 70 Cintas, Gobert 1939, fig. 59, p. 179.
  • 71 Ben Younes 1995, type 3, pl. 9, p. 136.
  • 72 Ben Younes 1986, tombe 1, chambre 2, n° 3, pl. XLIV, p. 155.
  • 73 Ben Taher, Fersi 2009, nos 45 et 46, fig. 5-2 et 3 ; fig. 13-2 et 3.

Les unguentaria fusiformes 18 à 23 sont au nombre de six. Ils se caractérisent par une lèvre en bourrelet extérieur à profil curviligne et à base oblique, embouchure marquée par un ressaut interne (18 et 22) ; col concave, panse fusiforme, pied cylindrique et fond plat. À cause des bavures et des irrégularités, le pied ne favorise pas la stabilité des exemplaires 18, 19, 22 et 23.
Ces unguentaria ont conservé un décor peint à l’exception de l’exemplaire n° 17. Ce décor consiste en une bande sur la partie supérieure de la panse qui se caractérise par une nette irrégularité, l’épaisseur de la bande présente des anomalies.
Ce type d’unguentaria 67 date entre la deuxième moitié du iii e et la première moitié du ii e s. av. J.-C. Des parallèles sont attestés à Carthage 68, El Mansourah 69, Djebel Mlezza 70, Henchir Jabess 71, El Hkayma 72 et Jerba 73.

3.4. Aiguille

26Enfin, le dernier élément du mobilier funéraire (24) est une aiguille en alliage cuivreux de forme rectiligne et pointue (fig. 11). Le chas, en partie endommagé, est de forme rectangulaire allongée. La taille et l’épaisseur de cette aiguille plaident en faveur d’un usage en rapport, probablement, avec du cuir ou bien des fils épais.

Fig. 11 : l’aiguille en alliage cuivreux

Fig. 11 : l’aiguille en alliage cuivreux

Y. Sghaïer

4. Commentaire

27À la lumière de cette étude et grâce à l’analyse du mobilier funéraire, il est possible de faire quelques remarques en commençant par la datation où on peut proposer une fourchette chronologique durant laquelle l’hypogée a été utilisé, qui se situerait entre la fin du iv e et la première moitié du ii e s. av. J.-C.

28Nous venons de le voir, les éléments les plus anciens sont les deux skyphos 1 et 2, tandis que les plus récents sont les unguentaria fusiformes. Par ailleurs, c’est sans doute le nombre important des occupants de la tombe – cinq sujets – qui pourrait expliquer cet écart chronologique relativement étendu. Pour ce qui est d’un éventuel ordre d’occupation des auges sarcophages, les conditions de la fouille, comme nous l’avons précisé plus haut, ne nous ont pas été d’un grand secours.

  • 74 Ben Younes, Sghaïer 2018, p. 72-78.

29Une autre remarque peut être faite sur la composition du mobilier funéraire de cette tombe de Mellita qui se caractérise par la diversité comme nous l’avons vu et peut-être par la particularité puisqu’on a constaté l’absence de la poterie modelée, d’ordinaire plutôt fréquente dans les tombes puniques du Sahel tunisien 74.

30Il est par ailleurs remarquable que dans le lot d’objets retrouvés on distingue un nombre relativement important de vases importés (sept), ce qui pourrait être considéré comme indice d’accessibilité des îles Kerkennah à de différentes productions méditerranéennes. Nous l’avons vu pour les coupes à barrettes (3 et 4), la coupe à poucier (5) et le gobelet (6) qui sont des produits en campanienne A. La fabrication des skyphos (1 et 2) a eu lieu en Italie méridionale ou bien en Sicile occidentale, tandis que le cratérisque (7) est un produit de l’Étrurie méridionale.

31Reste à évoquer l’usage fait de chaque type d’objets découverts dans cette tombe à commencer par le service à boire à vernis noir, qu’on aurait utilisé lors du dépôt des corps, peut-être un banquet funéraire ou bien des libations. Néanmoins, le liquide consommé demeure inconnu, même si la consommation du vin est la plus plausible à en juger par les vases à boire, en céramique fine, qui ont été retrouvés lors de la fouille. Cependant, l’absence d’un conteneur de liquide, par exemple une amphore vinaire, limite toute tentative d’identification.

  • 75 Ben Younes, Sghaïer 2018, p. 39-40. La tombe 27 à Henchir Methkal a gardé un tém (...)
  • 76 Cette pratique est identifiée surtout dans la nécropole punique d’El Mansourah (Sghaïer 2012, p. 2 (...)
  • 77 Sghaïer 2012, p. 207. Le geste du bris de vase est loin d’être une réponse à des (...)

32La situation est similaire pour les unguentaria, qui ne font pas partie du dépôt d’accompagnement, mais représentent un élément du mobilier rituel et devaient servir lors de la cérémonie funéraire ou bien de l’ensevelissement 75. Il est notable que sur les sept objets de ce type, quatre ont été étêtés, ce qui n’est pas sans nous rappeler la pratique du bris de vase 76, qui est, comme on le sait, en rapport avec des conceptions eschatologiques : éloignement des mauvais esprits, libations… 77. Le contenu de ces vases, probablement une huile parfumée, aurait été versé dans la chambre funéraire ou bien devant la baie d‘accès.

33Quant aux lampes, sur les neuf exemplaires – ce qui semble être un nombre important par rapport aux cinq occupants de la tombe – seuls trois ont gardé des traces d’utilisation. Mais il est difficile de savoir si elles étaient allumées dans la chambre funéraire ou bien si ces traces sont antérieures à l’usage funéraire.

  • 78 Di Stefano 1993, p. 34.
  • 79 Benichou-Safar 1982, p. 264-265 ; Camps 1961, p. 526-527.

34Les interprétations de l’utilisation des lampes dans les tombes se limitent à un outil pour guider le voyage du mort 78 ou bien un élément pour chasser les esprits malfaisants 79. Dans tous ces commentaires, à valeur eschatologique, la lampe ou plutôt le fait d’allumer une lampe semble traduire le souci de faciliter le passage du défunt vers le monde des morts. Ces propositions de lecture, peu argumentées, demeurent cependant problématiques.

  • 80 Fehri 2011, p. 186. L’auteur rapporte qu’en 2002, sur l’île Chergui au nord du v (...)

35La présence de ce mobilier funéraire qui couvre presque deux siècles autorise une autre question : la tombe de Mellita fait-elle partie d’un ensemble funéraire ? Il est difficile dans l’état actuel de la documentation de définir le paysage funéraire punique sur les îles Kerkennah. La découverte de deux hypogées, distincts géographiquement, ne permet pas de présenter le monde funéraire punique des îles en tombes isolées ou bien en tombes regroupées formant des nécropoles 80.

  • 81 Ben Younes, Sghaïer 2018, p. 103-104.
  • 82 L’étude de cette nécropole est en cours.

36Si la découverte de cette tombe de Mellita est un nouveau témoignage de la présence punique sur les îles Kerkennah, avec une relative originalité concernant l’aspect architectural ou funéraire, elle présente également et surtout un autre intérêt en rapport avec le faciès de son matériel à savoir la céramique punique et celle d’importation. En effet, on peut se demander si cette dernière catégorie – les objets à vernis noir – provenait sur le marché insulaire de Kerkennah directement de son lieu de production ou bien par un autre biais, peut être continental, comme par exemple une ville du Sahel. Mais cette dernière probabilité est difficilement soutenable, car d’une part l’étude des plus importantes nécropoles puniques de cette région ne va nullement dans ce sens. Ainsi, a-t-on constaté la rareté de la céramique fine importée à Lepti Minus 81. À Thapsus, bien que les importations soient nombreuses et variées, la provenance reste essentiellement les cités grecques 82. D’autre part, les formes importées dans la tombe de Mellita sont très peu attestées dans les hypogées de Lepti Minus et de Thapsus, d’où la limite de l’éventualité que ces deux cités portuaires au Sahel interviennent dans l’acheminement des produits étrangers vers les îles Kerkennah.

  • 83 Chelbi 2008, p. 233, note 37.
  • 84 Kolendo 1984, p. 247 et note 36. D.S. V, 12, 4.
  • 85 Kolendo 1984.

37Il devient donc légitime de croire que ces objets proviennent des côtes italiennes par l’intermédiaire de la capitale punique, Carthage, dont le rayonnement sur le territoire qui dépend de son autorité directe est une donnée incontestable. On note également que les vases importés présents à Mellita sont des produits fréquents à Carthage. Nous ajoutons à cet argument la présence déjà attestée par Fethi Chelbi d’un fragment de bol à Borj El Hasar qui « pourrait provenir de l’atelier de La Rabta ou tout au moins de Carthage » 83.
Ce produit d’imitation serait de la sorte un indice à prendre en considération sur le rôle de la métropole punique dans la diffusion de la céramique fine sur le marché des Kerkennah dont on sait, selon le témoignage de Diodore de Sicile, que l’économie était florissante grâce à l’existence de bons ports et à la présence d’une importante flotte commerciale au début du ii e s. av. J.-C. 84. Cette prospérité s’est poursuivie après la chute de Carthage, durant le i er s. av. J.-C., puisque l’archipel était considéré comme un lieu de stockage et d’intermédiaire pour le blé africain comme l’a montré l’étude de J. Kolendo 85.

  • 86 La céramique punique est attestée sur le front de mer en face des ruines de Borj El Hasar (Trousse (...)

38Il faudra attendre les publications des résultats des fouilles de Borj El Hasar ainsi que la réalisation de nouvelles interventions archéologiques pour nous éclairer davantage sur le dynamisme d’économie et sur l’étendue de l’occupation punique sur ce territoire stratégique 86.

5. Catalogue

39 1. Skyphos

H 8,70 ; Ø bord 8,28 ; Ø pied 3,54.
Fragmentaire et partiellement restauré. Un petit fragment du bord a disparu. Une fine couche de concrétion couvre le vase.
Pâte brun clair (7,5 YR 6/4), dure et épurée.
Vernis noir avec des taches brun foncé sur la paroi interne, lisse, luisant, à reflets bleuâtre métallisé par endroits, épais et adhérent. Fond externe réservé avec taches. Disque d’empilement rougeâtre.

40 2. Skyphos

H 13,30 ; Ø bord 9,30 ; Ø pied 5,84.
Fragmentaire et partiellement restauré. Une anse et quelques fragments du bord ont disparu. Vernis légèrement écaillé par endroits. Une fine couche de concrétion couvre le vase.
Pâte brun jaunâtre (10 YR 5/6) et brun clair à foncé (7,5 YR 6/4 à 3/3), dure et épurée.
Vernis noir virant parfois au brun sombre, lisse, luisant, à reflet bleuâtre métallisé, épais et adhérent. La partie inférieure de la vasque et celle supérieure du pied sont réservées. La zone centrale du fond externe est réservée.

41 3. Coupe à barrettes

H 8,60 ; Ø bord 9,62 ; Ø pied 5,02.
Fragmentaire et partiellement restaurée. Des fragments de la vasque ont disparu. Une fine couche de concrétion couvre le vase. Surface légèrement écaillée par endroits. Décor surpeint sur la paroi interne très détérioré.
Pâte brun rougeâtre clair à foncé (5 YR 6/3 à 2,5 YR 3/3), dure et épurée.
Vernis noir virant parfois au brun sombre, lisse, luisant à reflet bleuâtre métallisé, épais et adhérent. Le pied et le fond externe sont réservés, mais traversés par des coulées avec taches. Disque d’empilement brun sombre.
Décor surpeint en blanc ; trois bandes concentriques sur la paroi interne.

42 4. Coupe à barrettes

H 8,87 ; Ø bord 9,64 ; Ø pied 5,16.
Fragmentaire et partiellement restaurée. ⅓ du vase a disparu. Vernis légèrement écaillé par endroits. Une fine couche de concrétion couvre le vase. Décor surpeint sur la paroi interne détérioré.
Pâte brun rougeâtre foncé (2,5 YR 3/4), dure et épurée.
Vernis noir, lisse, luisant, à reflet bleuâtre métallisé, épais et adhérent. Fond externe réservé avec taches.
Décor surpeint en blanc ; trois bandes concentriques sur la paroi interne.

43 5. Coupe à poucier

H 7,68 ; Ø bord 10,50 ; Ø pied 5,74.

Fragmentaire et partiellement restaurée et restituée. Les anses sont partiellement conservées. Des fragments du bord ont disparu.

Pâte brun clair à brun franc (7,5 YR 6/3 à 5/8), dure et finement grenue.

Vernis noir virant parfois au brun foncé, lisse, luisant, à reflet bleuâtre métallisé par endroits, épais et adhérent. Le fond externe et une zone de l’intersection entre la vasque et le pied sont réservés. Disque d’empilement brun sombre.

44 6. Gobelet

H 7,38 ; Ø bord 6,54 ; Ø pied 4,08.
Fragmentaire et partiellement restauré et restitué. ⅓ du vase a disparu. Vernis légèrement écaillé par endroits. Une fine couche de concrétion couvre le vase. Décor surpeint sur la paroi externe détérioré.
Pâte brun rougeâtre foncé (2,5 YR 2,5/3), dure et épurée.
Vernis noir virant parfois au brun foncé, lisse, peu luisant, épais et adhérent. La paroi interne est réservée sauf une bande sur le bord.

45 7. Cratérisque

H 10,53 ; Ø bord 8,36 ; Ø pied 5,42.
Fragmentaire et partiellement restauré. Des fragments d’une anse et de la vasque ont disparu. Une fine couche de concrétion couvre le vase.
Pâte brun rougeâtre foncé (2,5 YR 3/4) et brun clair (7,5 YR 6/4), dure et épurée.
Vernis noir à brun sombre, lisse, luisant, à reflet bleuâtre métallisé, épais et adhérent. La partie inférieure de la vasque et le pied sont réservés.

46 8. Lampe

H 3,26 ; l. 7,35 ; Ø fond 4,38.
Éraflures sur le rebord et un bec. Surface écaillée. Une couche de concrétion couvre la lampe.
Des traces de tournage sur le fond externe. Des traces noirâtres de feu sur les becs causées par l’usage de la lampe.
Pâte rougeâtre clair (10 R 7/6), dure et granuleuse.
Surface brunâtre à brun verdâtre (7,5 YR 4/4 à 2,5 Y 4/3), rugueuse. Enduit verdâtre.

47 9. Lampe

H 3,28 ; l. 7,08 ; Ø fond 4,30.
Fragmentaire et partiellement restaurée. Quelques fragments ont disparu. Surface écaillée par endroits. Une fine couche de concrétion couvre la lampe.
Des traces de tournage sur le fond externe. Des traces noirâtres de feu sur les becs causées par l’usage de la lampe.
Pâte gris clair à foncé (2,5 Y 7/2 à 4/1), dure et granuleuse avec des inclusions blanchâtres.
Surface brun clair à brun verdâtre (7,5 YR 6/4 à 2,5 Y 4/3), rugueuse. Enduit verdâtre.

48 10. Lampe

H 3,35 ; l. 7,28 ; Ø fond 4,32.
Une fine couche de concrétion couvre la lampe.
Des traces de tournage sur le fond externe. Des traces noirâtres de feu sur les becs causées par l’usage de la lampe.
Pâte brun foncé à brun grisâtre (10 YR 3/3 à 5/2), dure et granuleuse.
Surface brun verdâtre (2,5 Y 4/3), rugueuse. Enduit verdâtre.

49 11. Lampe

H 2,77 ; l. 7,76 ; Ø fond 4,52.
Éraflures sur le rebord et les becs. Surface fortement écaillée par endroits. Une couche de concrétion couvre la lampe.
Des traces de tournage sur le fond externe. Des traces noirâtres de feu sur les becs causées par l’usage de la lampe.

Pâte brun grisâtre à gris foncé (10 YR 5/2 à 5 Y 4/1), dure et granuleuse.
Surface brun sombre à brun grisâtre clair (7,5 YR 3/4 à 2,5 Y 5/2), rugueuse. Enduit brunâtre.

50 12. Lampe

H 3,06 ; l. 6,96 ; Ø fond 4,30.
Éraflures sur le rebord. Une couche de concrétion couvre la lampe.
Des traces de tournage sur le fond externe. Des bavures sur les becs et le fond. Des traces noirâtres de feu sur les becs causées par l’usage de la lampe.
Pâte brun grisâtre sombre à gris clair (2,5 Y 3/2 à 7/1), dure et granuleuse.
Surface brun foncé à brun verdâtre (10 YR 3/3 à 2,5 Y 3/3), rugueuse. Enduit verdâtre.

51 13. Lampe

H 3,06 ; l. 7,40 ; Ø fond 4,12.
Éraflures sur un bec. Une fine couche de concrétion couvre la lampe.
Des bavures au niveau du pied.
Pâte brun rougeâtre foncé à brun grisâtre (5 YR 3/2 à 2,5 Y 5/2), dure et granuleuse.
Surface brun sombre à gris brunâtre clair (7,5 YR 3/2 à 2,5 Y 6/2), rugueuse. Enduit brunâtre.

52 14. Lampe

H 3,47 ; l. 7,94 ; Ø fond 4,57.
Fragmentaire et restaurée. Éraflures sur un bec. Surface écaillée par endroits. Une couche de concrétion couvre la lampe.
Des traces de tournage sur le fond externe. Des traces noirâtres de feu sur un bec causées par l’usage de la lampe.
Pâte brun clair à brun rougeâtre (7,5 YR 6/4 à 5 YR 5/3), dure et granuleuse avec des inclusions blanchâtres.
Surface brunâtre à brun verdâtre (10 YR 4/3 à 2,5 Y 4/4), rugueuse. Enduit verdâtre.

53 15. Lampe

H 3,65 ; l. 10,85 ; Ø fond 4,36.
Éraflures sur le rebord et un bec. Surface écaillée.
Pâte rougeâtre à brun rougeâtre foncé (2,5 YR 4/8 à 5 YR 3/3), assez dure et granuleuse.
Surface brun rougeâtre clair (5 YR 6/4), rugueuse. Enduit blanchâtre.

54 16. Lampe

H 3,30 ; l. 8,90 ; Ø fond 4,97.
Éraflures sur le rebord et un bec. Surface écaillée.
Des traces de tournage sur le fond externe. Des traces noirâtres de feu sur les becs causées par l’usage de la lampe.
Pâte brun foncé à brun grisâtre (7,5 YR 3/2 à 2,5 Y 5/2), dure et granuleuse.
Surface brun verdâtre (2,5 Y 4/3), rugueuse. Enduit verdâtre.

55 17. Unguentarium

H 7,20 ; Ø embouchure 2,30 ; Ø panse 4 ; Ø pied 1,84.
Un fragment de l’embouchure a disparu. Une fine couche de concrétion couvre le vase.
Des irrégularités sur la panse avec des stries de tournage. Des déformations au niveau de l’embouchure et du pied.
Pâte rougeâtre, dure et granuleuse.
Surface brun clair (7,5 YR 6/4), rugueuse. Enduit blanchâtre.

56 18. Unguentarium

H 10,92 ; Ø embouchure 2,18 ; Ø panse 4,74 ; Ø pied 1,28.
Des éraflures au niveau de l’embouchure et du pied. Une fine couche de concrétion couvre le vase.
Des irrégularités sur la panse avec des stries de tournage. Le pied ne favorise pas la stabilité du vase.
Pâte brun rougeâtre (5 YR 4/4), dure et granuleuse avec des inclusions blanchâtres.
Surface brun rougeâtre clair (5 YR 6/3), rugueuse. Enduit blanchâtre.
Bande peinte sur l’épaulement de couleur brun rougeâtre foncé (5 YR 3/4).

57 19. Unguentarium

H 9,60 ; Ø panse 4,40 ; Ø pied 1,50.
L’embouchure a disparu. Une couche de concrétion couvre le vase. Décor mal conservé.
Des irrégularités sur la panse avec des stries de tournage. Le pied ne favorise pas la stabilité du vase.
Pâte rougeâtre à brun rougeâtre (10 R 4/8 à 5 YR 5/4), assez dure et granuleuse.
Surface brun clair (7,5 YR 6/4), peu rugueuse. Enduit brunâtre.
Bande peinte, irrégulière, sur la panse de couleur rougeâtre à brun foncé (10 R 4/6 à 10 YR 3/3).

58 20. Unguentarium

H : 8,04 ; Ø panse 4,10 ; Ø pied 1,48.
L’embouchure a disparu. Surface fortement écaillée. Décor mal conservé.
Des irrégularités sur la panse avec des stries de tournage. Le pied ne favorise pas la stabilité du vase.
Pâte brun rougeâtre clair (5 YR 6/3), friable, poudreuse et granuleuse avec des inclusions blanchâtres.
Surface brun clair à brun pâle (7,5 YR 6/4 à 10 YR 6/3), peu lisse. Enduit brunâtre.
Bande peinte sur l’épaulement de couleur brun foncé
(7,5 YR 3/4).

59 21. Unguentarium

H 10,30 ; Ø panse 4,70 ; Ø pied 1,36.
L’embouchure a disparu. Décor mal conservé.
Des irrégularités sur la panse avec des stries de tournage. Le pied ne favorise pas la stabilité du vase.
Pâte brun rougeâtre clair (2,5 YR 6/3), assez dure, poudreuse et granuleuse avec des inclusions calcaires.
Surface brun clair (7,5 YR 6/3), rugueuse et craquelée. Enduit brunâtre.
Bande peinte, irrégulière, sur la panse de couleur brun foncé (7,5 YR 3/4).

60 22. Unguentarium

H 9,30 ; Ø embouchure 2,28 ; Ø panse 3,84 ; Ø pied 1,60.
Fine couche de concrétion couvrant le vase. Décor mal conservé.
Des irrégularités sur la panse avec des stries de tournage. Le pied ne favorise pas la stabilité du vase.
Pâte brun rougeâtre (5 YR 4/3), dure et granuleuse.
Surface brun rougeâtre clair (5 YR 6/3), rugueuse. Enduit blanchâtre.
Bande peinte sur l’épaulement de couleur brun rougeâtre
(5 YR 4/3).

61 23. Unguentarium

H 8,94 ; Ø panse 4,96 ; Ø pied 1,74.
L’embouchure a disparu. Des fissures sur la panse. Une fine couche de concrétion couvre le vase.
Des irrégularités sur la panse avec des stries de tournage. Le pied ne favorise pas la stabilité du vase.
Pâte brun rougeâtre à brun clair (5 YR 4/3 à 7,5 YR 6/3), peu dure, granuleuse, crevassée avec des inclusions blanchâtres.
Surface brun clair (7,5 YR 6/4), peu rugueuse. Enduit blanchâtre.

62 24. Aiguille en alliage cuivreux

63L 10,34 ; ép. 0,20/0,32.
Corrosion dans la partie centrale de la tige.
Mars 2019

Haut de page

Bibliographie

Acquaro E., 1981, « Tharros-VII. Lo scavo del 1980 », RStudFen IX, 1, p. 43-55.

Akkari-Weriemmi J., 2004, « Le paysage funéraire libyco-punique de l’île de Djerba : les caveaux de Mellita, REPPAL XIII, p. 5-33.

Asheri D., Lloyd A., Corcella A., 2007, A Commentary on Herodotus Books I-IV, Edited by O. Murray and A. Moreno, with a contribution by M. Brosius. Translated by B. Graziosi, M. Rossetti, C. Dus, V. Cazzato, Oxford.

Bartoloni P., 2000, « La ceramica punica della necropoli di Tuvixeddu : tipologia e cronologia », dans Tuvixeddu : la necropoli occidentale di Karales, Atti della tavola rotonda internazionale La necropoli antica di Karales nell’ambito medi­terraneo, Cagliari, 30 novembre – 1 dicembre 1996, Cagliari, p. 43-67.

Bechtold B., 2010, « The Pottery Repertoire from Late 6th – Mid 2nd Century BC Carthage, Observa­tions based on the Bir Messaouda Excavations », Carthage Studies 4, p. 1-82. https://www.academia.edu/4313728

Benichou-Safar H., 1982, Les tombes puniques de Carthage. Topographie, structures, inscriptions et rites funéraires, Paris (Études d’Antiquités Africaines).

Benoit F., 1961, Fouilles sous-marines : l’épave du Grand Congloué à Marseille (Gallia Suppl. 14), Paris.

Ben Jerbania I., 2005, Les lampes antiques de la Tunisie de la fondation de Carthage au début de l’empire romain, thèse de troisième cycle, Aix-en-Provence.

Ben Jerbania I., 2008, « Les lampes phénico-puniques dans la Méditerranée Occidentale du VIIIe s. au début du IVe s. av. J.-C. », REPPAL XIV, p. 15-45.

Ben Tahar S., Fersi L., 2009, « Gigthis et Carthage du Ve s. au milieu du IIe s. av. J.-C. : les enseignements céramiques », Carthage Studies 3, p. 75-124.

Ben Younes H., 1986, « La nécropole punique d’El Hkayma. Mai 1984 », REPPAL II, p. 31-172.

Ben Younes H., 1988, « La nécropole punique d’El Hkayma. Seconde campagne. Septembre 1985 », REPPAL IV, p. 49-160.

Ben Younes H., 1995, « La Tunisie », dans V. Krings (éd.), La civilisation phénicienne punique. Manuel de Recherche, Leyden-New York, (Handbuch der Orientalistik, 20), p. 796-827.

Ben Younes H., Ghaki M., 1987, « Chroniques fouilles et rapports : Sahel et Cap Bon », REPPAL III, p. 265-266.

Ben Younes H., Sghaïer Y., 2018, Lepti Minus (Lamta) : une expression de la culture libyphénicienne. Les nécropoles puniques, la céramique, Tunis. https://www.academia.edu/36373441

Bonifay M., et alii 2002-2003, Bonifay M., Capelli C., Martin T., Picon M., Vallauri L., « Le littoral de la Tunisie, Étude géoarchéologique et historique (1987-1997). La céramique », AntAfr 38-39, p. 125-202. https://www.persee.fr/doc/antaf_0066-4871_2002_num_38_1_1355

Bussière J., Rivel J.-C., 2012, Lampes antiques de Méditerranée. La collection Rivel, Oxford, (BAR Int. S., 2428). https://sites.google.com/site/insirestpo/lampes-antiques-de-mediterranee-la-collection-rivel-ccvcgl

Byrsa I, 1979, S. Lancel (dir.), Mission archéologique française à Carthage, 1. Rapports préliminaires des fouilles (1974-1976), Rome, (CÉFR 41/1). https://www.persee.fr/doc/efr_0000-0000_1979_arc_41_1

Byrsa II, 1982, S. Lancel (dir.), Mission archéologique française à Carthage, 1. Rapports préliminaires des fouilles (1977-1978), Rome, (CÉFR 41/2).

Camerata Scovazzo R., Castellana G., 1998, « Scavi nell’area dei Vivai Gitto (1980) », dans Palermo punica (Museo archeologico regionale Antonino Salinas, 6 dicembre 1995 – 30 settembre 1996), Palermo, p. 196-237.

Camps G., 1961, Aux origines de la Berbérie. Monuments et rites funéraires protohistoriques, Paris.

Chelbi F., 1972, « Céramique à vernis noir de la Rabta », Latomus XXXI, 2, p. 369-378.

Chelbi F., 1992, Céramique à vernis noir de Carthage, Tunis.

Chelbi F., 1995, « L’archéologie sous-marine », dans La Tunisie, carrefour du monde antique, Les dossiers de l’Archéologie 200, p. 128-133.

Chelbi F., 2008, « Céramique à vernis noir de Henchir Ghayadha : remarques sur les productions africaines à vernis noir », AntAfr 44, p. 229-240. https://www.persee.fr/doc/antaf_0066-4871_2008_num_44_1_1477

Cintas P., 1950, Céramique punique, Paris, (Publications de l’Institut de hautes études de Tunis, 3).

Cintas P., Gobert E.G., 1939, « Les tombes puniques de Djebel Mlezza », Revue Tunisienne, p. 135-198.

Cuadrado E., 1977-1978, « Ungüentarios cerámicos en el mundo ibérico. Aportación cronológica », AEA 50-51, p. 389-404.

De Jonghe M., de Larminat S. 2018, « À propos d’un cas de procubitus du VIIe s. av. n. è. dans la nécropole phénicienne d’Utique (Tunisie) », dans Nizzo V., (dir.), Archeologia e antropologia della morte. Atti del 3° Incontro Internazionale di Studi di antropologia e archeologia a confronto, Roma, École Française de Rome, Stadio di Domiziano, 20-22 maggio 2015, Roma, p. 491-506. https://www.academia.edu/37339180

Dictionnaire 1992, Dictionnaire de la civilisation phénicienne et punique, E. Lipiński (éd.) Turnhout.

Di Stefano C.A., 1993, Lilibeo punica, Marsala.

Di Stefano C.A., 2009, La necropoli punica di Palermo. Dieci anni di scavi nell’area della caserma Turköry, Pisa, Roma (Biblioteca di Sicilia antiqua, 4).

Fantar M., 1997, « Note préliminaire sur une tombe libyco-punique aux îles Kerkenna (Tunisie) », AntAfr 33, p. 75-80. https://www.persee.fr/doc/antaf_0066-4871_1997_num_33_1_1266

Fantar M., 2002, Recherches sur l’architecture funéraire punique du Cap Bon, Roma, (Biblioteca di Storia della scienza, 42).

Fehri N., 2011, « La palmeraie des îles Kerkennah (Tunisie), un paysage d’oasis maritime en dégradation : déterminisme naturel ou responsabilité anthropique ? », Physio-Géo 5, p. 167-189. https://journals.openedition.org/physio-geo/2011

Gallet de Santerre H., Slim L., 1983, Recherches sur les nécropoles puniques de Kerkouane, Tunis.

Ghalia T., 1999, « Mosaïques romaines de Borj El-Lahsar, îles de Kerkenna, Tunisie », CMGR VII, 1, Tunis, p. 177-180.

Gsell S., 1894, « Chronique africaine. Archéologie et histoire ancienne. Année 1893 », Revue africaine, Bulletin de la Société Historique Algérienne 212-213, p. 109-233.

Hellmann M.-C., 1987, Lampes antiques de la Bibliothèque nationale, II. Fonds général : lampes pré-romaines et romaines, Paris.

Kolendo J., 1984, « Le rôle économique des îles Kerkena au premier siècle avant notre ère, (à propos du Bell. Afr. VIII et XXXIV) », BCTH 17B, p. 241-249.

Lamboglia N., 1952, « Per una classificazione preliminare della ceramica campana », dans Atti del I Congresso di Studi Liguri (1950), Bordighera, p. 140-206.

Lattara 6, 1993, M. Py (dir.), Dictionnaire des céramiques antiques (VII e  s. av. n. è. – VII e  s. de n. è.) en Méditerranée occidentale, Lattes (Lattara : mélanges d’histoire et d’archéologie de Lattes, 6).

Lipiński E., 2015, Peuples de la mer, Phéniciens, Puniques. Études d’épigraphie et d’histoire méditerranéenne, Leuven-Paris-Bristol, (Studia Phoenicia, XXI ; Orientalia Lovaniensia Analecta, 237). http://playtherapykorea.org/peuples-de-la-mer-pheniciens-puniques-etudes-d-epigraphie-et-d-histoire-mediterraneenne-pdf/

Maraoui-Telmini B., 2006, « Étude d’une sélection de la céramique des US 2 et 11 de la fouille du terrain Boudhina (Carthage) », CEDAC 22, p. 31-53. https://www.academia.edu/28719927

Mlasowsky A., 1993, Die antiken Tonlampen im Kestner-Museum Hannover, Hannover, (Kestner-Museum Hannover. Sammlungskataloge, 8).

Morel J.-P., 1981, Céramique campanienne : les formes, Rome, (BÉFAR 244).

Munsell A. H., 1975, Munsell Soil Color Charts, Baltimore.

Oziol T., 1977, Les lampes du musée de Chypre, Paris, (Salamine de Chypre, VII).

Sagona C., 2002, The Archaeology of Punic Malta, Louvain, (Ancient Near Eastern Studies, Supplement 9).

Scodino M. A., 2008, « La ceramica punica del Museo Archeologico Nazionale “Giovanni Antonio Sanna” di Sassari », Sardinia, Corsica et Baleares Antiquae VI, p. 41-77.

Sghaïer Y., 2012, La nécropole punique d’El Mansourah à Kélibia (Cap Bon – Tunisie). Architecture, pratiques et mobiliers funéraires, thèse de troisième cycle, Université de Tunis.

Sznycer M., 1972-73, « Antiquités et épigraphie nord-sémitiques », AEHE, p. 145-160. https://www.persee.fr/doc/ephe_0000-0001_1971_num_1_1_5591

Tamburello I., 1967, « Palermo – Necropoli : l’esplorazione 1953-1954 », NSA, p. 354-378.

Trousset P., 2005, « Kerkena / Kerkennah », dans Encyclopédie berbère 27, Aix-en-Provence, p. 4159-4166.

Vegas M., 1999, « Phöniko-punische Keramik aus Karthago », dans F. Rakob (éd.), Karthago, III. Die deutschen Ausgrabungen in Karthago, Mainz-am-Rhein, p. 93-219.

Haut de page

Notes

1 Chez Hérodote, Histoires, IV. CXCV, Kerkennah est nommée Kyrauis. Dictionnaire 1992, Kerkenna, p. 245. Il faudrait rappeler l’existence d’avis contraires sur l’identification de Kerkennah avec l’île Kyrauis d’Hérodote (Gsell 1894, p. 112) ou bien croire à une confusion avec Djerba (Asheri, Lloyd, Corcella 2007, p. 717. Lipiński 2015, p. 99).

2 Chelbi 1995, p. 132-133.

3 Ghalia 1999.

4 Bonifay et alii 2002-2003, p. 176 et fig. 23 ; Trousset 2005, p. 4159-4160. Des usines de salaison ou seulement des cuves sont attestées sur l’île Chergui, ainsi que sur l’île de Mellita.

5 Contrairement aux citernes et carrières antiques fréquentes sur les îles Kerkennah, le site de Borj El Hasar présente « des ruines étendues [qui] suggèrent une polarisation urbaine » (Trousset 2005, p. 4161).

6 Dans son commentaire, suite à la présentation de Jerzy Kolendo (1984, p. 249), Ammar Mahjoubi signale la présence d’un nombre considérable de fragments de céramique à vernis noir sur le site de Borj El Hasar. Le constat de la présence de témoins d’époque punique a été avancée dans une étude consacrée à la céramique d’un programme de prospection du littoral tunisien (Bonifay et alii 2002-2003, p. 128).

7 Fantar 1997, p. 75.

8 Fantar 1997, p. 78. Il s’agit d’un skyphos importé de facture siciliote ainsi que d’un second probablement produit à Carthage. L’absence d’illustration limite notre tentative de comparaison avec les exemplaires de la tombe de Mellita (voir infra nos 3 et 6).

9 Akkari-Weriemmi 2004, p. 6. Bien que ce travail intéresse la Mellita de Djerba, la démarche adoptée pour la question de la toponymie est valable pour la Mellita des îles Kerkennah. L’auteur n’a pas manqué de signaler la ressemblance entre les deux, voir note 11.

10 Ben Younes 1995, p. 806.

11 La fouille a eu lieu entre le 17 et 19 juillet 1991, par les professeurs Habib Ben Younes et Mansour Ghaki. Le forage d’un puits par le propriétaire de la parcelle a détruit le plafond de la tombe qui se trouvait à plus de quatre mètres de profondeur. Malgré les risques, compte tenu de l’état du terrain, la fouille a permis de sauvegarder les éléments du mobilier funéraire.

12 Mes remerciements s’adressent au professeur Habib Ben Younes (directeur de recherche à l’Institut National du Patrimoine, Tunisie) pour m’avoir autorisé à étudier cette tombe ainsi que pour ses conseils et la relecture du présent texte. J’exprime ma reconnaissance également au professeur Fathi Bejaoui (directeur de recherche à l’Institut National du Patrimoine, Tunisie), pour les questions, propositions et corrections.

13 Fehri 2011, fig. 10.

14 Mes remerciements s’adressent à Sonia Jerbi, responsable de la gestion des archives du laboratoire photographique de Carthage, pour les facilités et la disponibilité.

15 Il s’agit d’une vue de l’intérieur de la chambre funéraire. Il nous est difficile d’affirmer l’emploi d’un liant entre les deux dalles de fermeture.

16 Fantar 1997, p. 77.

17 Ben Younes 1995, p. 803.

18 Il s’agit de la tombe d’El Bania. Ben Younes, Ghaki 1987, p. 265.

19 Tombe 73, nécropole d’Areg El Ghazouani ; tombes 4 et 9, nécropole de Ksar Saad à Korba (Fantar 2002, p. 98-99).

20 Je tiens à remercier Fatma Touj, doctorante (Université de Tunis – Università degli studi di Napoli – L’Orientale), pour les conseils et discussions suite à la consultation des documents photographiques de la fouille de cette tombe.

21 De Jonghe, de Larminat 2018, p. 498-499.

22 Le traitement de ces éléments a eu lieu dans le laboratoire de conservation et restauration des biens culturels de l’Institut National du Patrimoine. J’exprime ma reconnaissance à Mohamed Badi Bidouh, responsable du laboratoire et Olfa Dammak, conservateur conseiller du patrimoine, pour l’efficacité et l’engagement.

23 Di Stefano 2009, n° 56, p. 168.

24 Lamboglia 1952, forme 43, p. 190-191 ; Morel 1981, série 4343, pl. 129 et p. 308.

25 Chelbi 1992, nos 452 à 459.

26 Di Stefano 1993, fig. 36-1 et p. 43.

27 Morel 1981, p. 305, type 4311a.

28 Lattara 6, AT-VN 303-329, p. 121.

29 Chelbi 1992, n° 464.

30 Camerata Scovazzo, Castellana 1998, VG 14, p. 202 et 284.

31 Di Stefano 1993, fig. 36-2.

32 Benoît 1961, pl. V-a1 et b1, p. 81 ; Morel 1981, série 3131, pl. 87 et p. 249-250.

33 Chelbi 1992, nos 272 à 296 et p. 49. La plupart des parallèles à Carthage sont en campanienne A.

34 Di Stefano 1993, fig. 34 -4.

35 Chelbi 1992, p. 47-48.

36 Lamboglia 1952, forme 49, p. 195 ; Benoît 1961, pl. V-b3, p. 81 ; Morel 1981, série 3311, pl. 91 et p. 257.

37 Chelbi 1992, nos 222 à 268.

38 Di Stefano 1993, pl. XXXIV-5.

39 Morel 1981, série 3421, pl. 93 et p. 260.

40 Chelbi 1992, nos 302 et 303.

41 Benoît 1961, pl. V-a3.

42 Lamboglia 1952, forme 40-F, p. 187-188 ; Morel 1981, série 3541, pl. 102 et p. 271.

43 Di Stefano 1993, fig. 34-5 et pl. XXXIV-7.

44 Des affinités sont à noter avec la forme de quelques canthares de production de l’Etrurie méridionale (Morel 1981, série 3721, pl. 113 et p. 283).

45 Mlasowsky 1993, n° 2, p. 21 ; Ben Jerbania 2005, type F 1242a 1, pl. VII.

46 Ben Jerbania 2005, p. 95-96.

47 Acquaro 1981, THT 80/7, pl. XIII et p. 51.

48 Sagona 2002, fig. 346, n° 35, Form IV : 1a, p. 666.

49 Hellmann 1987, n° 2, pl. I ; Ben Jerbania 2008, type F 1241a 1, pl. VI, p. 45 ; Bussière, Rivel 2012, type I. B. 1, p. 9 et n° 10, p. 58-59.

50 Ben Jerbania 2008, p. 37.

51 Sagona 2002, fig. 347, n° 18, Form IV-V : 1b, p. 667.

52 Mlasowsky 1993, n° 1, p. 21 ; Ben Jerbania 2005, type F 1264a 1, pl. X.

53 Di Stefano 1993, fig. 40, n° 5.

54 Sagona 2002, fig. 346, n° 36, Form IV : 1b, p. 666.

55 Oziol 1977, n° 37, pl. 3 et p. 25.

56 Cintas 1950, pl. II, n° 29 et p. 65-66 ; Cuadrado 1977-78, groupe A, formes I, III et IV, p. 26 ; Lattara 6, UNGUENT A1 et A2, p. 581 ; Vegas 1999, forme 39, pl. 75, 1, p. 172.

57 Scodino 2008, nos 86 et 87, fig. 9, p. 61-62 et note 174.

58 Byrsa II, fig. 167, A. 177. 14 et 15, p. 132.

59 Sghaïer 2012, p. 274-278.

60 Cintas, Gobert 1939, fig. 57, p. 179 ; Gallet de Santerre, Slim 1983, pl. XXI, fig. 4 et pl. XXVI, fig. 7.

61 Ben Younes, Sghaïer 2018, nos 310, 311 et 313, p. 88-89.

62 Ben Younes 1988, T B / 17, pl. XXXVIII, p. 157.

63 Tamburello 1967, fig. 28, p. 375 (deuxième vase).

64 Di Stefano 1993, fig. 4, n° 8.

65 Bartoloni 2000, fig. 3, 23, p. 61.

66 Sagona 2002, Form IV : 2a, p. 666.

67 Cintas 1950, pl. II, n° 31 ; Cuadrado 1977-1978, fig. 5, 2, groupe C, forme II ; Lattara 6, UNGUENT C2, p. 584 ; Vegas 1999, forme 39, pl. 75, 5 et 7, p. 172.

68 Byrsa I, fig. A. 148. 2, p. 208 ; Byrsa II, fig. 167 d, A. 177. 13, p. 132 ; Maraoui-Telmini 2006, fig. 2 – a et c, p. 41. Bechtold 2010, fig. 23-3, p. 42.

69 Sghaïer 2012, p. 272-273. La fouille de la tombe B 1 a mis au jour 129 unguentaria fusiformes.

70 Cintas, Gobert 1939, fig. 59, p. 179.

71 Ben Younes 1995, type 3, pl. 9, p. 136.

72 Ben Younes 1986, tombe 1, chambre 2, n° 3, pl. XLIV, p. 155.

73 Ben Taher, Fersi 2009, nos 45 et 46, fig. 5-2 et 3 ; fig. 13-2 et 3.

74 Ben Younes, Sghaïer 2018, p. 72-78.

75 Ben Younes, Sghaïer 2018, p. 39-40. La tombe 27 à Henchir Methkal a gardé un témoignage exceptionnel : il s’agit d’un autel construit devant la baie d’accès, après fermeture de la chambre funéraire, qui a conservé des traces de feu, et de 14 unguentaria.

76 Cette pratique est identifiée surtout dans la nécropole punique d’El Mansourah (Sghaïer 2012, p. 203-209). Sur l’ensemble de 761 vases et fragments de céramique les unguentaria sont au nombre de 401, quatre-vingt-dix exemplaires ont été étêtés.

77 Sghaïer 2012, p. 207. Le geste du bris de vase est loin d’être une réponse à des exigences matérielles telles des problèmes de pestilence des chambres funéraires mais il s’agit plutôt d’un geste rituel. Il est légitime de penser qu’on a eu recours à ces fioles afin de combattre des odeurs fétides, surtout à cause des anciennes inhumations à l’intérieur de l’espace sépulcral, mais il est à noter que la présence des unguentaria ne dépend ni du mode de sépulture, ni du nombre de sujets inhumés dans une chambre funéraire. Dans les tombes 1, 11, 14 et 15 d’El Mansourah à Kélibia, le bris d’unguentaria a été attesté dans des chambres inoccupées.

78 Di Stefano 1993, p. 34.

79 Benichou-Safar 1982, p. 264-265 ; Camps 1961, p. 526-527.

80 Fehri 2011, p. 186. L’auteur rapporte qu’en 2002, sur l’île Chergui au nord du village El Abbassia, et suite à l’ouverture d’une carrière de grès, il a remarqué l’existence de tombes antiques, et il ajoute que Fethi Chelbi, suite à une expertise de terrain, a identifié le secteur comme étant une nécropole punique. Les travaux d’extraction ont rendu le site inexploitable. Une dernière remarque concernant cette information intéresse le toponyme, le nom de la carrière est « El Kbour », signifiant « les tombes » en arabe.

81 Ben Younes, Sghaïer 2018, p. 103-104.

82 L’étude de cette nécropole est en cours.

83 Chelbi 2008, p. 233, note 37.

84 Kolendo 1984, p. 247 et note 36. D.S. V, 12, 4.

85 Kolendo 1984.

86 La céramique punique est attestée sur le front de mer en face des ruines de Borj El Hasar (Trousset 2005, p. 4161).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Carte des îles Kerkennah
Légende Y. Sghaïer d’après les cartes de Sfax et des îles Kerkennah. Échelle 1 : 200 000. Feuilles NI-32-XVII et NI-32-XVIII.
Crédits Office de la Topographie et du Cadastre, 1987.
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/1141/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre Fig. 2 : Croquis du plan de la chambre funéraire
Crédits Y. Sghaïer
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/1141/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Titre Fig. 3 : Fermeture des auges sarcophages
Crédits Y. Sghaïer
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/1141/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 471k
Titre Fig. 4a : Vue de l’intérieur de la chambre funéraire
Crédits Archives de l’Institut national du Patrimoine, Tunisie
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/1141/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Fig. 4b : Vue de l’intérieur de la chambre funéraire
Crédits Archives de l’Institut national du Patrimoine, Tunisie
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/1141/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Fig. 5 : L’auge sarcophage gauche avec le deuxième et le dernier inhumé
Crédits Archives de l’Institut national du Patrimoine, Tunisie
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/1141/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 6 : Le premier occupant de l’auge sarcophage gauche
Crédits Archives de l’Institut national du Patrimoine, Tunisie
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/1141/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Fig. 7 : Les deux squelettes à l’intérieur de l’auge sarcophage droite
Crédits Archives de l’Institut national du Patrimoine, Tunisie
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/1141/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 8 : Céramique à vernis noir
Crédits Y. Sghaïer
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/1141/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 484k
Titre Fig. 9 : Les lampes
Crédits Y. Sghaïer
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/1141/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 673k
Titre Fig. 10 : Les unguentaria
Crédits Y. Sghaïer
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/1141/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 310k
Titre Fig. 11 : l’aiguille en alliage cuivreux
Crédits Y. Sghaïer
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/1141/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yamen Sghaïer, « Une tombe punique à Mellita (Îles Kerkennah – Tunisie) »Antiquités africaines, 55 | 2019, 53-69.

Référence électronique

Yamen Sghaïer, « Une tombe punique à Mellita (Îles Kerkennah – Tunisie) »Antiquités africaines [En ligne], 55 | 2019, mis en ligne le 24 avril 2020, consulté le 02 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/antafr/1141 ; DOI : https://doi.org/10.4000/antafr.1141

Haut de page

Auteur

Yamen Sghaïer

Chargé de recherche à l’Institut national du Patrimoine, Tunisie

Haut de page

Droits d’auteur

Antiquités africaines

Haut de page
  • Logo Centre Camille Jullian
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Logo CNRS Éditions
  • OpenEdition Journals