Navigation – Plan du site

Le site antique de Guellala (Jerba) de la prospection à l’étude archéologique

Sami Ben Tahar
p. 71-95

Résumés

Les prospections menées au cours de l’année 2018 sur le site antique de Guellala/Haribus (Jerba) ont permis de mettre au jour une riche documentation archéologique s’étalant entre le v e s. av. J.-C. et la deuxième moitié du vii e s. apr. J.-C. De par son emplacement au sud du golfe de Boughrara et étant sur la route maritime qui mène vers la Tripolitaine, ce site était très ouvert sur le commerce méditerranéen comme en témoignent les céramiques importées aussi bien de l’Afrique que d’ailleurs. Ces marchandises arrivaient à Guellala à travers un port qui vient d’être localisé. Sa nécropole romaine mal conservée est aujourd’hui connue à travers deux tombes taillées dans l’argile : une intacte qui a été fouillée en 2014 et une autre complètement pillée.

Haut de page

Dédicace

À la mémoire de J. Nacef

Texte intégral

1. Introduction

  • 1 Tissot 1884, p. 201-202.
  • 2 Apud Slim et alii 2004, p. 102 : Tab. Peut., (...)

1Dans son livre intitulé Géographie comparée de la Province romaine d’Afrique, Ch. Tissot avait proposé d’identifier l’antique site de Guellala (fig. 1) avec la localité de Haribus 1, une des quatre villes romaines signalées dans l’île de Jerba par la Table de Peutinger 2.

Fig. 1 : Guellala

Fig. 1 : Guellala

Carte de situation (1 : 200 000e). Feuille Gabes, Zarzis, Sidi Toui et Tataouine, nouvelle édition

Office de la Topographie et de la Cartographie, Tunis, 1979.

  • 3 C’est l’actuel nom du site antique de Guellala.

2Si l’explication avancée par ce célèbre explorateur français peut nous paraître du moins convaincante, sinon séduisante, on en est encore loin d’en dire davantage sur l’histoire et le statut de cette agglomération urbaine à l’époque romaine, dont l’origine libyco-punique ne laisse aucun doute. Il suffit de se rendre sur le lieu pour constater l’énorme quantité de matériel préromain aussi bien local qu’importé qui couvre l’estran de Henchir el Khaway 3.

  • 4 Slim et alii 2004, p. 102.
  • 5 Fentress 2009, p. 81, fig. 6.8.

3Quant à la documentation écrite afférente à ce site, nous devons l’essentiel de nos connaissances aux brèves données recueillies dans une notice consacrée à Guellala dans le cadre des prospections du littoral tunisien 4. Ajoutons à celle-ci la publication venue couronner les recherches tuniso-américaines à Jerba qui se sont déroulées de 1996 à 1999. De tels travaux ont permis à la fois de délimiter le site dont la superficie, hors les vestiges submergés, dépasse les 50 hectares, et de dresser un relevé à main levée où sont localisées les différentes ruines 5, ce qui donne d’ores et déjà un premier aperçu sur l’organisation et la répartition générale de l’espace à l’époque antique. Bien qu’incomplet, il s’agit là d’un outil de travail utile.

  • 6 Société Tunisienne de Distribution des Eaux. Ces travaux consistent dans le creusement d’un aquedu (...)

4En avril 2006, des travaux publics entrepris par la SONEDE à l’intérieur du site 6 ont mis au jour d’une façon inopinée plusieurs éléments d’architecture, à savoir une colonne en cipolin vert, des blocs en grand appareil parfaitement équarris, des éléments de corniche et des tambours de colonne taillés dans du grès calcaire blanc de la région, outre un fragment d’une inscription latine (une dédicace provenant d’un temple dédié au culte impérial) et de statuaire. Tout ce matériel, entreposé aujourd’hui dans le dépôt municipal de Guellala, appartenait naguère à des monuments publics romains sis au centre urbain de cette ville dont on ignore toujours le statut juridique.

5La prospection que nous avons conduite sur ce site au courant de l’année 2018 avait pour objectif de recenser les vestiges antiques de cette agglomération urbaine, du moins ce qu’il en reste, afin de mieux comprendre l’organisation spatiale y afférente. Pour ce faire, nous avons procédé à un ramassage sélectif des céramiques les mieux conservées à l’intérieur du site, que nous avons divisé en quatre grandes zones. Le nombre total des fragments que nous avons inventoriés s’élève à 553 individus dont 66 sont amorphes. La zone I correspond à l’aire qui se situe au sud de la voie moderne MC 117 ; la zone II couvre, quant à elle, la partie se trouvant au nord de cette route ; la zone III correspond à un monticule archéologique préhistorique ; enfin, la zone IV correspond à la nécropole (fig. 2a).

Fig. 2a : Guellala. Organisation spatiale : vestiges terrestres

Fig. 2a : Guellala. Organisation spatiale : vestiges terrestres

Google earth. Sami Ben Tahar

Fig. 2b : Guellala. Port

Fig. 2b : Guellala. Port

Cliché S. Ben Tahar

6À travers une étude typo-chronologique du matériel céramique recueilli dans ces différents secteurs nous avons essayé d’établir une sorte de « stratigraphie horizontale » afin de saisir la manière dont ce sol a été occupé et utilisé des origines jusqu’à l’abandon.

2. Du littoral à l’intérieur des terres : l’organisation spatiale

  • 7 Slim et alii 2004, p. 17.

7Avec sa côte basse et « ses falaises vives taillées dans des argiles gypseuses rouges du mio-pliocène » 7, Guellala correspond parfaitement aux traits morphologiques caractéristiques du golfe de Gabès.

2.1 Le secteur punique : le rivage

8Le rivage actuel a été densément occupé dans l’antiquité comme le laissent voir les vestiges superposés, par ailleurs fortement érodés par les vagues, qui ont taillé une coupe assez haute et bien nette à travers laquelle on peut lire toute une stratigraphie allant de l’époque punique jusqu’à la période romaine (fig. 3).

Fig. 3 : Vestiges antiques érodés en bord de mer

Fig. 3 : Vestiges antiques érodés en bord de mer

cliché S. Ben Tahar

  • 8 Le mot « Khaway » pourrait être traduit par « dépression ». Il ne s’agit ici que d’une hypothèse q (...)
  • 9 Ces vestiges, que nous avons reconnus lors d’une plongée en compagnie de M. Abderrazak Bechikh que (...)

9En plus de l’avancée de la mer, le site antique de Guellala aurait été soumis à une subsidence forte ou affaissement, dont le toponyme arabe « El Khaway » garderait le souvenir 8. Les vestiges in situ submergés, situés à plusieurs dizaines de mètres de la côte actuelle, témoignent d’un déplacement spectaculaire de la ligne de rivage 9.

  • 10 Pour les grands changements du littoral de la Petite Syrte dans l’antiquité, voir Slim (...)
  • 11 Apud Prevost 2008, p. 245-248.

10Le paysage antique du site a dû, par conséquent, être bien différent par rapport à celui d’aujourd’hui. Une telle constatation rejoint la remarque pertinente de P. Trousset à propos de la configuration changeante de la Petite Syrte d’une manière générale, dont les causes sont à chercher dans l’érosion de la côte et l’élévation du niveau de la mer 10. Aux nombreux exemples cités par ce savant, j’ajouterai, pour étayer ses dires, le cas emblématique de la mystérieuse île de Zīzu, citée par le géographe arabe Al Idrissi 11.

  • 12 Un tel type de pauimentum punicum est déjà attesté à Henchir Bourgou dans un contexte allant du iv(...)
  • 13 Slim et alii 2004, p. 102.

11Parmi les vestiges reconnaissables sur le littoral il faut signaler une mosaïque fragmentaire en opus signinum 12 et une partie d’« une cuve de forme irrégulière » 13 en mauvais état de conservation, faisant partie d’un édifice punique à vocation probablement économique (une fabrique de pourpre ou de garum associée à des entrepôts ?).

Fig. 4 : Matériel céramique du secteur punique : le rivage. Amphores

Fig. 4 : Matériel céramique du secteur punique : le rivage. Amphores

1 : amphore punique de type Ramón T-4.2.1.5 ; fragment de bord ; pâte KTS ; production carthaginoise (inv. HK.0.31). 2 : amphore punique de type Ramón T-4.2.1.5 ; fragment de bord ; pâte KTS ; production carthaginoise (inv. HK.0.15). 3 : amphore punique de type Ramón T-4.2.1.5 ; fragment de bord ; pâte KTS ; production carthaginoise (inv. HK.0.16). 4 : amphore punique de type Ramón T-4.2.1.5 ; fragment de bord ; pâte KTS ; production carthaginoise (inv. HK.0.23). 5 : amphore punique de type Ramón T-4.2.1.5 ; fragment de fond ; pâte KTS ; production carthaginoise (inv. HK.0.33). 6 : amphore punique de type Ramón T-5.2.3.1 ; fragment de fond ; pâte KTS ; production carthaginoise (inv. HK.0. 48). 7 : amphore punique de type Ramón T-7.4.3.1 ; fragment de bord ; pâte orangée riche en quartz fin ; surface extérieure verdâtre ; production carthaginoise (inv. HK.0.5). 8 : amphore punique de type Ramón T-7.4.2.1 ; fragment de bord ; pâte à moitié orangée, à moitié verdâtre, production carthaginoise (inv. HK.0.2). 9 : amphore punique de type Ramón T-3.2.1.2 ; fragment de bord ; pâte orangée riche en quartz ; production carthaginoise (inv. HK.0.35). 10 : amphore de tradition punique de type Sabratha 9k ; fragment de bord ; pâte orangée, fine ; surface extérieure verdâtre ; production locale (inv. HK.0.3). 11 : amphore de tradition punique de type Sabratha 9k ; pâte rouge fine ; surface extérieure jaunâtre ; production locale (inv. HK.0.4). 12 : amphore de tradition punique de type Sabratha 9d ; pâte rouge orangé fine un peu micacée ; surface extérieure verdâtre ; production locale (inv. HK.0.6). 13 : amphore de tradition punique de type Ramón T-7.4.1.1 ; pâte grisâtre à cœur rouge brun, production de Tripolitaine de l’Est (inv. HK.0.13). 14 : amphore africaine de type Tripolitaine I /Sabratha 16a ; pâte gris verdâtre à cœur rouge brun ; surface extérieure verdâtre ; production tripolitaine (inv. HK.0.40). 15 : amphore italique de type Lamboglia 2 ; fragment de bord ; pâte beige riche en chamotte ; production de l’Adriatique (inv. HK.0.8). 16 : amphore hispanique ; fragment de bord ; pâte grisâtre à cœur orangé, très grenue, riche en points blancs et grisâtre ; micacée ; production hispanique (inv. HK.0.7). 17 : amphore hispanique de type Dressel 9 ; production de Bétique (inv. HK.0.19).

dessins S. Ben Tahar

Fig. 5 : Matériel céramique du secteur punique : le rivage. Céramiques à vernis noir

Fig. 5 : Matériel céramique du secteur punique : le rivage. Céramiques à vernis noir

1 : céramique attique à vernis noir ; fragment de pied d’un plat à poisson de type Lamboglia 23 (inv. HK.0.32). 2 : céramique attique à vernis noir ; fragment de bord d’un bol de type incurving rim (inv. HK.0.43). 3 : céramique attique à vernis noir ; fragment de bord d’un bol de type saltcellar : footed (inv. HK.0.30). 4 : céramique à vernis noir italique ; fragment de bord d’un bol de type Lamboglia 27 ; production de l’atelier des Petites Estampilles (inv. HK.0. 46). 5 : céramique campanienne A ; fragment de bord d’une assiette de type Lamboglia 36 (inv. HK.0. 47). 6 : céramique campanienne A ; fragment de bord d’un plat de type Lamboglia 55 (inv. HK.0.29). 7 : céramique campanienne A ; fragment de fond d’un bol ; feuilles et guillochures sur le fond interne (inv. HK.0.45). 8 : céramique à vernis noir punique ; bol de type Lamboglia 31b/M.2950 ; pâte beige chamois ; filet peint en blanc à l’intérieur de la paroi sous le bord ; deux cercles peints avec la même couleur sur le fond interne ; production indéterminée. 9 : céramique à vernis noir punique ; fragment de bord d’un plat de type rilled rim ; pâte grise micacée ; production locale (inv. HK.0.44). 10 : céramique à vernis noir punique ; fragment de bord d’un plat de type Lamboglia 5/7 ; pâte grise mal épurée ; vernis complètement effacé ; production locale (HK.0.12).

dessins S. Ben Tahar

  • 14 L’hypothèse de l’existence d’une fabrique de pourpre ou de garum a été déjà émise par P. Trousset  (...)

12Notre identification hypothétique 14 repose sur deux constats : d’abord, l’abondance d’amphores commerciales locales et importées, de surcroît bien conservées, associées à des céramiques à vernis noir (fig. 4 et 5) ; ce qui laisse supposer que l’on a affaire, du moins en partie, à des bâtiments économiques ou à des pièces de stockage ou d’entrepôts en rapport avec les activités maritimes du site. Ensuite, le dépotoir repéré au sud-est du site attenant à la ligne de rivage actuelle, qui consiste en un amas de murex pilé mélangé exclusivement à de la céramique, confirme a priori notre hypothèse.

Fig. 6 : Matériel céramique du secteur punique : le rivage. Céramiques communes

Fig. 6 : Matériel céramique du secteur punique : le rivage. Céramiques communes

1 : céramique commune africaine ; fragment de bord d’une marmite de type Sabratha 36 ; pâte rouge orangé fine ; production locale (inv. HK.0.22). 2 : céramique commune de tradition punique ; fragment de bord d’un bassin de type Vegas 54 ; pâte rouge à orangé ; surface extérieure verdâtre ; production locale (inv. HK.0.9). 3 : céramique commune de tradition punique ; fragment de bord d’un bassin de type Vegas 54 ; pâte rouge à granulométrie fine ; production locale (inv. HK.0.17).

dessins S. Ben Tahar

13À l’intérieur de cette aire, nous avons mis au jour un secteur (Z I.1) qui n’a livré, outre les coquillages concassés, que du matériel préromain (fig. 7).

Fig. 7 : Matériel céramique du secteur punique : la zone I.1

Fig. 7 : Matériel céramique du secteur punique : la zone I.1

dessins S. Ben Tahar

  • 15 Fantar 1986, p. 509.
  • 16 Drine 2000, p. 92.
  • 17 Fontana 2000, p. 12.

14Un tel contexte archéologique apporte la preuve de la production de pourpre dès l’époque punique à Guellala au moins depuis la fin du v e s. av. J.-C. En dehors de l’île, une telle industrie a été déjà signalée à Carthage et à Kerkouane, même si les témoignages archéologiques ne sont pas encore bien clairs 15. À l’époque romaine, ces vestiges se présentent sous forme de « murex dump » à Meninx 16 où cette activité, qui remonte au i er s. av. J.-C., a continué d’exister et s’est même développée dans l’Antiquité tardive jusqu’au vi e s. apr. J.-C. 17.

  • 18 Machebœuf et alii 2013, p. 269.
  • 19 Alfaro, Mylona 2014, p. 161. Parmi les indices qui nous incitent à interpréter (...)

15La localisation de l’atelier producteur est toujours inconnue. Ce sont ces amoncellements de coquillages qui caractérisent le plus souvent, sans constructions particulières, les structures de production de pourpre. Une telle absence pourrait s’expliquer par « le caractère ténu des installations productives » 18. On peut imaginer qu’ils étaient associés à des structures temporaires en bois sur la plage qui auraient servi comme magasins de stockage et de traitement 19. Toutefois, pour la maîtrise des couleurs, il fallait disposer d’un faible éclairage, ce qui requiert a priori l’aménagement ou l’édification d’un espace fermé.

  • 20 Wilson 2002, p. 51.

16Les traces de feu repérées un peu partout à Meninx, qui ont été interprétées comme étant des restes de cette industrie 20, pourraient témoigner effectivement de cette activité artisanale, même s’il ne faut pas toujours extrapoler et faire systématiquement le lien.

  • 21 Pour les différentes techniques de pêche des muricidae de l’Antiquité à nos jours, voir Alfaro, My (...)

17Bien que ces découvertes posent toujours la question du caractère primaire ou secondaire du dépôt et malgré l’absence, en l’état actuel des connaissances, de structures de production, ces amas considérables de murex concassés proviennent des fabriques de pourpre qui auraient été implantées originellement dans un endroit très proche du rivage antique de Guellala et qui seraient aujourd’hui en grande partie érodées et englouties. Ces murex auraient été pêchés essentiellement à la main comme de nos jours, même si des quantités complémentaires ont pu être piégées dans les filets 21.

  • 22 Jusqu’aux années 1970, les habitants de Jerba ont puisé d’énormes quantités de coquillages dans le (...)

18Le fait que le niveau de circulation actuel ait livré de la céramique du iv e s. av. J.-C. montre que la hauteur de cette décharge à l’époque antique était beaucoup plus importante ; en effet, le paysage semble avoir été bien différent par rapport à ce qu’il est aujourd’hui : il aurait été marqué par des monticules imposants constituant une sorte de relief artificiel où venaient se déverser les déchets du quartier industriel 22. Une partie du dépotoir romain qui a été conservé et qui est constitué de monceaux de murex fracturés mélangés avec de la céramique a été repérée non loin du rivage (fig. 8).

Fig. 8 : Guellala. Monticule de murex concassés au bord de la plage

Fig. 8 : Guellala. Monticule de murex concassés au bord de la plage

cliché S. Ben Tahar

2.2. Le port

  • 23 Stone 2016, p. 135.

19L’acheminement régulier en céramiques dès l’époque punique et en matériaux de construction (marbre) provenant de plusieurs sites méditerranéens et l’exportation de ses denrées exige l’existence d’une infrastructure portuaire adéquate notamment pour les petits navires de moins de 100 tonnes qui étaient le plus en vogue à cette époque-là 23.

  • 24 Je remercie mon collègue M. Fiederling de m’avoir fourni cette image satellitaire.
  • 25 Pour la géomorphologie marine de la Petite Syrte d’une manière générale, voir Stone 2016, p. 134.

20En ce qui concerne le port, il se situe à 300 mètres à peu près de la ligne de rivage actuelle. Il consiste en une jetée de forme rectangulaire orientée grosso modo est-ouest dont il ne reste que les murs extérieurs construits avec des blocs de pierre régionale issus de la formation de Réjiche (fig. 2b) 24. Vu leur aspect actuel qui rappelle, à s’y méprendre, une grande banquette, ces vestiges sont appelés « doukkana » par les pêcheurs locaux. Un tel emplacement s’explique par deux faits : d’abord, par la grande avancée de la mer aux dépens du continent ; ensuite par le régime des marées et les hauts-fonds 25 : ces derniers deviennent guéables plutôt que navigables quand on s’approche de la côte.

  • 26 Pour les jetées avec plateforme dans la Petite Syrte, voir Stone 2016.

21La photo montre clairement qu’il y a une structure qui devance la jetée proprement dite, probablement les restes d’une « plateforme ». Si cette hypothèse se confirme, on aura affaire à une installation portuaire tout à fait comparable à celles déjà identifiées dans plusieurs sites de la Petite Syrte 26.

22Son emplacement en face du secteur punique (ZI.1) plaide en faveur d’une origine préromaine ; toutefois, faute de recherches sous-marines, nous préférons émettre cette hypothèse avec beaucoup de circonspection.

2.3. Le secteur « romain »

  • 27 Ce mot berbère signifie vallée.

23La prospection que nous avons effectuée au nord de la rue MC 117 nous a permis de localiser trois aires importantes, à savoir le centre public romain (Z II.5, 6, 7) d’où proviennent les principaux éléments d’architecture déplacés dans le dépôt municipal de Guellala (fig. 9), les ateliers de production de terre cuite (briques) dans la zone périurbaine (Z II.7) et la nécropole dans le village moderne de Tlet 27 (Z IV).

Fig. 9 : Dépôt municipal de Guellala. Éléments d’architecture d’époque romaine

Fig. 9 : Dépôt municipal de Guellala. Éléments d’architecture d’époque romaine

cliché S. Ben Tahar

  • 28 Ben Lazreg et alii, 1995, p. 131, fig. 12 ; Slim (...)
  • 29 Nous adoptons ici la classification établie par M. Bonifay (2004, p. 221).

24C’est cette argile du mio-pliocène qui se prête à la fabrication de la poterie qui a été sciemment exploitée par les artisans de Guellala depuis l’antiquité : en témoigne un atelier de production d’amphores qui a été déjà identifié depuis les années 1990 28. Il y aurait un autre four qui fabriquait de la céramique commune et culinaire de type C 29 et notamment les Hayes 183 attestées partout à Jerba en très grandes quantités surtout dans les contextes des ii e et iii e s. apr. J.-C. Il serait d’ailleurs souhaitable d’effectuer des analyses pour savoir si ces marmites ont été produites entièrement à Guellala ou s’il y avait d’autres centres de production à l’intérieur de l’île.

  • 30 Nous remercions vivement Monsieur Younès Ben Daamar, inspecteur d’enseignement secondaire qui nous (...)
  • 31 Cette tombe est en cours d’étude pour une publication à venir.

25Plusieurs indices nous ont permis de localiser la nécropole de Guellala. Le premier est relatif à la découverte en 2006 d’un fragment de fond d’une urne en verre à Tlet 30 ; quant au deuxième, il correspond à la mise au jour d’une manière fortuite en 2014 d’un caveau dans la même zone 31, non loin de l’endroit où fut repéré le conteneur cinéraire.

  • 32 La tombe se trouve à l’intérieur d’un terrain privé, à 200 m à peu près à l’est de l’école primair (...)
  • 33 La découverte d’une lampe de type Deneauve VII/sous type 1-Bonifay type 4, variante B associée à u (...)

26Il s’agit d’une tombe taillée dans l’argile du mio-pliocène constituée d’une chambre en cul-de-four orientée nord-sud, longue de 1,55 m, large de 1,30 m et haute de 0,95 m à laquelle on accède par une baie. Cette dernière était obturée à l’origine par une dalle, laquelle était précédée d’un dromos long de 1,10 m et large de 0,80 m 32. D’après le mobilier que nous avons étudié, la sépulture date de la deuxième moitié ou de la fin du ii e s. apr. J.-C. 33.

Fig. 10 : Guellala. Caveau taillé dans l’argile

Fig. 10 : Guellala. Caveau taillé dans l’argile

cliché S. Ben Tahar

27Enfin, tout récemment, à la suite des prospections de terrain réalisées en janvier 2018, nous avons repéré un nouveau caveau taillé également dans l’argile, orienté nord-sud, qui semble avoir été pillé depuis longtemps (fig. 10). Sa chambre en cul-de-four précédée d’un dromos n’est pas sans rappeler, dans son allure générale, la sépulture précédente. Elle s’en distingue toutefois par l’aménagement intérieur de l’espace. En effet, cette tombe est constituée d’une chambre funéraire et d’un loculus, alors que la pièce sépulcrale du caveau découvert en 2014 est pourvue d’une banquette entourant une auge.

  • 34 « Zouggagh » veut dire « rouge » en berbère.
  • 35 Cette tombe inédite a été découverte fortuitement le 23 décembre 2008 dans un lieudit Saiah, à 27 (...)

28Ces monuments funéraires ont donc été taillés sur le flanc de colline et leur entrée donne directement sur le lit de l’oued « Zouggagh » 34. En dehors de l’île, les tombes taillées dans l’argile se rencontrent à Saiah (Ben Guerdane) où nous avons fouillé une sépulture à inhumation dont la chronologie se situerait entre la deuxième moitié du i er s. et le ii e s. apr. J.-C. 35.

  • 36 Ben Tahar 2016, p. 9.
  • 37 Il abritait 8 niches aux dires du lieutenant Brulard (1885, p. 37) ; Akkari-Weriemmi 2004.
  • 38 Akkari-Weriemmi 1992-1993.

29Telle que nous l’avons localisée, cette nécropole se situe à deux kilomètres à peu près du centre urbain de l’antique Guellala en direction du nord-est. En l’absence de la formation Rejiche dans cette zone, les sépultures avaient été creusées non pas dans le roc, mais dans l’argile. De ce point de vue, la découverte enrichit nos connaissances du paysage funéraire romain de l’île qui demeure peu connu. En effet, le sepulchrum familiare 36 ou le columbarium de Henchir Tawrirt 37 et les « catacombes » de Meninx – dont la chronologie pose toujours problème 38 – constituent quasiment les seuls témoignages architecturaux funéraires d’époque romaine à Jerba identifiés à ce jour.

30Nous ignorons le tracé du sentier antique qui reliait entre elles les tombes creusées dans les pentes de colline. Ceci est dû au fait que la plus grande partie de ces sépultures a disparu, suite à la destruction dont elles ont fait l’objet conséquemment aux travaux agricoles.

  • 39 Il s’agit de travaux publics réalisés par la Société tunisienne d’Electricité et de Gaz en janvier (...)
  • 40 Sur l’emplacement des nécropoles par rapport aux centres urbains à l’époque romaine, voir Pratique (...)
  • 41 Deux ossuaires en pierre, trouvés lors des travaux entrepris par la SONEDE au début des années 198 (...)
  • 42 De peur qu’elles ne soient pillées, ces tombes aussitôt mises au jour, ont été recouvertes de terr (...)

31Néanmoins, il importe de signaler la découverte fortuite faite récemment de la nécropole romaine de Meninx toujours inédite 39. Elle se situe à un peu plus de 500 mètres au nord-ouest du centre monumental, dans ce qu’on peut appeler le suburbium de la cité 40. Voilà une découverte qui éclaire l’un des mystères de ce site, jalousement gardé pendant longtemps 41 : il s’agit de fosses creusées dans la terre couvertes avec des dalles en pierre 42.

  • 43 Il s’agit de cruches à anses torsadées dont nous pouvons citer un parallèle strict à Marguène : vo (...)

32Des prospections de terrain réalisées en 2014 dans cette même aire funéraire nous ont permis de repérer, à une centaine de mètres au nord-est de l’endroit où furent mises au jour les tombes de Meninx, des urnes en céramique dont le type nous est familier dans les contextes flaviens 43. Des ossements humains calcinés sortis suite à des travaux de labour entrepris par un paysan habitant dans les parages n’ont fait que confirmer nos présomptions.

  • 44 Ben Tahar 2009a, p. 45, 48, 53, 58 ; 2009b, p. 104.
  • 45 De Smet 1913, p. 329.
  • 46 Feuille 1939, p. 47, fig. 12.

33Par ailleurs, nous savons que les caveaux puniques rupestres de Soûq el Guébli ont été réutilisés à l’époque romaine jusqu’à la fin du ii e s. ou au début du iii e s. apr. J.-C. 44. Une telle situation n’est pas sans rappeler certaines nécropoles africaines dont celles de Lemta 45 et de Gigthis 46.

3. Remarques sur le faciès céramique

3.1. Époque punique

34Les plus anciennes amphores carthaginoises attestées à Guellala ne remontent pas au-delà du dernier quart ou de la fin du v e s. av. J.-C. Il s’agit des deux types Ramón T-4.2.1.1 (fig. 7, n o 1) et T-4.2.1.4 (fig. 7, n o 4).

  • 47 Photo prise par B. Schumann, photographe de la LMU (projet Meninx Archaeological Project). Qu’il e (...)

35Au iv e s. av. J.-C. apparaissent les amphores de type Ramón T-4.2.1.5 (fig. 4, n os 1-5 ; fig. 7, n os 5, 6 et 8) qui ont circulé jusqu’à la première moitié du iii e s. av. J.-C. Quant aux conteneurs grecs, datant de la même période, ils sont attestés à travers des fragments d’amphores amorphes de Reggio Calabria, de l’Ionie centre-méridionale et de la Sardaigne. En ce qui concerne la vaisselle de table, elle était représentée essentiellement par de la céramique attique, notamment quelques plats à poisson (fig. 5, n o 3 ; 7, n os 13, 14) dont un porte un graffito punique 47, un bol de type saltcellar : footed (fig. 5, n o 1) et un skyphos (non illustré).

36À partir du dernier quart du IIIe s. émergent les amphores importées de Carthage de type Ramón T-5.2.3.1 (fig. 4, n o 6 ; 7, n o 7) et T-3.2.1.2 (fig. 4, n o 9), de Malte de type Ramón T-3.2.1.2 (fig. 7, n o 9) et de Tripolitaine de l’Est (Leptis Magna ?) de type Sabratha 7f (fig. 7, n o 11). En ce qui concerne la vaisselle fine, elle est représentée par de la céramique à vernis noir de production carthaginoise de types Lamboglia 22 (fig. 7, n o 16) et Lamboglia 27 (fig. 7, n o 15).

37La première moitié du IIe s. est marquée par l’importation d’amphores produites dans la métropole punique des types Ramón T-7.4.2.1 (fig. 4, n o 8) et T-7.4.3.1 (fig. 4, n o 7) et en Tripolitaine de l’est du type Ramón T-7.4.1.1 (fig. 4, n o 13). Il n’est pas impossible que ces amphores carthaginoises soient arrivées à Guellala dans le même chargement que la vaisselle campanienne A, notamment la forme Lamboglia 36 attestée parmi les importations italiques.

38Après la destruction de Carthage, ce sont les amphores de tradition punique de production locale qui font leur apparition et qui deviendront largement majoritaires jusqu’au début (première moitié ?) du i er s. apr. J.-C. Pendant la même période (dès la seconde moitié du ii e s. av. J.-C.), le site a importé massivement des amphores italiques, notamment des Dressel 1A, relayées dès la fin du i er s. av. J.-C. par des Dressel 2/4 campaniennes, des Lamboglia 2 adriatiques (fig. 11, n o 1) et des amphores de la Péninsule Ibérique (fig. 4, n os 16, 17).

3.2. Époque romaine

Fig. 11 : Matériel céramique des ii e et iii e s. issu de la zone II.1, 2, 3, 5, 6, 7

Fig. 11 : Matériel céramique des ii               e et iii               e s. issu de la zone II.1, 2, 3, 5, 6, 7

1 : amphore italique ; fragment de bord d’une amphore de type Lamboglia 2 ; pâte beige, fins grains de quartz et quelques particules noires ; production de Bétique (inv. HK.0.243). 2 : amphore tripolitaine ; fragment de bord d’une amphore de type Tripolitaine III ; pâte brune riche en points noirs et en grains de quartz ; surface extérieure crème ; production de Leptis Magna (inv. HK.0.209). 3 : amphore tripolitaine ; fragment de bord d’une amphore de type Tripolitaine II/Sabratha 16c ; pâte sandwich rouge et grise riche en micro-fossiles ; surface extérieure crème ; production de Leptis Magna (inv. HK.0.244). 4 : amphore africaine ; fragment de bord d’une amphore de type Uzita Pl. 52, 10 ; pâte à cœur saumon clair et surface verdâtre riche en points blancs ; production de Salakta (inv. HK.0.206) 5 : amphore africaine ; fragment de bord d’une amphore de type Africaine IIA con gradino ; pâte à moitié rouge clair, à moitié grise constellée de points blancs ; surface extérieure crème ; production de Salakta (inv. HK.0.207). 6 : amphore africaine ; fragment de bord d’une amphore de type Africaine IB, variante tardive ; pâte rouge brun compacte, quelques fossiles ; surface extérieure grise ; production de Byzacène (inv. HK.0.245). 7 : amphore africaine ; fragment de bord d’une amphore de type Africaine IA ; pâte rouge orangé riche en points jaunâtres ; surface extérieure jaunâtre ; production de Byzacène (inv. HK.0.203). 8 : amphore africaine ; fragment de bord d’une amphore de type Dressel 2/4 ; pâte brun clair à cœur gris ; surface extérieure jaunâtre ; production locale (inv. HK.0.431). 9 : amphore africaine ; fragment de bord d’une amphore de type Dressel 2/4 ; pâte rouge orangé, fine ; surface extérieure verdâtre ; production locale (inv. HK.0.428). 10 : sigillée africaine C 1-2 ; fragment de bord d’un plat de type Hayes 48A ; pâte fine avec quelques petits points blancs ; vernis rouge satiné (inv. HK.0.264). 11 : céramique culinaire B ; fragment de bord d’un couvercle de type Hayes 182B ; pâte compacte, constellée de petits points blancs ; bord de couleur jaunâtre ; vernis orangé lustré à l’extérieur (inv. HK.0.237). 12 : céramique culinaire ; surcuit ? fragment de bord d’un plat de type Hayes 181A (inv. HK.0.525). 13 : céramique culinaire B ; fragment de bord d’un plat de type Hayes 181B ; pâte rouge orangé riche en micro-fossiles ; vernis rouge orangé lustré à l’intérieur ; bande réservée à l’extérieur sur la partie supérieure du plat de couleur jaunâtre (inv. HK.0.236). 14 : céramique culinaire C ; fragment de bord d’un couvercle de type Hayes 196 variante ; pâte rouge orangé riche en grains de quartz ; bord jaunâtre à grisâtre (inv. HK.0.319). 15 : céramique commune ; fragment de bord d’un bassin de type Sabratha 260 ; pâte grisâtre ; surface extérieure verdâtre (inv. HK.0.576). 16 : céramique commune ; fragment de bord d’un bassin ; pâte gris clair à cœur rouge clair ; surface extérieure jaunâtre ; production locale (inv. HK.0.227). 17 : céramique commune ; jatte à bord trifide de type Bonifay commune type 3 ; pâte orangé clair ; surface extérieure jaunâtre ; production locale (inv. HK.0.192). 18 : céramique commune ; fragment de bord d’un mortier ; pâte gris clair ; surface extérieure verdâtre ; production locale (inv. HK.0.577). 19 : céramique commune ; fragment de bord d’un grand couvercle de type Sabratha 104/Bonifay commune 39 ; pâte grisâtre à cœur rouge un peu micacée ; bord de couleur jaunâtre à l’extérieur ; production locale (inv. HK.0.239).

dessins S. Ben Tahar

39Vers le milieu du i er s. ou au début de l’époque flavienne apparaissent les amphores de type Dressel 2/4 de production locale (fig. 11, n os 8, 9), qui ont supplanté les conteneurs de tradition punique. Ces amphores à vin (et à saumures ?), souvent poissées, côtoyaient les Tripolitaines I de Leptis Magna (fig. 4, n o 14).

40Aux ii e et iii e s. arrivent les amphores de Byzacène de types Africaine IA (fig. 11, n o 7) et IB (fig. 11, n 6). De Salakta sont importées les amphores de types Uzita, pl. 52, 10 (fig. 11, n o 4) et Africaines IIA (fig. 11, n o 5). De la Byzacène méridionale proviennent les culinaires B de types Hayes 181.1, 181A (fig. 11, n o 12), 181B (fig. 11, n o 13), 182B (fig. 11, n o 11) et 185. La culinaire C est représentée, quant à elle, par les couvercles de type Hayes 196 (fig. 11, n o 14) importés de la même région et des marmites de type Hayes 197 de Carthage et de la Byzacène. La sigillée africaine A est également bien documentée, notamment par les types Hayes 9A et 16 (non illustrée), alors que la C1-2 est attestée par la forme Hayes 48A (fig. 11, n o 10).

41Parmi les céramiques communes produites localement, il importe de signaler les formes ouvertes de tradition punique à large marli oblique (fig. 11, n o 16) et courbe (fig. 11, n o 18), les bassins de type Sabratha 260 (fig. 11, n o 15), Sabratha 261 (fig. 11, n o 17) et les couvercles de type Sabratha 104 (fig. 11, n o 19).

Fig. 12 : Matériel céramique datant entre le iv e et la première moitié du v e s. de la zone II.11, 13, 14

Fig. 12 : Matériel céramique datant entre le iv               e et la première moitié du v               e s. de la zone II.11, 13, 14

1 : amphore africaine ; fragment de bord d’une amphore de type Keay 25.1 ; pâte rouge orangé fine ; surface extérieure verdâtre (inv. HK.0.200). 2 : sigillée tripolitaine ; fragment de bord d’un plat de type Hayes 2 ; pâte rouge brun ; vernis rouge à marron ; bord extérieur noirci (inv. HK.0.300). 3 : sigillée continentale ; pâte rouge orangé ; vernis rouge interne et externe de qualité médiocre ; production de Henchir Srira (?) (inv. HK.0.168). 4 : céramique culinaire BT ; fragment de bord d’une marmite de type Hayes 183 ; pâte rouge orangé fine ; engobe crème lustré à l’extérieur ; production tripolitaine (inv. HK.0.214). 5 : céramique culinaire CT ; fragment de bord d’une marmite ; pâte à moitié rouge brun, à moitié grise ; surface extérieure grisâtre ; production tripolitaine (inv. HK.0.252). 6 : sigillée africaine E ; fragment de bord d’un plat de type Hayes 68 ; pâte brun rouge riche en points blancs ; vernis rouge marronâtre d’aspect satiné (inv. HK.0.298). 7 : céramique modelée de Pantelleria, fragment de bord d’une marmite de type G2.1 ; pâte marron clair riche en grains de quartz, en mica et en points noirs ; production de Pantelleria (inv. HK.0.483) 8 : céramique commune ; fragment de bord d’un bassin qui présente des similitudes avec le type Carthage LR Basin 4 = type Sidi Jdidi 2 ; pâte rouge ; surface extérieure crème ; production de Nabeul ( ?) (inv. HK.0.51). 9 : céramique commune ; fragment de bord d’un bassin de type Fontana 3.1.5b ; pâte grise fine ; production locale (inv. HK.0.373).

dessins S. Ben Tahar

42Au iv e s. on voit apparaître les Keay 25 produites à Nabeul (fig. 12, n o 1), en Byzacène et en Tripolitaine de l’ouest, la sigillée tripolitaine, notamment la forme Hayes 2 (fig. 12, n o 2), très peu de sigillée continentale de Henchir Srira (?) (fig. 12, n o 3) et les marmites tardives de type Hayes 183 en BT (fig. 12, n o 4) et en CT (fig. 12, n o 5).

  • 48 Sur la diffusion de cette forme dans les sites antiques de Jerba, voir Fontana, Ben Tahar, Capelli(...)

43Entre la fin du iv e s. et la première moitié du v e s. sont attestés des plats de type Hayes 68 en sigillée E (fig. 12, n o 6), par ailleurs bien représentés sur les autres sites de Jerba 48, des amphores orientales de type LRA 1A et LRA 2A et africaines de type Keay 25.2 de Nabeul, des marmites de Pantelleria de type G2.1 (fig. 12, n o 7) et des couvercles de type I.2.1.

  • 49 Fontana, Ben Tahar, Capelli I 2009, p. 300, fig. 16.27, 3.1.5b.

44La céramique commune est représentée par des bassins de type Fontana 3.1.5b 49 (fig. 12, n o 9) et d’autres formes ouvertes qui présentent une vague ressemblance avec les Carthage Late Roman Basin 4 (fig. 12, n o 8).

Fig. 13 : Matériel céramique datant entre la deuxième moitié du v e et le début du vi e s. de la zone II.12, 13,14

Fig. 13 : Matériel céramique datant entre la deuxième moitié du v               e et le début du vi               e s. de la zone II.12, 13,14

1 : amphore africaine ; fragment de bord d’une amphore de type Keay 35 B ; pâte rouge compacte ; surface extérieure jaunâtre ; production de Nabeul (inv. HK.0.356). 2 : amphore africaine ; fragment de bord d’une amphore de type Keay 56 ; pâte rouge orangé compacte ; surface extérieure jaunâtre ; production de Nabeul (inv. HK.0.545). 3 : amphore africaine ; fragment de bord d’une amphore de type Keay 57 ; pâte rouge compacte et assez fine ; surface extérieure jaunâtre ; production de Nabeul (inv. HK.0.418). 4 : sigillée africaine C/D ; fragment de bord de type Hayes 61B2 ; pâte orangée à granulométrie fine ; vernis orangé ; production de Sidi Khelifa (inv. HK.0.513). 5 : sigillée africaine C/D ; fragment de bord d’un plat de type Hayes 61B3 ; pâte orangée à granulométrie fine ; production de Sidi Khelifa (inv. HK.0.509). 6 : sigillée africaine C/D ; fragment de bord d’un plat de type Hayes 87A/88 ; pâte rouge orangé poreuse avec des fins grains de quartz ; vernis rouge orangé ; production de Sidi Khelifa (inv. HK.0.510). 7 : Sigillée africaine C5 ; fragment de bord d’un bol de type Hayes 84 ; pâte orangée fine ; décor guilloché à l’extérieur (inv. HK.0.283). 8 : sigillée africaine C5 ; fragment de bord d’un plat de type Hayes 82B ; pâte rouge orangé fine ; guillochis sur la surface extérieure (inv. HK.0.284). 9 : amphore africaine ; fragment de bord d’une amphore de type Keay 8B ; pâte rouge brun riche en petits points blancs ; surface extérieure grisâtre ; production de la Byzacène méridionale (inv. HK.0.422).

dessins S. Ben Tahar

45Mises à part les Keay 35B produites au courant de la première moitié du v e s. (fig. 13, n o 1), Nabeul a exporté l’essentiel de ses amphores vers Guellala entre la seconde moitié du v e s. et le début du vi e s. Il s’agit essentiellement des conteneurs de types Keay 56 (fig. 13, n o 2) et Keay 57 (fig. 13, n o 3). Vers la même époque, ce site avait importé de la sigillée C5 – notamment les formes Hayes 82B (fig. 13, n o 8) et Hayes 84 (fig. 13, n o 7) – et de la sigillée de Sidi Khelifa, à savoir les Hayes 61B2 (fig. 13, n o 4), Hayes 61B3 (fig. 13, n o 5) et Hayes 87A/88 (fig. 13, n o 6). On peut évoquer les Keay 8B produites en Byzacène sud (fig. 13, n o 9) parmi les amphores africaines qui y étaient acheminées dans cette période.

Fig. 14 : Matériel céramique du vi e s. de la zone II.10, 11, 12, 13, 14, 20

Fig. 14 : Matériel céramique du vi               e s. de la zone II.10, 11, 12, 13, 14, 20

1 : amphore orientale ; fragment de bord d’une amphore de type LRA 1B ; pâte verdâtre riche en quartz et en grains noirs et rouges ; surface extérieure crème (inv. HK.0.429). 2 : amphore orientale ; fragment de bord d’une amphore de type LRA 2B ; pâte orangé clair riche en fins grains (inv. HK.0.546). 3 : amphore africaine ; fragment de bord d’une amphore de type Keay 62A ; pâte à moitié verdâtre, à moitié orangé clair ; production du Sahel (inv. HK.0.412). 4 : amphore africaine ; fragment de bord d’une amphore de type Keay 62A ; pâte rouge assez fine ; surface extérieure jaunâtre ; production du Sahel (inv. HK.0.415). 5 : amphore africaine ; fragment de bord d’une amphore de type Keay 62D ; pâte grise à cœur rouge brun ; production du sahel (inv. HK.0.362). 6 : amphore africaine ; fragment de bord d’une amphore de type 62E ; pâte rose clair ; surface extérieure verdâtre riche en grains de quartz ; production du Sahel (inv. HK.0.413). 7 : amphore africaine ; fragment de pied d’une amphore africaine de type Keay 62 ; pâte verdâtre (inv. HK.0.405). 8 : amphore africaine ; fragment de fond d’une amphore de type Keay 62 ; pâte rouge compacte ; surface extérieure verdâtre ; production de Nabeul ( ?) (inv. HK.0.404). 9 : sigillée africaine D2 ; fragment de bord d’un plat de type Hayes 104A ; pâte rouge brun riche en grains de quartz ; vernis marron clair (inv. HK.0.507). 10 : sigillée africaine D ; fragment de bord d’un bol de type Hayes 98A ; pâte orangée granuleuse ; vernis orangé à l’intérieur uniquement (inv. HK.0.296). 11 : sigillée africaine C/D ; fragment de bord d’un plat de type Hayes 87A1 ; pâte rouge orangé avec des fins grains de quartz ; engobe de couleur orangé ; production de Sidi Khelifa (inv. HK.0.63). 12 : sigillée africaine ; fragment de bord d’un plat de type Hayes 87C ; pâte rouge orangé riche en fins grains de quartz ; vernis orangé (inv. HK.0.167). 13 : sigillée africaine ; fragment de bord d’un plat de type Hayes 87c/109 ; pâte orangée granuleuse ; vernis orangé lustré (inv. HK.0.301). 14 : céramique culinaire ; fragment de bord d’un couvercle ? pâte rouge riche en grains de quartz ; bord noirâtre à grisâtre à jaunâtre par endroits ; production de la Byzacène méridionale (inv. HK.0.74). 15 : céramique commune africaine ; fragment de bord d’un bol de type Carthage Class 1B ; production d’Oudhna (inv. HK.0.376). 16 : céramique culinaire africaine ; fragment de bord d’un couvercle ? de type Iunca 1 ; pâte rouge riche en quartz ; surface extérieure du bord grisâtre à crème par endroits ; production de la Byzacène méridionale (inv. HK.0.65). 17 : céramique commune africaine ; pâte riche en quartz de couleur beige à grisâtre fine ; surface extérieure crème (inv. HK.0.495). 18 : céramique commune africaine ; pâte rouge brun, riche en fins grains de quartz ; bord noirci ; production de la Byzacène méridionale (inv. HK.0.74). 19 : céramique commune africaine ; fragment d’un bol à bord triangulaire ; pâte à moitié rouge brun, à moitié grisâtre ; surface extérieure verdâtre (inv. HK.0.499). 20 : Céramique commune africaine ; fragment de bord d’un bol ; pâte orangée à cœur gris ; points blancs sur les surfaces extérieure et intérieure (inv. HK.0.377).

dessins S. Ben Tahar

  • 50 Forme appelée Iunca 1 dans le cadre du projet Training in Action dirigé par A. Othman (INP) et A. (...)

46Au vi e s., outre les amphores orientales LRA 1B (fig. 14, n o 1) et LR2 B (fig. 14, n o 2), ce sont surtout les Keay 62 avec les variantes A (fig. 14, n o 3-4), D (fig. 14, n o 5), E (fig. 14, n o 6) et Q/Albenga 11-12 issues des ateliers du Sahel, brillamment étudiés par la regrettée Jihen Nacef, qui ont été acheminées en grandes quantités à Guellala. En plus des sigillées de Sidi Khelifa, telles que les Hayes 87A1 (fig. 14, n o 11) et des Hayes 87C (fig. 14, n o 12), notre site a importé les productions de la D du nord de la Tunisie, notamment les Hayes 98A (fig. 14, n o 10), 87c/109 (fig. 14, n o 13), 98B, 91C et 90. Pour ce qui est de la céramique culinaire, il y a lieu de signaler une série de couvercles ( ?) à bord en amande allongé (fig. 14, n o 14 ; 16, n o 18) particulièrement fréquents sur notre site et dont de nombreux parallèles sont attestés à Iunca 50. Quant à la céramique commune, elle est documentée par des mortiers de type Carthage Class 1B produits à Oudhna (fig. 14, n o 15) et des bols à bord triangulaire (fig. 14, n os 17, 19) et ronds (fig. 14, n o 20) caractérisés par une surface constellée de points blancs.

Fig. 15 : Matériel céramique du vii s. de la zone II.12, 13, 14, 15

Fig. 15 : Matériel céramique du vii s. de la zone II.12, 13, 14, 15

1 : amphore africaine ? fragment de bord d’une amphore de type Benghazi LR7 ; pâte orangé clair à cœur gris ; surface extérieure jaunâtre (inv. HK.0.547). 2 : amphore africaine ; fragment de bord d’une amphore africaine de type Keay 61 ; pâte orangé clair ; surface extérieure verdâtre (inv. HK.0.359). 3 : amphore africaine ; fragment de bord d’une amphore de type Keay 61 ; pâte orangée ; surface extérieure jaunâtre (inv. HK.0.419). 4 : amphore africaine ; fragment de bord d’une amphore de type Keay 8A ; pâte beige ; surface extérieure jaunâtre à verdâtre (inv. HK.0.397). 5 : amphore africaine ; fragment de bord d’une amphore de type Keay 8A ; pâte orangée très grenue ; surface extérieure verdâtre ; production de la Byzacène (inv. HK.0.414). 6 : spatheion africain ; fragment de bord d’un spatheion ; pâte calcaire blanche ; production de Nabeul ? (inv. HK.0.366). 7 : amphore africaine ; fragment de pied d’une amphore de type Bonifay 50 ; pâte rouge orangé à cœur grisâtre (inv. HK.0.557). 8 : amphore africaine ; fragment de bord d’une amphore de type Keay 61 ; pâte orangée ; surface extérieure crème (inv. HK.0.350). 9 : sigillée africaine tardive ; fragment de bord d’un plat de type Hayes 109A ; pâte rouge ; vernis rouge orangé lustré (inv. HK.0.302). 10 : sigillée africaine tardive ; fragment de bord d’un plat de type Hayes 105A ; pâte orangée riche en quartz ; restes d’un vernis rouge de mauvaise qualité sur le bord extérieur (inv. HK.0.75). 11 : sigillée africaine tardive ; fragment de bord d’un plat de type Hayes 105B ; pâte de couleur orangée granuleuse, riche en micro-fossiles (inv. HK.0.53). 12 : sigillée africaine tardive ; fragment de bord d’un plat de type Hayes 105 B/C ; pâte orangée grenue à cœur grisâtre ; vernis rouge orangé de mauvaise qualité (inv. HK.0.163). 13 : sigillée africaine tardive ; fragment de bord d’un bol de type Hayes 91D ; pâte rouge brun avec des micro-fossiles ; vernis rouge brique de mauvaise qualité (inv. HK.0.297). 14 : céramique commune ; fragment de bord d’une jatte de type Bonifay 36 ; pâte orangée assez fine ; surface extérieure jaunâtre ; décor incisé (inv. HK.0.258).

dessins S. Ben Tahar

47Au vii e s. la plupart des amphores africaines attestées à Guellala ont été importées du Sahel, notamment les Keay 61 (fig. 15, n os 2, 3, 8), les Keay 8A (fig. 15, n os 4, 5) et une Bonifay 50 (fig. 15, n o 7). Une amphore de type Benghazi LR 7 d’origine indéterminée (fig. 15, n o 1) et un spatheion en pâte claire calcaire de Nabeul ( ?) (fig. 15, n o 6) complètent les séries de conteneurs africains recueillis sur notre site.

48En ce qui concerne les sigillées africaines, elles sont documentées à travers des formes en D tardives, en l’occurrence les Hayes 105A (fig. 15, n o 10), B (fig. 15, n o 11) et B/C (fig. 15, n o 12) de qualité technique médiocre, les Hayes 91D (fig. 15, n o 13) et 109A (fig. 15, n o 9). La céramique commune, quant à elle, est représentée par des mortiers de type Carthage Class 1C et des jattes de type Bonifay 36 produites localement (fig. 15, n o 14).

4. Interprétation historique

  • 51 Ben Tahar 2008, p. 77, fig. 12, 1-5 ; 2014, p. 79, fig. 20, 18 ; p. 81, fig. 21, (...)
  • 52 Les dernières prospections et fouilles archéologiques inédites que nous avons effectuées à Henchir (...)
  • 53 Observations personnelles sur le matériel issu des dernières fouilles archéologiques réalisées dan (...)
  • 54 Ben Tahar 2010b, p. 98, fig. 40.
  • 55 Ben Tahar 2016, p. 18, 19, fig. 15, 1-11.
  • 56 Pour les amphores carthaginoises attestées à Sabratha, voir Keay 1989, p. 12-23.
  • 57 Ben Tahar 2014, p. 86.

49La présence d’amphores de production carthaginoise a été déjà signalée à Ghizène 51, à Henchir Bourgou 52, à Meninx 53, à Soûq el Guébli 54 et à Henchir Tawrirt (Sedouikech) 55 ; elles auraient accompagné dans les mêmes cargaisons les amphores grecques occidentales et la vaisselle à vernis noir attique destinées à être acheminées vers la Tripolitaine de l’est dont les villes de Sabratha 56 et Leptis Magna 57 auraient constitué des débouchés majeurs.

  • 58 Voir Ben Tahar, Fersi 2009, p. 112-113. Pour la bibliographie y afférente, voir note 138.

50La présence d’un bol de type saltcellar : footed confirme l’hypothèse déjà émise à propos de l’association entre le plat à poisson et ce petit bol destiné à contenir le fameux condiment, le garum. On y voit volontiers l’adoption de nouvelles traditions alimentaires d’origine grecque mais diffusées par Carthage dans ces contrées syrtiques 58.

  • 59 Schmitz, Docter, Ben Tahar 2007.
  • 60 de Hoz 1987.
  • 61 Ces marques commerciales confirment l’idée que ces vaisselles attiques (et j’ajouterai les amphore (...)
  • 62 Pour l’itinéraire que suivaient les amphores et les céramiques grecques pour arriver à Carthage, v (...)
  • 63 Ben Tahar 2014, p. 88.
  • 64 Ben Tahar 2014, p. 86.
  • 65 Fantar 1995, p. 25.
  • 66 L’hypothèse de l’existence d’un emporion à Lemta favorisé par une baie qui offrait un « abri assur (...)
  • 67 D’importantes quantités de matériel grec (amphores et céramiques attiques) ont été découvertes par (...)
  • 68 Pour les amphores grecques et les vaisselles attiques à vernis noir du Sahel, voir Ben Jerbania 20 (...)
  • 69 Ben Tahar, Fersi 2009.

51Le matériel importé dont nous avons présenté quelques exemplaires démontre d’une part l’ampleur des rapports commerciaux que ce site a développés avec le monde méditerranéen dès l’époque punique et d’autre part le degré de l’implication de Carthage dans cette zone. La découverte d’un graffito punique gravé après cuisson sur le fond externe d’un vase attique ne peut que confirmer notre hypothèse.
Il s’agit ici de la deuxième occurrence d’un graffite punique – qui correspond probablement à un nom propre gravé après cuisson – à Jerba, le premier ayant été découvert à Ghizène 59. Ce graffito mercantile, dont un grand nombre a été découvert dans l’épave d’El Sec 60, indique clairement qu’il s’agit d’un navire punique chargé de vaisselle attique 61 et probablement d’amphores grecques vinaires destinées à être rediffusées vers d’autres sites. En effet, c’est Carthage qui redistribuait ces marchandises provenant du monde grec 62 vers la Petite Syrte 63 et, par-delà, la Tripolitaine de l’est 64 par le biais du cabotage, en longeant la côte africaine du nord au sud via les relais du Cap Bon, du Sahel, tels que Sousse 65, Thapsus et Lemta 66. Le matériel grec trouvé dans plusieurs sites – qui s’étendent entre Neapolis 67 et Gigthis en passant par le Sahel 68 – publié récemment 69 semble confirmer nos constatations.

  • 70 Le matériel maltais est présent à Ghizène : Ben Tahar 2014, p. 82, 90 et à Meninx (observations pe (...)

52L’existence de matériel maltais et d’amphores tripolitaines puniques pourrait s’expliquer de deux manières différentes : soit ces navires puniques dans leur chemin de retour de Leptis Magna vers Carthage déchargeaient une partie de leurs cargaisons à Guellala avant de reprendre la route vers la métropole africaine ; soit on a là les indices d’un autre réseau de commerce « parallèle » qui échappait à la mainmise de Carthage : en ce cas, c’est Leptis Magna qui redistribuait la marchandise qu’elle recevait de Malte 70 vers la Tripolitaine occidentale. Même si nous ne disposons pas d’une argumentation qui favoriserait l’une des deux hypothèses, la question mérite tout de même d’être posée.

  • 71 Fentress 2009, p. 81.

53De telles transactions n’auraient pu être établies sans l’existence d’un port, certainement l’un des plus importants de l’île 71. Son emplacement face au golfe de Boughrara a favorisé le développement d’une économie maritime tournée à la fois vers le grand commerce international, étant sur la trajectoire sud que traversaient les navires puniques vers la Tripolitaine de l’est, et également orienté vers le continent où il fait face à Gigthis.

  • 72 Ben Tahar 2014, p. 87-88.

54Effectivement, les récentes recherches menées à Jerba nous ont permis de prouver l’existence de deux parcours maritimes : l’un passe au nord de l’île ; quant à l’autre, il traverse la route située au sud. Le principal site de cette façade insulaire septentrionale impliqué dans ce commerce méditerranéen à longue distance est Ghizène, qui aurait constitué au début une sorte d’escale ou de halte pour les navires phéniciens. Ces derniers s’y arrêtaient pour s’approvisionner en vivres et pour effectuer des échanges avant de repartir vers le Levant. Il semble que c’est cette voie qui a été privilégiée par les navigateurs orientaux à l’époque archaïque 72.

  • 73 Hypothèse déjà émise pour expliquer les circonstances de l’émergence du site de Soûq el Guébli : v (...)

55Ce n’est qu’à partir des v e et iv e s. av. J.-C. que le rivage méridional de l’île a été intégré dans cette entreprise carthaginoise : c’est ainsi qu’on pourrait expliquer l’émergence d’établissements humains qui remontent à cette époque-là, tels que Soûq el Guébli et Meninx, en plus évidemment de « Haribus/Hares », l’antique Guellala 73.

  • 74 Carte 2010, p. 228.
  • 75 Prospection réalisée en juillet avec Z. Msellem et M. Barbou dans le cadre du projet de la Carte a (...)

56Ces navires devaient jeter l’ancre soit à Tarf El Jorf, l’antique templum Veneris 74, soit à l’îlot d’El Gataya el Bahria avant de traverser le détroit d’Ajim et son fameux et redoutable Oued el Kébir. Il ne me paraît pas inopportun de signaler ici l’existence de vestiges d’époque punique dans cet îlot, notamment une tombe taillée dans du grès calcaire et des carrières pour l’extraction des pierres utilisées à coup sûr dès la période préromaine 75.

  • 76 Stone 2016, p. 130-132.
  • 77 Slim et alii 2004, p. 18. Sterling 2016, p. 130-132.

57La dispersion de sites antiques – dont l’origine punique ne fait pas l’ombre d’un doute – particulièrement prospères à l’époque romaine, autour de cette mer de Boughrara, tels que Gigthis et Ras Sgala, est due tant à la valorisation des richesses halieutiques que terrestres. En effet, les ressources maritimes dont regorge le golfe de Gabès auraient été à l’origine du développement d’une vie humaine intense tout autour. Ajoutons à cela l’arrière-pays favorable à certaines productions agricoles, notamment oléicoles. C’est ainsi qu’on peut expliquer l’implantation du port de Ras Sgala 76, probablement le débouché maritime de Zitha 77, qui a vraisemblablement servi à écouler les surplus des denrées terrestres produites dans ce dernier site.

  • 78 Observations personnelles sur le matériel issu d’un sondage que nous avons effectué en 2014 à Zith (...)
  • 79 Ce matériel est en cours d’étude pour une publication.

58Les recherches effectuées récemment à Henchir Zian 78 ont permis de mettre au jour de notables quantités de matériel punique dont le plus ancien remonte au v e s. av. J.-C. Il s’agit d’amphores importées de Carthage de type Ramón T-4.1.1.3, du monde grec égéen, entre autres Mendè, et occidental, notamment des corinthiennes B associées à de la vaisselle de table attique, en plus évidemment des poteries modelées souvent majoritaires dans les contextes des v e-iii e s. av. J.-C. 79.

59La répartition de ces établissements humains autour du « lac de Boughrara » témoigne aussi de l’existence d’échanges régionaux dont il ne faut pas sous-estimer l’importance dans l’antiquité. Un site comme Gightis dispose d’un arrière-pays riche en ressources minérales (silex, pierre, ocre…) ; Zitha, quant à elle, se caractérise par ses ressources agricoles valorisées dans l’antiquité, ce qui a favorisé le développement aussi bien de l’oléiculture que de la viticulture. Un tel site offre également l’avantage d’être plus proche de la Tripolitaine de l’est et du désert que les établissements littoraux. Enfin, Guellala recèle de l’argile de bonne qualité, en plus des richesses halieutiques, entre autres malacologiques à la base de l’industrie de la pourpre.

  • 80 Slim et alii 2004, p. 24.

60L’autre atout majeur de notre site est l’abondance des pierres calcaire qui couvrent le substrat argileux. De tels matériaux avaient été souvent utilisés tant pour la construction des fondations des murs antiques que pour la fabrication de la chaux 80.

  • 81 Voir la carte géomorphologique dans Oueslati 1986 (à la fin du livre). Le bourrelet euthyrrhénien (...)
  • 82 Plus d’une dizaine de kilomètres séparent la carrière de pierre du site de Guellala.

61Il importe néanmoins de signaler l’absence de carrières de grès calcaire dans les environs immédiats de Guellala. En effet, le gisement le plus proche où affleure le grès oolithique euthyrrhénien se trouve au niveau du cordon littoral allant de Terbella jusqu’à Meninx 81. L’approvisionnement régulier en blocs quadrangulaires et en d’autres éléments d’architecture, dont on a mis au jour de notables quantités, témoignant d’une importante activité lapidaire, requiert l’installation d’une voie côtière carrossable pour acheminer de tels matériaux de la carrière jusqu’au site 82.

62Les prospections que nous avons conduites dans les environs de Guellala en direction de Meninx ont abouti à la découverte d’une immense carrière à ciel ouvert avec des fronts de taille dans la zone d’Oued Chakhar (fig. 16). La dispersion de quelques céramiques antiques indique clairement que cette aire a été fréquentée très probablement pour en extraire des blocs de construction.

Fig. 16 : Oued Chakhar. Carrière à ciel ouvert avec front de taille

Fig. 16 : Oued Chakhar. Carrière à ciel ouvert avec front de taille

cliché S. Ben Tahar

  • 83 À ne pas confondre avec Henchir Tawrirt de Sedouikech qui a livré lui aussi des vestiges préhistor (...)

63Outre les ressources minérales, il est une question particulièrement intéressante pour l’histoire du site : il s’agit en l’occurrence de l’origine et de la dynamique du peuplement de cette frange côtière. Il en découle l’interrogation suivante : d’où viennent les autochtones installés sur le littoral de Guellala à partir de la fin du v e s. av. J.-C. ? L’enquête toponymique croisée avec les recherches de terrain nous a permis de découvrir les restes d’un établissement préhistorique. Quoique mal conservé à cause des facteurs naturels, ce site n’en indique pas moins l’existence d’une phase d’occupation humaine très ancienne dans les environs de Hares/Haribus.
Il s’agit de 13 fragments d’œufs d’autruche découverts sur une colline appelée Henchir Tawrirt 83.

  • 84 Le mot berbère « tawrirt » se traduit par colline ou monticule : voir Ben Tahar 2016, p. 9.
  • 85 Ben Tahar 2018, p. 317.
  • 86 Ben Tahar 2016, p. 9.

64Avec sa position surélevée 84 (les courbes de niveau indiquent une hauteur de 20 m s.n.m.), le monticule de Henchir Tawrirt, qui se situe à 1 km env. de la cité antique de Guellala en direction du nord-est, constitue un endroit idéal pour apercevoir le littoral dans une perspective de domination territoriale. C’est ce critère topographique qui a été déterminant pour le choix des autres sites préhistoriques et protohistoriques de Jerba, à savoir Henchir Bourgou 85 et Henchir Tawrirt (Sedouikech) 86.

  • 87 Ben Tahar 2010b, p. 100-101 ; 2016, p. 27-28.
  • 88 Aucun des sondages effectués à Ghizène n’a révélé l’existence d’une occupation humaine préhistoriq (...)
  • 89 Ben Tahar, à paraître.

65C’est donc à l’intérieur des terres que semblent s’être installés les premiers occupants de Guellala avant de se déplacer vers la côte, attirés par le commerce méditerranéen développé sous la houlette de Carthage. Le même phénomène a été déjà relevé au sud-est de l’île de Jerba où la plus ancienne occupation du sol est documentée non pas sur la côte, mais à l’intérieur des terres dans la zone de Sedouikech et plus précisément à Henchir Tawrirt 87. La même hypothèse pourrait être émise pour Ghizène 88 dont les premiers habitants seraient originaires de Henchir Bourgou. Ces autochtones, venant de l’intérieur des terres, se seraient installées sur ce site côtier (Ghizène) en vue de tirer profit de cette nouvelle dynamique économique méditerranéenne enclenchée dès l’époque archaïque 89.

66Il est notable que le monticule préhistorique de Guellala soit fréquenté jusqu’au i er s. av. J.-C., probablement en tant que lieu de passage, comme en témoignent les trouvailles céramiques éparses, telles que les bords d’amphores italiques de type Dr 1A et néo-puniques associés à des fragments de campanienne A tardive.

67Non moins importante est la question de l’abandon du site. En effet, les prospections de surface que nous y avons conduites nous ont permis de mettre au jour un secteur, situé à l’ouest, qui a livré beaucoup de céramiques d’époque byzantine.

  • 90 Fontana, Ben Tahar, Capelli 2009, p. 266.
  • 91 8 fragments de plats en sigillée de type Hayes 105, 1 fragment de bord d’une amphore de type Keay (...)
  • 92 Parmi les céramiques du vii e s., il y a des Hayes 105 et des fragments de morti (...)

68L’étude de ce matériel incite à penser que le site a été abandonné définitivement vers la deuxième moitié du vii e s., à la même époque que Meninx 90, El Gataya 91 et Ghizène 92 suite à la conquête arabo-musulmane survenue en 667.

69D’après la dispersion du matériel céramique, le « secteur byzantin » s’étend sur un espace de 6 hectares à peu près. Bien qu’elle soit de superficie plus petite que la cité romaine, l’agglomération des vi e et vii e s., jaugée à l’aune de la céramique, laisse apercevoir une certaine prospérité.

5. Conclusions et perspectives de recherche

70L’enquête de terrain que nous avons menée nous a permis de mieux comprendre l’organisation spatiale de l’antique Guellala, dont le noyau punique devrait se situer tout près de la côte. Une telle configuration n’est pas sans rappeler la plupart des sites africains littoraux.

71Comme nous avons pu le déduire, d’après les données de la prospection, une des raisons d’être de Guellala aurait été la valorisation de ses richesses maritimes d’une manière générale et malacologiques, plus particulièrement depuis la fin du v e s. av. J.-C., pour la production de la pourpre. Non moins importante est la situation géographique de notre site. En effet, étant située à la fois au nord du golfe de Boughrara et sur la route qui mène vers la Tripolitaine, Guellala a suscité un intérêt particulier pour les navigateurs puniques et plus tard romains et byzantins.

72Toutefois, les résultats auxquels nous sommes parvenus restent tributaires des données issues d’une prospection classique, de surcroît partielle, dont on connaît les limites. Il serait souhaitable, par conséquent, de poursuivre ces recherches de terrain en procédant tout d’abord à une prospection géophysique pour délimiter le centre urbain autour duquel a été organisée la vie politique et religieuse. Il conviendra par la suite d’y conduire des fouilles pour dissiper les multiples zones d’ombre qui imprègnent l’histoire de ce site dont l’origine libyco-punique est désormais clairement affirmée.

  • 93 Malgré les quelques tergiversations émises par plusieurs archéologues et historiens nous proposons (...)
  • 94 Il est question d’un procurator baphii Girbitania : voir Not.Dign. occ. XI 64-73 : Drine, Fentress(...)
  • 95 Les importantes quantités d’amphores orientales et africaines en plus de la vaisselle sigillée rec (...)
  • 96 Fontana, Ben Tahar, Capelli 2009, p. 174.

73Nous ignorons, en effet, quel type de rapport entretenait Guellala avec la ville de Meninx devenue plus tard Girba 93, chef-lieu prospère de l’île à l’économie florissante, grâce à ses activités hautement lucratives de production de pourpre 94 et à son commerce de longue distance méditerranéen 95 et continental 96.

74Outre les investigations terrestres, il serait très utile de mener des recherches sous-marines pour étudier d’une manière approfondie les installations portuaires dont on connaît l’emplacement. De telles enquêtes nous permettront de reconstituer la route maritime qu’auraient suivi les navires pour arriver à bon port d’un côté et d’identifier la paléo-plage de l’autre. Nous aurons ainsi une idée plus complète sur la configuration de la façade maritime d’un site qui tire l’essentiel de ses richesses de la mer.

Haut de page

Bibliographie

Africa Romana (L’) XIII 2000, M. Khanoussi, P. Ruggeri, C. Vismara (éd.), L’Africa romana XIII, Geografi, viaggiatori, militari nel Maghreb : alle origini dell’archeologia nel Nord Africa, Atti del XIII convegno di studio (Djerba, 10-13 dicembre 1998), Roma, (Pubblicazioni del Dip. di Storia dell’Università degli studi di Sassari, n.s. 6).

Akkari-Weriemmi J. 1988, « Une découverte épigraphique à Meninx (Henchir el Kantara. Jerba. Tunisie) », Africa X, p. 50-55.

Akkari-Weriemmi J. 1992-1993, « Les hypogées de Meninx », Africa XI, p. 242-257.

Akkari-Weriemmi J. 2004, « Le columbarium de Dar el Ghoula à Djerba (Tunisie) », Africa XX, p. 17-36. http://www.inp.rnrt.tn/periodiques/africa20.pdf

Alfaro C., Mylona D. 2014, « Fishing for Purple Shellfish (Murcidae) in Ancient Greece : Acquisition Technology and First Steps in Puprle Dye Production », dans C. Alfaro Asínz, M. Tellenbach, J. Ortiz (éd.), Purpurae Vestes, IV. Textiles and Dyes in Antiquity. Production and Trade of Textiles and Dyes in the Roman Empire and Neighbouring Regions. Actas del IV Symposium Internacional sobre textiles y tintes del Mediterráneo en el mundo antiguo (València, 5 al 6 de noviembre 2010), València, p. 149-165. https://www.academia.edu/15575730

Apostoulakou S. et alii 2016, Apostolakou S., Betancourt Ph., Brogan T., Mylona D., « Chryssi and Pefka : the Production and Use of Purple Dye on Crete in the Middle and Late Bronze Age », dans J. Ortis et alii (éd.), Proceedings of the V th International Symposium on Textiles and Dyes in the Ancient Mediterranean World, Montserrat, 19-22 march 2014, Padova-Este-Altino, Italy, 17-20 october 2016, València (Purpurae Vestes = Textiles and Dyes in Antiquity V), p. 199-208. https://www.academia.edu/29844071

Bechtold B. 2008, Observations on the Amphora Repertoire of Middle Punic Carthage, Ghent, (Carthage Studies, 2). https://www.academia.edu/4313678

Bechtold B. 2010, The Pottery Repertoire from Late 6th–mid 2nd Century BC Carthage. Observations based on the Bir Messaouda Excavations, Ghent, (Carthage Studies, 4), p. 1-82. https://www.academia.edu/4313728

Bechtold B., Docter R.F. 2010, Transport Amphorae from Punic Carthage : An Overview, dans L. Nigro (éd.), Motya and the Phoenician Ceramic Repertoire between the Levant and the West 9 th – 6 th Century BC, dans : Proceedings of the International Conference held in Rome, 26 February, Rome, p. 85-116. https://www.academia.edu/1148086

Ben Jerbania I. 2011, « Amphores grecques des tombes puniques du Sahel, Tunisie », RStFen 39, 1, p. 81-97. https://www.academia.edu/2434320

Ben Lazreg et alii 1995, Ben Lazreg N., Bonifay M., Drine A., Trousset P., 1995, « Production et commercialisation des salsamenta de l’Afrique ancienne », dans CTHS Pau 1995, p. 103-142.

Ben Tahar S. 2008, « L’occupation du sol à Rhizène à l’époque antique : les données de la prospection », REPPAL XIV, p. 45-59. http://www.inp.rnrt.tn/periodiques/reppal/reppal14.pdf

Ben Tahar S. 2009, « Nouvelle découverte dans la nécropole punique de Soûq el Guébli à Jerba », Africa XXII, p. 27-61.

Ben Tahar S. 2010b, « Le site de Soûq el Guébli à l’époque punique : nouvelles recherches, nouvelles données », dans Histoire et Patrimoine du littoral tunisien, actes du I er séminaire, Nabeul, 28-29 novembre 2008, Tunis, p. 65-102.

Ben Tahar S. 2010-2012, « Une tombe monumentale d’époque républicaine à Marguène (île de Jerba, Tunisie) », AntAfr 46, p. 55-85. https://www.persee.fr/doc/antaf_0066-4871_2010_num_46_1_1530

Ben Tahar S. 2014, « Le site punique de Ghizène (Jerba). Premiers résultats des fouilles 2008-2009 », MDAI(R) 120, p. 59-97.

Ben Tahar S. 2016, « Henchir Tawrirt (Jerba) : un site libyque aux origines protohistoriques », AntAfr 52, p. 9-52.

Ben Tahar S., 2018, « Henchir Bourgou (Jerba) à la lumière des nouvelles recherches archéologiques », MDAI(R) 124, p. 311-351.

Ben Tahar S., à paraître, « Ghizène and Mediterranean Trade from the 6th to the 2nd century BCE », (Carthage Studies, 10).

Beschaouch A., 1985, « Nouvelles observations sur les sodalités africaines », CRAI, p. 453-475. https://www.persee.fr/doc/crai_0065-0536_1985_num_129_3_14289

Bonifay M. 2004, Études sur la céramique romaine tardive d’Afrique, Oxford (BAR Int. S., 1301).

Brulard A., 1885, Monographie de l’île de Djerba, Besançon. https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5812241f.texteImage

Carte 2010, N. Duval, J. Desanges, Cl. Lepelley, S. Saint-Amans (éd.), Carte des routes et des cités de l’Est de l’Africa à la fin de l’Antiquité, d’après le tracé de Pierre Salama, Turnhout.

CTHS Pau 1995, P. Trousset (éd.), “Productions et exportations africaines. Actualités archéologiques”, Actes du VI e Colloque international sur l’Histoire et l’Archéologie de l’Afrique du Nord antique et médiévale, réuni dans le cadre du 118 e Congrès National des Sociétés Savantes, Pau, oct. 1993, Paris.

Drine A. 2000, « Les fouilles de Meninx. Résultat des campagnes de 1997 et 1998 », dans L’Africa Romana XIII 2000, p. 37-54.

Drine A., Fentress E., 2009, « Sources », dans An Island 2009, p. 37-54.

Excavations at Sabratha 1989, J. Dore, N. Keay (éd.), Excavations at Sabratha 1948-1951, II. The Finds, 1. The Amphorae, Coarse Pottery and Building Materials, London-Tripoli, (Society for Libyan Studies, Monograph 1).

Fantar M.H. 1986, Kerkouane, cité punique du Cap Bon, III, Sanctuaires et cultes. Société – Économie, Tunis.

Fantar M.H. 1995, « Nécropoles puniques de Tunisie », dans CTHS Pau 1995, p. 55-72.

Fentress E. 2009, « The Towns and Ports », dans An Island 2009, p. 75-86.

Feuille G.-L. 1939, « Sépultures punico-romaines de Gigthis », Revue Tunisienne, 37, p. 3-61.

Fontana S. 2000, « Un ‘immondezzaio’ di VI secolo da Meninx : la fine della produzione di porpora e la cultura materiale a Gerba nella prima età bizantina », dans L’Africa Romana XIII 2000, p. 95-114.

Fontana S., Ben Tahar S., Capelli C., « La ceramica tra l’età punica e la tarda antichità », dans An Island 2009, p. 241-327.

Hayes 1972, Late Roman Pottery. A Catalogue of Roman Fine Wares, London.

de Hoz J. 1987, « Les graffiti mercantiles en Occident et l’épave d’El Sec », REA, LXXXIX, 3-4, p. 117-130. https://www.persee.fr/doc/rea_0035-2004_1987_num_89_3_4277

Island (An) 2009, Drine A., Fentress E., Holod R., An Island Through Time : Jerba Studies, 1. The Punic and Roman Periods, Portsmouth, RI, (JRA Suppl. S. 71).

Keay S. 1989, « The amphorae », dans Excavations at Sabratha 1989, p. 5-67, 80-83.

Machebœuf Chr. et alii 2013, Machebœuf Chr., Bolšec Ferri N., Hanry A., Katunarić T., « La pourpre en Istrie », MÉFRA, 125/1, p. 259-271.

Oueslati A. 1986, Jerba et Kerkna (îles de la côte orientale de la Tunisie). Leur évolution géomorphologique au cours du Quaternaire, Tunis, (Publ. de l’Université de Tunis, 2e série, Géographie, 21).

Pratiques 2009, F. Blaizot (dir.), Pratiques et espaces funéraires de la Gaule durant l’Antiquité ( = Gallia 66-1). https://www.persee.fr/issue/galia_0016-4119_2009_num_66_1

Prévost V. 2008, L’aventure ibâdite dans le Sud tunisien (VIII e -XIII e siècle). Effervescence d’une région méconnue, Helsinki, (Suomalaisen tiedeakatemian toimituksia. Sarja Humaniora, 350).

Purpurae Vestes IV 2014, C. Alfaro Asínz, M. Tellenbach, J. Ortiz (éd.), Purpurae Vestes, IV. Textiles and Dyes in Antiquity. Production and Trade of Textiles and Dyes in the Roman Empire and Neighbouring Regions. Actas del IV Symposium Internacional sobre textiles y tintes del Mediterráneo en el mundo antiguo (València, 5 al 6 de noviembre 2010), València.

Ramón J. 1995, Las ánforas fenicio-púnicas del Mediterráneo central y occidental, Barcelona, (Instrumenta 2).

Schmitz Ph., Docter R.F., Ben Tahar S., 2007, « A Fifth Century BCE Graffito from Ghizène (Jerba) », Orientalia, p. 64-72 (Tab. X-XI).

Slim H. et alii 2004, Slim H., Trousset P., Paskoff R., Oueslati A., Le littoral de la Tunisie. Étude géoarchéologique et historique, Paris, (Études d’Antiquités Africaines). https://www.persee.fr/doc/etaf_0768-2352_2004_mon_1_1

Smet (de) J.-J. 1913, « Fouilles de sépultures puniques à Lemta (Leptis Minor) », BCTH, p. 327-342.

Stone D.L., 2016, « The Jetty with Platform : A Distinctive Port Structure from North Africa », AntAfr 52, p. 125-139.

Tissot Ch. 1884, Géographie comparée de la province romaine d’Afrique, 1, Géographie physique-Géographie historique- Chorographie, Paris, (Exploration scientifique de la Tunisie. Géographie ancienne). https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5747887n

Wilson A., 2002, « Urban Production in the Roman World », PSBR 70, p. 231-273.

Haut de page

Notes

1 Tissot 1884, p. 201-202.

2 Apud Slim et alii 2004, p. 102 : Tab. Peut., VII, 1

3 C’est l’actuel nom du site antique de Guellala.

4 Slim et alii 2004, p. 102.

5 Fentress 2009, p. 81, fig. 6.8.

6 Société Tunisienne de Distribution des Eaux. Ces travaux consistent dans le creusement d’un aqueduc dont le tracé longe la voie moderne MC 117 qui coupe le site en « deux ».

7 Slim et alii 2004, p. 17.

8 Le mot « Khaway » pourrait être traduit par « dépression ». Il ne s’agit ici que d’une hypothèse qu’il faudrait vérifier par des études géo-archéologiques poussées.

9 Ces vestiges, que nous avons reconnus lors d’une plongée en compagnie de M. Abderrazak Bechikh que je remercie vivement, se rapportent à des structures portuaires dont il sera question ci-dessous.

10 Pour les grands changements du littoral de la Petite Syrte dans l’antiquité, voir Slim et alii 2004, p. 22-23.

11 Apud Prevost 2008, p. 245-248.

12 Un tel type de pauimentum punicum est déjà attesté à Henchir Bourgou dans un contexte allant du iv e au ii e s. av. J.-C.

13 Slim et alii 2004, p. 102.

14 L’hypothèse de l’existence d’une fabrique de pourpre ou de garum a été déjà émise par P. Trousset : Slim et alii 2004, p. 102.

15 Fantar 1986, p. 509.

16 Drine 2000, p. 92.

17 Fontana 2000, p. 12.

18 Machebœuf et alii 2013, p. 269.

19 Alfaro, Mylona 2014, p. 161. Parmi les indices qui nous incitent à interpréter ces vestiges comme étant reliés à l’industrie de la pourpre, il y a l’existence de pilons, de broyeurs, de traces de feu et des coquillages qui présentent des « predation holes », ce qui indique leur captivité : voir à ce sujet Apostolakou et alii 2016, p. 206.

20 Wilson 2002, p. 51.

21 Pour les différentes techniques de pêche des muricidae de l’Antiquité à nos jours, voir Alfaro, Mylona 2014, p. 154-160.

22 Jusqu’aux années 1970, les habitants de Jerba ont puisé d’énormes quantités de coquillages dans les monticules antiques de Guellala et de Meninx pour construire des toitures étanches pour leurs maisons.

23 Stone 2016, p. 135.

24 Je remercie mon collègue M. Fiederling de m’avoir fourni cette image satellitaire.

25 Pour la géomorphologie marine de la Petite Syrte d’une manière générale, voir Stone 2016, p. 134.

26 Pour les jetées avec plateforme dans la Petite Syrte, voir Stone 2016.

27 Ce mot berbère signifie vallée.

28 Ben Lazreg et alii, 1995, p. 131, fig. 12 ; Slim et alii 2004, p. 102 ; Fentress 2009, p. 81 ; Fontana, Ben Tahar, Capelli 2009, p. 287.

29 Nous adoptons ici la classification établie par M. Bonifay (2004, p. 221).

30 Nous remercions vivement Monsieur Younès Ben Daamar, inspecteur d’enseignement secondaire qui nous a remis cet objet.

31 Cette tombe est en cours d’étude pour une publication à venir.

32 La tombe se trouve à l’intérieur d’un terrain privé, à 200 m à peu près à l’est de l’école primaire du village berbère de Tlet. C’est le propriétaire de la parcelle, Monsieur Aroussi Tlati qui, suite à des travaux de terrassement dans son propre jardin, nous a alerté de la découverte archéologique : je l’en remercie vivement.

33 La découverte d’une lampe de type Deneauve VII/sous type 1-Bonifay type 4, variante B associée à une autre lampe de type Deneauve VII/sous type 3-Bonifay type 6 à l’intérieur de la chambre funéraire dans un contexte scellé nous a permis de dater cette tombe de la deuxième moitié ou de la fin du ii e s. apr. J.-C.

34 « Zouggagh » veut dire « rouge » en berbère.

35 Cette tombe inédite a été découverte fortuitement le 23 décembre 2008 dans un lieudit Saiah, à 27 km de la frontière libyenne.

36 Ben Tahar 2016, p. 9.

37 Il abritait 8 niches aux dires du lieutenant Brulard (1885, p. 37) ; Akkari-Weriemmi 2004.

38 Akkari-Weriemmi 1992-1993.

39 Il s’agit de travaux publics réalisés par la Société tunisienne d’Electricité et de Gaz en janvier 2011 au nord de Meninx qui ont mis au jour quelques sépultures.

40 Sur l’emplacement des nécropoles par rapport aux centres urbains à l’époque romaine, voir Pratiques 2009, p. 284.

41 Deux ossuaires en pierre, trouvés lors des travaux entrepris par la SONEDE au début des années 1980, déposés au Borj Ghazi Mustapha contenant des ossements humains calcinés proviennent très probablement de Meninx. Outre ces caissons, on doit signaler la plaque funéraire en marbre recueillie dans ce même site, publiée par A. Beschaouch (1985, p. 466-469) et J. Akkari-Weriemmi (1988).

42 De peur qu’elles ne soient pillées, ces tombes aussitôt mises au jour, ont été recouvertes de terre en attendant la fouille.

43 Il s’agit de cruches à anses torsadées dont nous pouvons citer un parallèle strict à Marguène : voir Ben Tahar 2010-2012, p. 79, fig. 42, 2.

44 Ben Tahar 2009a, p. 45, 48, 53, 58 ; 2009b, p. 104.

45 De Smet 1913, p. 329.

46 Feuille 1939, p. 47, fig. 12.

47 Photo prise par B. Schumann, photographe de la LMU (projet Meninx Archaeological Project). Qu’il en soit vivement remercié.

48 Sur la diffusion de cette forme dans les sites antiques de Jerba, voir Fontana, Ben Tahar, Capelli, 2009, p. 264.

49 Fontana, Ben Tahar, Capelli I 2009, p. 300, fig. 16.27, 3.1.5b.

50 Forme appelée Iunca 1 dans le cadre du projet Training in Action dirigé par A. Othman (INP) et A. Leone (Durham University).

51 Ben Tahar 2008, p. 77, fig. 12, 1-5 ; 2014, p. 79, fig. 20, 18 ; p. 81, fig. 21, 8.

52 Les dernières prospections et fouilles archéologiques inédites que nous avons effectuées à Henchir Bourgou ont mis au jour plusieurs fragments afférents au type Ramón T-4.2.1.5.

53 Observations personnelles sur le matériel issu des dernières fouilles archéologiques réalisées dans le cadre du projet de recherches tuniso-allemand à Meninx. La forme prépondérante est la Ramón T-4.2.1.5.

54 Ben Tahar 2010b, p. 98, fig. 40.

55 Ben Tahar 2016, p. 18, 19, fig. 15, 1-11.

56 Pour les amphores carthaginoises attestées à Sabratha, voir Keay 1989, p. 12-23.

57 Ben Tahar 2014, p. 86.

58 Voir Ben Tahar, Fersi 2009, p. 112-113. Pour la bibliographie y afférente, voir note 138.

59 Schmitz, Docter, Ben Tahar 2007.

60 de Hoz 1987.

61 Ces marques commerciales confirment l’idée que ces vaisselles attiques (et j’ajouterai les amphores grecques occidentales) étaient redistribuées en Occident par des marchands puniques : voir de Hoz 1987, p. 121.

62 Pour l’itinéraire que suivaient les amphores et les céramiques grecques pour arriver à Carthage, voir Bechtold 2008, p. 38-39 ; 2010, p. 32 ; Bechtold, Docter 2010, p. 96.

63 Ben Tahar 2014, p. 88.

64 Ben Tahar 2014, p. 86.

65 Fantar 1995, p. 25.

66 L’hypothèse de l’existence d’un emporion à Lemta favorisé par une baie qui offrait un « abri assuré, ample et commode » a été formulée par l’abbé J.-J. de Smet (1913, p. 328).

67 D’importantes quantités de matériel grec (amphores et céramiques attiques) ont été découvertes par la mission archéologique tuniso-française à Nabeul dirigé par L. Slim, M. Fantar et M. Bonifay que je remercie de m’avoir autorisé à en faire état.

68 Pour les amphores grecques et les vaisselles attiques à vernis noir du Sahel, voir Ben Jerbania 2011, p. 83-95, fig. 1-4 ; p. 125-136, fig. 1-4.

69 Ben Tahar, Fersi 2009.

70 Le matériel maltais est présent à Ghizène : Ben Tahar 2014, p. 82, 90 et à Meninx (observations personnelles sur les céramiques issues des fouilles tuniso-allemandes co-dirigées par l’auteur de ces lignes et Stefan Ritter, menées dans le cadre du Meninx Archaeological Project - MAP).

71 Fentress 2009, p. 81.

72 Ben Tahar 2014, p. 87-88.

73 Hypothèse déjà émise pour expliquer les circonstances de l’émergence du site de Soûq el Guébli : voir Ben Tahar 2010b, p. 100.

74 Carte 2010, p. 228.

75 Prospection réalisée en juillet avec Z. Msellem et M. Barbou dans le cadre du projet de la Carte archéologique nationale des Monuments et des Sites.

76 Stone 2016, p. 130-132.

77 Slim et alii 2004, p. 18. Sterling 2016, p. 130-132.

78 Observations personnelles sur le matériel issu d’un sondage que nous avons effectué en 2014 à Zitha dans le cadre du projet de recherches tuniso-américain entre l’INP et l’UCLA co-dirigé par A. Drine et B. Kaufman, intitulé Zita Project in the Archaeology, Anthropology, and Ethnography of Southern Tunisia.

79 Ce matériel est en cours d’étude pour une publication.

80 Slim et alii 2004, p. 24.

81 Voir la carte géomorphologique dans Oueslati 1986 (à la fin du livre). Le bourrelet euthyrrhénien est complètement absent des côtes qui s’étendent entre Borj Jilij et J. Ouersighen : Oueslati 1986, p. 65.

82 Plus d’une dizaine de kilomètres séparent la carrière de pierre du site de Guellala.

83 À ne pas confondre avec Henchir Tawrirt de Sedouikech qui a livré lui aussi des vestiges préhistoriques et protohistoriques : voir Ben Tahar 2016.

84 Le mot berbère « tawrirt » se traduit par colline ou monticule : voir Ben Tahar 2016, p. 9.

85 Ben Tahar 2018, p. 317.

86 Ben Tahar 2016, p. 9.

87 Ben Tahar 2010b, p. 100-101 ; 2016, p. 27-28.

88 Aucun des sondages effectués à Ghizène n’a révélé l’existence d’une occupation humaine préhistorique ou protohistorique.

89 Ben Tahar, à paraître.

90 Fontana, Ben Tahar, Capelli 2009, p. 266.

91 8 fragments de plats en sigillée de type Hayes 105, 1 fragment de bord d’une amphore de type Keay 61, 3 fragments d’un mortier de type byzantin tardif et quelques fragments de bord de type Hayes 108.

92 Parmi les céramiques du vii e s., il y a des Hayes 105 et des fragments de mortiers de type byzantin tardif (de production nabeuléenne ?).

93 Malgré les quelques tergiversations émises par plusieurs archéologues et historiens nous proposons de localiser Girba à Henchir el Kantara.

94 Il est question d’un procurator baphii Girbitania : voir Not.Dign. occ. XI 64-73 : Drine, Fentress 2009, p. 42 ; Fentress et alii 2009, p. 175.

95 Les importantes quantités d’amphores orientales et africaines en plus de la vaisselle sigillée recueillies en surface traduisent l’essor économique de cette ville durant l’antiquité tardive jusqu’au vi e s. : Fontana, Ben Tahar, Capelli 2009, p. 284-291.

96 Fontana, Ben Tahar, Capelli 2009, p. 174.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Guellala
Légende Carte de situation (1 : 200 000e). Feuille Gabes, Zarzis, Sidi Toui et Tataouine, nouvelle édition
Crédits Office de la Topographie et de la Cartographie, Tunis, 1979.
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/1159/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 2a : Guellala. Organisation spatiale : vestiges terrestres
Crédits Google earth. Sami Ben Tahar
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/1159/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Fig. 2b : Guellala. Port
Crédits Cliché S. Ben Tahar
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/1159/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 3 : Vestiges antiques érodés en bord de mer
Crédits cliché S. Ben Tahar
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/1159/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 4 : Matériel céramique du secteur punique : le rivage. Amphores
Légende 1 : amphore punique de type Ramón T-4.2.1.5 ; fragment de bord ; pâte KTS ; production carthaginoise (inv. HK.0.31). 2 : amphore punique de type Ramón T-4.2.1.5 ; fragment de bord ; pâte KTS ; production carthaginoise (inv. HK.0.15). 3 : amphore punique de type Ramón T-4.2.1.5 ; fragment de bord ; pâte KTS ; production carthaginoise (inv. HK.0.16). 4 : amphore punique de type Ramón T-4.2.1.5 ; fragment de bord ; pâte KTS ; production carthaginoise (inv. HK.0.23). 5 : amphore punique de type Ramón T-4.2.1.5 ; fragment de fond ; pâte KTS ; production carthaginoise (inv. HK.0.33). 6 : amphore punique de type Ramón T-5.2.3.1 ; fragment de fond ; pâte KTS ; production carthaginoise (inv. HK.0. 48). 7 : amphore punique de type Ramón T-7.4.3.1 ; fragment de bord ; pâte orangée riche en quartz fin ; surface extérieure verdâtre ; production carthaginoise (inv. HK.0.5). 8 : amphore punique de type Ramón T-7.4.2.1 ; fragment de bord ; pâte à moitié orangée, à moitié verdâtre, production carthaginoise (inv. HK.0.2). 9 : amphore punique de type Ramón T-3.2.1.2 ; fragment de bord ; pâte orangée riche en quartz ; production carthaginoise (inv. HK.0.35). 10 : amphore de tradition punique de type Sabratha 9k ; fragment de bord ; pâte orangée, fine ; surface extérieure verdâtre ; production locale (inv. HK.0.3). 11 : amphore de tradition punique de type Sabratha 9k ; pâte rouge fine ; surface extérieure jaunâtre ; production locale (inv. HK.0.4). 12 : amphore de tradition punique de type Sabratha 9d ; pâte rouge orangé fine un peu micacée ; surface extérieure verdâtre ; production locale (inv. HK.0.6). 13 : amphore de tradition punique de type Ramón T-7.4.1.1 ; pâte grisâtre à cœur rouge brun, production de Tripolitaine de l’Est (inv. HK.0.13). 14 : amphore africaine de type Tripolitaine I /Sabratha 16a ; pâte gris verdâtre à cœur rouge brun ; surface extérieure verdâtre ; production tripolitaine (inv. HK.0.40). 15 : amphore italique de type Lamboglia 2 ; fragment de bord ; pâte beige riche en chamotte ; production de l’Adriatique (inv. HK.0.8). 16 : amphore hispanique ; fragment de bord ; pâte grisâtre à cœur orangé, très grenue, riche en points blancs et grisâtre ; micacée ; production hispanique (inv. HK.0.7). 17 : amphore hispanique de type Dressel 9 ; production de Bétique (inv. HK.0.19).
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/1159/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 382k
Titre Fig. 5 : Matériel céramique du secteur punique : le rivage. Céramiques à vernis noir
Légende 1 : céramique attique à vernis noir ; fragment de pied d’un plat à poisson de type Lamboglia 23 (inv. HK.0.32). 2 : céramique attique à vernis noir ; fragment de bord d’un bol de type incurving rim (inv. HK.0.43). 3 : céramique attique à vernis noir ; fragment de bord d’un bol de type saltcellar : footed (inv. HK.0.30). 4 : céramique à vernis noir italique ; fragment de bord d’un bol de type Lamboglia 27 ; production de l’atelier des Petites Estampilles (inv. HK.0. 46). 5 : céramique campanienne A ; fragment de bord d’une assiette de type Lamboglia 36 (inv. HK.0. 47). 6 : céramique campanienne A ; fragment de bord d’un plat de type Lamboglia 55 (inv. HK.0.29). 7 : céramique campanienne A ; fragment de fond d’un bol ; feuilles et guillochures sur le fond interne (inv. HK.0.45). 8 : céramique à vernis noir punique ; bol de type Lamboglia 31b/M.2950 ; pâte beige chamois ; filet peint en blanc à l’intérieur de la paroi sous le bord ; deux cercles peints avec la même couleur sur le fond interne ; production indéterminée. 9 : céramique à vernis noir punique ; fragment de bord d’un plat de type rilled rim ; pâte grise micacée ; production locale (inv. HK.0.44). 10 : céramique à vernis noir punique ; fragment de bord d’un plat de type Lamboglia 5/7 ; pâte grise mal épurée ; vernis complètement effacé ; production locale (HK.0.12).
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/1159/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 133k
Titre Fig. 6 : Matériel céramique du secteur punique : le rivage. Céramiques communes
Légende 1 : céramique commune africaine ; fragment de bord d’une marmite de type Sabratha 36 ; pâte rouge orangé fine ; production locale (inv. HK.0.22). 2 : céramique commune de tradition punique ; fragment de bord d’un bassin de type Vegas 54 ; pâte rouge à orangé ; surface extérieure verdâtre ; production locale (inv. HK.0.9). 3 : céramique commune de tradition punique ; fragment de bord d’un bassin de type Vegas 54 ; pâte rouge à granulométrie fine ; production locale (inv. HK.0.17).
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/1159/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 122k
Titre Fig. 7 : Matériel céramique du secteur punique : la zone I.1
Crédits dessins S. Ben Tahar
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/1159/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 345k
Titre Fig. 8 : Guellala. Monticule de murex concassés au bord de la plage
Crédits cliché S. Ben Tahar
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/1159/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Fig. 9 : Dépôt municipal de Guellala. Éléments d’architecture d’époque romaine
Crédits cliché S. Ben Tahar
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/1159/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 10 : Guellala. Caveau taillé dans l’argile
Crédits cliché S. Ben Tahar
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/1159/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 11 : Matériel céramique des ii e et iii e s. issu de la zone II.1, 2, 3, 5, 6, 7
Légende 1 : amphore italique ; fragment de bord d’une amphore de type Lamboglia 2 ; pâte beige, fins grains de quartz et quelques particules noires ; production de Bétique (inv. HK.0.243). 2 : amphore tripolitaine ; fragment de bord d’une amphore de type Tripolitaine III ; pâte brune riche en points noirs et en grains de quartz ; surface extérieure crème ; production de Leptis Magna (inv. HK.0.209). 3 : amphore tripolitaine ; fragment de bord d’une amphore de type Tripolitaine II/Sabratha 16c ; pâte sandwich rouge et grise riche en micro-fossiles ; surface extérieure crème ; production de Leptis Magna (inv. HK.0.244). 4 : amphore africaine ; fragment de bord d’une amphore de type Uzita Pl. 52, 10 ; pâte à cœur saumon clair et surface verdâtre riche en points blancs ; production de Salakta (inv. HK.0.206) 5 : amphore africaine ; fragment de bord d’une amphore de type Africaine IIA con gradino ; pâte à moitié rouge clair, à moitié grise constellée de points blancs ; surface extérieure crème ; production de Salakta (inv. HK.0.207). 6 : amphore africaine ; fragment de bord d’une amphore de type Africaine IB, variante tardive ; pâte rouge brun compacte, quelques fossiles ; surface extérieure grise ; production de Byzacène (inv. HK.0.245). 7 : amphore africaine ; fragment de bord d’une amphore de type Africaine IA ; pâte rouge orangé riche en points jaunâtres ; surface extérieure jaunâtre ; production de Byzacène (inv. HK.0.203). 8 : amphore africaine ; fragment de bord d’une amphore de type Dressel 2/4 ; pâte brun clair à cœur gris ; surface extérieure jaunâtre ; production locale (inv. HK.0.431). 9 : amphore africaine ; fragment de bord d’une amphore de type Dressel 2/4 ; pâte rouge orangé, fine ; surface extérieure verdâtre ; production locale (inv. HK.0.428). 10 : sigillée africaine C 1-2 ; fragment de bord d’un plat de type Hayes 48A ; pâte fine avec quelques petits points blancs ; vernis rouge satiné (inv. HK.0.264). 11 : céramique culinaire B ; fragment de bord d’un couvercle de type Hayes 182B ; pâte compacte, constellée de petits points blancs ; bord de couleur jaunâtre ; vernis orangé lustré à l’extérieur (inv. HK.0.237). 12 : céramique culinaire ; surcuit ? fragment de bord d’un plat de type Hayes 181A (inv. HK.0.525). 13 : céramique culinaire B ; fragment de bord d’un plat de type Hayes 181B ; pâte rouge orangé riche en micro-fossiles ; vernis rouge orangé lustré à l’intérieur ; bande réservée à l’extérieur sur la partie supérieure du plat de couleur jaunâtre (inv. HK.0.236). 14 : céramique culinaire C ; fragment de bord d’un couvercle de type Hayes 196 variante ; pâte rouge orangé riche en grains de quartz ; bord jaunâtre à grisâtre (inv. HK.0.319). 15 : céramique commune ; fragment de bord d’un bassin de type Sabratha 260 ; pâte grisâtre ; surface extérieure verdâtre (inv. HK.0.576). 16 : céramique commune ; fragment de bord d’un bassin ; pâte gris clair à cœur rouge clair ; surface extérieure jaunâtre ; production locale (inv. HK.0.227). 17 : céramique commune ; jatte à bord trifide de type Bonifay commune type 3 ; pâte orangé clair ; surface extérieure jaunâtre ; production locale (inv. HK.0.192). 18 : céramique commune ; fragment de bord d’un mortier ; pâte gris clair ; surface extérieure verdâtre ; production locale (inv. HK.0.577). 19 : céramique commune ; fragment de bord d’un grand couvercle de type Sabratha 104/Bonifay commune 39 ; pâte grisâtre à cœur rouge un peu micacée ; bord de couleur jaunâtre à l’extérieur ; production locale (inv. HK.0.239).
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/1159/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 379k
Titre Fig. 12 : Matériel céramique datant entre le iv e et la première moitié du v e s. de la zone II.11, 13, 14
Légende 1 : amphore africaine ; fragment de bord d’une amphore de type Keay 25.1 ; pâte rouge orangé fine ; surface extérieure verdâtre (inv. HK.0.200). 2 : sigillée tripolitaine ; fragment de bord d’un plat de type Hayes 2 ; pâte rouge brun ; vernis rouge à marron ; bord extérieur noirci (inv. HK.0.300). 3 : sigillée continentale ; pâte rouge orangé ; vernis rouge interne et externe de qualité médiocre ; production de Henchir Srira (?) (inv. HK.0.168). 4 : céramique culinaire BT ; fragment de bord d’une marmite de type Hayes 183 ; pâte rouge orangé fine ; engobe crème lustré à l’extérieur ; production tripolitaine (inv. HK.0.214). 5 : céramique culinaire CT ; fragment de bord d’une marmite ; pâte à moitié rouge brun, à moitié grise ; surface extérieure grisâtre ; production tripolitaine (inv. HK.0.252). 6 : sigillée africaine E ; fragment de bord d’un plat de type Hayes 68 ; pâte brun rouge riche en points blancs ; vernis rouge marronâtre d’aspect satiné (inv. HK.0.298). 7 : céramique modelée de Pantelleria, fragment de bord d’une marmite de type G2.1 ; pâte marron clair riche en grains de quartz, en mica et en points noirs ; production de Pantelleria (inv. HK.0.483) 8 : céramique commune ; fragment de bord d’un bassin qui présente des similitudes avec le type Carthage LR Basin 4 = type Sidi Jdidi 2 ; pâte rouge ; surface extérieure crème ; production de Nabeul ( ?) (inv. HK.0.51). 9 : céramique commune ; fragment de bord d’un bassin de type Fontana 3.1.5b ; pâte grise fine ; production locale (inv. HK.0.373).
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/1159/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre Fig. 13 : Matériel céramique datant entre la deuxième moitié du v e et le début du vi e s. de la zone II.12, 13,14
Légende 1 : amphore africaine ; fragment de bord d’une amphore de type Keay 35 B ; pâte rouge compacte ; surface extérieure jaunâtre ; production de Nabeul (inv. HK.0.356). 2 : amphore africaine ; fragment de bord d’une amphore de type Keay 56 ; pâte rouge orangé compacte ; surface extérieure jaunâtre ; production de Nabeul (inv. HK.0.545). 3 : amphore africaine ; fragment de bord d’une amphore de type Keay 57 ; pâte rouge compacte et assez fine ; surface extérieure jaunâtre ; production de Nabeul (inv. HK.0.418). 4 : sigillée africaine C/D ; fragment de bord de type Hayes 61B2 ; pâte orangée à granulométrie fine ; vernis orangé ; production de Sidi Khelifa (inv. HK.0.513). 5 : sigillée africaine C/D ; fragment de bord d’un plat de type Hayes 61B3 ; pâte orangée à granulométrie fine ; production de Sidi Khelifa (inv. HK.0.509). 6 : sigillée africaine C/D ; fragment de bord d’un plat de type Hayes 87A/88 ; pâte rouge orangé poreuse avec des fins grains de quartz ; vernis rouge orangé ; production de Sidi Khelifa (inv. HK.0.510). 7 : Sigillée africaine C5 ; fragment de bord d’un bol de type Hayes 84 ; pâte orangée fine ; décor guilloché à l’extérieur (inv. HK.0.283). 8 : sigillée africaine C5 ; fragment de bord d’un plat de type Hayes 82B ; pâte rouge orangé fine ; guillochis sur la surface extérieure (inv. HK.0.284). 9 : amphore africaine ; fragment de bord d’une amphore de type Keay 8B ; pâte rouge brun riche en petits points blancs ; surface extérieure grisâtre ; production de la Byzacène méridionale (inv. HK.0.422).
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/1159/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 171k
Titre Fig. 14 : Matériel céramique du vi e s. de la zone II.10, 11, 12, 13, 14, 20
Légende 1 : amphore orientale ; fragment de bord d’une amphore de type LRA 1B ; pâte verdâtre riche en quartz et en grains noirs et rouges ; surface extérieure crème (inv. HK.0.429). 2 : amphore orientale ; fragment de bord d’une amphore de type LRA 2B ; pâte orangé clair riche en fins grains (inv. HK.0.546). 3 : amphore africaine ; fragment de bord d’une amphore de type Keay 62A ; pâte à moitié verdâtre, à moitié orangé clair ; production du Sahel (inv. HK.0.412). 4 : amphore africaine ; fragment de bord d’une amphore de type Keay 62A ; pâte rouge assez fine ; surface extérieure jaunâtre ; production du Sahel (inv. HK.0.415). 5 : amphore africaine ; fragment de bord d’une amphore de type Keay 62D ; pâte grise à cœur rouge brun ; production du sahel (inv. HK.0.362). 6 : amphore africaine ; fragment de bord d’une amphore de type 62E ; pâte rose clair ; surface extérieure verdâtre riche en grains de quartz ; production du Sahel (inv. HK.0.413). 7 : amphore africaine ; fragment de pied d’une amphore africaine de type Keay 62 ; pâte verdâtre (inv. HK.0.405). 8 : amphore africaine ; fragment de fond d’une amphore de type Keay 62 ; pâte rouge compacte ; surface extérieure verdâtre ; production de Nabeul ( ?) (inv. HK.0.404). 9 : sigillée africaine D2 ; fragment de bord d’un plat de type Hayes 104A ; pâte rouge brun riche en grains de quartz ; vernis marron clair (inv. HK.0.507). 10 : sigillée africaine D ; fragment de bord d’un bol de type Hayes 98A ; pâte orangée granuleuse ; vernis orangé à l’intérieur uniquement (inv. HK.0.296). 11 : sigillée africaine C/D ; fragment de bord d’un plat de type Hayes 87A1 ; pâte rouge orangé avec des fins grains de quartz ; engobe de couleur orangé ; production de Sidi Khelifa (inv. HK.0.63). 12 : sigillée africaine ; fragment de bord d’un plat de type Hayes 87C ; pâte rouge orangé riche en fins grains de quartz ; vernis orangé (inv. HK.0.167). 13 : sigillée africaine ; fragment de bord d’un plat de type Hayes 87c/109 ; pâte orangée granuleuse ; vernis orangé lustré (inv. HK.0.301). 14 : céramique culinaire ; fragment de bord d’un couvercle ? pâte rouge riche en grains de quartz ; bord noirâtre à grisâtre à jaunâtre par endroits ; production de la Byzacène méridionale (inv. HK.0.74). 15 : céramique commune africaine ; fragment de bord d’un bol de type Carthage Class 1B ; production d’Oudhna (inv. HK.0.376). 16 : céramique culinaire africaine ; fragment de bord d’un couvercle ? de type Iunca 1 ; pâte rouge riche en quartz ; surface extérieure du bord grisâtre à crème par endroits ; production de la Byzacène méridionale (inv. HK.0.65). 17 : céramique commune africaine ; pâte riche en quartz de couleur beige à grisâtre fine ; surface extérieure crème (inv. HK.0.495). 18 : céramique commune africaine ; pâte rouge brun, riche en fins grains de quartz ; bord noirci ; production de la Byzacène méridionale (inv. HK.0.74). 19 : céramique commune africaine ; fragment d’un bol à bord triangulaire ; pâte à moitié rouge brun, à moitié grisâtre ; surface extérieure verdâtre (inv. HK.0.499). 20 : Céramique commune africaine ; fragment de bord d’un bol ; pâte orangée à cœur gris ; points blancs sur les surfaces extérieure et intérieure (inv. HK.0.377).
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/1159/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Titre Fig. 15 : Matériel céramique du vii s. de la zone II.12, 13, 14, 15
Légende 1 : amphore africaine ? fragment de bord d’une amphore de type Benghazi LR7 ; pâte orangé clair à cœur gris ; surface extérieure jaunâtre (inv. HK.0.547). 2 : amphore africaine ; fragment de bord d’une amphore africaine de type Keay 61 ; pâte orangé clair ; surface extérieure verdâtre (inv. HK.0.359). 3 : amphore africaine ; fragment de bord d’une amphore de type Keay 61 ; pâte orangée ; surface extérieure jaunâtre (inv. HK.0.419). 4 : amphore africaine ; fragment de bord d’une amphore de type Keay 8A ; pâte beige ; surface extérieure jaunâtre à verdâtre (inv. HK.0.397). 5 : amphore africaine ; fragment de bord d’une amphore de type Keay 8A ; pâte orangée très grenue ; surface extérieure verdâtre ; production de la Byzacène (inv. HK.0.414). 6 : spatheion africain ; fragment de bord d’un spatheion ; pâte calcaire blanche ; production de Nabeul ? (inv. HK.0.366). 7 : amphore africaine ; fragment de pied d’une amphore de type Bonifay 50 ; pâte rouge orangé à cœur grisâtre (inv. HK.0.557). 8 : amphore africaine ; fragment de bord d’une amphore de type Keay 61 ; pâte orangée ; surface extérieure crème (inv. HK.0.350). 9 : sigillée africaine tardive ; fragment de bord d’un plat de type Hayes 109A ; pâte rouge ; vernis rouge orangé lustré (inv. HK.0.302). 10 : sigillée africaine tardive ; fragment de bord d’un plat de type Hayes 105A ; pâte orangée riche en quartz ; restes d’un vernis rouge de mauvaise qualité sur le bord extérieur (inv. HK.0.75). 11 : sigillée africaine tardive ; fragment de bord d’un plat de type Hayes 105B ; pâte de couleur orangée granuleuse, riche en micro-fossiles (inv. HK.0.53). 12 : sigillée africaine tardive ; fragment de bord d’un plat de type Hayes 105 B/C ; pâte orangée grenue à cœur grisâtre ; vernis rouge orangé de mauvaise qualité (inv. HK.0.163). 13 : sigillée africaine tardive ; fragment de bord d’un bol de type Hayes 91D ; pâte rouge brun avec des micro-fossiles ; vernis rouge brique de mauvaise qualité (inv. HK.0.297). 14 : céramique commune ; fragment de bord d’une jatte de type Bonifay 36 ; pâte orangée assez fine ; surface extérieure jaunâtre ; décor incisé (inv. HK.0.258).
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/1159/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 258k
Titre Fig. 16 : Oued Chakhar. Carrière à ciel ouvert avec front de taille
Crédits cliché S. Ben Tahar
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/1159/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sami Ben Tahar, « Le site antique de Guellala (Jerba) de la prospection à l’étude archéologique »Antiquités africaines, 55 | 2019, 71-95.

Référence électronique

Sami Ben Tahar, « Le site antique de Guellala (Jerba) de la prospection à l’étude archéologique »Antiquités africaines [En ligne], 55 | 2019, mis en ligne le 24 avril 2020, consulté le 02 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/antafr/1159 ; DOI : https://doi.org/10.4000/antafr.1159

Haut de page

Auteur

Sami Ben Tahar

Institut national du patrimoine de Tunis

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Antiquités africaines

Haut de page
  • Logo Centre Camille Jullian
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Logo CNRS Éditions
  • OpenEdition Journals