Navigation – Plan du site

Le Fundus Tapp(hugabensis) - Henchir Chaïeb : Un domaine agricole de la région de Bou Arada (Tunisie)

Ali Chérif
p. 97-126

Résumés

La mise en série de l’emploi du terme possessor dans l’épigraphie latine d’Afrique et la découverte d’une nouvelle borne-limite territoriale un peu au nord de Henchir Chaïeb permettent de revenir sur la question du statut juridique des terres administrées à partir de ce centre domanial (domaine privé ou impérial). De plus, des prospections récentes ont apporté de nouvelles données archéologiques sur la chronologie de l’occupation du site. Un rapprochement toponymique avec une cité sufétale établie dans le même secteur géographique, la ciuitas Tapphugabensis, laisse admettre le développement du nom abrégé Tapp en Tapp(hugabensis).

Haut de page

Texte intégral

  • 1 C’est plus ou moins le territoire relevant de la Délégation de Bou Arada (= sous-préfecture) avec (...)
  • 2 Aradi – Bou Arada, d’après une inscription encore inédite signalée par A. Beschaouch (...)
  • 3 C’est une cité proche d’Auitta Bibba révélée par une inscription encore inédite signalée par A. Be (...)
  • 4 Sur cette cité, voir Chérif 2016.
  • 5 On ajoutera à ces cités la ciuitas Abbi[ritana ?] connue à travers une inscription conservée dans (...)
  • 6 Ferchiou 1980 ; 1987.

1La région de Bou Arada, c’est-à-dire en gros le territoire couvert par les cartes topographiques au 1/50 000e de « Bou Arada » et de « Djebel Mansour »1, est connue dans l’antiquité romaine à la fois par une importante densité urbaine : plusieurs cités dans un rayon ne dépassant pas les 15 kilomètres (Apisa Maius, Apisa Minus, Aradi 2, Auitta Bibba, Bisica, Biracsaccar, ciuitas Crimeteris 3, Gales, Sucuba(-i), Suo, Tapphugaba 4 et d’autres encore5) ; et par de nombreux témoignages sur la colonisation agricole. N. Ferchiou a pu démontrer que l’implantation de colons romains dans cette région remontait déjà aux époques augustéenne et julio-claudienne6.

  • 7 AAT II, f. 25 - Jama au 1/100 000e, n° 107 (village ; temple (?) bien conservé). Coo (...)
  • 8 Ferchiou 1979 ; Beschaouch 1979, p. 397 (d’où AE 1979, 656) : C(aius) Iulius Aug(ust (...)
  • 9 Le déplacement du mausolée a été décidé vers 1974 à la suite des menaces dictées par l’aménagement (...)
  • 10 Cf. infra, à propos de ce domaine.
  • 11 AAT II, f. 25 - Jama au 1/100 000e, n° 139 (village ; beau mausolée). Coordonnées UT (...)
  • 12 Ferchiou 1984 (d’où AE 1984, 933) ; Ferchiou, Gabillon 1985. Voir aussi Lassère 1998 (...)
  • 13 Le lieu-dit Sidi Kaddou est situé à 18 km à vol d’oiseau au sud-ouest de Bou Arada. Ce nom ne figu (...)

2Outre le centre domanial objet de la présente enquête, nous tenons à signaler le domaine de C. Iulius Felix à Henchir al-Moussaouer7, un affranchi d’Auguste8 dont le beau mausolée a été transféré au centre de la ville de Bou Arada9 ; le domaine de Henchir Bel Azez qui semble être le centre d’une propriété impériale10 ; un domaine anonyme signalé par le grand mausolée de Ksar Bou Khriss11 ; et une propriété attestée par une inscription magique rédigée en langue grecque12 découverte à Sidi Kaddou13 (fig. 1).

Fig. 1 : Cités et centres domaniaux dans la région de Bou Arada

Fig. 1 : Cités et centres domaniaux dans la région de Bou Arada

A. Chérif et R. Smari

  • 14 Le principal effort de prospection revient à la regrettée N. Ferchiou. Récemment, une thèse de doc (...)

3Mis à part les monuments distingués (les mausolées ou autre type de tombeaux monumentaux) et les inscriptions, le paysage archéologique de ces propriétés privées et impériales n’a été que sporadiquement exploré et décrit14. Pour combler cette lacune, un tant soit peu, nous proposons de consacrer cette enquête à l’un de ces domaines, le Fundus Tapp(hugabensis). Une nouvelle documentation archéologique et épigraphique permet de revenir sur l’histoire de ce domaine agricole, son statut juridique et la chronologie de son occupation.

1. Présentation du centre domanial

1.1. Localisation du site

  • 15 Le nom de Jenan ez-Zeytouna consacré par l’article de Ch. Saumagne (1937) ne figure ni sur la cart (...)
  • 16 Coordonnées UTM : X : 549035.662 ; Y : 4017471.228 (Alt. 378-388 m).

4Le site archéologique de Henchir Chaïeb, connu dans l’historiographe moderne par l’appellation tout à fait erronée de Jenan ez-Zeytouna15, est situé à 7,5 km à vol d’oiseau au sud-ouest de Bou Arada, 3,7 km à l’ouest-nord-ouest de Henchir Sidi Abd en-Nour, antique ciuitas Tapphugabensis, et à 1 km au sud du Jbel Menchar (fig. 2)16.

Fig. 2 : Carte du secteur de Henchir Chaïeb

Fig. 2 : Carte du secteur de Henchir Chaïeb

A. Chérif et R. Smari

  • 17 Contrairement à ce qu’a écrit J. Kolendo (1991, p. 47) : « Jenan ez-Zeytouna (Fundus Tapp…), local (...)
  • 18 Ferchiou 1980, p. 12-19 ; 1997, p. 2904-2905 et fig. p. 2899 ; Abid 2014 (d’où A (...)

5Le champ de ruines s’étendait d’autre part sur la bordure de la Fossa Regia, à l’intérieur de l’ancien territoire de la Carthage punique17. Le tracé de cette frontière, tel qu’il a été reconstitué par N. Ferchiou, passe nettement plus au sud. En effet, le lieu d’implantation de la borne d’Aïn Taffala (lieu appelé aussi Sidi Ahmed Ghrib), qui gît encore dans l’oued et-Tine, est situé 2,5 km au sud de Henchir Chaïeb18.

1.2. L’identification du domaine

  • 19 Dimensions : H 0,34 m ; larg. 0,40. Le champ épigraphique est haut de 0,34 m et large de 0,40 m, H (...)
  • 20 Benzina Ben Abdallah 1986, p. 120 et fig. n° (...)

6En 1937, Ch. Saumagne a communiqué à l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres de Paris quatre inscriptions provenant de Henchir Chaïeb (qu’il désigne par le nom de « Jenan ez-Zaytouna »). L’un des documents publiés est un linteau en pierre calcaire gris brisé au niveau de sa partie droite19, actuellement conservé au musée du Bardo20. Voici la teneur du texte inscrit dans un cartouche à queues d’aronde :

  • 21 Saumagne 1937, p. 394 (d’où AE 1938, 74) ; ILTun, 628. À gauche du champ épigr (...)

Merc(urio) Aug(usto) sa[c(rum)] / possessores Fu[ndi] / Tapp. anno L(ucii) Gem[inii] / Rogati et Iul(ii) Gem[iniani] / magg(istrorum) sub cura Ta[nno]/ni Felicis Primiani et [---]21.

7Les trois autres inscriptions sont les suivantes :

  • 22 Saumagne 1937, p. 292 (d’où AE 1938, 71) ; ILTun, 627.

Caelesti Aug(ustae) sacr(um). / P(ublius) Geminius Cossus / u(otum) s(oluit) l(ibens) m(erito)22.

  • 23 Saumagne 1937, p. 293 (d’où AE 1938, 72) ; ILTun, 629. Voir Benzina (...)

Pro salute Impp(eratorum) Augg(ustorum) Seueri et Antonini [[et]] / [[Getae Caes(aris)]] et Iuliae Aug(ustae) [[et Fuluiae Plautillae]] / C(aius) Aufidius Vtilis Manciane cultor u(otum) s(oluit) l(ibens) a(nimo)23.

  • 24 Saumagne 1937, p. 293 (d’où AE 1938, 73) ; ILTun, 630. Ch. Saumagne (également (...)

---] Aug(usto) --- / [--- totiu]sque diuinae domus --- / --- cult(or) fec(it) uel cult(ores) fec(erunt) ---24.

8Ces documents, datables grosso modo de l’époque sévérienne, présentent trois centres d’intérêt :

  • Elles fournissent le nom antique du site et la nature de son organisation : un domaine agricole portant le nom de Fundus Tapp. On a eu l’occasion d’aborder la question du nom de ce domaine dans un article consacré à un site voisin : Henchir Sidi Abd en-Nour où se situent les ruines de la ciuitas Tapphugabensis 25. Dans le texte ILTun., 628, le nom antique du Fundus est mentionné sous une forme abrégée et suivi d’un signe d’abréviation bien clair, « TAPP· ». Ce groupe de lettres ne peut en effet être rapproché que du nom de cette cité située à peu de distance de Henchir Chaïeb. Quelle signification donne-t-on alors à cet adjectif commun à ces deux entités de statut juridique différent ? L’hypothèse que nous avons déjà envisagée suppose de voir dans cette appellation le souvenir d’un territoire tribal qui s’étendait sur tout le secteur situé entre l’oued et-Tine et l’oued Chgaga, c’est-à-dire dans la contrée qu’on désigne à l’époque coloniale et de nos jours par le nom de Bled Tejmout. À défaut d’une interprétation meilleure et jusqu’à plus ample informé, nous conservons cette explication qui ne semble pas tout de même dénuée de vraisemblance.
  • Elles font connaître la formule manciane cultor qui apparaît dans la dédicace sévérienne. Cette mention rappelle la lex Manciana connue par trois inscriptions relatives à l’administration des domaines impériaux, trouvées à Henchir Mettich, Aïn Jammala et Lella Drebblia26. Dans ce centre domanial, existait un corpus de possessores fundi présidé par deux magistri annuels. Ces possessores sont, selon le commentaire de Ch. Saumagne27, des manciane cultores ; il s’agit en fait de colons qui exploitaient des parcelles appartenant à l’empereur28.
  • Enfin, ces inscriptions permettent de saisir une romanisation avancée des habitants du Fundus attestée par le port des tria nomina par les cinq personnages qui y sont mentionnés29 et par le dévouement à des divinités romaines ou romanisées : Mercure et Caelestis. Cette dernière est considérée comme l’interpretatio romana de Tanit30. Un autre trait, lié à ce processus d’intégration, se retrouve dans le loyalisme manifesté envers la dynastie régnante à travers deux dédicaces. Cet attachement à l’idéologie de Rome et de ses souverains n’est que l’une des manifestations du culte impérial.

2. L’exploration archéologique du site

2.1. État de nos connaissances

  • 31 AAT II, f. 25 - Jama au 1/100 000e, n° 109. Travaux exécutés sur le terrain en 1 (...)

9Nous devons les rares informations dont nous disposons sur les ruines de Henchir Chaïeb aux enquêtes menées essentiellement par Ch. Saumagne et N. Ferchiou. Les auteurs de l’Atlas archéologique de la Tunisie, dans la deuxième livraison au 1/100 000e, se sont contentés d’attribuer un numéro au champ de ruines sans lui consacrer une notice descriptive31.

  • 32 Saumagne 1937, p. 292, n. 2.
  • 33 L’oued et-Tine coule dans une direction sud-est – nord-ouest, il prend le nom de l’oued er-Rmil ju (...)

10En plus des documents épigraphiques évoqués plus haut, Ch. Saumagne a donné une très brève description du site : « la ruine, jonchée de blocs de calcaire bien équarris, couvre une superficie d’un hectare environ et domine la vallée de l’oued Chegaga »32. L’auteur a confondu en fait les deux vallées qui composaient le secteur de Bled Tejmout : l’oued Chgaga et l’oued et-Tine. Ce dernier cours d’eau coule à quelque 2,5 km au sud de Henchir Chaïeb, alors que l’oued Chgaga coule dans une direction sud-nord près des ruines de Henchir Sidi Abd en-Nour, donc à 4 km à peu près à l’est du secteur situé au sud d’Aïn Zommit. Il est à noter qu’une ligne de partage des eaux, orientée nord-sud, sépare nettement, sur plusieurs kilomètres, la vallée de l’oued Chgaga à l’est de celle de l’oued et-Tine à l’ouest33.

11Le site de Henchir Chaïeb a été également visité à maintes reprises par N. Ferchiou. On citera, parmi les rares vestiges qu’elle a signalés :

  • un « bloc du Fundus Tapp. , maintenant disparu, portait deux sillons en spirale prenant tous deux naissance sur l’arête de la pierre, à la même hauteur : il peut donc s’agir là d’un ultime avatar de l’ordre éolique punique, mais on peut également songer aux spirales qui apparaissent sur les parois de certains haouanet »34 ;
  • des tessons de céramique punique35 ;
  • l’épitaphe d’une Iulia Maria gravée sur « une petite stèle »36.
  • 37 Ferchiou 1978, p. 17 et fig. 3, p. 24.

12On ajoutera à ces trouvailles, un cippe à personnages qui fut trouvé « dans les environs du Fundus Tapp.  …, et en provient probablement »37. Le monument est encore conservé dans une ferme située à 800 mètres au sud de Henchir Chaïeb (fig. 3).

Fig. 3 : Le cippe à personnages : vue de deux faces

Fig. 3 : Le cippe à personnages : vue de deux faces

cliché A. Chérif

  • 38 Contencin 1934-1935, p. 389, n. 1 (pour toutes les dimensions, p. 389-390). 
  • 39 De 5 à 6 000 m2 de superficie. Des blocs de pierre de grand appareil ont été utilisés dans la cons (...)
  • 40 Coordonnées UTM : X : 548444.424 ; Y : 4016946.425 (Alt. 386-391 m). La superficie pourrait être e (...)

13Au moment de sa découverte en 1935 par Perrot, chef des brigades topographiques, ce cippe « se trouve à l’houta (Hta) qui est immédiatement au Sud de la ruine à laquelle a été attribué le no 109 »38, c’est-à-dire Henchir Chaïeb. Ce lieu de culte, lui-même construit sur des vestiges antiques d’une étendue assez limitée39, correspond au marabout, actuellement en ruine, de Sidi Massaoud qui s’élève au milieu d’un cimetière musulman, à quelque 450 mètres au sud de Henchir Chaïeb. L’attribution de ce monument à notre site, si elle est probable, n’est pas encore établie d’une manière assurée, car non loin de son lieu de conservation actuel s’étend un autre site archéologique relativement important mais complètement arasé40.

Fig. 4 : Détail de l’inscription principale gravée sur le socle

Fig. 4 : Détail de l’inscription principale gravée sur le socle

cliché A. Chérif

  • 41 Contencin 1934-1935, p. 390 ; ILTun, 626.
  • 42 Ferchiou 1978, p. 17.
  • 43 Le signum peut être gravé au début, à la fin ou même sur le côté du support, voir Wuilleumier 1933 (...)
  • 44 Chastagnol 1988, p. 38-39.
  • 45 Benzina Ben Abdallah, Ladjimi (...)

14Sur l’une des faces du socle, au-dessous du champ iconographique et de l’invocation aux dieux Mânes (DMS), est gravé en lettres hautes de 8 à 9 cm le mot SACCHONI41 (fig. 4). Les personnages représentés sur les quatre faces du cippe ont été décrits par N. Ferchiou42, mais aucun commentaire n’a été réservé au nom inscrit sur le socle. Il s’agit là en toute apparence d’un signum. Cette pratique onomastique qui consiste à graver un nom dans une position nettement détachée, d’ordinaire au-dessus du champ épigraphique ou iconographique principal, mais dans notre cas sur le socle43, commence à être généralisée au début de l’époque sévérienne44. Ce nom renvoie-t-il aux quatre personnages représentés sur les différentes faces ou concerne-t-il plutôt un seul, en l’occurrence le personnage sous les pieds duquel a été gravé ? Dans leur Index onomastique des inscriptions latines de la Tunisie, Z. Benzina Ben Abdallah et L. Ladjimi Sebaï ont classé ce nom, sous la forme Sacchonius, dans la rubrique « Surnoms et noms uniques »45. Elles l’ont ainsi interprété comme un génitif singulier.

  • 46 Wuilleumier 1933, p. 570-571 ; Durry 1966, p. 292-294.
  • 47 Chastagnol 1988, p. 39-40 (qui note que la forme génitive en –ii ne commence à ê (...)
  • 48 Nous renvoyons pour les références à la base de données allemande en ligne « Epigraphik-Datenbank  (...)
  • 49 Certes absent des inscriptions, ce nom est toutefois porté par un évêque catholique mentionné par (...)

15En fait lorsque le mot est isolé, il n’est pas toujours aisé de déterminer la forme grammaticale utilisée46. La forme Sacchoni pourrait correspondre à un vocatif en –i et non à un génitif contracté en –i au lieu de –ii 47. On peut penser aussi à un nominatif pluriel, Sacchoni(i), qui n’est pas dans ce cas un nom personnel mais une désignation collective. Quoi qu’il en soit, nous avons affaire ici à un nom très peu fréquent dans tout l’Empire. Les quelque 13 occurrences révélées par l’épigraphie permettent de constater une certaine concentration en Italie et en Gaule et un peu moins en Germanie48. En Afrique, le nom est complètement absent49.

  • 50 Ferchiou 1978, p. 19.
  • 51 Cagnat 1906, p. LXXXV-LXXXVI (résumé d’un mémoire intitulé Gaulois en Afrique et (...)
  • 52 Le Glay 1962, p. 1028.
  • 53 Sans entrer dans les détails de ce débat, je me contente de renvoyer aux constations faites sur ce (...)
  • 54 Voir sur ce nom, Kajanto 1965, p. 45 et 195 ; Maurin 2004, p. 1314.
  • 55 Une présence celtique est bien documentée dans la région de Bou Arada ; on a évoqué plus haut (n. (...)
  • 56 A. Beschaouch (1979, p. 398, n. 16), en commentant la dédicace du mausolée de Henchir al-Moussaoue (...)

16Quelle signification faut-il donner à cette répartition géographique du nom ? N. Ferchiou, en commentant les cippes à personnages qu’elle a étudiés, a posé la question suivante : « ce type de monument funéraire correspondrait-il à une classe sociale particulière, ou à des nouveaux venus dans la contrée ? »50. Par ailleurs, dans une étude sur la présence des Gaulois en Afrique, M. Le Glay admet, contrairement à une ancienne opinion de R. Cagnat51, que les relations entre la Gaule et l’Afrique ne se limitaient pas au seul « cadre militaire dans lequel on les enfermait volontiers, elles couvraient aussi en réalité le “secteur civil” et s’étendaient au domaine commercial »52. Si les conclusions de Le Glay ont été nuancées53, notamment celles appuyées sur la signification géographique du nom Gallus 54, nos Sacchonii semblent être tout de même des étrangers, peut-être d’origine celtique (en particulier des Gaulois)55, qui ont choisi de s’installer dans cette région fertile pour exploiter, à l’instar des possessores Fundi Tapp(hugabensis) et de C. Aufidius Utilis, des terres dépendant de ce domaine. Cette famille a tenu à perpétuer sur ce monument collectif le seul élément marqueur de son identité qui lui permet de se démarquer par rapport aux autres gens de la contrée56.

2.2. L’apport des nouvelles missions de prospection

  • 57 Le nom de ce secteur qui englobe toutes les terres situées entre Henchir Chaïeb et Sidi Abd en-Nou (...)

17Les tournées de prospection archéologique que nous avons effectuées dans la zone située au sud du Jbel Menchar, c’est-à-dire dans le Bled (ou Henchir) Tejmout57, ont abouti au repérage du site conformément aux indications de l’Atlas archéologique de la Tunisie et des cartes topographiques. Les travaux de sous-solage pour la plantation d’une oliveraie et la construction, vers les années soixante, d’une maison moderne, ont considérablement ravagé le champ de ruines réduit maintenant à fort peu de choses (fig. 5).

Fig. 5 : Henchir Chaïeb, occupé partiellement par un champ d’oliviers. Vue prise du nord-ouest

Fig. 5 : Henchir Chaïeb, occupé partiellement par un champ d’oliviers. Vue prise du nord-ouest

cliché A. Chérif

18En plus des vestiges et des découvertes signalés par Ch. Saumagne et N. Ferchiou, il convient d’ajouter, à l’issue des nouvelles explorations, les données suivantes :

a. Deux tombes préromaines creusées dans le rocher

  • 58 Coordonnées UTM : X : 549031.278 ; Y : 4017300.131 (coordonnées prises entre les deux tombes). À l (...)

19À 160 mètres au sud de la maison du propriétaire actuel, s’étend une zone rocheuse qui fait 260 mètres de long sur 40 mètres de large. Des fouilles clandestines entreprises à des dates différentes au milieu de cet espace ont fait apparaître deux tombes creusées dans le rocher58.

Fig. 6 : Tombe 1. Cliché pris de l’est

Fig. 6 : Tombe 1. Cliché pris de l’est

cliché A. Chérif

20 Tombe 1 : mesurant dans son état actuel 3,60 × 2,30 m à peu près et profonde de 1,30 m (fig. 6). Les dalles utilisées pour oblitérer la fosse ont été sans doute juxtaposées dans le sens transversal ; elles présentent sur les bords des scellements en queue d’aronde (fig. 7). Certaines d’entre elles étaient récupérées et réemployées comme des seuils dans ladite maison. La largeur de ces dalles (entre 1,50 et 1,80 m) donne à penser que ce tombeau a peut-être abrité plus qu’une dépouille ; dans ce cas, faudrait-il peut-être supposer l’existence d’une cloison médiane divisant la tombe en deux compartiments ?

Fig. 7 : Dalles de couverture de la tombe 1

Fig. 7 : Dalles de couverture de la tombe 1

cliché A. Chérif

21Trois objets en céramique à vernis noir encore intacts, conservés depuis leur découverte chez le propriétaire établi sur le site antique, ont été retirés de cette tombe. Il s’agit de deux coupelles et une lampe.

22Coupelle 1 (fig. 8) : dimensions : H. 0,03 m ; Diam. 0,085 m ; Prof. 0,016 m. C’est une coupelle en Campanienne A à carène vive ; la pâte est de couleur orangé ; le vernis est à reflets métallisés. Cette forme est datable du deuxième quart du ii siècle av. J.-C.

Fig. 8 : Coupelle 1

Fig. 8 : Coupelle 1

cliché A. Chérif

  • 59 Pour des parallèles aux deux coupelles, voir Chelbi 1992, n° 217.

23Coupelle 2 (fig. 9) : dimensions : H. 0,032 m ; Diam. 0,075 m ; Prof. 0,023 m. C’est une coupelle en Campanienne A à carène vive ; la pâte est de couleur orangé ; le vernis noir luisant, franchement brun ou brun tirant vers l’orangé à l’extérieur. Cette forme est datable du deuxième quart du ii siècle av. J.-C.59.

Fig. 9 : Coupelle 2

Fig. 9 : Coupelle 2

cliché A. Chérif

  • 60 Pour des parallèles à cette lampe, voir Deneauve 1969, type X, p. 56-57, n° 168-174, pl. 30 ; Buss (...)

24Lampe (fig. 10) : dimensions : H. 0,038 m ; Long. 0,085 m ; Larg. 0,05 m. C’est une lampe hellénistique tournée, de production locale, au réservoir à profil droit, au rebord large très galbé entouré d’un sillon, munie d’une corne latérale et d’un bec en tête d’enclume ; la pâte est de couleur grise ; le vernis est de couleur noirâtre de mauvaise facture, très écaillé et détaché dans plusieurs endroits. C’est une production du ii siècle av. J.-C.60.

Fig. 10 : Lampe

Fig. 10 : Lampe

cliché A. Chérif

  • 61 Nous avons visité Henchir Chaïeb le 6 décembre 2017, à cette date la tombe n’avait pas été encore (...)

25 Tombe 2 : la même action des fouilleurs clandestins a mis au jour, après le mois de décembre 201761, une seconde tombe juxtaposée au côté sud de la précédente. Il s’agit d’une excavation qui fait actuellement (en septembre 2018) 2,80 m sur 1,70 m et profonde de 0,70 m (fig. 11).

Fig. 11 : Au premier plan la tombe 2 juxtaposée à la tombe 1. En arrière-plan, à gauche, le Jbel Menchar. Vue prise du sud-ouest

Fig. 11 : Au premier plan la tombe 2 juxtaposée à la tombe 1. En arrière-plan, à gauche, le Jbel Menchar. Vue prise du sud-ouest

cliché A. Chérif

26L’aménagement de cette tombe remonterait à la période s’échelonnant entre la fin du ii siècle et le début du i er siècle av. J.-C., comme on peut le déceler de la céramique trouvée dans la fosse : deux fragments de bols, l’un à vernis noir (fig. 12), l’autre à vernis noir local portant un timbre à palmette unique (fig. 13). Sont associés au même contexte de nombreux fragments de céramique modelée.

Fig. 12 : Tesson à vernis noir

Fig. 12 : Tesson à vernis noir

cliché A. Chérif

Fig. 13 : Tesson à vernis noir local : vues des deux faces

Fig. 13 : Tesson à vernis noir local : vues des deux faces

cliché A. Chérif

  • 62 Cet examen a été effectué par mes collègues Olfa Gorgob et Najd Chalghoumi, conservatrices du patr (...)
  • 63 On a également relevé la présence d’un seul fragment de diaphyse qui porte les stigmates du feu. T (...)

27En plus du matériel céramique, on a récupéré une quantité d’ossements de l’intérieur de la tombe ou de ses abords. L’analyse des ossements62 a fait dégager deux stades de maturation osseuse ce qui implique la présence de deux individus63.

28Sujet 1 (fig. 14) : il est seulement représenté par la clavicule côté gauche, un fragment épiphyse distale de tibia et une phalange. En se référant au stade d’ossification de l’épiphyse distale du tibia, cet individu aurait décédé à un âge inférieur à 2 ans.

Fig. 14 : Ossements du sujet 1

Fig. 14 : Ossements du sujet 1

cliché A. Chérif

29Sujet 2 (fig. 15) : il n’est représenté que par deux fragments crâniens, des dents (1re prémolaire, 2e prémolaire et une 1re molaire), une épiphyse distale d’un humérus côté gauche, une épiphyse distale d’une fibula côté gauche, deux fragments de côtes, deux vertèbres, un pubis côté gauche et trois métatarses. Il y a fusion complète et sans traces des éléments distaux avec les diaphyses (cas de l’humérus et de la fibula), ce qui permet de dire que le défunt est un adulte. D’autre part, l’articulation pubienne qui a tendance à se creuser nous situe dans un intervalle d’âge compris entre 39 et 44 ans.

Fig. 15 : Ossements du sujet 2

Fig. 15 : Ossements du sujet 2

cliché A. Chérif

b. Deux coffrets funéraires

  • 64 Pour des objets similaires trouvés à Carthage, voir Bénichou-Safar 1982, p. 241-243.

30La vocation funéraire de ces deux coffrets vient du fait qu’ils ont été ramenés à la surface dans le même espace où a été découverte l’épitaphe d’Auentina, situé entre la maison et la zone rocheuse. Les deux objets sont taillés dans du calcaire blanc. Le premier, muni d’un couvercle en bâtière, mesure 0,32 × 0,375 m et est haut de 0,265 m (fig. 16a). Le second mesure 0,30 × 0,40 m et est haut de 0,25 m. Pour celui-ci, la fermeture est obtenue par l’emboîtement du couvercle dans la cuve au moyen d’une feuillure64 (fig. 16b). Il est difficile de dater ces ossuaires en l’absence d’un matériel associé et d’un contexte archéologique précis, mais la couverture en bâtière rappellerait une tradition punique, laquelle est maintenant suffisamment présente sur le site de Henchir Chaïeb.

Fig. 16 : Les deux coffrets

Fig. 16 : Les deux coffrets

cliché A. Chérif

c. Une épitaphe latine païenne

31Support : dalle en calcaire blanc brisée à gauche, à droite et en bas. Au-dessous du champ épigraphique un cartouche avec une queue d’aronde à gauche (l’autre queue d’aronde a sans doute été emportée par la cassure) qui devrait recevoir un texte mais rien n’a été gravé (fig. 17).

Fig. 17 : Dalle funéraire d’Auentina

Fig. 17 : Dalle funéraire d’Auentina

cliché A. Chérif

32Dimensions : H. 0,78 m ; Larg. 0,48 m ; Ép. 0,10 m ; Hl. 0,025-0,03 m.

33Texte : l’épitaphe est distribuée sur quatre lignes gravées en capitales relativement régulières (fig. 18).

Fig. 18 : Détail du champ épigraphique

Fig. 18 : Détail du champ épigraphique

cliché A. Chérif

[---]A · QF
AVENTINA
VIXANXXX
H S
[---]a Q(uinti) fi(ilia) / Auentina / uix(it) an(nis) XXX. / H(ic) s(ita).

34Datation : i erii e siècle apr. J.-C., en raison de l’absence de l’invocation aux dieux Mânes.

  • 65 CIL VIII, 3470 (Bibenia Auentina) ; AE 1989, 873 (Luria Auentina).
  • 66 CIL VIII, 12263 = 23873 (P. Auentinius [---]ticianus).

35Remarques : la défunte porte un cognomen très rare en Afrique ; il est attesté seulement à deux reprises à Lambèse65. Est connu aussi le gentilice Auentinius à travers une seule occurrence, une épitaphe découverte non loin d’Auitta Bibba 66 .

36On ajoutera à toutes ces trouvailles deux objets archéologiques taillés dans un calcaire blanc : une petite auge faisant 0,95 × 0,55 m et haute de 0,25 m, et une meule cylindrique longue de 0,73 m avec un diamètre de 0,265 m affectée d’une perforation latérale profonde de 0,05 m.

37Au terme de cette présentation des données archéologiques et au vu des résultats obtenus des prospections récentes, la superficie du site, estimée à 1 hectare par Ch. Saumagne, doit être rectifiée en élargissant l’étendue des ruines vers le sud pour englober tout l’espace entre la maison actuelle du propriétaire et la zone rocheuse, ainsi qu’une partie de celle-ci (la moitié environ) ; cet espace correspond à une nécropole utilisée probablement pendant une longue période. La superficie atteindrait ainsi 3 hectares au moins (fig. 19).

Fig. 19 : Le site de Henchir Chaïeb

Fig. 19 : Le site de Henchir Chaïeb

d'après une vue satellitaire de Google earth du 23-6-2013

3. Commentaire

3.1. Chronologie de l’occupation du site

38Les précisions chronologiques que l’on souhaite apporter à l’occupation d’un tel ou tel site archéologique, en l’absence de fouilles ou de sondages stratigraphiques, restent, pour le moins que l’on puisse dire, provisoires. Pour le cas qui nous occupe ici, un hiatus persistera encore entre l’occupation à l’époque hellénistique et les débuts de la domination romaine. Des questions demeureront donc sans solution acceptable, bien que les témoignages archéologiques enregistrés couvrent un éventail chronologique assez large. Toutefois, pour lacunaire qu’elle soit, la documentation anciennement connue et les résultats acquis des nouvelles prospections permettent de brosser à présent un tableau général de la chronologie de l’occupation antique et médiévale de Henchir Chaïeb. Il est possible de répartir les témoignages disponibles en trois grandes périodes.

  • 67 La prospection au sol ne nous permet guère d’estimer l’étendue de cette nécropole ; il est possibl (...)

39Époque hellénistique : le seul témoignage disponible, en l’état actuel de l’enquête, se limite aux deux tombes datables du ii siècle et du début du i er siècle av. J.-C. Cette nécropole67 laissait déjà deviner la présence d’un habitat sans que l’on puisse mesurer son importance ou déterminer sa nature. Dans un petit site d’un hectare de superficie, situé à 1,2 km au nord-est de Henchir Chaïeb, au pied du flanc sud du Jbel Menchar (fig. 2), on a également recueilli des tessons de céramique à vernis noir et à vernis noir local datant de la même époque. Qui sont ces gens enterrés dans cette contrée ? S’agit-il d’autochtones influencés par les rites funéraires carthaginois, ou des carthaginois installés dans ce secteur relativement éloigné de leur métropole ? Il est difficile de répondre. Mais la chronologie du matériel céramique recueilli dans les deux tombes n’empêche pas de penser, à titre de simple hypothèse, que nous avons affaire peut-être à des carthaginois qui ont quitté leur ville à la veille de la troisième guerre contre Rome ou peu après pour chercher un refuge à l’intérieur du pays !

40Périodes romaine et tardo-antique : c’est la phase la mieux documentée. Les inscriptions trouvées sur les lieux sont toutes datées du Haut-Empire, mais la céramique collectée en surface couvre un arc chronologique plus grand. On a pu en effet relever sur le site, particulièrement dans la partie située au nord de la maison du propriétaire, des bords d’amphores africaines datables de la fin du iii e siècle – début du iv e siècle ; des fragments en sigillée tardive (iii e-iv e siècle) ; des fragments de céramique commune (iv e-v e siècle) ; un bord d’amphore romaine du vii e apr. J.-C., type Hammamet III. Ce bilan, qui se veut très bref, permet de constater qu’il y a un long hiatus de près de trois siècles (i er-iii e siècle) qui est témoigné par l’absence de céramiques. Mais un tel constat, appuyé seulement sur les données d’un ramassage non systématique fait en surface, est nécessairement insuffisant et imprécis. Cette chronologie ne deviendra plus précise qu’au moyen de quelques sondages de vérifications entrepris dans des endroits différents du site.

  • 68 Sur cette céramique islamique de Raqqada, voir Louhichi 2010, p. 25-58, et particulièrement p. 28- (...)

41Période médiévale : au-delà du vii e siècle, c’est-à-dire avec la fin de la domination byzantine en Afrique sous l’effet de la conquête arabe, plusieurs sites antiques ont été abandonnés par leurs populations. Il est difficile d’apprécier ce phénomène pour le cas de Henchir Chaïeb, puisqu’une présence médiévale est assurée mais peut-être très limitée dans le temps. Un tesson de bol décoré d’un motif géométrique peint en vert et en brun sur un fond jaune, récupéré dans la zone rocheuse (fig. 20), ne manque pas de nous rappeler la production de l’école de Kairouan du haut Moyen Âge, tout particulièrement de la céramique de Raqqada : le tesson daterait ainsi de la fin du ix e siècle-x e siècle apr. J.-C.68.

Fig. 20 : Tesson de céramique islamique

Fig. 20 : Tesson de céramique islamique

cliché A. Chérif

42Un fragment semblable provient du site archéologique installé sur le penchant méridional du Jbel Menchar, qu’on a évoqué plus haut. Henchir Chaïeb a-t-il été abandonné entre le vii e et le ix e siècle ensuite réoccupé ? On ne saurait répondre sans l’apport déterminant d’une fouille ou d’une série de sondages.

3.2. Le statut juridique du Fvndvs : domaine privé ou impérial ?

  • 69 Saumagne 1937, p. 298.
  • 70 Saumagne 1937, p. 299.
  • 71 Toutain 1940, p. 96.
  • 72 Benzina Ben Abdallah 1986, p. 121 où on lit  (...)

43Cette question a été d’abord posée par Ch. Saumagne. L’auteur, en s’interrogeant sur la documentation relative au statut de cultor et de colonus, avoue que « les textes ne nous avaient encore révélé l’existence du colonus que sur les fundi impériaux »69. Mais contrairement à cette réalité, il préféra considérer le Fundus Tapp(hugabensis) comme un domaine privé ; selon lui, « le fundus Tapp. a bien l’apparence d’un domaine privé. Nos manciane cultores ne s’y avouent les subordonnés ni les vassaux de personnes ; possessores, les droits dont ils se prévalent sont opposables à un dominus fundi à qui ils ne doivent point de gratitude »70. L’opinion de Saumagne a été admise par certains commentateurs. Ainsi, pour J. Toutain, « nous croyons donc pouvoir conclure de cet emploi du terme cultor que les terres mises en valeur par C. Aufidius Utilis formaient une propriété privée »71. Z. Benzina Ben Abdallah est aussi du même avis72. D’autres spécialistes pensent plutôt que ce Fundus appartient à la catégorie des domaines impériaux. D. Kehoe notait dans ce sens : 

  • 73 Kehoe 1984, p. 197. Opinion reprise dans son principal ouvrage, 1988, p. 47 où (...)

« It seems certain that Aufidius was a farmer on an imperial estate, since another inscription from the same place (ILTun. 628) commemorates a dedication to the imperial cult made by the possessores f(undi) Tapp---. As was characteristic of coloni on the imperial estates in the Bagradas valley and in other areas, these possessores were organized under magistri »73.

  • 74 De Vos, Attoui 2011, p. 56 : « possessores del fundus Tapp[…], (...)

44Plus récemment, M. de Vos et R. Attoui admettent aussi qu’on a affaire à un domaine impérial74.

  • 75 Benzina Ben Abdallah 1986, p. 121.
  • 76 Kolendo 1991, p. 54.

45En réalité, il n’y a rien dans le texte ILTun, 628 qui puisse nous conduire vers l’idée d’un bien-fonds privé ; il est seulement dit, selon une conclusion de Z. Benzina Ben Abdallah, que « C. Aufidius cultivait des terres soumises aux clauses de la lex Manciana »75. J. Kolendo, qui critique les propos de Ch. Saumagne, semble avoir raison de penser « qu’on ne peut parler que d’un seul groupe essentiel de la population des domaines africains dont la situation était définie par la lex Manciana. C’étaient les colons qu’on pourrait appeler cultores manciane, en accord avec l’inscription de Jenan-ez-Zytouna (ILT 629). Les parcelles de terres qu’ils cultivaient sont – conformément aux Tablettes Albertini – les culturae mancianae »76.

46Par conséquent, il est possible de déceler du contenu de la dédicace à Mercure et de l’hommage aux Sévères, que Caius Aufidius Utilis et les possessores du Fundus Tapp(hugabensis) sont des colons manciens qui cultivaient des parcelles d’une propriété agricole dont le statut juridique reste à déterminer : privée ou impériale.

  • 77 Le plus célèbre en Afrique est le chevalier Sex. Iulius Possessor, originaire de Mactaris, connu p (...)
  • 78 C’est le sens qu’il faut retenir par exemple dans l’inscription de Henchir Snouber (CIL VIII, 2395 (...)

47Pour tenter une réponse à cette interrogation et essayer de déterminer l’identité du dominus dont ces possessores fundi exploitaient une partie des terres conformément à la lex Manciana, il nous a paru nécessaire de procéder à une mise en série de toutes les inscriptions africaines où est employé le terme possessor. Mais il faut d’ores et déjà écarter les textes où le mot est utilisé comme simple cognomen 77, ou encore qu’il a le sens général de propriétaire78. Nous retiendrons seulement les documents se rapportant au sens de groupement de paysans.

  • 79 Il s’agit de la première copie de cette loi découverte à Henchir Hnich, près de Mustis. Cet import (...)

48En plus de l’inscription de Henchir Chaïeb et d’une autre découverte épigraphique récente qui nous donne, pour la première fois, le texte de la lex Hadriana de agris rudibus 79, le dossier compte pour l’instant 9 témoignages :

a. Les inscriptions agraires de la vallée de la Mejerda

  • 80 Cf. supra, n. 26. Le document de Lella Drebblia est un exemplaire de l’inscription d’Aïn Jammala, (...)

49Le mot possessor apparaît dans trois inscriptions relatives aux domaines impériaux de la région de Dougga-Téboursouk. Ce sont les textes découverts à Aïn Jammala, Lella Drebblia et Aïn Ouassel80. Ces possessores exploitaient des terres de l’empereur conformément aux règlements de la lex Manciana et de la lex Hadriana.

b. Henchir Bel Azez

Fig. 21 : Le fronton portant le texte AE 1980, 917

Fig. 21 : Le fronton portant le texte AE 1980, 917

cliché A. Chérif

  • 81 Ferchiou 1980, p. 33 (d’où AE 1980, 917). Le fronton a été conservé pendant (...)

[[---]] Fundi pos(s)es(s)or temp(lum) Cael(estis) const(ituit) (fig. 21)81.

  • 82 Ferchiou 1980, p. 35-37.

50Datation : N. Ferchiou propose la première moitié du i er siècle apr. J.-C.82.

  • 83 Ferchiou 1977, p. 13-14 ; 1980, p. 32-37 (avec les dimensions du support).
  • 84 Ferchiou 1980, p. 37. Kehoe 1988, p. 200, n. 32, évoque le fundus sans donner (...)
  • 85 Desanges et alii 2010 p. 142. D’ailleurs dans la même noti (...)

51C’est une inscription en partie martelée gravée sur un petit fronton publié par N. Ferchiou83. Le développement donné plus haut n’est pas la seule alternative, on peut songer aussi à un pluriel : [---] Fundi pos(s)es(s)or(es) temp(lum) Cael(estis) const(ituerunt). L’auteur note à propos de ce Fundus : « Il semble bien qu’il s’agisse là d’un domaine privé, qui est le bien propre de ses occupants »84. Les auteurs des notices de la nouvelle carte de Pierre Salama semblent avoir opté plutôt pour un domaine impérial, tout en faisant dire à N. Ferchiou, de façon très surprenante, que « l’inscription a été trouvée sur l’un des grands domaines impériaux qui bordaient la Fossa Regia »85. Ce renvoi est du reste tout à fait incorrect puisqu’il contredit l’opinion réellement formulée par l’éditrice du document.

52Il est vrai que la mention du ou des possessores à Henchir Bel Azez n’est pas si explicite pour se décider du statut juridique de ce centre domanial, mais l’examen sériel, dont on verra plus loin les résultats, peut orienter notre choix car il montre que le terme possessor est employé ordinairement pour désigner des paysans installés sur un domaine impérial. Nous préférons donc considérer le Fundus de Henchir Bel Azez comme propriété impériale plutôt que privée.

c. Verecunda

  • 86 CIL VIII, 4199 = 18493 = ILS, 6850.

Numini domus Aug(ustae) et / Imp(eratori) Caes(ari), diui Hadriani fil(io), / diui Traiani Parthic(i) nepot(i), / T(ito) Aelio Antonino Aug(usto), Pio, p(atri) p(atriae), / pontifici maximo, trib(unicia) p(otestate), / dedicante L(ucio) Nouio Crispino, / leg(ato) Aug(usti) pro pr(aetore), co(n)s(ule) desig(nato) ; / possessores uici Verecundensis86.

  • 87 Le Bohec 1989a, p. 125 et 383 ; Thomasson 1996, p. 149-150, n° 29.

53Datation : 147-149, période pendant laquelle Lucius Nouius Crispinus Martialis Saturninus était légat de la troisième légion Auguste87.

  • 88 Sans doute après le 7 mars, puisqu’Antonin le Pieux est diuus, et avant le 9 décembre de la même a (...)
  • 89 CIL VIII, 4205 = 18495 = ILS, 5752. Diuo / Antonin[o] / Aug(usto) / ex cuiu[s] (...)
  • 90 D’après d’Escurac-Doisy 1962, p. 577.
  • 91 Jacques 1992, p. 128.
  • 92 Dupuis 2006, p. 46.

54Cette inscription permet de relever l’existence à Verecunda d’un groupement de cultivateurs organisés dans le cadre d’un uicus. Ceux-ci exploitaient des terres dont le statut « impérial » peut se déduire aisément de deux autres textes qui mentionnaient aussi le uicus. Le premier est daté de l’année 16188, on y lit : uico Augustorum Verecundensium 89. « Cette précision – écrit H. d’Escurac-Doisy – implique que le uicus prit naissance sur un domaine impérial »90.
Pour Fr. Jacques, Augustus « n’est pas ici un élément de titulature comme il est habituel aux colonies et aux municipes. Il faut assurément prendre la formule au pied de la lettre : Verecunda était alors le uicus de Marc Aurèle et Lucius Verus »91. Le même avis est adopté par X. Dupuis, selon qui « l’agglomération semble s’être développée sur un domaine impérial et atteignit une relative autonomie dès la seconde moitié du ii e siècle »92.

  • 93 Kotula 1965, p. 359, n. 52 ; Gascou 1972, p. 102, n. 5 ; Mahboubi 1982, p. 674
  • 94 CIL VIII, 4194 = 18490 = ILS, 6852 : Gen(io) uici / Aug(usti) / Cn(aeus) Baebi (...)
  • 95 d’Escurac-Doisy 1967, p. 61.
  • 96 L’épigraphie locale permet d’enregistrer plusieurs militaires parmi la population de Verecunda : L (...)
  • 97 d’Escurac-Doisy 1962, p. 574 ; 1967, p. 61, où on lit : « À Verecunda (Markoun (...)
  • 98 Voir en dernier lieu, Le Bohec 2009, p. 202 et 211.

55Dans le second texte, à situer au tout début du règne de Marc Aurèle93, le uicus est bien dit uicus Augusti 94. Que signifie ici le mot Augustus ? Dans la première inscription, le pluriel Augustorum est déterminant pour s’assurer qu’il faisait allusion aux empereurs. Ici aussi Genio uici Augusti signifie sans conteste « au Génie du uicus de l’Auguste », autrement dit le uicus de l’empereur. Nos possessores se sont donc établis sur des terres impériales, « ce ne sont pas des fermiers, mais des occupants qui, sans jouir du dominium au sens strict, puisque nous sommes au ii e siècle et en terre provinciale, cultivent des terres qui constituent leur bien propre »95. Il s’agit essentiellement de ueterani 96 qui ont choisi de rester dans la même région (c’est-à-dire la Numidie militaire où se trouvait le quartier général de l’armée africaine) et qui, une fois leur honesta missio accomplie, ont préféré se convertir en agriculteurs. Le prix de la libération pour certains d’entre eux peut bien être l’exploitation d’une parcelle de terre appartenant à l’empereur97. L’organisation en uicus de la petite communauté de possessores constitue de ce fait la première étape de l’évolution juridique de ce groupe de cultivateurs qui avaient généralement les mêmes origines (des ueterani) et qui agissaient collectivement, ce qui donne à leur action un aspect solidaire que l’on retrouve chez les corporations et les associations. Le uicus Verecundensis accédera plus tard, probablement à l’époque de Marc Aurèle, au statut de municipium 98.

d. Lambaesis 

  • 99 d’Escurac-Doisy 1962, p. 572-573 et fig. 2 (d’où AE 1964, 196).

--- diui] / Antonini [Pii filio] / dedic(ante) C(aio) Maes[io Picatiano] / leg(ato) Augus[torum pr(o) pr(aetore)] / possessores im[munes ---] / uinearum et a[grorum ? p(ecunia) p(osuerunt)]99.

  • 100 Voir en dernier lieu sur ce légat, Thomasson 1996, p. 155-156, n° 34 ; Thomasson 2009, p. 165, n°  (...)

56Datation : entre 163 et 165, période pendant laquelle Caius Maesius Picatianus était légat de la légion africaine100.

  • 101 Sur les prix reçus par les militaires après leur libération, cf. supra, n. 97.
  • 102 d’Escurac-Doisy 1962, p. 574.

57Ce groupe de possessores est sans doute constitué de vétérans bénéficiaires de concessions de terres comme prix de leur retraite101. Ces lots sont pris sur les domaines impériaux bien attestés dans la région. « Il n’est donc pas essentiel, écrivait H. D’Escurac-Doisy, de trancher la question de savoir si les possessores des environs de Lambèse étaient installés sur des terres de la légion ou sur de grands domaines impériaux, le propriétaire étant dans les deux cas le même, l’empereur »102. Les possessores de Lambèse ont été donc établis sur des terres dont le dominium appartenait à l’empereur.

  • 103 Chérif 2017a, p. 331-335 et fig. 114.
  • 104 Christol 1996a, p. 36 (= 2005, p. 109-110) ; 1996b, p. 46-47 ; 2006, p. 223.

58On a déjà instruit le dossier des domaines impériaux situés dans la région aurasienne où les deux cités de Lambaesis et de Verecunda avaient évolué103 ; ces terres relevaient de la regio Theuestina, administrée par un procurateur de rang équestre, qui englobait les propriétés impériales situées à l’ouest de Théveste organisées au temps et après les Flaviens104.

  • 105 Christol 1990, p. 896-897 ; Le Bohec 1992, p. 108 ; France(...)
  • 106 Pflaum 1955, p. 123-133 (d’où AE 1956, 123) : Ti(berio) Cl(audio) Proculo Corn (...)
  • 107 Christol 1990, p. 897 (= 2005, p. 112). Aussi Christol 1999, p. 80 (= 2005, p. (...)

59De nombreuses inscriptions trouvées dans cette ville mentionnaient des dispensatores, des arkarii, des tabularii et des adiutores 105. À ces documents, on ajoutera un hommage fait par un tabularius de la troisième légion Auguste nommé Inventus à Ti. Claudius Proculus Cornelianus, chevalier romain qui avait entre autres occupé le poste de procurator regionis Theuestinae106. La présence de ces employés suffit, selon M. Christol, « à prouver qu’existait à Lambèse un bureau financier »107.

  • 108 Pflaum 1955, p. 130. Voir aussi Pflaum 1960, p. 397-404, n° 164 bis.
  • 109 Pflaum 1955, p. 133. H.-G. Pflaum écrivait (1960, p. 404), en s’interrogeant s (...)
  • 110 Boulvert 1970, p. 122-123.
  • 111 Christol 1990, p. 893-904 = AE 1991, 1691 (= 2005, p. 111-115).
  • 112 Christol 1990, p. 902 (= 2005, p. 114).
  • 113 Christol 1990, p. 904 (= 2005, p. 115).

60L’existence de ce personnel à Lambaesis, composé d’esclaves et d’affranchis, a donné matière à débat. Pour H.-G. Pflaum, « la legio III Augusta présente la particularité de posséder un personnel d’esclaves impériaux qui y occupaient les emplois de dépensiers ou caissiers dans les services de la comptabilité »108. Mais Pflaum, tout en admettant l’existence de cette administration financière auprès de la légion, considère que Cornelianus était le supérieur d’Inventus en sa qualité de procurateur des IIII publica Africae 109. Les analyses de cet auteur ont été admises par G. Boulvert110 et M. Christol111. Mais ce dernier auteur, tout en adhérent à certains points de l’explication de Pflaum, propose une interprétation différente du rapport qui aurait dû exister entre ces employés, et particulièrement Inventus, et Ti. Claudius Proculus Cornelianus. Contrairement à Pflaum, Christol considère que « Ti. Cl. Proculus Cornelianus est honoré à Lambèse comme procurateur de la région de Théveste plutôt que comme procurateur des quattuor publica Africae, et que le bureau de Lambèse se trouve sous l’autorité directe du procurateur de Theueste »112. Et il conclut son développement en admettant que « c’était alors le procurateur de Théveste qui assurait la comptabilité de la solde et de l’entretien »113 de la troisième légion Auguste.

  • 114 Le Bohec 1992, p. 112 (d’où AE 1992, 1866).
  • 115 Le Bohec 1992, p. 114.

61Cette dernière interprétation a été contestée par Y. Le Bohec. En s’appuyant sur une documentation essentiellement non africaine, rien ne permet de penser, selon lui, « que les esclaves et les affranchis impériaux mis au service de la IIIe légion Auguste intervenaient dans cette opération »114, c’est-à-dire le paiement de la solde. Il ajoute à propos des mêmes employés : « Mais, s’ils ne sont pas chargés de la solde, que font-ils là ? On peut, à l’opposé, supposer que leur présence est exceptionnelle, même si elle a connu une certaine durée »115. Y. Le Bohec en déniant l’existence d’un bureau financier à Lambèse, admet que Ti. Claudius Proculus Cornelianus apparaît dans cette ville en tant que procurateur des quatre impôts de la province d’Afrique et c’est en cette qualité qu’il est le supérieur d’Inventus. La présence de ces serviteurs est un indice incontesté de l’existence d’une domesticité impériale installée à Lambèse. De cette ville proviennent en fait deux catégories de documents : des inscriptions se rapportant à des employés financiers et des textes évoquant de simples esclaves et affranchis démunis de toute tache administrative et financière.

  • 116 Les quelque 700 inscriptions découvertes dans cette ville ne contiennent aucune donnée qui soit de (...)
  • 117 Les idées de M. Christol ont été entre autres admises par R. Rebuffat (2005, p. 39). J. France (20 (...)

62Le fait qu’un bureau financier secondaire n’a pas été par exemple établi à Thamugadi 116, la plus importante ville dans ce secteur aurasien et colonie déduite au moment où Lambèse n’était même pas encore constituée en uicus, n’est pas, pensons-nous, sans signification. L’administration romaine a évité d’installer deux administrations dans deux villes distantes seulement de 17 km, l’une pour la gestion du patrimonium CaesarisThamugadi), l’autre pour l’entretien de la légion (à Lambèse). On peut dans ce cas comprendre que le choix était d’établir, dans un même lieu, les deux intendances et ce lieu n’est autre que Lambèse là où a été fixé le quartier général de la légion africaine. L’enjeu des dépenses a certainement pesé sur ce choix. On est donc en droit de penser que le bureau financier assumait un double rôle : d’une part assurer la solde et l’entretien de la légion, et d’autre part administrer les biens de l’empereur taillés dans les terres environnantes. On peut conclure que Lambèse est parfaitement établie dans une contrée où les sources épigraphiques ne manquent pas de révéler la présence d’importants domaines impériaux. Il convient également d’admettre, à la suite de M. Christol, que cette ville était un centre secondaire d’une administration financière et domaniale dont le siège principal se trouvait à Théveste117.

e. Sitifis

  • 118 AE 1966, 549 = AE 1967, 599.

Genio de/cumanae / Aug(ustae) sacrum. / Cultores et possesso/res impe(n)sis / suis fecerunt / a(nno) p(rouinciae) CXXXI118.

63Datation : 170.

  • 119 Pour P.-A. Février (1966, p. 227), « nous sommes très ignorants encore de la situation juridique e (...)

64Les possessores évoqués dans ce texte exploitaient incontestablement des parcelles prises sur un domaine impérial119.

  • 120 Voir sur cette documentation, Février 1964, p. 38-43 (= 1996, p. 688-693) ; 1966 ; 1967, p. 62 (= (...)
  • 121 Toutain 1940, p. 96. Pour l’auteur, ce terme ne se confond pas forcément avec (...)
  • 122 d’Escurac-Doisy 1967, p. 63.
  • 123 Kehoe 1988, p. 214-215. L’auteur pense que ces « cultores were rather a group (...)

65Une documentation épigraphique relativement abondante révèle l’existence dans les environs de Sétif de nombreux domaines impériaux120. Nonobstant la prudence de P.-A. Février au sujet du sens qu’il faudrait assigner à l’expression cultores et possessores, et des réserves formulées par J. Toutain qui supposait que le terme cultor, employé par C. Aufidius Utilis au Fundus Tapp(hugabensis), est appliqué à des exploitants de domaines privés121, nous préférons suivre l’interprétation d’H. d’Escurac-Doisy et comprendre : « des propriétaires qui mettent eux-mêmes en valeur leurs terres »122. Le sens religieux a été également écarté par D. Kehoe123.

f. Henchir Zaïeta124

  • 124 Le site archéologique de Henchir Zaïeta est situé à 11,5 km à vol d’oiseau à l’est de Thugga : AAT(...)
  • 125 CIL VIII, 25973.

[Pro salute Imp(eratoris) C]aes(aris) L(ucii) Septimi(i) Seueri Per(tinacis) Au[g(usti)] / [Si]luano Aug(usto) / [sa]-cru(m) posses(ores) fecer(unt)125.

  • 126 Le nom de Pertinax est porté par l’empereur dès 193-194. Lassère 2005, p. 1014.

66Datation : Septime Sévère126.

  • 127 CIL VIII, 25988 ; Poinssot 1907.
  • 128 Poinssot 1907, p. 471, n. 3. Voir aussi Mourir à Dougga 2002, p. 33 ; Christol(...)
  • 129 Aounallah, Maurin 2013, p. 33. Cette lecture ne tient plus depuis la découvert (...)
  • 130 Christol 2014, p. 342.
  • 131 En dernier lieu sur le personnage, Thomasson 1996, p. 43-44, n° 48.
  • 132 Poinssot 1907, p. 470, n. 1 où on lit : « Ces quinze bornes sont antérieures à (...)
  • 133 Christol 2014, p. 346.
  • 134 Chatelain 1910, p. 78-80 ; Le Glay 1971, p. 131 et 148-150 (...)
  • 135 Le Glay 1971, p. 131-132 ; Bel Faida 2 (...)
  • 136 CIL VIII, 27764 = AE 1909, 177 = ILTun, 1639. Voir Chatelain 1910 ; Benzina Be (...)
  • 137 Gauckler 1896, p. 289-290 ; Poinssot 1907, p. 476.
  • 138 CIL VIII, 22060 = AE 1898, 41 = ILAfr, 664 ; Di Vita-Évrard 2003 (d’où AE 2003 (...)
  • 139 Sur ce proconsul, voir Thomasson 1996, p. 136-137, n° 8 et surtout Di Vita-Évrard 2003.
  • 140 C’est l’avis de P. Gauckler, cf. supra note 137. C’est aussi l’avis des auteurs des ILAfr, 664.
  • 141 Ce que suppose entre autres Benzina Ben Abdallah (1986, p. 189-190), à la suite de St. Gsell (ILAl (...)

67Dans le voisinage de Henchir Zaïeta, à 6 km environ vers le sud-ouest, sur les crêtes du Jbel Chehid, ont été implantées des bornes-limites opisthographes127 indiquant sur les faces regardant vers la vallée de l’oued Khalled les limites du territoire de la ciuitas Thuggensis, et portant sur les faces opposées, orientées vers la vallée de l’oued Siliana, le texte suivant : Caes(aris) n(ostri) / S ˖ F ˖ R ˖ G. L. Poinssot a proposé de lire ainsi les quatre lettres de la deuxième ligne128 : s(altus) F..., r(egio) G, ou encore s(altus) f(undi) r... g... ? S. Aounallah et L. Maurin préfèrent, de leur part, le développement s(altus) f(ossae) r(e)g(iae) 129. Une autre hypothèse récemment formulée par M. Christol semble apporter une solution à cette énigme ; elle envisage la lecture s(ecundum) f(ormam) R(utili) G(allici) 130. Le nom du consulaire Rutilius Gallicus se lit sur des bornes de la Fossa Regia datées de la censure de Vespasien131. En ce qui concerne la date de cette série de bornes, L. Poinssot n’exclut pas l’époque flavienne132, mais Christol dans son commentaire, préfère « le milieu ou la seconde moitié du ii siècle apr. J.-C. »133. L’auteur justifie cette chronologie par la conjoncture économique qui a suivi la promulgation de la lex Hadriana qui stimule les colons, auxquels appartiennent nos possessores, à étendre les terres cultivées aux dépens des subsecives et des secteurs marginaux. En suivant ce point de vue, nos possessores semblent être donc des colons qui exploitaient des terres situées sur le domaine impérial signalé par les bornes du Jbel Chehid. Cette hypothèse est d’autant plus envisageable que nos possessores ont consacré cette dédicace à Silvain Auguste. La documentation africaine relative au culte de ce dieu permet de constater qu’il est vénéré dans deux milieux sociaux complètement différents : dans le milieu des soldats, notamment en Numidie et principalement à Lambèse134, et dans les milieux ruraux chez les paysans et les campagnards. Cette dernière catégorie de cultores est principalement attestée en Proconsulaire. Le Siluanus vénéré par ces ruraux est le dieu latin des champs et des forêts135. Une célèbre inscription métrique découverte dans la plaine du Sers, se rapportant au même dieu, évoque ces caractères agraires et champêtres136. Le Silvain de Henchir Zaïeta semble donc être la divinité protectrice de la végétation arbustive qui couvre le versant oriental du Jbel Chehid, versant correspondant à une partie du domaine impérial délimité par les termini signalés ci-dessus. Cette hypothèse étant admise, et partant des résultats des prospections effectuées dans cette zone, on peut aisément constater que le site archéologique de Henchir Zaïeta paraît être le centre le plus important par rapport à d’autres champs de ruines du même secteur montagneux. Cela est déduit notamment du fait qu’il est établi sur une voie antique, celle qui relie Thabbora à Thugga à travers les pentes du Jbel Chehid137. Il a pu servir de ce fait de relais essentiel entre les deux plaines de Khalled et de Siliana. Une borne milliaire138, datée de l’année 79-80 et mentionnant le proconsul Cn. Pinarius Aemilius Cicatricula139, a été d’ailleurs découverte à Henchir Zaïeta même ; elle appartient soit à la route transversale Thabbora-Thugga 140, soit à la grande voie Carthage-Théveste, ce qui suppose alors un déplacement du monument de quelques kilomètres141.

g. Altaua

  • 142 Mahboubi 1977-1979, p. 217-222 (d’où AE 1985, 976).

Pro salute domini n(ostri) / Imp(eratoris) Caes(aris) M(arci) / Aureli [[Antonini]] Pii / Felicis Augusti deo Soli [[Elagabali]] / possessores Altauenses ex sua collati/one templum fec(erunt) procurante / Iulio Cestillo proc(uratore) Aug(usti) prou(inciae) / CLXXXII142.

68Datation : 221.

  • 143 Mahboubi 1977-1979, p. 219.
  • 144 Courtot 1987, p. 544 ; Hamdoune 2018, p. 100.
  • 145 Sur Altaua et ses institutions, on consultera notamment Pouthier 1956 ; Marcillet-Jaubert 1968, p. (...)
  • 146 Hamdoune 2018, p. 101.
  • 147 Cf. supra, n. 95.

69Pour l’inventeur de la dédicace, suivi en cela par les rédacteurs de la notice n° 976 de l’Année épigraphique 1985, « l’implantation de ces possessores s’est donc faite sur des terres ayant appartenu à ces tribus (Bavares), après l’expulsion de ces dernières par des mesures du type definitio-defensio »143. Mais M. Mahboubi admet que ces terres tribales ont été rattachées aux domaines impériaux. Les possessores Altauenses seraient donc les bénéficiaires d’une concession de terres faite à leur profit aux dépens d’un domaine impérial ; ils composeraient de la sorte, à l’instar de ceux de Lambaesis et de Verecunda, le noyau embryonnaire de la communauté qui parviendrait au bout d’un processus de romanisation au statut de cité romaine. Altaua est citée par Ptolémée en tant qu’agglomération mais on ignore son statut juridique144. La documentation épigraphique montre clairement que les institutions municipales n’y font leur apparition qu’assez tardivement, vers la fin de la deuxième décennie du iii e siècle145. S’agit-il au temps de Ptolémée d’une Altaua organisée comme un uicus à l’exemple de Lambèse et Verecunda ? C’est possible mais rien n’est assuré faute de témoignages explicites. Tout récemment Chr. Hamdoune, revenant sur cette dédicace au dieu Soleil Elagabal, pense « qu’il faut considérer (ces possessores) comme des paysans cultivant des terres constituant leurs biens propres mais sans disposer du dominium puisqu’il s’agit d’un sol provincial »146. Elle ajoute que ces possessores étaient en partie des vétérans. On a déjà vu plus haut qu’H. d’Escurac-Doisy a formulé la même opinion à propos de Verecunda, incontestablement créée sur une terre impériale147.

70Sans être affirmatif, nous pensons que ces possessores Altauenses constituaient un groupe de colons exploitant un domaine impérial. D’ailleurs la dédicace au dieu Soleil Elagabal intrinsèquement liée au culte impérial est un indice de ce loyalisme manifesté à l’égard du dominus de la part de ceux qui bénéficient de sa bienveillance et munificence.

  • 148 Voir sur la définition de la possession dans le droit privé romain, Cuq 1904, p. 175-181 ; 1908, p (...)
  • 149 Sur ces passages, voir l’étude récente de H. González Bordas (2017).
  • 150 « Isque qui occupauerint possidendi ac fruendi heredique suo relinquendi id ius datur quod est (et (...)

71La revue de tous ces témoignages africains à propos du terme possessor permet de faire une première constatation : le contexte général de cet emploi ne laisse pas d’admettre que le droit de jouissance dévolu aux possessores évoqués dans ces inscriptions avait pour objectif la mise en valeur des parcelles de terres impériales. Nous voudrions en outre, au sujet de la notion de la possessio, insister sur un point au moins, car cette question a été abordée de long en large par d’éminents juristes et historiens depuis la découverte des grandes inscriptions agraires148. En droit romain, il faut faire la distinction juridique entre le dominium, propriété souveraine, et la possessio, qui donne au possessor le droit d’usus. Un passage du sermo procuratorum, reproduit par les inscriptions d’Aïn Jammala (face III, lignes 15-20), de Lella Drebblia (face III, lignes 6-14) et d’Aïn Ouassel (face II, lignes 12-18)149, est à cet égard très instructif. Il précise les droits afférents à l’occupation d’une parcelle de terre impériale : « À ceux qui auront fait acte d’occupation, est donné ce droit de posséder, de jouir et de laisser à leurs héritiers, (droit) qui est aussi comporté par la loi d’Hadrien “sur les terres vierges et sur celles qui n’ont pas été cultivées pendant dix années consécutives” »150. Ces droits sont édictés par la lex Hadriana, document cité dans des inscriptions trouvées dans la vallée de la Mejerda et dont on est parvenu à trouver le texte à Henchir Hnich, dans la région du Krib.

72De ce fait, on serait d’autant plus enclin à penser que le terme possessor dans l’inscription de Henchir Chaïeb, comme dans les autres textes, se rapportait bien à un groupe de colons impériaux. À mes yeux, et contrairement à l’avis de Ch. Saumagne, on peut conclure que le Fundus Tapp(hugabensis) est bien le centre d’un domaine impérial. Cette conclusion étant admise, il devient possible d’interpréter correctement une borne-limite opisthographe exhumée il y a une quinzaine d’années dans la maison de l’un des propriétaires du secteur situé près du Jbel Menchar, à quelque 150 mètres à l’ouest d’Aïn Zommit et à 1 km au nord de Henchir Chaïeb. Voici tout d’abord une présentation du document (fig. 22-23) :

  • Support : stèle taillée dans un calcaire rougeâtre, plus large dans sa moitié supérieure préparée pour recevoir les inscriptions que dans sa moitié inférieure destinée à être fichée en terre. Les deux faces opposées ont été seulement dégrossies mais non ravalées. La pierre est conservée in situ. Le support, lorsqu’il a été déterré suite à des travaux d’agrandissement de la maison dont on a parlé plus haut, a été trouvé couché sur la face A, tout en ayant le sommet orienté vers le sud. Cela signifie que la face A regardait vers le sud, alors que la face B était orientée vers le nord. Le sens retenu pour le terme possessor nous incite à accepter ces précisions fournies par le propriétaire de cette demeure.
  • Dimensions. H. 0,67 m ; Larg. (au sommet) 0,55 m ; Ép. 0,12 m ; Hl. 0,05 - 0,075 m.
  • État de conservation. Les faces principales sont partiellement abîmées, ce qui a entraîné l’effacement partiel de certaines lettres.
  • Textes (fig. 24-25) :
    Face A : CAES̟ N / N
    Face B : QTPC̟V̟
  • Apparat critique.
    Face A : de la lettre S ne subsiste que la boucle inférieure. La barre oblique et la branche droite du second N sont en grande partie effacées par l’usure de la pierre.
    Face B : après le groupe de lettres QTP, il paraît qu’on pouvait retrouver les vestiges très frustes de deux autres caractères : CV. Ces deux lettres sont à peine déchiffrables à cause de l’effacement de cette partie de la surface de la pierre ; on distingue toutefois les traces d’une demi-ellipse qui correspondrait à la courbe d’un C, et les deux traits verticaux d’un V. La mise en page des trois lettres QTP, qui sont un peu retirées vers le côté gauche, impliquerait normalement l’existence de deux autres lettres pour assurer une certaine distribution synchronisée des caractères sur la largeur de la stèle. Cette régularité de la mise en page a été observée pour la face A.

73On peut développer et traduire :

  • Face A :
    (Terminus fundi) Caes(arum) n/n(ostrorum)
    « (Borne-limite du domaine) de nos deux Césars ».
  • Face B :
    (Terminus fundi) Q(uinti) T(---) P(---) c(larissimi) u(iri)
    « (Borne-limite du domaine) de Quintus T(---) P(---), homme clarissime ».
  • Datation : la face A de la borne évoque deux Césars. Un cas semblable a été traité par J. Carcopino151 ; il s’agit d’une borne-limite trouvée à cinq mètres de la grande inscription d’Aïn Jammala, sur la rive gauche de l’oued Khalled. L’une des deux faces inscrites porte le texte suivant : CAES N / N. J. Carcopino propose pour les deux Césars, soit le règne conjoint de Marc Aurèle et Lucius Verus, donc la date de 160-169, soit de Septime Sévère et Caracalla, c’est-à-dire la période entre 196 et 209152. On peut également penser à Marc Aurèle et Commode (176-180). C’est d’ailleurs depuis Marc Aurèle surtout que l’indication du rang social uir clarissimus est abrégée en u.c. ou c.u. 153. À défaut d’autres arguments, nous ne saurions pour le moment décider entre ces trois fourchettes chronologiques.

Fig. 22 : La borne-limite : face A

Fig. 22 : La borne-limite : face A

Fig. 23 : La borne-limite : face B

Fig. 23 : La borne-limite : face B

cliché A. Chérif

Fig. 24 : Détail des lettres inscrites sur la face A

Fig. 24 : Détail des lettres inscrites sur la face A

cliché A. Chérif

Fig. 25 : Détail des lettres inscrites sur la face B

Fig. 25 : Détail des lettres inscrites sur la face B

cliché A. Chérif

  • 154 Il s’agit essentiellement de listes fournies par les principaux recueils épigraphiques (CIL VIII ; (...)
  • 155 CIL VIII, 26380 : D(iis) M(anibus) s(acrum). / Q(uintus) Titinius Pa/catus p(i (...)
  • 156 Voir Ibba 2006, p. 479-480, n° 298.
  • 157 AE 1969-1970, 633, col. VI. Il s’agit d’une dédicace gravée sur les trois face (...)
  • 158 CIL VIII, 16749 = AE 1888, 119 = ILS, 4493 = ILAlg., I, 2977. Le site de Hench (...)
  • 159 Sur ces gentilices, voir notamment Mourir à Dougga 2002, p. 665-666 ; Benzina Ben Abdallah 2013, p (...)

74Venons-en maintenant à la face B de la borne. Les lettres QTPCV sont incontestablement les tria nomina d’un personnage suivis de son statut social (clarissimus uir). Le dépouillement des listes onomastiques disponibles établies à partir de la documentation africaine154 ne permet de relever aucun clarissimus uir porteur des initiales QTP. Les personnages qui portent les trois noms commençant par ces lettres sont très rares. On connaît un Q(uintus) Titinius Pacatus à Vchi Maius 155, dont le gentilice rappelle celui de la gens Titinia connue à Théveste ; certains de ses membres possédaient des praedia à Henchir el-Mra Meïta non loin de Henchir Douamis156. Une inscription d’Égypte de l’époque d’Antonin le Pieux mentionne un Q(uintus) Tannonius Primus, un militaire originaire d’Vthina 157. Un texte de Henchir Metkides, peut-être l’antique Tinfadi en Numidie158, donne le nom d’un Q. T. Politicus. Parmi les gentilices qui débutent par l’initiale T et qui sont les plus fréquemment attestés dans les cités africaines, on cite surtout Terentius, Tannonius, Tullius, Tadius et Tettius159.

75Le choix du bon « candidat » devait, de toute évidence, respecter deux facteurs essentiels : une relation reconnue avec l’Afrique (le propriétaire devait être soit africain, soit ayant exercé une haute fonction en Afrique ou les deux à la fois) et une appartenance à l’ordre sénatorial. En attendant une nouvelle documentation épigraphique qui pourrait peut-être apporter un éclaircissement nouveau, l’identification du propriétaire dont le domaine a été délimité par la borne d’Aïn Zommit reste pour le moment dans l’anonymat absolu.

4. Conclusion

76Sans le recours à une fouille systématique ou à des sondages stratigraphiques, les résultats acquis de la prospection au sol ont quand même fourni de nouvelles données et contribué de la sorte à une meilleure connaissance d’une petite localité organisée sous le Haut-Empire comme un centre de domaine impérial. De ce fait, on est mieux renseigné sur la durée de l’occupation du site et sur l’étendue des vestiges et leur diversité. Par ailleurs, nous avons cru apporter une solution au problème irritant du statut juridique du Fundus Tapp(hugabensis) qui, croyons-nous, pourrait désormais être rattaché aux propriétés impériales. Les possessores évoqués dans le dossier épigraphique ci-dessus instruit étaient en fait des colons qui exploitaient des parcelles prises dans des domaines impériaux dans le cadre du régime du colonat partiaire.

77Toutefois, l’apport de nos prospections de surface reste limité et ne peut pas par conséquent donner des solutions satisfaisantes à toutes nos interrogations. Des questions importantes resteront à ce stade de l’enquête sans réponse : quelle était la nature de l’occupation et du peuplement du site à l’époque hellénistique ? De quand dater l’organisation du lieu en tant que centre de domaine impérial ? Quel était le centre du domaine privé de QTP signalé par la borne d’Aïn Zommit ?

78En outre, l’intérêt porté essentiellement au centre du Fundus devait également concerner les terres qui lui sont dépendantes. Nous disposons en l’état actuel du dossier d’une seule borne fixant la limite nord du domaine ; il fallait élargir le champ des prospections vers les autres directions, notamment vers l’est, c’est-à-dire vers la ciuitas Tapphugabensis, afin de vérifier l’hypothèse, avancée certes sans preuve péremptoire, prévoyant l’existence d’une petite communauté tribale installée dans le Bled Tejmout, en gros entre Henchir Chaïeb et Henchir Sidi Abd en-Nour.

79On peut constater qu’en dehors des données ici exposées, nos connaissances sur le contexte général dans lequel a été implanté le Fundus Tapp(hugabensis) sont encore modestes. Les prochaines investigations apporteront, souhaitons-le, d’éléments nouveaux permettant de mieux connaître l’histoire et l’archéologie de ce centre domanial.

Haut de page

Bibliographie

AAA 1911, Gsell St., Atlas archéologique de l’Algérie. Édition spéciale des cartes au 200 000 e du Service Géographique de l’Armée, Alger, Paris. https://bibliotheque-numerique.inha.fr/viewer/21113/?offset=#page=2&viewer=picture&o=bookmark&n=0&q=

AAT I, 1893, Babelon E., Cagnat R., Reinach S., Atlas archéologique de la Tunisie. Première série (cartes au 1/50 000 e ), Paris. https://arachne.uni-koeln.de/arachne/index.php?view%5blayout%5d=buch_item&search%5bconstraints%5d%5bbuch%5d%5balias%5d=Babelon1893Text&search%5bmatch%5d=exact

AAT II, 1914-1932, Cagnat R., Merlin A., Atlas archéologique de la Tunisie. Deuxième série (cartes au 1/100 000 e ), Paris.

Abid H. 2014, « Le tracé de la Fossa Regia dans la vallée de l’oued Siliana. Précisions et réflexions », dans Centres de pouvoir et organisation de l’espace, Actes du X e colloque international sur l’histoire et l’archéologie de l’Afrique du Nord préhistorique, antique et médiévale, Caen, 2009, Caen, (Coll. Symposia), p. 401-418. https://www.academia.edu/23901319

Abid H. 2015, « Hr. Ksar Bou Khriss : centre d’un domaine impérial méconnu ? », dans L’Africa romana XX 2015, p. 1415-1425. https://www.academia.edu/33055798

Africa romana (L’) XV 2004, M. Khanoussi et al. (éd.), L’Africa romana XV, Ai confini dell’Impero : contatti, scambi, conflitti, Atti del XV convegno di studio, Tozeur, 11-15 dicembre 2002, Roma, (Pubblicazioni del Dip. di Storia dell’Università degli studi di Sassari n.s. 21).

Africa romana (L’) XVI 2006, A. Akerraz et alii (éd.), L’Africa romana XVI, Mobilità delle persone e dei popoli, dinamiche migratorie, emigrazioni ed immigrazioni nelle province occidentali dell’Impero romano, Atti del XVI convegno di studio, Rabat, 15-19 dicembre 2004, Roma, (Pubblicazioni del Dip. di Storia dell’Università degli studi di Sassari n.s. 31). https://core.ac.uk/download/pdf/11691833.pdf

Africa romana (L’) XX 2015, P. Ruggeri (éd.), L’Africa romana XX, Momenti di continuità e rottura : bilancio di trent’anni di convegni L’Africa romana, Alghero – Porto Conte Ricerche, 26-29 settembre 2013, Roma, (Pubblicazioni del Dip. di Storia, Scienze dell’uomo e della formazione dell’Università degli studi di Sassari n.s. 49).

Aounallah S., Maurin L. 2013, « Remarques sur la topographie rurale et urbaine du pagus et de la ciuitas de Thugga (Dougga, Tunisie) », dans Hommes, cultures et paysages de l’Antiquité à la période moderne, Mélanges offerts à J. Peyras, Rennes, (Centre de recherches en histoire internationale et atlantique, Enquêtes et documents, 44), p. 27-55 https://books.openedition.org/pur/34345

Beauchet L. 1873, « Possessio », dans DictAnt, IV, p. 602-604.

Bel Faida A. 2004, « Le culte de Silvain en Afrique romaine : témoignages épigraphiques », dans L’Africa romana XV 2004, p. 1343-1354.

Bel Faida A. 2008, « Places des collèges, associations et collectivités dans la vie religieuse de l’Afrique antique. Témoignages épigraphiques », dans Lieux de cultes : aires votives, temples, églises, mosquées, Actes du IX e colloque international sur l’histoire et l’archéologie de l’Afrique du Nord antique et médiévale, Tripoli, 19-25 février 2005, Paris, (Études d’Antiquités africaines), p. 163-175. https://www.persee.fr/doc/etaf_0768-2352_2008_act_1_1_907

Ben Abed-Ben Khader A. et alii 2018, Ben Abed-Ben Khader A., Griesheimer M., Fixot M., « Aradi : le sanctuaire du culte impérial », dans Fr. Baratte, V. Brouquier-Reddé, E. Rocca (éd.), Du culte aux sanctuaires. L’architecture religieuse dans l’Afrique romaine et byzantine, Paris, (Orient & Méditerranée 25), p. 89-105.

Ben Abid L. 2014, « Les cultes païens dans les grands domaines fonciers de l’Afrique proconsulaire », dans F. Bejaoui (éd.), Actes du 7 e colloque international sur l’histoire des Steppes tunisiennes. Sbeïtla, session 2010, Tunis, p. 169-194.

Bénabou M. 2005, La résistance africaine à la romanisation, 2e éd., Paris.

Bénichou-Safar H. 1982, Les tombes puniques de Carthage. Topographie, structures, inscriptions et rites funéraires, Paris, (Études d’Antiquités africaines). https://www.persee.fr/doc/etaf_0768-2352_1982_mon_3_1

Benseddik N. 1982, Les troupes auxiliaires de l’armée romaine en Maurétanie Césarienne sous le Haut-Empire, Alger. https://www.academia.edu/1455914

Benzina Ben Abadallah Z., Ladjimi Sebaï L. 1983, Index onomastique des inscriptions latines de la Tunisie, Paris.

Benzina Ben Abadallah Z. 1986, Catalogue des inscriptions latines païennes du musée du Bardo, Rome, (CÉFR 92). https://www.persee.fr/doc/efr_0000-0000_1986_cat_92_1

Benzina Ben Abadallah Z. (avec la collaboration de A. Ibba et L. Naddari), 2013, Mourir à Ammaedara. Épitaphes latines païennes inédites d’Ammaedara (Haïdra) et de sa région, Ortacesus, (Studi di storia antica e di archeologia 11).

Beschaouch A. 1979, « Éléments celtiques dans la population du pays de Carthage », CRAI, p. 394-409 https://www.persee.fr/doc/crai_0065-0536_1979_num_123_3_13624

Beschaouch A. 1983, « Sur trois cités de l’Afrique chrétienne : Gunela, Aradi et Midicca », CRAI, p. 683-693 https://www.persee.fr/doc/crai_0065-0536_1983_num_127_4_14102

Beschaouch A. 2001a, « Sur la fixation définitive à El-Alia, non loin d’Utique, de l’emplacement d’Vzalis, cité d’accueil des premières reliques, en Occident, du protomartyr saint Étienne », CRAI, p. 1525-1532. https://www.persee.fr/doc/crai_0065-0536_2001_num_145_4_16359

Beschaouch A. 2001b, « Onomastique et romanisation dans le pays de Carthage romaine (résumé) », BSNAF, p. 216-217. https://www.persee.fr/doc/bsnaf_0081-1181_2006_num_2001_1_10543

Boulvert G. 1970, Esclaves et affranchis impériaux sous le Haut-Empire romain. Rôle politique et administratif, Napoli, (Biblioteca di Labeo, 4).

Boulvert G. 1974, Domestique et fonctionnaire sous le Haut-Empire romain, Paris (Annales littéraires de l’Université de Besançon 151, Centre de recherches d’Histoire ancienne 9). https://www.persee.fr/doc/ista_0000-0000_1974_mon_151_1

Bussière J. 2000, Lampes antiques d’Algérie, Montagnac, (Monographies Instrumentum 16).

Cadotte A. 2007, La romanisation des dieux. L’interpretatio romana en Afrique du Nord sous le Haut-Empire, Leiden-Boston, (Religions in the Graeco-Roman World, 158). https://jugurtha.noblogs.org/files/2018/09/La-romanisation-de-Dieux.-L%E2%80%99interpretation-romana-en-Afrique-du-Nord-sous-le-Haut-Empire-Alain-Cadotte.pdf

Cagnat R. 1906, « Séance de la commission de l’Afrique du Nord du 17 avril 1906 », BCTH, p. LXXXV-LXXXVI.

Cagnat R. 1913, L’armée romaine d’Afrique et l’occupation militaire de l’Afrique sous les empereurs, 2e éd., Paris https://archive.org/details/larmeromainedafr00cagn/page/n4

Carcopino J. 1906, « L’inscription d’Aïn-el-Djemala. Contribution à l’histoire des saltus africains et du colonat partiaire », MÉFR 26, p. 365-481. https://www.persee.fr/doc/mefr_0223-4874_1906_num_26_1_6934

Carcopino J. 1918, « Les castella de la plaine de Sétif d’après une inscription récemment découverte », Revue Africaine 59, p. 5-22. http://revueafricaine.mmsh.univ-aix.fr/n/Pages/1918_294_001.aspx

Castorio J.-N, Maligorne Y. (éd.) 2016, Mausolées et grands domaines ruraux à l’époque romaine dans le nord-est de la Gaule, Bordeaux, (Ausonius Scripta antiqua 90). https://www.academia.edu/33883216

Chastagnol A. 1988, « Le formulaire de l’épigraphie latine officielle dans l’Antiquité tardive », dans A. Donati (éd.), La terza età dell’epigrafia, Colloquio AIEGL-Borghesi 86, Bologna, ottobre 1986, Faenza, (Epigrafia e antichità 9), p. 11-65.

Chastagnol A. 1992, Le sénat romain à l’époque impériale   : recherches sur la composition de l’assemblée et le statut de ses membres, Paris, (Coll. Histoire 19).

Chatelain L. 1910, « Le culte de Silvain en Afrique et l’inscription de la plaine du Sers », MÉFR 30, p. 77-97. https://www.persee.fr/doc/mefr_0223-4874_1910_num_30_1_8376

Chelbi F. 1992, Céramique à vernis noir de Carthage, Tunis.

Chérif A. 2016, « TAPPHVGABA I. Nouvelles données sur une cité méconnue de la région de Bou Arada (Tunisie) : la ciuitas Tapphugabensis - Henchir Sidi Abd en-Nour », dans Th. Belkahia, L. Ben Abid, M. Gharbi (éd.), Identités et territoires dans le Maghreb antique. Actes du colloque international organisé à Tunis, 29-30 novembre 2013, Tunis, p. 27-49.

Chérif A. 2017a, Cités dites royales et cités d’origine domaniale en Afrique antique, thèse de Doctorat en histoire, inédite.

Chérif A. 2017b, « Territoire assigné ou territoire laissé ? À nouveau sur le rapport entre Sufetula (Sbeïtla, en Tunisie) et les Musunii », AntAfr 53, p. 63-78. 

Chérif A., González Bordas H. à paraître a, « Henchir Hnich (région du Krib, Tunisie) : la découverte de la première copie de la lex Hadriana de agris rudibus et de trois inscriptions funéraires inédites », dans L’Africa romana XXI (Tunis 6-9-décembre 2018).

Chérif A., González Bordas H. à paraître b, « Les grandes inscriptions agraires d’Afrique : nouvelles réflexions, nouvelle découverte », CRAI (séance du 26 octobre 2018).

Christol M. 1990, « Ti. Claudius Proculus Cornelianus, procurateur de la région de Théveste », dans A. Mastino (éd.), L’Africa romana VII, Atti del VII convegno di studio, Sassari, 15-17 dicembre 1989, Sassari, (Pubblicazioni del Dip. di Storia dell’Università degli studi di Sassari 16), p. 893-904 [repris dans Christol 2005, p. 111-115].

Christol M. 1996a, « Du notable local à l’administrateur impérial, la carrière de T. Flavius Macer : aspects de la vie institutionnelle de la province d’Afrique au début du IIsiècle après J.-C. », dans A. Chastagnol, S. Démougin, Cl. Lepelley (éd.), Splendidissima ciuitas. Études d’histoire romaine en hommage à François Jacques, Paris, (Histoire ancienne et médiévale 40), p. 27-37 [repris dans Christol 2005, p. 104-110].

Christol M. 1996b, « L’administration des biens et des revenus de l’État à l’époque romaine, le cas de l’Afrique à l’époque impériale », Revue tunisienne d’administration publique, 21, 3e trimestre, p. 43-50.

Christol M. 1999, « Les subdivisions de l’administration domaniale et financière en Afrique romaine : des limites de la procuratelle d’Hadrumète à celles de la province de Byzacène », dans Cl. Lepelley, X. Dupuis (éd.), Frontières et limites de l’Afrique du Nord antique, Hommage à Pierre Salama, Actes de la table ronde, Paris, les 2 et 3 mai 1997, Paris, (Histoire ancienne et médiévale 56), p. 71-87 [repris dans Christol 2005, p. 116-123].

Christol M. 2005, Regards sur l’Afrique romaine, Paris, (Collection des Hespérides).

Christol M. 2006, « L’administration et la gestion des ressources de la province d’Afrique à la transition du Haut-Empire et du Bas-Empire », CCG 17, 2006, p. 219-246. https://www.persee.fr/doc/ccgg_1016-9008_2006_num_17_1_912

Christol M. 2014, « La cité et le domaine impérial : à propos de Thugga », dans Cl. Briand-Ponsart (éd.), Centres de pouvoir et organisation de l’espace, Actes du X e colloque international sur l’histoire et l’archéologie de l’Afrique du Nord préhistorique, antique et médiévale (Caen 25-28 mai 2009), Caen, p. 333-347.

Contencin A. 1934-1935, « Séance de la commission de l’Afrique du Nord du 10 décembre 1935 », BCTH, p. 389-392.

Cortés Bárcena C. 2015, « Confines controvertidos : la delimitación de los grandes dominios en Mauretania », dans L’Africa romana XX 2015, Roma, p. 1467-1474. https://www.academia.edu/30075130

Courtot P. 1987, dans Encyclopédie Berbère, s.v. « Altaua », p. 543-552. https://journals.openedition.org/encyclopedieberbere/2454

Cuq E. 1904, Les institutions juridiques des Romains, I, L’ancien droit, 2e éd., Paris.

Cuq E. 1908, Les institutions juridiques des Romains, II, Le droit classique et le droit du Bas-Empire, Paris.

David J.-M. 1977, « Réformes des administrations de l’annone et des domaines en Numidie, pendant la persécution de Valérien (257-260), à propos de C.I.L., VIII, 2757 », AntAfr 11, p. 149-160. https://www.persee.fr/doc/antaf_0066-4871_1977_num_11_1_991

Deneauve J. 1969, Lampes de Carthage, Paris, (Centre de recherches sur l’Afrique méditerranéenne, s. Archéologie).

Desanges J. et alii 2010 : J. Desanges, N. Duval, Cl. Lepelley, S. Saint-Amans (éd.), Carte des routes et des cités de l’est de l’Africa à la fin de l’Antiquité. Nouvelle édition de la carte des “Voies romaines de l’Afrique du Nord” conçue en 1949, d’après les tracés de Pierre Salama, Turnhout, (Bibliothèque de l’Antiquité tardive 17).

De Vos M., Attoui R. 2011, « Paesaggio produttivo : percezione antica e moderna. Geografia della religione : un case-study nell’Africa del Nord », dans R. Attoui (éd.), When did Antiquity end ? Archaeological Case Studies in Three Continents: The Proceedings of an International Seminar held at the University of Trento on April 29-30, 2005, on Late Antique Societies, Religion, Pottery and Trade in Germania, Northern Africa, Greece and Asia Minor, Oxford, p. 31-90.

De Vos Raaijmakers M., Attoui R. 2013, Rus Africum I Le paysage rural antique autour de Dougga et Téboursouk   : cartographie, relevés et chronologie des établissements, Bari, (Bibliotheca archaeologica 30).

Di Vita-Evrard G. 2003, « Un “nouveau” proconsul d’Afrique : Cn. Pinarius Aemilius Cicatricula », dans M.G. Angeli Bertinelli, A. Donati (éd.), Usi e abusi epigrafici, Atti del colloquio internazionale di Epigrafia Latina. Genova, 20-22 settembre 2001, Roma, (Serta Antiqua et Mediaevalia 6, Storia antica 3), p. 489-505.

Dondin-Payre M. 2006, « Gaulois des Gaules et Gaulois d’Afrique, de la réalité à l’imaginaire : naissance et développement d’un mythe de migration », dans L’Africa romana XVI 2006, Roma, p. 857-869.

Dupuis X. 2006, « Les inscriptions latines de l’Algérie », dans S. Démougin et alii (éd.), H.-G. Pflaum, un historien du XX e siècle, Actes du colloque international, Paris, 21-23 octobre 2004, Genève, (ÉPHÉ, Sciences historiques et philologiques. III, Hautes études du monde gréco-romain, 37), p. 39-48.

Durry M. 1966, « Iunia Baccula. Une inscription du Constantinois », dans J. Heurgon, G. Picard, W. Seston (éd.), Mélanges d’archéologie, d’épigraphie et d’histoire offerts à Jérôme Carcopino, Paris, p. 289-294.

Ennabli L. 1991, Les inscriptions funéraires chrétiennes de Carthage, III, Carthage intra et extra muros, Rome, (CÉFR 151). https://www.persee.fr/doc/efr_0000-0000_1991_arc_151_3

d’Escurac-Doisy H. 1962, « Lambèse et les vétérans de la legio tertia Augusta », dans M. Renard (éd.), Hommages à Albert Grenier, Bruxelles, (Coll. Latomus 58), p. 571-583.

dEscurac-Doisy H. 1967, « Notes sur le phénomène associatif dans le monde paysan à l’époque du Haut-Empire », AntAfr 1, p. 59-71. https://www.persee.fr/doc/antaf_0066-4871_1967_num_1_1_882

Ferchiou N. 1977, « Note sur deux inscriptions du Jebel Mansour (Tunisie) », CT 99-100, p. 9-20.

Ferchiou N. 1978, « Cippes à personnages et à décor architectural de la région de Bou Arada (Tunisie) », CT 101-102, p. 15-29.

Ferchiou N. 1979, « Un affranchi impérial julio-claudien aux environs de Bou Arada », Échanges I, 3, p. 357-362.

Ferchiou N. 1980, « Remarques sur la politique impériale de colonisation en Proconsulaire au cours du premier siècle après J.-C. », CT 113-114, p. 9-55.

Ferchiou N. 1982, « Une cité dirigée par des sufètes au temps de Commode : ciuitas Abb… », CT 119-120, p. 15-42.

Ferchiou N. 1984, « À propos d’une inscription magique grecque : le domaine de Sidi Kaddou (région de Bou Arada) et son environnement. Étude d’archéologie et de géographie historique », CT 127-128, p. 9-30.

Ferchiou N. 1986, « Une zone de petite colonisation romaine à l’époque julio-claudienne : le centre-ouest de l’Africa Vetus (Région d’Aradi, Avitina, Dj. Mansour, Siliana) », dans A. Mastino (éd.), L’Africa romana III, Atti del III convegno di studio, Sassari, 13-15 dicembre 1985, Sassari, (Pubblicazioni del Dip. di Storia dell’Università degli studi di Sassari 7), p. 205-217. https://core.ac.uk/download/pdf/11689334.pdf

Ferchiou N. 1987 « Le mausolée de C. Iulius Felix à Henchir Messaouer », MDAI-R 94, p. 413-463.

Ferchiou N. 1989, L’évolution du décor architectonique en Afrique proconsulaire des derniers temps de Carthage aux Antonins : l’hellénisme africain, son déclin, ses mutations et le triomphe de l’art romano-africain (III e s. avant J.-C. – I er s. après J.-C), Gap (s.d.).

Ferchiou N. 1992-1993, « Découvertes archéologiques touchant au monde libyco-punique », Reppal 7-8, p. 345-347.

Ferchiou N. 1997, dans Encyclopédie Berbère, s.v. « Fossa Regia », p. 2897-2911.

Ferchiou N. 2004, « Le mausolée-tour de Ksar Bou Kriss », Africa 20, p. 98-108.

Ferchiou N. 2011, « À propos de quelques éléments d’architecture de Zama : le problème de la diffusion de la culture punique dans l’arrière-pays de Carthage (de Mateur à Siliana) », dans A. Ferjaoui (éd.), La Carthage punique. Diffusion et permanence de sa culture en Afrique antique, Actes du 1 er séminaire, Tunis 28 décembre 2009, Tunis, p. 131-183.

Ferchiou N., Gabillon A. 1985, « Une inscription grecque magique de la région de Bou Arada (Tunisie) ou les quatre plaies de l’agriculture antique en proconsulaire », BCTH 19, p. 109-125.

Février P.-A. 1964, « Notes sur le développement urbain en Afrique du Nord. Les exemples comparés de Djemila et de Sétif », CArch 14, p. 1-47 [repris dans Février 1996, p. 651-697]. https://www.persee.fr/doc/efr_0223-5099_1996_ant_225_1_5682

Février P.-A. 1966, « Inscriptions inédites relatives aux domaines de la région de Sétif », dans R. Chevallier (éd.), Mélanges d’archéologie et d’histoire offerts à André Piganiol, I, p. 217-228.

Février P.-A. 1967, « Aux origines de l’occupation romaine dans les hautes plaines de Sétif », CT 57-60, p. 51-64 [repris dans Février 1996, p. 725-739]. https://www.persee.fr/doc/efr_0223-5099_1996_ant_225_1_5685

Février P.-A. 1996, La Méditerranée de Paul-Albert Février [recueil d’articles], Rome, (CÉFR 225). https://www.persee.fr/issue/efr_0223-5099_1996_ant_225_1

France J. 2017, Finances publiques, intérêts privés dans le monde romain. Choix d’écrits, Bordeaux, (Ausonius Scripta antiqua 100).

Gascou J. 1972, La politique municipale de l’Empire romain en Afrique Proconsulaire de Trajan à Septime-Sévere, Rome, (CÉFR 8). https://www.persee.fr/doc/efr_0000-0000_1972_mon_8_1

Gascou J. 1982, « La politique municipale de Rome en Afrique du Nord, I. De la mort d’Auguste au début du IIIe siècle », dans ANRW II, 10, 2, p. 136-229.

Gauckler P. 1896, « Note sur la vallée inférieure de la Siliana à l’époque romaine », BCTH, p. 287-301.

Gebbia C. 2006, « Ancora Altava », dans L’Africa romana XVI 2006, p. 495-506. http://www.dirittoestoria.it/8/Memorie/Africa_Romana/Gebbia-Ancora-Altava.htm

Gonzáles Bordas H. 2017, « Un nouveau regard sur le dossier des grandes inscriptions agraires d’Afrique contenant le sermo procuratorum », CCG XXVIII, p. 213-229. https://www.academia.edu/37627685

Gonzáles Bordas H., France J. 2017, « A New Edition of the Imperial Regulation from the Lella Drebblia Site near Dougga (AE 2001, 2083) », JRA 30, p. 407-428.

Hamdoune C. 2018, Ad fines Africae Romanae. Les mondes tribaux dans les provinces maurétaniennes, Bordeaux, (Ausonius scripta antiqua 111).

Ibba A. 2006, Uchi Maius, 2. Le iscrizioni, Sassari. https://www.researchgate.net/profile/Antonio_Ibba3/publication/293651737_Uchi_Maius_2_Le_iscrizioni/links/56ba217508ae6a0040adda84/Uchi-Maius-2-Le-iscrizioni.pdf

Jacques Fr. 1992, « Propriétés impériales et cités en Numidie méridionale », CCG III, p. 125-139. https://www.persee.fr/doc/ccgg_1016-9008_1992_num_3_1_1351

Jongeling K. 1994, North-African Names from Latin Sources, Leiden. http://www.punic.co.uk/phoenician/latnames/latnames.pdf

Kajanto I. 1965, The Latin cognomina, Helsinki.

Kehoe D.P. 1984, « Lease Regulations for Imperial Estates in North Africa: Part I », ZPE 56, p. 193-219.

Kehoe D.P. 1985, « Lease Regulations for Imperial Estates in North Africa: Part II », ZPE 59, p. 151-172.

Kehoe D.P. 1988, The Economics of Agriculture on Roman Imperial Estates in North Africa, Göttingen, (Hypomnemata 89).

Kolendo J. 1991, Le colonat en Afrique sous le Haut-Empire, Paris, (Centre de recherches d’histoire ancienne 107). https://www.persee.fr/doc/ista_0000-0000_1991_mon_447_1

Kotula T. 1965, « Les principes gentis et les principes ciuitatis en Afrique romaine », Eos 55, p. 347-365.

Lancel S. 2002, [Édition de] Victor de Vita. Histoire de la persécution vandale en Afrique suivie de la Passion des sept martyrs. Registre des provinces et des cités d’Afrique, Paris, (Collection des Universités de France).

Lassère J.-M. 1973, « Recherches sur la chronologie des épitaphes païennes de l’Africa », AntAfr 7, p. 7-152. https://www.persee.fr/doc/antaf_0066-4871_1973_num_7_1_1449

Lassère J.-M. 1977, Vbique populus. Peuplement et mouvements de population dans l’Afrique romaine de la chute de Carthage à la fin de la dynastie des Sévères (146 a. C. – 235 p. C.), Paris, (Études d’Antiquités africaines). https://gallica.bnf.fr/ark :/12148/bpt6k3333550p/f1.image

Lassère J.-M. 1998, « Épigraphie africaine et paysages ruraux », dans A. Rousselle, M.-Cl. Marandet (éd.), Le paysage rural et ses acteurs, première journée d’étude du Centre de Recherches Historiques sur les Sociétés Méditerranéennes, Perpignan 1995, Perpignan, (Coll. Études), p. 65-90.

Lassère J.-M. 2005, Manuel d’épigraphie romaine, Paris.

Le Bohec Y. 1989a, La troisième l é gion Auguste, Paris, (Études d’Antiquités africaines). https://www.persee.fr/doc/etaf_0768-2352_1989_mon_1_1

Le Bohec Y. 1989b, Les unités auxiliaires de l’armée romaine en Afrique Proconsulaire et en Numidie sous le Haut-Empire, Paris, (Études d’Antiquités africaines).

Le Bohec Y. 1990, L’armée romaine sous le Haut-Empire, 2e éd., Paris.

Le Bohec Y. 1992, « Ti. Claudius Proculus Cornelianus, procurateur de la région de Théveste », ZPE 93, p. 107-116. http://www.uni-koeln.de/phil-fak/ifa/zpe/downloads/1992/093pdf/093107.pdf

Le Bohec Y. 2009, « Verecunda (Markouna) sous le Haut-Empire : le dossier épigraphique », dans A. Groslambert (éd.), Urbanisme et urbanisation en Numidie militaire, Actes du Colloque organisé les 7 et 8 mars 2008 par l’Université Lyon 3, Lyon, p. 199-213.

Le Glay M. 1962, « Les Gaulois en Afrique », dans Hommages à Albert Grenier, 2, Bruxelles (Coll. Latomus 56), p. 995-1029.

Le Glay M. 1971, « La vie religieuse à Lambèse d’après de nouveaux documents », AntAfr 5, p. 125-153. https://www.persee.fr/doc/antaf_0066-4871_1971_num_5_1_923

Lepelley Cl. 1981, Les cités de l’Afrique romaine au Bas-Empire, II. Notices d’histoire municipale, Paris.

Le Roux P. 1986, « L’huile de Bétique et le Prince sur un itinéraire annonaire », RÉA 88, 1-4, p. 247-271. https://www.persee.fr/doc/rea_0035-2004_1986_num_88_1_4241

Leschi L. 1941, « Séance de la commission de l’Afrique du Nord du 12 mai 1941 », BCTH, p. 95-106.

Louhichi A. 2010, Céramique islamique de Tunisie : école de Kairouan, école de Tunis, Tunis.

Mahboubi M. 1977-1979, « Un nouveau gouverneur de Maurétanie césarienne », BAA VII, 1, p. 217-222.

Mahboubi M. 1982, « Les élites municipales de la Numidie : deux groupes : étrangers à la cité et vétérans », dans ANRW II, 10, 2, p. 673-681.

Mandouze A. 1982, Prosopographie chrétienne du Bas-Empire, I, Prosopographie de l’Afrique chrétienne (303-533), Paris. https://www.persee.fr/doc/etaf_0768-2352_1982_mon_2_1

Marcillet-Jaubert J. 1968, Les inscriptions d’Altaua, Aix-en-Provence, (Publications des Annales de la Faculté des Lettres, n.s., 65).

Mathieu N. 1999, Histoire d’un nom. Les Aufidii dans la vie politique, économique et sociale du monde romain, II siècle avant Jésus-Christ-III e siècle après Jésus-Christ, Rennes, (Coll. Histoire).

Maurin L. 2004, « Un Gaulois (un Bordelais ?) à Dougga », dans L’Africa romana XV 2004, p. 1303-1315.

Monier R. 1947, Manuel élémentaire de droit romain, I, 6e éd., Paris.

Mourir à Dougga 2002, M. Khanoussi, L. Maurin (dir.), Mourir à Dougga. Recueil des inscriptions funéraires, Bordeaux-Tunis (Ausonius Publications).

Peyras J. 1999, « La potestas occupandi dans l’Afrique romaine », DHA 25/1, p. 129-157. https://www.persee.fr/doc/dha_0755-7256_1999_num_25_1_1528

Pflaum H.-G. 1955, « Deux carrières équestres de Lambèse et de Zana (Diana Veteranorum) », Libyca – Arch. Ép. 3, p. 123-154.

Pflaum H.-G. 1960, Les carrières procuratoriennes équestres sous le Haut-Empire romain, I, Paris, (Bibliothèque archéologique et historique 57, 112).

Pflaum H.-G. 1968, « Les juges des cinq décuries originaires d’Afrique », AntAfr 2, p. 153-195. https://www.persee.fr/doc/antaf_0066-4871_1968_num_2_1_892

Pikhaus D. 1994, Répertoire des inscriptions latines versifiées de l’Afrique romaine, Bruxelles.

Poinssot L. 1907, « Note sur la Fossa Regia », CRAI, p. 466-481. https://www.persee.fr/doc/crai_0065-0536_1907_num_51_8_72132

Pouthier P. 1956, « Évolution municipale d’Altaua aux IIIe et IVe siècles apr. J.-C. », MÉFR 66, p. 205-245. https://www.persee.fr/doc/mefr_0223-4874_1956_num_68_1_8639

Rebuffat R. 2005, « Les biens de l’État en Maurétanie Tingitane », dans A. M’Charek, M. Hassen, A. Ben Hamida (éd.), La gestion des biens de l’État à travers l’histoire, Tunis, (Cahier du C.E.R.E.S., s. Histoire, 13), p. 31-47.

Remesal Rodríguez J. 1991, « Sextus lulius Possessor en la Bética », dans J.M. Blázquez et S. Montero (éd.), Alimenta : estudios en homenaje al Dr. Michel Ponisch, Madrid, (Gerion Anejos 3), p. 281-295. https://www.researchgate.net/publication/39277761_Sextus_Iulius_Possessor_en_la_Betica

Saumagne Ch. 1937, « Inscriptions de Jenan ez Zaytoûna », CRAI, p. 292-301. https://www.persee.fr/doc/crai_0065-0536_1937_num_81_4_76913

Saumagne Ch. 1952, « Le droit », dans Courtois Chr., Leschi L., Perrat Ch., Saumagne Ch., Tablettes Albertini : actes privés de l’époque vandale (fin du V e siècle), Paris, p. 81-187.

Saumagne Ch. 1962, « Essai sur une législation agraire. La lex manciana et le ius mancianum », CT 37-40, p. 11-114.

Stone D.L. 2008, « Coloni and the Imperial Cult in the Countryside of Sitifis », dans J. Gonzáles et alii (éd.), L’Africa romana XVII, Le ricchezze dell’Africa. Risorse, produzioni, scambi, Atti del XVII convegno di studio, Sevilla, 14-17 dicembre 2006, Roma, (Pubblicazioni del Dip. di Storia dell’Università degli studi di Sassari n.s. 35), p. 2157-2170. https://www.academia.edu/2047213

Thomasson B.-E. 1996, Fasti africani. Senatoriche und ritterliche Amtsträger in den römischen Provinzen Nordafrikas von Augustus bis Diokletian, Stockholm, (Skrifter utgivna av Svenska Institutet i Rom, s. in IV, 53).

Thomasson B.-E. 2009, Laterculi praesidum I, ex parte retractatum, Göteborg. http://www.isvroma.it/public/Publications/laterculi.pdf

Toutain J. 1940, « Culturae mancianae », dans Mélanges en hommage à la mémoire de Fr. Martroye, Paris, p. 93-100.

Wuilleumier H. 1933, « Étude historique sur l’emploi et la signification des signa », Mémoires présenté par divers savants devant l’académie des Inscriptions et Belle Lettres, 13, p. 559-696. https://www.persee.fr/doc/mesav_0398-3587_1933_num_13_2_1116

Yahiaoui N. 2003, Les confins occidentaux de la Maurétanie Césarienne, thèse EPHE Paris. https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00534329 (Submitted on 9 Nov 2010).

Yakoub M. 1982, Le musée du Bardo, Tunis.

Zeiller J. 1903, « Inscriptions latines d’Afrique », BCTH, p. 184-201.

Haut de page

Notes

1 C’est plus ou moins le territoire relevant de la Délégation de Bou Arada (= sous-préfecture) avec de légers débordements surtout vers l’ouest et le sud. La céramique antique recueillie en surface sur le site de Henchir Chaïeb ou retiré des deux tombes qui seront évoquées plus loin, a été examinée par mes collègues et amis Slim Bechrifia (pour la céramique de surface) et Nawel Selmi (pour le matériel des tombes). La céramique islamique a été examinée par mon collègue et ami Zied Msellem. Qu’ils trouvent tous ici l’expression de mes sincères remerciements.

2 Aradi – Bou Arada, d’après une inscription encore inédite signalée par A. Beschaouch (1983, p. 687-689). On connaît également une cité homonyme correspondant au site archéologique de Sidi Jdidi. Voir en dernier lieu sur cette cité, Ben Abed-Ben Khader et alii 2018, p. 89-105.

3 C’est une cité proche d’Auitta Bibba révélée par une inscription encore inédite signalée par A. Beschaouch (2001b).

4 Sur cette cité, voir Chérif 2016.

5 On ajoutera à ces cités la ciuitas Abbi[ritana ?] connue à travers une inscription conservée dans la ferme Romans, 13 km au sud de Bou Arada (voir Ferchiou 1982, d’où AE 1982, 932). Une nouvelle cité, la ciuitas Valusitana, est récemment révélée par une dédicace à Minerve encore inédite faite pro salute de la famille sévérienne trouvée par nous-même à Henchir Zlel, à 4 km au sud de Bou Arada (en cours d’étude).

6 Ferchiou 1980 ; 1987.

7 AAT II, f. 25 - Jama au 1/100 000e, n° 107 (village ; temple (?) bien conservé). Coordonnées UTM : X : 545060.447 ; Y : 4016643.881
(Alt. 276-292 m.). Le site archéologique de Henchir al-Moussaouer est situé à 11 km au sud-ouest de Bou Arada et à 3,5 km à l’ouest de Henchir Chaïeb. Voir, sur le champ de ruines, Ferchiou 1987.

8 Ferchiou 1979 ; Beschaouch 1979, p. 397 (d’où AE 1979, 656) : C(aius) Iulius Aug(usti) l(ibertus) Felix / Accauonis f(ilius) pius / uixit annis LXV. H(ic) s(itus) e(st). / C(aius) Iulius C(aii) l(ibertus) Felix f(ilius) patri / posterisq(ue) eius d(e) s(ua) p(ecunia) f(ecit). C. Iulius Felix, fils d’Accavo, est d’origine celte. L’analyse de l’inscription, notamment de l’onomastique, et des données stylistiques, situent la construction du mausolée à l’époque d’Auguste ou quelques années après. Voir, sur ces questions, Beschaouch 1979, p. 395-399 ; Ferchiou 1980, p. 21-27 ; 1987.

9 Le déplacement du mausolée a été décidé vers 1974 à la suite des menaces dictées par l’aménagement d’un barrage sur l’oued er-Rmil. Le monument a été démantelé ensuite reconstruit dans un jardin près de la Délégation de la ville.

10 Cf. infra, à propos de ce domaine.

11 AAT II, f. 25 - Jama au 1/100 000e, n° 139 (village ; beau mausolée). Coordonnées UTM : X : 554119.292 ; Y : 4009345.454 (Alt. 527-530 m). Sur le monument qui s’élève encore à 12 km au sud de Bou Arada, et sur le site en général, voir Ferchiou 2004 (elle date la construction du mausolée du premier tiers du iii e siècle ap. J.-C.) ; Abid 2015. Une stèle funéraire signalée par N. Ferchiou dans une ferme coloniale établie à 6 km à l’ouest de Gales (Ferchiou 1980, p. 14, n. 9 et p. 40, d’où AE 1980, 919) porte le texte suivant : D(iis) M(anibus) s(acrum). / Peculia/ris ser(uus) act(or). Le lieu de provenance exact de cette épitaphe vient d’être précisé récemment par H. Abid (2015) : c’est une inscription découverte à Ksar Bou Khriss. Par la même occasion, l’auteur, grâce à une documentation inédite retrouvée dans les archives des brigades topographiques de l’armée française conservées à l’Institut de France, est parvenu à compléter la version ancienne du texte et lire : D(iis) M(anibus) s(acrum). / Peculia/ris ser(uus) act(or) / uix(it) an(nis) XXXVII. / H(ic) s(itus) e(st). H. Abid pense qu’on a peut-être affaire ici à un domaine impérial en raison de l’emploi du nom Peculiaris (voir Boulvert 1974, p. 64). Toutefois, la présence du mausolée, monument tenu généralement pour l’indice d’un domaine privé lorsqu’il est à l’écart des villes, témoignerait plutôt d’un bien-fonds privé ! Dans AE 2015, 1798, on pense plutôt que Peculiaris est un esclave privé. Sur le rapport mausolée - domaine privé, voir par exemple la récente mise au point concernant le secteur nord-ouest de la Gaule, éditée par Castorio, Maligorne 2016 (notamment l’introduction p. 9-34 qui donne l’état de la question).

12 Ferchiou 1984 (d’où AE 1984, 933) ; Ferchiou, Gabillon 1985. Voir aussi Lassère 1998, p. 76-77 ; 2005, p. 292-293. Le texte, daté du « ii e siècle avancé ou du iii e siècle » (Ferchiou, Gabillon 1985, p. 112), est un modèle de la magie agraire à laquelle on fait appel contre les fléaux qui menaçaient les produits agricoles du domaine.

13 Le lieu-dit Sidi Kaddou est situé à 18 km à vol d’oiseau au sud-ouest de Bou Arada. Ce nom ne figure pas sur les cartes de « Djebel Mansour » et de « Jama ». Coordonnées UTM : X : 544454.523 ; Y : 4007265.443 (Alt. 520-525 m). Sur le site et sur la région dans laquelle il a été implanté, voir Ferchiou 1984, p. 11-13 et 21-26 ; Ferchiou, Gabillon 1985, p. 115-123.

14 Le principal effort de prospection revient à la regrettée N. Ferchiou. Récemment, une thèse de doctorat en histoire ancienne encore inédite, préparée par Hosni Abid (soutenue en 2014), constitue pour le moment la seule étude d’ensemble qui touche à la région qui nous concerne ici ; elle a pour titre : La moyenne vallée de l’oued Siliana à l’époque romaine et tardo-antique.

15 Le nom de Jenan ez-Zeytouna consacré par l’article de Ch. Saumagne (1937) ne figure ni sur la carte archéologique au 1/100 000e de « Jama », ni sur la carte topographique au 1/50 000e de « Djebel Mansour ». Cette appellation est par ailleurs inconnue des paysans qui habitent le secteur dominé par le Jbel Menchar. Cependant, la carte de « Djebel Mansour » donne pour les ruines qui correspondent au site n° 109 de l’AAT, II (carte de « Jama ») le nom de Henchir Chaïeb. Ce même nom est maintenu sur la carte au 1/25 000e de « Jbal Mansour N.O. » dont les travaux sur le terrain ont été effectués en 1990.

16 Coordonnées UTM : X : 549035.662 ; Y : 4017471.228 (Alt. 378-388 m).

17 Contrairement à ce qu’a écrit J. Kolendo (1991, p. 47) : « Jenan ez-Zeytouna (Fundus Tapp…), localité située aux abords de la fossa regia, sur l’ancien territoire numide… ».

18 Ferchiou 1980, p. 12-19 ; 1997, p. 2904-2905 et fig. p. 2899 ; Abid 2014 (d’où AE 2014, 1517).

19 Dimensions : H 0,34 m ; larg. 0,40. Le champ épigraphique est haut de 0,34 m et large de 0,40 m, Hl. 0,028 m.

20 Benzina Ben Abdallah 1986, p. 120 et fig. n° 323.

21 Saumagne 1937, p. 394 (d’où AE 1938, 74) ; ILTun, 628. À gauche du champ épigraphique, dans la queue du cartouche, est gravée la lettre S qui pourrait être le sigle d’une sodalité inconnue, voir Benzina Ben Abdallah 1986, p. 121. Dimensions : H. 0,34 m ; larg. 0,40 m.

22 Saumagne 1937, p. 292 (d’où AE 1938, 71) ; ILTun, 627.

23 Saumagne 1937, p. 293 (d’où AE 1938, 72) ; ILTun, 629. Voir Benzina Ben Abdallah 1986, p. 121. Le texte, datable des années 202-205 (voir Benzina Ben Abdallah 1986, p. 122 ; Kolendo 1991, p. 103, n. 1), est surmonté d’un bas-relief représentant deux personnages debout, l’un nu (peut-être Mercure), l’autre vêtu d’une tunique courte ; sous la main droite de ce dernier, un agneau destiné à être sacrifié. Voir sur cette représentation, Yakoub 1982, p29.

24 Saumagne 1937, p. 293 (d’où AE 1938, 73) ; ILTun, 630. Ch. Saumagne (également dans 1952, p. 113 = 1962, p. 63) propose de restituer mancian(us) avant cultor, et donc donner à ce mot le sens de cultivateur ; selon lui « la qualification “mancienne” a été emportée par la mutilation de la pierre ». Mais on peut penser au sens de dévot d’une divinité ou de la domus diuina. Sur les deux interprétations du terme cultor (sens religieux et sens de cultivateur), voir infra les remarques qui ont suivi la présentation du texte « e » de Sétif (partie commentaire).

25 Chérif 2016, p. 42-44.

26 CIL VIII, 25902 = AE 1897, 48 et 151= ILTun, 1303 = AE 1988, 1096 = AE 1998, 1579 (Henchir Mettich. Date : 116-117) ; CIL VIII, 25943 = ILTun, 1320 (Aïn Jammala. Date : 117-138) ; AE 2001, 2083 (Lella Drebblia. Date : 117-138). Sur les deux premiers textes et sur la lex Manciana, voir Saumagne 1952, p. 99-113 et 116-134 (= 1962, p. 40-62 et 97-103) ; Kehoe 1984 ; 1985 ; Benzina Ben Abdallah 1986, n° 163 et 388 ; Kehoe 1988, p. 29-63 ; Kolendo 1991. Sur l’inscription de Lella Drebblia, on consultera désormais González Bordas, France 2017 ; González Bordas 2017.

27 Saumagne 1937, p. 298-299.

28 Kolendo 1991, p. 53-54. On reviendra plus loin sur la notion de la possessio.

29 Ce sont Caius Aufidius Utilis (voir Mathieu 1999, p. 98-99), Iulius Geminianus, Lucius Geminius Rogatus, Publius Geminius Cossus et Tannonius Felix Primianus. Les Aufidii, les Geminii et les Iulii sont fréquemment attestés dans la région de Bou Arada, voir Ferchiou 1986, p. 208-209. Pour un tableau général sur les deux gentilices Iulius et Geminius, voir Lassère 1977, p. 152-153 et 179 et carte n° V, p. 442. Évidemment, la documentation ne nous fait connaître qu’un nombre très réduit de la population du domaine. En tout cas, l’époque sévérienne, surtout après 212, est considérée comme la période de l’achèvement du processus de romanisation. On ajoutera à cette liste, une Iulia Maria attestée par une stèle funéraire signalée par N. Ferchiou (cf. infra, n. 36) et une Auentina révélée par une nouvelle épitaphe qu’on présentera ci-après.

30 Caelestis est généralement considérée comme l’héritière de Tanit, mais on a aussi proposé la déesse Astarté. Lire sur cette forme d’interpretatio, Cadotte 2007, p. 65-77. Sur la vie religieuse dans les domaines agricoles de l’Afrique proconsulaire d’une façon générale, voir Ben Abid 2014.

31 AAT II, f. 25 - Jama au 1/100 000e, n° 109. Travaux exécutés sur le terrain en 1897.

32 Saumagne 1937, p. 292, n. 2.

33 L’oued et-Tine coule dans une direction sud-est – nord-ouest, il prend le nom de l’oued er-Rmil juste près de Henchir al-Moussaouer, en changeant de direction, qui devient sud-nord. Les eaux de l’oued se jettent, au niveau d’Al-Aroussa, dans l’oued Siliana.

34 Ferchiou 1989, p. 90, n° IV.III.7.

35 Ferchiou 1992-1993, p. 346. Cette constatation a été reprise par la même spécialiste dans une étude plus récente, Ferchiou 2011, p. 150, carte n° 4, sites 26 et 29 (voir la légende p. 146 qui indique la « présence de céramique punique et/ou de monnaies puniques »).

36 Ferchiou 1980, p. 32 (d’où AE 1980, 916) : D(iis) M(anibus) s(acrum). / Iulia Ma/ria pia / uixit an(nis) / XXVIII m(ensibus) XI. N. Ferchiou (1980, p. 17) parle d’autres monuments funéraires qu’elle a photographiés à Henchir Chaïeb, mais qui n’ont jamais été publiés.

37 Ferchiou 1978, p. 17 et fig. 3, p. 24.

38 Contencin 1934-1935, p. 389, n. 1 (pour toutes les dimensions, p. 389-390). 

39 De 5 à 6 000 m2 de superficie. Des blocs de pierre de grand appareil ont été utilisés dans la construction de ce marabout. On a pu aussi repérer de la céramique antique et les traces complètement arasées d’un mur de 0,50 m d’épaisseur.

40 Coordonnées UTM : X : 548444.424 ; Y : 4016946.425 (Alt. 386-391 m). La superficie pourrait être estimée à 5 ha environ.

41 Contencin 1934-1935, p. 390 ; ILTun, 626.

42 Ferchiou 1978, p. 17.

43 Le signum peut être gravé au début, à la fin ou même sur le côté du support, voir Wuilleumier 1933, p. 570.

44 Chastagnol 1988, p. 38-39.

45 Benzina Ben Abdallah, Ladjimi Sebaï 1983, p. 43.

46 Wuilleumier 1933, p. 570-571 ; Durry 1966, p. 292-294.

47 Chastagnol 1988, p. 39-40 (qui note que la forme génitive en –ii ne commence à être adoptée qu’au début du iv e siècle) ; Lassère 2005, p. 111.

48 Nous renvoyons pour les références à la base de données allemande en ligne « Epigraphik-Datenbank Clauss / Slaby », devenue un instrument de travail très utile. Dans ces exemples européens, mais aussi dans celui connu par la Notitia de 484 (cf. note suivante), le mot est transcrit avec la forme Sacconius (sans H). La diversité des transcriptions pour un même nom est un fait fréquent.

49 Certes absent des inscriptions, ce nom est toutefois porté par un évêque catholique mentionné par la Notitia de 484 (Proc., 7) : Sacconius Vzalensis. Le siège d’Vzalis correspond à l’actuelle ville El-Alia, non loin d’Utique (voir en dernier lieu sur cette cité, Beschaouch 2001a). On consultera sur cet évêque, Mandouze 1982, Sacconius, p. 1020 ; Lancel 2002, p. 340, n. 7. K. Jongeling (1994, p. 122) fait état de ce Sacconius Vzalensis tout en omettant de répertorier l’inscription ici étudiée.

50 Ferchiou 1978, p. 19.

51 Cagnat 1906, p. LXXXV-LXXXVI (résumé d’un mémoire intitulé Gaulois en Afrique et Africains en Gaule, non publié).

52 Le Glay 1962, p. 1028.

53 Sans entrer dans les détails de ce débat, je me contente de renvoyer aux constations faites sur ce sujet par certains spécialistes : Lassère 1973, p. 126 (où on lit : « l’immigration gauloise n’a laissé, en fait de témoins irréfutables, que les tombes des soldats du i er s. ») ; 1977, p. 393-394 ; Maurin 2004, p. 1313-1315 ; Dondin-Payre 2006 (qui traite la question selon une optique comparative entre l’Antiquité et l’époque moderne).

54 Voir sur ce nom, Kajanto 1965, p. 45 et 195 ; Maurin 2004, p. 1314.

55 Une présence celtique est bien documentée dans la région de Bou Arada ; on a évoqué plus haut (n. 7) le mausolée de C(aius) Iulius Aug(usti) l(ibertus) Felix Accauonis f(ilius). D’autres témoignages sont connus à Sucuba(-i) et à Bisica, voir Beschaouch 1979.

56 A. Beschaouch (1979, p. 398, n. 16), en commentant la dédicace du mausolée de Henchir al-Moussaouer, a tout à fait raison de remarquer que « sans la présence tout à fait inusitée du nom du père, Accauo, rien n’aurait permis de distinguer ce Celte des innombrables Africains, Libyques ou Puniques, qui utilisent, sous l’Empire, la nomenclature “C. Iulius Felix” ».

57 Le nom de ce secteur qui englobe toutes les terres situées entre Henchir Chaïeb et Sidi Abd en-Nour, est marqué sur la carte archéologique au 1/100 000e de « Jama », sur la carte topographique au 1/50 000e de « Djebel Mansour » et sur la carte au 1/25 000e de « Jbal Mansour N.O. ».

58 Coordonnées UTM : X : 549031.278 ; Y : 4017300.131 (coordonnées prises entre les deux tombes). À l’origine, la tombe 1 était sans doute de dimensions beaucoup plus réduites, mais elle ne cesse de s’élargir avec le temps car les dalles de couverture encore conservées ne dépassent pas pour la plus large 1,80 m.

59 Pour des parallèles aux deux coupelles, voir Chelbi 1992, n° 217.

60 Pour des parallèles à cette lampe, voir Deneauve 1969, type X, p. 56-57, n° 168-174, pl. 30 ; Bussière 2000, type A III 7, p. 57-58 ; pl. 5, P 147.

61 Nous avons visité Henchir Chaïeb le 6 décembre 2017, à cette date la tombe n’avait pas été encore profanée et la prospection au sol ne permettait guère de la repérer.

62 Cet examen a été effectué par mes collègues Olfa Gorgob et Najd Chalghoumi, conservatrices du patrimoine au Laboratoire de Conservation-Restauration au Musée de Carthage. Qu’elles trouvent ici l’expression de ma vive reconnaissance. La description qui suit correspond au rapport qui m’a été remis par mes deux collègues.

63 On a également relevé la présence d’un seul fragment de diaphyse qui porte les stigmates du feu. Toutefois la présence de ce fragment n’autorise pas de conclure à la présence d’un troisième individu dans la tombe.

64 Pour des objets similaires trouvés à Carthage, voir Bénichou-Safar 1982, p. 241-243.

65 CIL VIII, 3470 (Bibenia Auentina) ; AE 1989, 873 (Luria Auentina).

66 CIL VIII, 12263 = 23873 (P. Auentinius [---]ticianus).

67 La prospection au sol ne nous permet guère d’estimer l’étendue de cette nécropole ; il est possible qu’elle s’étale sur toute la zone rocheuse qui couvre une superficie de 9 000 m2, mais ce n’est qu’une simple conjecture.

68 Sur cette céramique islamique de Raqqada, voir Louhichi 2010, p. 25-58, et particulièrement p. 28-29.

69 Saumagne 1937, p. 298.

70 Saumagne 1937, p. 299.

71 Toutain 1940, p. 96.

72 Benzina Ben Abdallah 1986, p. 121 où on lit : « il semble bien que le fundus Tapp, soit une propriété privée ». Même point de vue repris par A. Bel Faida (2008, p. 164).

73 Kehoe 1984, p. 197. Opinion reprise dans son principal ouvrage, 1988, p. 47 où on lit : « Aufidius was a tenant of an imperial estate, the fundus Tapp. » et p. 195.

74 De Vos, Attoui 2011, p. 56 : « possessores del fundus Tapp[…], una tenuta imperiale a Djenan ez-Zaytouna ».

75 Benzina Ben Abdallah 1986, p. 121.

76 Kolendo 1991, p. 54.

77 Le plus célèbre en Afrique est le chevalier Sex. Iulius Possessor, originaire de Mactaris, connu par une inscription d’Hispalis en Bétique (CIL II, 1180 = ILS, 1403 = AE 1965, 237) et par deux autres trouvées à Makthar (AE 1983, 976 et CIL VIII, 620 = 11796 = ILS, 4908 = AE 1889, 184). Sur ce personnage et le déroulement de sa carrière au temps du règne de Marc Aurèle, on consultera particulièrement Pflaum 1968, p. 171-173, n° 25 ; Benzina Ben Abdallah 1986, p. 41-42 ; Le Roux 1986 ; Remesal Rodríguez 1991.

78 C’est le sens qu’il faut retenir par exemple dans l’inscription de Henchir Snouber (CIL VIII, 23956 = ILTun, 676. Voir Benzina Ben Abdallah 1986, p. 165, n° 414) ou dans un texte de Rusicade (CIL VIII, 10322 = ILS, 5873) où on lit « uia noua ... strata per possessores territori Cirtensium ». Sur ces emplois, voir d’Escurac-Doisy 1967, p. 65-66. On ajoutera aussi une inscription chrétienne de Carthage (CIL VIII 25332 = ILCV, 2097 adn. Voir Ennabli 1991, p. 346-347, n° 607).

79 Il s’agit de la première copie de cette loi découverte à Henchir Hnich, près de Mustis. Cet important document que nous avons découvert le 6 juillet 2013, est en cours d’étude en collaboration avec Hernán González Bordas (centre Ausonius-Bordeaux). En attendant l’édition finale de ce règlement, on peut consulter les deux notes préliminaires : Chérif, González Bordas, à paraître (a) ; Chérif, González Bordas, à paraître (b).

80 Cf. supra, n. 26. Le document de Lella Drebblia est un exemplaire de l’inscription d’Aïn Jammala, avec cependant quelques différences. Aïn Ouassel : CIL VIII, 26416 = AE 1892, 90 = 124 = AE 1894, 77 = AE 1909, 113 = ILTun, 1373. Voir Benzina Ben Abdallah 1986, p. 64-65 (Datation : 198-211).

81 Ferchiou 1980, p. 33 (d’où AE 1980, 917). Le fronton a été conservé pendant longtemps dans le siège de l’Académie tunisienne des sciences, des lettres et des arts Beit Al Hikma à Carthage, mais il vient d’être transféré il y a quelques mois (début 2019) dans les réserves du musée de Carthage.

82 Ferchiou 1980, p. 35-37.

83 Ferchiou 1977, p. 13-14 ; 1980, p. 32-37 (avec les dimensions du support).

84 Ferchiou 1980, p. 37. Kehoe 1988, p. 200, n. 32, évoque le fundus sans donner son avis sur son statut juridique.

85 Desanges et alii 2010 p. 142. D’ailleurs dans la même notice, les auteurs évoquent une publication ultérieure de N. Ferchiou qui, à leur connaissance, n’a pas vu le jour. En fait l’étude a été bel et bien publiée, c’est l’article de N. Ferchiou (1980), où notre regrettée collègue a repris l’analyse de l’inscription de Henchir Bel Azez.

86 CIL VIII, 4199 = 18493 = ILS, 6850.

87 Le Bohec 1989a, p. 125 et 383 ; Thomasson 1996, p. 149-150, n° 29.

88 Sans doute après le 7 mars, puisqu’Antonin le Pieux est diuus, et avant le 9 décembre de la même année car le légat mentionné apparaît dans une inscription de Diana Veteranorum (CIL VIII, 4590), datée par la 15e puissance tribunicienne de Marc Aurèle (donc entre le 7 mars et le 9 décembre 161, voir Lassère 2005, p. 1010), comme consule designato. C’est au cours de ce laps de temps que D. Fonteius Frontinianus a été désigné pour le consulat. Notre inscription est donc antérieure à celle de Zana.

89 CIL VIII, 4205 = 18495 = ILS, 5752. Diuo / Antonin[o] / Aug(usto) / ex cuiu[s] / indulgent[ia] / aqua uic[o] / Augustor[um] / Verecundens(ium) / perducta est / dedic(ante) / D(ecimo) Fonteio / Frontiniano / leg(ato) Aug(usti) pr(o) pr(aetore) / d(ecreto) d(ecurionum) p(ecunia) p(ublica).

90 D’après d’Escurac-Doisy 1962, p. 577.

91 Jacques 1992, p. 128.

92 Dupuis 2006, p. 46.

93 Kotula 1965, p. 359, n. 52 ; Gascou 1972, p. 102, n. 5 ; Mahboubi 1982, p. 674.

94 CIL VIII, 4194 = 18490 = ILS, 6852 : Gen(io) uici / Aug(usti) / Cn(aeus) Baebius / Cn(aei) f(ilius) Stellat(ina tribu) / Caerealis Ort(a) / fl(amen) p(er)p(etuus) adiectis / at legitimam / fl(amonii) HS IIm(ilia) n(ummum) / HS I(mille) DCC n(ummum) / ex HS III(milibus) DCC n(ummum) / et amplius / inlatis rei p(ublicae) / HS I(mille) n(ummum) posuit / idemq(ue) / dedicauit.

95 d’Escurac-Doisy 1967, p. 61.

96 L’épigraphie locale permet d’enregistrer plusieurs militaires parmi la population de Verecunda : Le Bohec 2009, p. 205-207.

97 d’Escurac-Doisy 1962, p. 574 ; 1967, p. 61, où on lit : « À Verecunda (Markouna), les vétérans installés à la suite d’assignations de terre sont qualifiés par une inscription de 149 de possessores ». Voir aussi Le Bohec 1990, p. 240 où on lit : « on distinguait la missio nummaria, qui était récompensée par une somme d’argent, et la missio agraria, concrétisée par un lot de terre qui était attribué individuellement (uiritim) ou sur un territoire colonial partagé entre des vétérans ».

98 Voir en dernier lieu, Le Bohec 2009, p. 202 et 211.

99 d’Escurac-Doisy 1962, p. 572-573 et fig. 2 (d’où AE 1964, 196).

100 Voir en dernier lieu sur ce légat, Thomasson 1996, p. 155-156, n° 34 ; Thomasson 2009, p. 165, n° 40:040.

101 Sur les prix reçus par les militaires après leur libération, cf. supra, n. 97.

102 d’Escurac-Doisy 1962, p. 574.

103 Chérif 2017a, p. 331-335 et fig. 114.

104 Christol 1996a, p. 36 (= 2005, p. 109-110) ; 1996b, p. 46-47 ; 2006, p. 223.

105 Christol 1990, p. 896-897 ; Le Bohec 1992, p. 108 ; France 2017, p. 329-331. Aux inscriptions relevées par Christol et Le Bohec, il convient d’ajouter trois autres documents datables de la période antonino-sévérienne : CIL VIII, 3616 (trouvé à l’est du forum, dans la ville haute ou dite civile) : D(iis) M(anibus) s(acrum). / T(itus) Fl(auius) Apollinaris / u(ixit) a(nnis) LXXV. / T(itus) A[e]lius Aug(usti) lib(ertus) / Musicus amico / carissimo bene / merenti de suo / fecit ; CIL VIII, 3237 = 3238 (nécropole III de Lambèse, Le Bohec 1989a, p. 108, fig. 25) : D(iis) M(anibus) s(acrum). / C(aius) Septimius / Victor, / mil(es) leg(ionis) III Aug(ustae), / uix(it) an(nis) XL. / Maximus, Caes(aris) n(ostri) / ser(uus), her(es) eius, f(ecit) ; AE 1941, 43 (épitaphe trouvée à deux km environ au sud du Capitole, Leschi 1941, p. 95) : D(iis) M(anibus) s(acrum). / Seuerus / Aug(usti) lib(ertus) uixit / annis LXXV / monte sub hoc / lapidum tegi/tur his ipse sepul/tus nocte uia(m) tu/tus carpe uiator / iter Seueria/nus Aug(usti) lib(ertus) patri / et matri carissi/mis posuit. Le second texte est inventorié par Le Bohec au sujet de la légion, mais n’a pas été évoqué dans son article de 1992 où se pose la question du bureau financier.

106 Pflaum 1955, p. 123-133 (d’où AE 1956, 123) : Ti(berio) Cl(audio) Proculo Corneliano, praef(ecto) coh(ortis) II Bra(carum), trib(uno) coh(ortis) mil(liariae) Aeliae Dacor(um), praef(ecto) al(ae) Sulpiciae, proc(uratori) prouinc(iae) Syriae ad rationes putandas, proc(uratori) metal(lorum) Pannonic(orum) et Dalmaticorum, proc(uratori) kalend(arii) Vegetiani in Hisp(ania) item ad dilectum cum Iulio Vero per Italiam tironum II leg(ionis) Italicae, proc(uratori) regionis Theuestinae, proc(uratori) IIII p(ublicorum) A(fricae), Inuentus Aug(usti) lib(ertus), tabul(arius) leg(ionis) III Aug(ustae). Datation : autour des années 170, Christol 1990, p. 895 (= 2005, p. 111).

107 Christol 1990, p. 897 (= 2005, p. 112). Aussi Christol 1999, p. 80 (= 2005, p. 120), où on lit : « la documentation, relative à la procuratelle d’Hippone et de Théveste montre qu’au ii e siècle et même au iii e siècle, celle-ci, dans laquelle Théveste était devenue un point central, se ramifiait vers Cirta et vers Lambèse, où devaient se trouver des centres secondaires, comme l’était alors devenu celui d’Hippone ». Les analyses de Christol ont été acceptées par R. Rebuffat (2005, p. 39) et J. France. Mais ce dernier (p. 330, n. 406) ne pense pas cependant que « tous les agents financiers présents à Lambèse et Théveste doivent être rattachés à la IIIe légion. Les inscriptions qui n’indiquent pas de bureau de rattachement émanaient probablement d’agents appartenant aux services du procurateur provincial ».

108 Pflaum 1955, p. 130. Voir aussi Pflaum 1960, p. 397-404, n° 164 bis.

109 Pflaum 1955, p. 133. H.-G. Pflaum écrivait (1960, p. 404), en s’interrogeant sur la nature des relations de Cornelianus avec Inventus, que « tout ce que nous pouvons supposer, c’est qu’il devait s’occuper (c’est-à-dire Inventus), pour le compte des militaires, de certains versements dus par eux au titre des impôts perçus dans les IIII publica Africae ».

110 Boulvert 1970, p. 122-123.

111 Christol 1990, p. 893-904 = AE 1991, 1691 (= 2005, p. 111-115).

112 Christol 1990, p. 902 (= 2005, p. 114).

113 Christol 1990, p. 904 (= 2005, p. 115).

114 Le Bohec 1992, p. 112 (d’où AE 1992, 1866).

115 Le Bohec 1992, p. 114.

116 Les quelque 700 inscriptions découvertes dans cette ville ne contiennent aucune donnée qui soit de nature à évoquer ce rôle. L’inscription CIL VIII, 2757 = AE 1977, 863 = AE 1987, 1065, trouvée à Lambèse, mentionne un chevalier romain « qui a exercé les responsabilités d’avocat du fisc dans trois sièges différents : ad fisci aduocationes ter numero promotus Theuestinam Hadrumetinam Thamugadensem » (Christol 2006, p. 230-231). Timgad serait donc un siège de juridiction fiscale. Ce document a été commenté par J.-M. David (1977), qui suppose (p. 159) qu’une circonscription domaniale de Timgad est implicitement mentionnée.

117 Les idées de M. Christol ont été entre autres admises par R. Rebuffat (2005, p. 39). J. France (2017, p. 330, n. 406), contrairement à Christol, ne pense pas « que tous les agents financiers présents à Lambèse et Théveste doivent être rattachés à la IIIe légion. Les inscriptions qui n’indiquent pas le bureau de rattachement émanaient probablement d’agents appartenant aux services du procurateur provincial ». 

118 AE 1966, 549 = AE 1967, 599.

119 Pour P.-A. Février (1966, p. 227), « nous sommes très ignorants encore de la situation juridique et économique des terres des hautes plaines, au ii e siècle ». Ce point de vue est dû principalement à la chronologie tardive de la documentation relative aux colons et aux domaines impériaux, celle-ci n’étant pas antérieure à la fin du ii e siècle. La même question est posée par l’auteur dans une autre étude (1967, p. 63 = 1996, p. 737) : « La question qui se pose est donc de savoir quel était l’aspect de l’habitat, au ii e siècle, dans ces domaines impériaux : habitat dispersé ou groupé, car rien nous prouve que les plans réguliers révélés par la photo aérienne au castellum Citofactense de Kherbet Ain Soltane, au castellum B(---) du Bir Haddada, et au castellum Thib(---) de Melloul, pour parler des sites les mieux visibles, appartiennent aux premiers temps de la colonisation ». P.-A. Février pose une autre question liée à la précédente : « la date de la centuriation qui est nettement reconnaissable dans cette partie méridionale des hautes plaines ». Il est vrai que le plus ancien document relatif à un domaine impérial datait de l’année 191 (CIL VIII, 9702) ; il a été découvert à Aïn Melloul, antique castellum Thib(---) (d’après le texte CIL VIII, 20847, trouvé sur le même site), et mentionnant des coloni d(omini) n(ostri). Mais on sait que Sétif était une fondation nervienne, une colonie de vétérans (1967, p. 51-53 = 1996, p. 725-727 ; Lassère 1977, p. 257-258). « La double fonction stratégique et agricole de la colonie » a bien été soulignée par J. Gascou (1982, p. 166-167). D’autres éléments peuvent être aussi avancés en faveur d’une mise en valeur des hautes plaines au sud et à l’ouest de Sitifis au ii e siècle. C’est ainsi qu’à El-Guerria (AAA, f. 15 – Akbou au 1/200 000e, n° 78) ont été découvertes deux inscriptions (CIL VIII, 8813 et CIL VIII, 8814 = ILS, 5960) datées de l’année 137 par la mention de C. Petronius Celer, procurator Augusti prouinciae Mauretaniae Caesariensis, qui font état d’une assignation de terres, prises sans doute sur des domaines du prince, au profit de la gens Numidarum (voir, sur ces assignations, Chérif 2017b, p. 70). Une autre inscription (CIL VIII, 8810) découverte non loin du même lieu, à Borj Mejana (5 km environ à l’ouest de Borj Bou Arririj et 55 km à l’ouest de Sétif), mentionne un procurateur anonyme de la ratio priuata sous Antonin le Pieux, mais on sait maintenant que « la division des domaines impériaux entre le fiscus et la ratio priuata était l’œuvre d’Hadrien » (Kolendo 1991, p. 18). De plus – et c’est là un fait qui mérite d’être souligné – l’occupation, et peut-être aussi la pacification si l’on suit Carcopino (1918, p. 13-14), de tout le secteur situé autour de Sitifis dataient du même règne d’Hadrien (Cagnat 1913, p. 580-581 ; Benseddik 1982, p. 156-157). Un camp est attesté à Zarai en 128 : il est mentionné dans les discours d’Hadrien à l’armée d’Afrique (CIL VIII, 2532, fragment D.b) ; la cohors I Flauia equitata y tint garnison jusqu’en 202 (Cagnat 1913, p. 202-203 ; Le Bohec 1989b, p. 79-82). La sécurité, due à cette présence militaire, est un facteur indispensable pour le développement économique et la mise en valeur des terres agricoles. On peut donc constater que les données ne manquent pas pour témoigner de l’organisation d’une partie au moins des hautes plaines de Sétif en domaines impériaux, et cela dès la première moitié du ii e siècle. Les petits et moyens cultivateurs de la région de Sétif on dû bénéficier, à l’instar de ceux de la région de Bou Arada ou de la vallée de la Mejerda, des mesures édictées par Hadrien favorisant l’épanouissement de l’économie africaine en général et de l’agriculture en particulier : la politique consiste à encourager ces gens à exploiter et à mettre en valeur des parcelles appartenant à des propriétés impériales.

120 Voir sur cette documentation, Février 1964, p. 38-43 (= 1996, p. 688-693) ; 1966 ; 1967, p. 62 (= 1996, p. 736) ; Kehoe 1988, p. 205-215 ; Bénabou 2005, p. 186-191 ; Stone 2008 ; Cortés Bárcena 2015.

121 Toutain 1940, p. 96. Pour l’auteur, ce terme ne se confond pas forcément avec le mot colonus. La découverte en 1961 de cette dédicace au génie de la décumane, aux abords de la citadelle byzantine de Sétif, prouve, contrairement à cet avis, que le terme cultor peut désigner des exploitants d’un domaine impérial. Ces mêmes exploitants sont des possessores, un terme équivalent à celui de colonus. Cette équivalence n’est pas valable pour toute l’histoire de ces termes qui ont connu une évolution sémantique, elle est limitée essentiellement à l’époque antonino-sévérienne.

122 d’Escurac-Doisy 1967, p. 63.

123 Kehoe 1988, p. 214-215. L’auteur pense que ces « cultores were rather a group of farmers, whether distinct in juridical status from the possessores or not ».

124 Le site archéologique de Henchir Zaïeta est situé à 11,5 km à vol d’oiseau à l’est de Thugga : AAT I, f. 33 –Téboursouk au 1/50 000e, n° 226. Notice sur les ruines dans De Vos Raaijmakers, Attoui 2013, p. 90-91, site n° 187. Sur la localisation du site, voir Mourir à Dougga 2002, p. 37, fig. 8. Les ruines ont livré un nombre d’épitaphes latines païennes, voir CIL VIII, p. 2575 ; Zeiller 1903, p. 189-191.

125 CIL VIII, 25973.

126 Le nom de Pertinax est porté par l’empereur dès 193-194. Lassère 2005, p. 1014.

127 CIL VIII, 25988 ; Poinssot 1907.

128 Poinssot 1907, p. 471, n. 3. Voir aussi Mourir à Dougga 2002, p. 33 ; Christol 2014, p. 333-339.

129 Aounallah, Maurin 2013, p. 33. Cette lecture ne tient plus depuis la découverte d’une nouvelle borne de la Fossa Regia au voisinage de Thabbora (AE 2014, 1517). La ligne des crêtes du Jbel Chehid ne semble pas avoir été jalonnée par les bornes de cette frontière et devait, par conséquent, être placée au sein du ressort territorial du légat d’Hippone, voir Abid 2014.

130 Christol 2014, p. 342.

131 En dernier lieu sur le personnage, Thomasson 1996, p. 43-44, n° 48.

132 Poinssot 1907, p. 470, n. 1 où on lit : « Ces quinze bornes sont antérieures à la conversion de Thugga en municipe, qui date de Septime-Sévère. Il n’est pas impossible qu’elles soient contemporaines des Flaviens ainsi que celles de la fossa regia et celle d’Henchir-Zaïeta (CIL, VIII, 22060) ».

133 Christol 2014, p. 346.

134 Chatelain 1910, p. 78-80 ; Le Glay 1971, p. 131 et 148-150 ; Bel Faida 2004, p. 1343-1344. Le Silvain des soldats est hérité du dieu principal des Illyriens, introduit en Afrique par les Pannoniens. Sur ces Pannoniens dans l’Armée d’Afrique, voir Le Bohec 1989b, p. 33-48.

135 Le Glay 1971, p. 131-132 ; Bel Faida 2004, p. 1344-1345.

136 CIL VIII, 27764 = AE 1909, 177 = ILTun, 1639. Voir Chatelain 1910 ; Benzina Ben Abdallah 1986, p. 204-205, n° 521 (attribut l’inscription, comme A. Merlin dans ses ILTun, 1639, à Koudiet es-Souda, antique Pagus Veneriensis dans la région du Kef) ; Pikhaus 1994, p. 95-96, A134 ; Bénabou 2005, p. 346.

137 Gauckler 1896, p. 289-290 ; Poinssot 1907, p. 476.

138 CIL VIII, 22060 = AE 1898, 41 = ILAfr, 664 ; Di Vita-Évrard 2003 (d’où AE 2003, 2015).

139 Sur ce proconsul, voir Thomasson 1996, p. 136-137, n° 8 et surtout Di Vita-Évrard 2003.

140 C’est l’avis de P. Gauckler, cf. supra note 137. C’est aussi l’avis des auteurs des ILAfr, 664.

141 Ce que suppose entre autres Benzina Ben Abdallah (1986, p. 189-190), à la suite de St. Gsell (ILAlg, I, p. 385). Pour G. Di Vita-Évrard (2003, p. 496), « il est impensable qu’une telle piste d’intérêt secondaire ait pu à l’époque être une route digne de ce nom, officiellement bornée. Chacun sait que les pierres inscrites, comme les autres, voyagent et son recyclées ». Pour l’auteur le milliaire appartient à la grande voie Carthage-Théveste.

142 Mahboubi 1977-1979, p. 217-222 (d’où AE 1985, 976).

143 Mahboubi 1977-1979, p. 219.

144 Courtot 1987, p. 544 ; Hamdoune 2018, p. 100.

145 Sur Altaua et ses institutions, on consultera notamment Pouthier 1956 ; Marcillet-Jaubert 1968, p. 10-14 ; Lepelley 1981, p. 522-534 ; Courtot 1987 ; Yahiaoui 2003, p. 61-92 ; Gebbia 2006.

146 Hamdoune 2018, p. 101.

147 Cf. supra, n. 95.

148 Voir sur la définition de la possession dans le droit privé romain, Cuq 1904, p. 175-181 ; 1908, p. 202-221 ; Monier 1947, p. 383-395. Sur la notion de la possessio dans la documentation africaine, on consultera par exemple Beauchet 1873, p. 602-604 ; Saumagne 1952, p. 81-142 (= 1962, p. 11-114) ; Lassère 1977, p. 298-299 ; Kolendo 1991 ; Peyras 1999.

149 Sur ces passages, voir l’étude récente de H. González Bordas (2017).

150 « Isque qui occupauerint possidendi ac fruendi heredique suo relinquendi id ius datur quod est (et non et, tel qu’il est confirmé par la ligne 10 de la face 3 de l’inscription de Lella Drebblia, voir González Bordas, France 2017, p. 420) lege Hadriana comprehensum de rudibus agris et iis qui per (decem) an(n)os conti/nuos inculti sunt » (traduction de Peyras 1999, p. 132-133). Voir aussi Saumagne 1952, p. 105 (= 1962, p. 49-50).

151 Carcopino 1906, fig. 5, p. 395 et fig. 6, p. 396.

152 Carcopino 1906, p. 395.

153 Chastagnol 1988, p. 41 ; 1992, p. 171. Ces abréviations commencent à apparaître dès le règne d’Hadrien.

154 Il s’agit essentiellement de listes fournies par les principaux recueils épigraphiques (CIL VIII ; ILAfr ; ILTun ; ILAlg ; AE, jusqu’à 2012) et les études prosopographiques consacrées aux membres de l’ordre sénatoriale.

155 CIL VIII, 26380 : D(iis) M(anibus) s(acrum). / Q(uintus) Titinius Pa/catus p(ius) uix(it) an(nis) / XL. H(ic) s(itus) e(st).

156 Voir Ibba 2006, p. 479-480, n° 298.

157 AE 1969-1970, 633, col. VI. Il s’agit d’une dédicace gravée sur les trois faces d’une base carrée qui donne une longue liste de militaires majoritairement originaires des cités africaines.

158 CIL VIII, 16749 = AE 1888, 119 = ILS, 4493 = ILAlg., I, 2977. Le site de Henchir Metkides est situé à 17 km au sud-ouest de Theueste (AAA, f. 28 – Aïn Beïda au 1/200 000e, n° 280). Sur l’identification du toponyme antique, voir en dernier lieu Lepelley 1981, p. 493-494.

159 Sur ces gentilices, voir notamment Mourir à Dougga 2002, p. 665-666 ; Benzina Ben Abdallah 2013, p. 171-176.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Cités et centres domaniaux dans la région de Bou Arada
Crédits A. Chérif et R. Smari
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/1172/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 473k
Titre Fig. 2 : Carte du secteur de Henchir Chaïeb
Crédits A. Chérif et R. Smari
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/1172/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 461k
Titre Fig. 3 : Le cippe à personnages : vue de deux faces
Crédits cliché A. Chérif
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/1172/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 448k
Titre Fig. 4 : Détail de l’inscription principale gravée sur le socle
Crédits cliché A. Chérif
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/1172/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 441k
Titre Fig. 5 : Henchir Chaïeb, occupé partiellement par un champ d’oliviers. Vue prise du nord-ouest
Crédits cliché A. Chérif
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/1172/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 406k
Titre Fig. 6 : Tombe 1. Cliché pris de l’est
Crédits cliché A. Chérif
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/1172/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 447k
Titre Fig. 7 : Dalles de couverture de la tombe 1
Crédits cliché A. Chérif
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/1172/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 415k
Titre Fig. 8 : Coupelle 1
Crédits cliché A. Chérif
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/1172/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 424k
Titre Fig. 9 : Coupelle 2
Crédits cliché A. Chérif
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/1172/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 413k
Titre Fig. 10 : Lampe
Crédits cliché A. Chérif
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/1172/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Titre Fig. 11 : Au premier plan la tombe 2 juxtaposée à la tombe 1. En arrière-plan, à gauche, le Jbel Menchar. Vue prise du sud-ouest
Crédits cliché A. Chérif
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/1172/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 429k
Titre Fig. 12 : Tesson à vernis noir
Crédits cliché A. Chérif
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/1172/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Titre Fig. 13 : Tesson à vernis noir local : vues des deux faces
Crédits cliché A. Chérif
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/1172/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 402k
Titre Fig. 14 : Ossements du sujet 1
Crédits cliché A. Chérif
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/1172/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 437k
Titre Fig. 15 : Ossements du sujet 2
Crédits cliché A. Chérif
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/1172/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 409k
Titre Fig. 16 : Les deux coffrets
Crédits cliché A. Chérif
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/1172/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 422k
Titre Fig. 17 : Dalle funéraire d’Auentina
Crédits cliché A. Chérif
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/1172/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 452k
Titre Fig. 18 : Détail du champ épigraphique
Crédits cliché A. Chérif
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/1172/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 445k
Titre Fig. 19 : Le site de Henchir Chaïeb
Crédits d'après une vue satellitaire de Google earth du 23-6-2013
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/1172/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 433k
Titre Fig. 20 : Tesson de céramique islamique
Crédits cliché A. Chérif
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/1172/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 417k
Titre Fig. 21 : Le fronton portant le texte AE 1980, 917
Crédits cliché A. Chérif
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/1172/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 447k
Titre Fig. 22 : La borne-limite : face A
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/1172/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 455k
Titre Fig. 23 : La borne-limite : face B
Crédits cliché A. Chérif
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/1172/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 435k
Titre Fig. 24 : Détail des lettres inscrites sur la face A
Crédits cliché A. Chérif
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/1172/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 418k
Titre Fig. 25 : Détail des lettres inscrites sur la face B
Crédits cliché A. Chérif
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/1172/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 482k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ali Chérif, « Le Fundus Tapp(hugabensis) - Henchir Chaïeb : Un domaine agricole de la région de Bou Arada (Tunisie) »Antiquités africaines, 55 | 2019, 97-126.

Référence électronique

Ali Chérif, « Le Fundus Tapp(hugabensis) - Henchir Chaïeb : Un domaine agricole de la région de Bou Arada (Tunisie) »Antiquités africaines [En ligne], 55 | 2019, mis en ligne le 24 avril 2020, consulté le 02 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/antafr/1172 ; DOI : https://doi.org/10.4000/antafr.1172

Haut de page

Auteur

Ali Chérif

Institut national du patrimoine, Tunis

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Antiquités africaines

Haut de page
  • Logo Centre Camille Jullian
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Logo CNRS Éditions
  • OpenEdition Journals