Navigation – Plan du site

Deux hommages en l’honneur de deux chevaliers en Afrique Proconsulaire : Caecilius Secundus et L. Sempronius Ianuarius

Moheddine Chaouali
p. 139-150

Résumés

Deux inscriptions latines récemment découvertes en Tunisie font connaître deux chevaliers. La première, totalement inédite, de Bisica Lucana, se rapporte à Caecilius Secundus qui a fait une carrière militaire sans avoir suivi un parcours complet. La deuxième – ayant déjà fait l’objet d’une étude succincte – se rapporte à L. Sempronius Ianuarius qui a été procurateur de la ratio patrimonii en Afrique Proconsulaire. J’écarterai ainsi l’une des hypothèses déjà avancées selon laquelle il serait procurateur ducénaire à Rome.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Les travaux de terrain les plus récents m’ont permis de découvrir de nombreux documents épigraphiques se rapportant aux chevaliers romano-africains, dont les deux qui font l’objet de la présente étude. Ils permettent de connaître deux membres de l’ordre équestre originaires d’Afrique Proconsulaire. Le premier document a été découvert à Bisica Lucana alors que le second est de provenance inconnue.

1. Hommage au chevalier [-] Caecilivs Secvndvs de Bisica Lvcana

  • 1 A.A.T., f° XXXVI (Bou Arada), n° 95 ; Beschaouch 1979, p. 402-403 ; Gascou 1972, (...)
  • 2 CIL, VIII, 12302 et 23853. J. Gascou (1988, notamment p. 94 concernant Bisica Lu (...)
  • 3 CIL, VIII, 12292 : ---] diui Anto[nini Pii nepoti]s diui Hadriani [pronepotis -- (...)
  • 4 CIL, VIII, 1357 = ILTun, 659 = 1294 (Tichilla) : D(omino) n(ostro) Imp(eratori) (...)

2Notre premier document a été mis au jour dans l’antique Bisica Lucana correspondant à l’actuel Henchir Bichga, qui se situe à environ 75 km au sud-ouest de Carthage et à seulement 6 km à l’ouest d’Auitta Bibba 1. Au premier siècle, des undecimprimi sont attestés dans cette ville ce qui prouve qu’elle est d’origine punique 2. La création du municipe remonte, quant à elle, au règne d’Hadrien (entre 117 et 138) puisqu’il s’intitule municipium Aelium Hadrianum Augustum Bisica Lucana 3. Une dédicace découverte à Tichilla en l’honneur de l’empereur Licinius, érigée en 316-317 apr. J.-C., donne le nom de colonia Bisica Lucana 4, cependant, la date exacte du passage du statut de municipe à celui de colonie nous échappe encore.

  • 5 Il s’agit peut-être du marbre blanc de Paros.

3Le nouveau document, en marbre blanc traversé de rares filets diffus, rosés ou pourpres 5, est un piédestal haut de 94 cm pour une largeur de 49 cm et une épaisseur de 38 cm environ (fig. 1). Il se compose de deux fragments jointifs et a partiellement perdu sa mouluration. La cassure à gauche a fait disparaître la moitié des lettres des lignes 5, 6, 8 et 9. Toutes les moulures ont été polies. Un lissage de la face a fait disparaître les traces de réglure du texte.

Fig. 1 : La base honorifique de Bisica Lucana

Fig. 1 : La base honorifique de Bisica Lucana

cliché M. Chaouali

4L’inscription se caractérise par le soin apporté à la calligraphie. Il s’agit de l’écriture africaine de l’époque antonine et sévérienne. On remarque bien une nette recherche décorative par les courbes et les fioritures avec des lettres qui dépassent l’alignement (L des 3e, 7e et 8e lignes et T de la 9e ligne). Le champ épigraphique haut de 85 cm pour une largeur de 41 cm est entouré d’une double moulure détruite au sommet, à gauche et en bas, qui a été intégrée récemment avec du plâtre par les techniciens de l’INP. Le texte courait sur au moins dix lignes. Les lettres conservées ont des dimensions qui oscillent entre 5 et 6 cm et une interligne d’environ 2 cm. Une interligne supérieure aux autres a été respectée entre les deux premières lignes. Les lettres plus espacées au niveau des premières lignes deviennent étroites et rapprochées dans celles qui suivent afin de mettre en évidence le début de l’inscription où figurait le nom du personnage honoré. Notons quelques points de séparation triangulaires aux ll. 3, 1 point ; 5, 2 ; 6, 1 ; 7, 2 ; 8, 2 ; 9, 1 ; 10, 3. Les abréviations sont assez usuelles et la mise en page est parfaite et centrée sauf pour la ligne 6 puisqu’on remarque un alignement à gauche avec une lettre C tout près du bord. Le manque d’espace à la fin de cette ligne expliquerait donc la ligature V et M. Ceci n’a aucunement porté atteinte à l’harmonie générale ni à une certaine sobriété de l’inscription.

5Le texte se présente comme suit :

- - - - -
ND
+CV+
VBL • E
RAFEC
PRIMAE • THRACVM •
CIVIVM • ROMANORVM
FLAM • PERP •
M • CAECILIVS • HONORA
TVS • FRATRI • CARISSIMO
L • D • D • D •

6Il est à remarquer, de prime abord, que du nom du dédicataire ne subsistent que les lettres ND à la 1re ligne et CV à la 2e ligne. En haut, une ligne au minimum est complétement disparue emportant une partie du nom du dédicataire. Le gentilice Caecilius porté par le frère aux lignes 8 et 9 laisse légitimement croire qu’il porte lui aussi ce même nom dans la partie totalement disparue au sommet. D’ailleurs, les lettres ND de la première ligne pourraient être les vestiges du surnom Secundus déjà attesté au moins trois fois dans l’onomastique de Bisica Lucana. Après les lettres CV de la 2e ligne existe une haste légèrement inclinée vers la droite annonçant davantage les lettres N ou M ce qui donnerait soit CVM soit CVN. Dans cette ligne je restituerais volontiers [Se]cun[di f(ilio)]. Moins certaine est donc la restitution [ex V de]cu[ris] à moins de supposer à la suite des deux lettres CV une haste mal gravée de la lettre R. Le soin apporté à la rédaction laisse écarter cette dernière éventualité. À mon avis, il serait plus prudent d’envisager une continuité dans la séquence onomastique ce qui donnerait Caecilius Secundus, fils de Secundus. Le cursus proprement dit commence à partir de la ligne 3.

7Concernant les lettres VBL de la 3e ligne, elles peuvent être développées par [p]ubl(ico). Ainsi, equo juste avant
[p]ubl[ico] s’impose ce qui donne [equo p]ubl(ico). La lettre E encore bien visible dans cette même ligne qui suit directement la formule equo publico n’est par conséquent que la première du mot e[xornato] rédigée en toutes lettres à cheval entre la 3e et la 4e lignes.

8L’inscription telle qu’elle nous est parvenue ne précise pas si le dédicataire est préfet d’une aile ou d’une cohorte. Néanmoins, il ne peut être question ici que d’une milice de commencement dans la hiérarchie des milices équestres, c’est-à-dire la préfecture d’une cohorte. Ceci nous permet de restituer avec précision la partie perdue de l’inscription au niveau de la 4e ligne en coh développé en coh(ortis). Ce mot était sans doute gravé en abrégé puisque l’espace qui suit directement p]ra<e>fec[to ne peut pas contenir plus que trois lettres.

9Ainsi, on peut développer le texte comme suit :

[ ? Caecilio ---] / [Secu]nd[o ---] / [--- Se]cu[ di f(ilio) ---], / [- equo p]ubl(ico) e[xornato], / [--- p]ra<e>fec[to coh(ortis)] / primae Thracum / ciuium Romanorum, / flam(ini) perp(etuo), / M(arcus) Caecilius Honora/tus fratri carissimo, / l(oco) d(ato) d(ecreto) d(ecurionum).

10Ce qui se traduit par :

« À … Caecilius Secundus, fils de Secundus …, orné du chevalier public, préfet de la première cohorte des Thraces des citoyens romains, flamine perpétuel, Marcus Caecilius Honoratus à son très cher frère, lieu donné par décret des décurions ».

11Notons tout de suite que le libellé est celui d’une inscription honorifique. Le sens général du texte n’est pas très difficile à appréhender. L’on comprend bien qu’un hommage public a été rendu par M. Caecilius Honoratus à son très cher frère portant le nom de Caecilius Secundus, fils de Secundus, qui fut flamine perpétuel et membre de l’ordre équestre. Tel que les règles municipales l’exigent, l’emplacement a été accordé par décret des décurions de la ville de Bisica Lucana.

12Le lapicide a bien voulu mettre en évidence les éléments placés au début du texte. Ils sont gravés en plus larges caractères afin qu’ils s’imposent à la vue. Il s’agit donc d’une inscription rédigée avec suffisamment de soin et de régularité, et dans un latin de bonne qualité pour que l’on puisse déjà affirmer que le dédicataire devait appartenir à un milieu aisé, très parfaitement latinisé.

13Cet hommage privé qui devait être placé dans un lieu public de la ville a été gravé sur du marbre blanc, matériau d’importation de haute qualité qui coûtait assez cher en Afrique et qui trahit la fortune du dédicant. L’emploi de carissimo à la neuvième ligne, épithète employée généralement pour exprimer l’affection envers un proche, à la suite d’un décès, laisse penser que le dédicataire vient de disparaître. Les circonstances de sa disparition ne sont pas connues. En érigeant cet hommage posthume en marbre, M. Caecilius Honoratus voulait sans doute manifester un grand amour à son très cher frère de rang équestre qui faisait la fierté de la famille des Caecilii de Bisica Lucana et sauver sa mémoire de l’oubli. Au moins deux autres chevaliers africains ont eux aussi été honorés par leurs frères. Le premier est Q. Iulius Aquila dont voici le texte complet de la dédicace :

CIL, VIII, 15872 (Sicca Veneria en Afrique Proconsulaire) : Q(uinto) Iulio C(ai) f(ilio) Quir(ina) / Aqu[i]lae / equo publico / adlecto in quinq(ue) / decurias / (centurioni) leg(ionis) I Adiu/tricis / (centurioni) leg(ionis) XXX Vlpi/ae Victricis / (centurioni) X / Fretensis / Iulius Fidus Aquila / fratri optimo decreto / ordinis posuit p(ecunia) p(ublica) / remissa.

14Le deuxième est C. Fulcinus Optatus, connu par le texte suivant :

CIL, VIII, 9664 (Cartenna, Maurétanie Césarienne) : C(aio) Fulcinio C(ai) f(ilio) / Quir(ina tribu) Optato / equo publico / aedilicio / M(arcus) Fulcinius / Maximus / frater.

  • 6 Pflaum 1978, p. 164 ; Devijver 1990, p. 138, n° 70.
  • 7 CIL, VIII, 9664.

15Le premier portant le nom de Q. Iulius Aquila, connu par plusieurs documents épigraphiques dont celui de Sicca Veneria en Afrique Proconsulaire, a été inscrit par l’empereur parmi les chevaliers romains. Il fut également agrégé aux juges des cinq décuries, il a été successivement sous les enseignes de la I Adiutrix en Pannonie supérieure, de la XXX Vlpia Victrix en Germanie inférieure et de la X Fretensis en Judée. Il fut honoré par son frère Iulius Fidus Aquila lui aussi de rang équestre 6. Le deuxième portant le nom de C. Fulcinus Optatus connu par une inscription de Cartenna en Maurétanie Césarienne fut honoré lui aussi par son frère M. Fulcinus Maximus 7.

  • 8 Schulze 1966, p. 75 ; Hurlet 2015, p. 171-172.

16Concernant l’onomastique, les lignes 8 et 9 contiennent le nom du dédicant qui s’appelle M. Caecilius Honoratus sans que la filiation et la tribu ne soient mentionnées. Le nouveau chevalier dont le nom devrait trouver place en haut porte lui aussi le nom Caecilius, un gentilice, d’origine italienne, très fréquent dans l’ensemble de l’Empire romain et qui serait arrivé en Afrique avec la colonisation dès la fin de la république 8. Il est assez courant au sein des notables de Bisica Lucana puisqu’on on y connait entre autres Caecilii :

  • M. Caecilius Secundus Honoratus, fils et petit-fils de flamines perpétuels connu par CIL, VIII, 12298 : M(arco) Caecilio / Secundo / Arn(ensi) Hono/rato filio et ne/poti ffll(aminum duorum) perpetuo/rum municipii sui.
  • M. Caecilius Felix Martialis fils de Caecilius Felix connu par CIL, VIII, 12300 : Memoriae / M(arci) Caecili Feli/cis Martialis / C(ai) Caeci[li] Felicis / e(gregi) u(iri) flam(inis) perp(etui) / fili(i) / decuriones et / Caereales.
  • Q. Caecilius Felix fils de Zoprius connu par CIL, VIII, 23885 = ILTun, 668 : Q(uintus) Caecilius Felix Zopri fil(ius) [---] / Pompeia Rogatula Rogatul(i) fil(ia) con[---] / L(ucius) Caecilius [---]ius / [---]uit.

17Il est bien regrettable que l’ensemble de ces documents ne soit pas datable de manière précise pour qu’on puisse établir les liens de parenté entre les frères Caecilii attestés par notre inscription et les autres de Bisica Lucana. Malgré tout, cette éventualité demeure très vraisemblable. À remarquer que parmi ces individus existe un dénommé C. Caecilius Felix qui était déjà entré dans l’ordre équestre, ce qui lui conférait le titre d’egregius, et M. Caecilius Secundus Honoratus, qui était fils et petit-fils de flamines perpétuels.

  • 9 I. Kajanto (1965, p. 30) a recensé 2684 porteurs du cognomen Secundus en 1965.
  • 10 CIL, VIII, 12305 et CIL, VIII, 12298.
  • 11 CIL, VIII, 26635b : Q(uinto) Caecilio Pap(iria) / [R]estitutiano / [f]il(io) Q(u (...)

18Caecilius porte le cognomen Secundus. Il devait être inscrit à la première ligne comportant les lettres ND 9. Ce surnom a été porté aussi à Bisica Lucana par deux autres individus : une femme qui s’appelle Mamia Secunda et M. Caecilius Secundus Honoratus dont il était question plus haut 10, or ce gentilice (Caecilius) et le surnom (Secundus) sont assez répandus pour qu’il y ait homonymie certaine. Avant de finir avec l’onomastique, j’attire l’attention sur le fait qu’un autre chevalier de Thugga, ville située non loin de Bisica Lucana porte, lui aussi, le nom Q. Caecilius Honoratianus 11.

  • 12 Voir notamment Bassignano 1974 et plus récemment la liste des chevaliers flamines perpetui donnée (...)

19Concernant la carrière de Caecilius Secundus, on voit bien qu’il a dû accomplir l’ensemble de son cursus politique dans sa patrie, couronné par le flaminat perpétuel. Il est déjà connu que cette charge était revêtue par beaucoup de chevaliers en Afrique du Nord 12. À Bisica Lucana, c’est le cas des notables suivants (tabl. 1).

Tabl. 1 : Les flamines de Bisica Lucana

Nom Flaminat Chronologie Statut Références
1 [-] Caecilius Se[cu]ndus flam. perp. ii e siècle equo publico exornatus Inédit
2 Q. Ennius T. f. Quir. E[p]illus fl. pp.  ii e-iii e siècles centurio legionis III Augustae CIL, VIII, 12297 = Bassignano 1974, p. 175, n° 1.
3 Anonymes filius et nepos ffll. perpetuorum ii e-iii e siècles Il s’agit d’un hommage à M. Caecilius Secundus Honoratus qui fut fils et petit-fils de flamines perpétuels CIL, VIII, 12298 = Bassignano 1974, p. 175, n° 2.
4 Ennius Publius Saturninus Karus flam. perp. 138-161 uir clarissimus Beschaouch 1979, p. 400-403 = AE, 1979, 657.
5 C. Caecil[ius] Felix. flam. perp. Elagabal ou Sévère Alexandre uir egregius CIL, VIII, 12300 = Bassignano 1974, p. 175, n° 3.
6 L. Calvius Germanianus fl. pp.  iii e siècle ex togatus curator rei publicae CIL, VIII, 12299 et CIL, VIII, 23879 = Bassignano 1974, p. 175-176, n° 4-5.
7 Geminius Aurelius Auctor fl. pp.  iii e siècle curator rei publicae CIL, VIII, 12285 = Bassignano 1974, p. 176, n° 6.
8 Modia Quintia Q. Modi Felicis fil. flam. perp. Inconnue CIL, VIII, 12317 = 23888 = Bassignano 1974, p. 176, n° 7.

20De tous ces flamines de Bisica Lucana, dont le nombre s’élève désormais à sept, deux attirent particulièrement l’attention : le premier est C. Caeciius Felix qui portait le titre d’equo publico. Caecilius Secundus est donc le deuxième chevalier attesté dans cette ville. Le second flamine est M. Caecilius Secundus Honoratus qui porte le même prénom que le nouveau chevalier et que son frère ; on retrouve aussi les mêmes surnoms, et il est d’une famille de flamines perpétuels du municipe.

  • 13 Demougin 1988, p. 192-193. À la page 193, note 21, l’auteur remarque que la formule equo publico a (...)

21Par ailleurs, les informations que fournit notre document sur la carrière, rédigée dans l’ordre descendant, de ce nouveau membre de l’ordre équestre ne sont pas loquaces. Comme gravé à la troisième ligne, il porte le titre equo publico exornatus déjà courant dans l’Empire et assez attesté en Afrique Proconsulaire pour un chevalier puisqu’on le trouve sur les inscriptions honorifiques des cités suivantes 13 (tabl. 2).

Tabl. 2 : La formule equo publico exornatus sur les inscriptions d’Afrique Proconsulaire

Nom Ville Date Référence
1 Q. Calpurnius Rogatianus Thugga  166-169 CIL, VIII, 26594
2 L. Caesennius Auctus Aurelianus Thuburbo Maius  169-176. ILTun, 724, 725, 726.
3 C. Reius Petronianus Theueste  160-200 CIL, VIII, 16559 ( = ILAlg, 3070)
4 [-] Caecilius Secundus Bisica Lucana  ii siècle Inédit.
5 Q. Lollius Saturninus Bulla Regia  198-209 AE, 2004, 1874
6 Anonyme Furnos Maius  198 et 209 CIL, VIII, 12031
7 Q. Paccius Victor Candidianus  Furnos Minus  220-230 CIL, VIII, 25808c
8 Memmius Victorianus Hr Sidi Abdelbasset  Inconnue CIL, VIII, 14344
9 C. Iulius Maximus Abthugni  211-217 CIL, VIII, 23085
  • 14 Demougin 1988, p. 775.

22En lisant ce tableau, qui ne prétend aucunement être exhaustif, deux remarques fondamentales s’imposent quant à l’emploi d’equo publico exornatus : la première concerne sa répartition spatiale. Hormis Theueste, cette formule se trouve sur les inscriptions des villes proches de Bisica Lucana à savoir : Thugga, Thuburbo Maius, Abthugni, Bulla Regia, Simitthus, Furnos Maius, Furnos Minus, Hr Sidi Abdelbasset. La deuxième concerne sa répartition chronologique. On voit bien qu’il a été employé au cours d’une période qui se situe entre le ii siècle apr. J.-C. et le début du iii e. On apporte ainsi une éclatante confirmation à l’heureuse conclusion de Mme S. Demougin lorsqu’elle considère que le titre equo publico exornatus « n’apparaît, dans la langue épigraphique, que relativement tard. On le trouve en Italie à partir des Flaviens, et bien plus tard dans les provinces de l’Empire, surtout en Afrique » 14.

23Bien que lacunaire, le texte aux lignes 4, 5 et 6 suffit pour se rendre compte que ce nouveau chevalier a rempli la seule militia équestre de praefectus de la cohors prima Thracum ciuium Romanorum. La documentation épigraphique africaine révèle les noms de deux autres qui ont eux aussi une titulature équestre et une seule milice qui est la préfecture d’une cohorte. Il s’agit de :

  • C. Cornelius Flaccus, praef(ectus) coh(ortis) I Musulam(iorum) in Maur(etania) décédé à l’âge de 35 ans, probablement lors de son premier poste 15.
  • [-] Longeius Karus, praefectus co[hort]is scutatae ciuium Romanorum Alexandriae (Égypte), est décédé lui aussi avant d’arriver à sa seconde milice 16.
  • 17 CIL, III, 13395a.
  • 18 CIL, VIII, 25846.
  • 19 ILTun, 1248.
  • 20 AE, 1932, 34 et ILTun, 250.
  • 21 ILTun, 720 et AE, 1951, 52.
  • 22 ILTun, 261.
  • 23 CIL, VIII, 14763.

24En outre, l’on voit bien qu’aux lignes 5 et 6 cohors prima Thracum ciuium Romanorum a été rédigée en toutes lettres. Le fait que cette unité est peu attestée sur les inscriptions africaines expliquerait peut-être le choix de ne pas utiliser d’abréviation pour son nom, car elle ne serait pas élucidée par tous les habitants de Bisica. Elle est habituellement abrégée, comme par exemple sur une inscription de Pannonie inférieure où on lit : coh p T c R développée en coh(ors) p(rima) T(hracum) c(iuium) R(omanorum) 17. D’ailleurs, c’est la première attestation d’un praefectus de cette cohors sur une inscription africaine. La formule ciuium Romanorum succédant les noms d’unités de l’armée romaine figurant dans les carrières des chevaliers en Afrique Proconsulaire n’est guère fréquente elle aussi. Elle se lit en toutes lettres sur une inscription de Carthage 18, sinon elle est abrégée en c R sur les inscriptions de Bulla Regia 19, Pheradi Maius 20, Thuburbo Maius 21, Segermes 22 et Thisiduo 23.

  • 24 PME, VI, p. 118 : cohors I Thracum ciuium Romanorum et aussi Spaul 2000, p. 361- (...)
  • 25 CIL, XVI, 46 de 100 ; AE, 2008, 1731 de 100, 1733 + 1735 + 2009, 1818 de 100, 17 (...)
  • 26 CIL, XVI, 57 de 110, 163 de 110 ; AE, 2011, 1790 de 110, voir à ce propos Tentia (...)
  • 27 CIL, XVI, 164 de 110 ; ZPE, 126, 249 de 135, ZPE, 126, 254 de 143 ; CIL, XVI, 16 (...)
  • 28 CIL, XVI, 76 de 133 ; 84 de 138 ; 84 de 138 ; 178 de 146 ; 96 de 148 ; 97 de 149 (...)

25L’analyse de la cohors prima Thracum ciuium Romanorum dans laquelle a servi Caecilius est évidemment difficile puisqu’elle est attestée dans des documents épigraphiques mis au jour sur les diplômes militaires datés entre 100 et 162 apr. J-C. découverts en plusieurs endroits 24 : en Mésie supérieure 25, Dacie 26, Pannonie inférieure 27, Pannonie supérieure 28… Étant donné que plusieurs unités portant ce même nom sont parfois attestées simultanément dans ces quatre provinces, nous ne saurions assigner sa garnison à l’un plutôt qu’à l’autre de ces corps de troupe avec certitude. À mon avis, une éventuelle préfecture au sein de la cohors I Thracum equitata ciuium Romanorum pia fidelis n’est pas à exclure ce qui permet de compléter le tableau déjà dressé par J. Spaul en 2000 par un nouveau préfet (tabl. 3).

Tabl. 3 : Les préfets de la cohors Ia Thracum equitata ciuium Romanorum pia fidelis

Nom Datation Grade Références Références
1 L. Numisius Priscus 16 juin 138 coh(ortis) I Thracum cui prae(e)st CIL, XVI, 84. PME, II, N, 22
2 C. Pladicius C. f. Quir. Casdianus ii° s. praef(ectus) coh(ortis) I Thrac(um) equit(atae) CIL, V, 4957 ; II., 10, 5, 1194 (Vadargate) PME, II, P, 38
3 [-] Caecilius Secundus
4 Ae]m(ilius Pacatianus 201 [praef]ect(us) c(ohortis) I Thr[a]c(um) RIU, III, 640 (Brigetio) PME, I, V, C 157 ; Fitz, Pannonien, II, 585
5 ORINOLI RII ? - [praef(ectus)) coh(ortis)] I Thracum ciuium Romanorum) eq(uitatae) CIL, III, 14387, l (Heliopolis) PME, II, Inc. 69

d’après Spaul 2000, p. 361

26Concernant la chronologie de ce nouveau document de Bisica Lucana, peu d’éléments permettent d’en fournir une date précise. Le formulaire, le style de l’écriture, la formule equo publico exornatus, et la mention praefectus cohortis primae Thracum ciuium Romanorum donnent une datation le long du ii siècle apr. J-C.

2. Hommage au procurateur ducénaire de la ratio patrimonii : L. Sempronivs Ianvarivs

Fig. 2 : La base honorifique de L. Sempronius Ianuarius

Fig. 2 : La base honorifique de L. Sempronius Ianuarius

cliché M. Chaouali

  • 29 Chaouali 2018, p. 305-307.
  • 30 La paléographie ne contredit certes pas cette datation sans pouvoir la préciser davantage. Le mart (...)

27Ce deuxième document épigraphique a été récemment publié par moi-même. Dans la présente étude je reviens de nouveau sur cette inscription avec plus de détails et de commentaires que ceux déjà fournis dans la première édition 29. Le texte est le suivant : L(ucio) Sempronio / Ianuario, u(iro) e(gregio), / proc(uratori) [[Ạụg(usti) n(ostri)]] du/cenario ratio/nis patrimoni / [---] qui serait datable entre les années 218-238, ou 260-268 30.

  • 31 Le gentilice Sempronius est assez commun dans tout l’Empire romain ; il est omniprésent en Afrique (...)
  • 32 Comme, par exemple, Ti. Claudius Daius à Capena en Etrurie, affranchi de Claude ou Néron (tab. rat (...)
  • 33 CP, p. 1025.
  • 34 CIL, X, 6657 ( = ILS, 1387) ; PIR 1 A 803.
  • 35 AE, 1945, 80 = CP, n° 225 = I.Canosa, App. II, 2, p. 269-272.

28Il est vraiment regrettable que nous ne connaissions pas la provenance exacte de l’inscription ; toutefois, même si nous la connaissions, cela pourrait ne pas donner d’indications sûres car on peut être honoré dans sa patrie ou bien dans la patrie de son épouse, au siège de la circonscription dont on a la charge ou encore dans une localité qui en dépend, ou ailleurs. Nous ne connaissons pas non plus ni le responsable de l’hommage, parent, subordonné ou collectivité, particulier ou autre, ni ses motifs. Nous avons affaire à un procurateur ducénaire dont la carrière devait être présentée dans l’ordre indirect. En effet, manque le début de carrière de L. Sempronius Ianuarius 31 : les milices et ses premières procuratèles, qui devaient figurer dans la partie non conservée du piédestal. N’est conservée qu’une seule fonction, la procuratèle ducénaire de la ratio patrimonii qui apparaît très rarement dans la dénomination de fonctions de procurateurs équestres. Elle est en revanche plus fréquente dans l’expression des fonctions des affranchis impériaux exerçant dans les bureaux romains 32 et attestée pour quelques subalternes à Rome 33. Il s’agit là d’un poste ducénaire de début et surtout on la trouve pour le procurateur M. Aquilius Felix 34 qui fut proc. patrimoni bis, proc. hered., patrim(oni), priuat(ae) sur une inscription d’Antium et proc. rationis patr(imonii), proc. oper(um) publ(icorum) et fiscal(ium) Vrb(is) sacrae, proc. rat. patrimoni iterum, proc. rat(ionis) priuat(ae) Aug(usti) n(ostri) sur une inscription de Canosa 35. Ainsi, la formule proc(urator) rat(ionis) patr(imonii) n’est guère fréquente. Aquilius Felix semble avoir été le seul à l’avoir porté pour un chef de service à Rome.

  • 36 Chaouali 2018, p. 306.

29Il ne peut s’agir dans notre nouvelle inscription que d’un poste provincial avec une affectation possible dans l’une des régions de l’actuelle Tunisie, correspondant approximativement à la province d’Afrique Proconsulaire, où le document fut découvert. Ainsi, il est tout à fait possible que L. Sempronius Ianuarius soit promu à un poste ducénaire, celui du patrimoine, ou bien dans la regio Hadrumetina ou bien aussi dans le tractus Karthaginensis. J’écarterai donc l’hypothèse déjà avancée par moi-même selon laquelle il serait procurateur ducénaire du bureau du patrimoine à Rome 36.

  • 37 Le nom de la regio Hadrumetina a varié dans la documentation épigraphique puisqu’il est tantôt reg (...)
  • 38 CP, p. 1094 ; Christol 2006a, p. 226-228. La liste des fonctionnaires de la regi (...)

30Selon la première possibilité, L. Sempronius Ianuarius est un procurateur ducénaire affecté dans la regio Hadrumetina 37, dont la fonction est passée de la catégorie centenaire à celle de ducénaire sous le règne de Septime Sévère au plus tôt. Il s’agit donc du septième titulaire de cette fonction équestre dans ce ressort 38.

Tabl. 4 : Les responsables équestres de la regio Hadrumetina

Noms Datation Titulature procuratorienne Références
1 M. Claudius Restitutus* 138-161 proc(urator) Aug(usti) dioeceseos regionis Hadrumetinae
et Theuestinae
CIL, VIII, 7039, (ILS, 1437) = ILAlg., II, 1, 665 (Cirta)
2 Anonyme** 161-169 ou bien 177-180 proc(urator) Augustorum reg(ionis) Hadrimetin(ae) CIL, VIII, 23068 (ILS, 9012) (Segermes)
3 Anonyme*** 161-180 ou bien 217-235 CIL, XIII, 1684a, (Lyon)
4 [-] Pomponius L[---]murianus Après 212 ou bien 2e moitié
du iii siècle
procurator ducenarius Aug(usti) n(ostri) dioeceseos Hadrumetinae  CIL, VIII, 11341 = 23219
( = ILS, 9016) = ILTun, 362 (Sufetula)
5 C. Postumius Saturninus Flavianus, signo Vindicius iii siècle e. u., procurator centenarius regionis Hadrimetinae functus etiam partibus ducenari ex sacro praecepto in eadem regione CIL, VIII, 11174 ( = ILS, 1440) CIL, VIII, 11175 (Segermes)
6 L. Sempronius Ianuarius iii siècle
(peut-être 218-238,
ou 260-268)
u(ir) e(gregius) proc(urator) Aug(usti) n(ostri) ducenario rationis patrimoni(s) Document à l’étude
7 T. Iulius Sabinus Victorianus**** Fin ii e – début iii siècle. procurator priuat(ae) tractus Bizaceni BCTH 1919, p. 71 ILAlg., I, 2118 ILAlg., I, 2035 (Madaure)

*Ce procurateur est considéré comme l’un des responsables équestres de la regio Hadrumetina par H.-G. Pflaum en situant sa carrière entre 138 et 161 (CP, n° 158 ; CP, p. 1094). M. Christol (2006a. p. 224, note 19) n’a pas mis le nom de ce procurateur dans sa liste des responsables de cette regio parce qu’il considérait que le service administratif de ce district n’apparaissait pas avant l’époque d’Antonin le Pieux.
**H.-G. Pflaum (CP, n° 170 ; CP, p. 1094) place la carrière de ce chevalier lors d’un règne conjoint récent, c’est-à-dire de Marc Aurèle et de Lucius Verus entre 161 et 169 puisque Augustor(um) n’est pas abrégé. M. Christol (2006a, p. 226) pense qu’il ne faut pas exclure le règne conjoint de Marc Aurèle et de Commode (177-180) ou même le début du règne de Septime Sévère et de Caracalla. À ce propos, voir aussi Ladjimi Sebai 1995, p. 736-738, n°15.
***Sa carrière a été placée entre 161 et 180 par H.-G. Pflaum (CP, p. 1094). M. Christol (2006a, p. 226, n° 2 ; 2006b, p. 243-244), à la suite de D. Fishwick (1987, p. 324-325 ; 2002, p. 67, n° 32), pense que la rédaction de l’inscription se placerait à l’époque des Sévères, en proposant une datation entre 217 et 235.
****Il est connu par deux inscriptions de Madaure. D’après Pflaum, il s’agit de deux personnages différents et il leur attribue deux numéros différents dans ses carrières procuratoriennes (CP, n° 245 pour T. Iulius Sabinus et CP, 245a pour T. Iulius Sabinus Victorianus) sans qu’ils apparaissent sur sa liste des procurateurs équestres de la regio Hadrumetina (CP, p. 1094). M. Christol (2006a, p. 227 ; 2006b, p. 246-248) pense qu’il s’agit d’une seule et même personne qui porte le titre de [procurator priuat(ae)] tractus Biz[aceni – - -] en figurant sur sa liste des responsables équestres de cette regio.

  • 39 La prosopographie des responsables équestres de la regio Hadrumetina a été tout d’abord dressée pa (...)

31Deux procurateurs de la liste nous intéressent particulièrement puisqu’ils sont ducénaires, à savoir 39 :
1) [-] Pomponius L[…]murianus, procurator ducenarius Aug(usti) n(ostri) dioeceseos Hadrumetinae connu par l’inscription suivante de Sufetula (n° 4) :

CIL, VIII, 11341 = 23219 (= ILS, 9016) = ILTun, 362 ; CP, n° 320, Duval 1989, p. 433-435, n° 50, avec p. 434, fig. 30 a-b : [- P]omponio Cai filio Papir[ia] L[---]muriano, e(gregio) u(iro), functo adu[oca]tione fisci Hispaniarum trium et patrimoni tract[us] Karthaginis et a com[mentar]iis praeffector(um) praetor[io, pr]ocuratori ducenario Au[g(usti)] n[o]stri dioceseos Had[ru]metinae, L(ucius) Va[l]gius Mauricus u(ir) e(gregius), f(isci) [adu(ocatus)] ob eximiam condisc[ipu]latus adfectionem [pos(uit)].

  • 40 Christol 2006a, p. 227.

32La carrière de ce chevalier a été placée par H.-G. Pflaum après 212 et par M. Christol à une date plus avancée du iii siècle 40.

332) C. Postumius Saturninus Flavianus, signo Vindicius, e. u., procurator centenarius regionis Hadrimetinae functus etiam partibus ducenari ex sacro praecepto in eadem regione (no 5). Ce responsable équestre est connu par deux documents épigraphiques découverts à Segermes. Tout d’abord, on notera CIL, VIII, 11174 (= ILS, 1440), CP, no 292 bis et CP, p. 1094 :

Vindici. C(aio) Postumio Saturnino Flauiano, e(gregio) u(iro), proc(uratori) centenario regionis Hadrimetinae fun[c]to etiam partibus ducenari(i) ex sacro praecepto in eadem regione, L(ucius) Sempronius Maximus, fl(amen) p(erpetuus) patrono

34Puis CIL, VIII, 11175, CP, n° 292 bis et CP, p. 1094 :

V[indici]. C(aio) Post[umio Sa]turnino [Flauiano], e(gregio) u(iro), procu[ratori cen]tenario reg[ionis Ha]drimetinae p[artibus] etiam ducenari(i) ex s[a]cro praecepto in eade[m] regione functo,Victor Augg(ustorum) lib(ertus) cliens.

  • 41 H.-G. Pflaum (CP, n° 292 bis et CP, p. 1094) propose une date après 217 alors que L. Ladjimi Sebai(...)

35La carrière de C. Postumius Saturninus Flavianus, signo Vindicius est passée de procurateur centenaire à celle ducénaire (etiam partibus ducenari in eadem regione) à la suite d’une prescription sacrée (praecepto sacro) 41.

  • 42 Au passage, rappelons que la regio Hadrumetina qui relève de la res priuata est contiguë de la reg (...)
  • 43 CP, p. 1093.
  • 44 CP, p. 1092-1093 ; Pflaum 1974, p. 42.
  • 45 Actus et uisio martyrum Luci Montani et ceterorum comitum quod est X kal. Iunii, (...)
  • 46 Actus et uisio martyrum Luci Montani et ceterorum comitum quod est X kal. Iunii, (...)
  • 47 En Afrique, sont attestés sous le règne de Septime Sévère au moins deux procuratores ducenarii. Le (...)
  • 48 PIR 2 H 123.
  • 49 Dans la passion des saintes Perpétue et Félicité, Hilarianus « qui, à la place du proconsul défunt (...)
  • 50 En 203 ( ?). Tert., Scap., 3, 1 ; Pass. Perp., 6. X. Dupuis (2003, p. 262-263, note 36 et p. 264, (...)
  • 51 Il est identifié comme procurateur de Carthage (Herod., 7, 4, 2) ou comme celui d’Afrique (Herod., (...)

36Le nom de L. Sempronius Ianuarius vient dans cette première possibilité s’adjoindre à la liste des procurateurs de la regio Hadrumetina, même si la formule ratio patrimonii est tout à fait nouvelle et ne figure sur aucune des inscriptions relatives à ce district 42. Mais il est possible aussi d’identifier le procurateur, basé à Carthage, comme responsable général de l’administration du patrimoine impérial dans la province d’Afrique avec le poste de ducénaire. D’ailleurs, était déjà connue une documentation diverse attestant la présence à Carthage d’un procurateur ducénaire différent du procurateur du tractus Karthaginiensis qui est de rang centenaire 43 et du procurator des quattuor publica Africae qui est de rang ducénaire. Tout d’abord, on notera un document épigraphique découvert à Éphèse dans lequel T. Claudius Xenophon est dit avoir été en Afrique comme procurator ad bona cogenda pour effectuer la saisie des domaines privés des sénateurs qui avaient été les antagonistes de Septime Sévère et que H.-G. Pflaum a rangé parmi ceux de rang ducénaire 44. Ensuite, par les sources hagiographiques mentionnant qu’en l’an 259 apr. J.-C., Lucius et Montanus avaient été condamnés par un procurateur qui faisait fonction de proconsul : et continuo rapti sumus ad procuratorem qui defuncti proconsulis partes administrabat 45. Ce procurateur anonyme a déjà reçu la qualification de ducenarius : « Et cum ducenarius diceret notariam sibi datam esse qua contineretur eum fingere, respondit… » 46. Un autre exemple se rapportant à la présence d’un procurateur ducénaire à Carthage est fourni par les actes des martyrs dans la passion des saintes Perpétue et Félicité et de leurs compagnons, martyrisés à Carthage sous Septime Sévère en 202 ou 203 47. Le procès était peut-être présidé par Hilarianus qui fut procurateur d’Asturie-Galice sous Commode avant de devenir procurateur d’Africa 48, poste dans lequel il remplaça par intérim le proconsul Timinianus qui venait de mourir 49. Cet intérim était exercé par le plus élevé en grade des procurateurs équestres en fonction en Afrique Proconsulaire 50. Finalement, un témoignage littéraire sur la présence d’un procurateur ducénaire à Carthage a été relaté par Hérodien. Dans le récit des origines de la révolte des Gordiens, en 238, il mentionne un procurateur assassiné à Thysdrus, parce qu’il apparaissait dans ses actes comme un représentant du pouvoir et de la politique de rigueur fiscale de l’empereur Maximin le Thrace. Ce procurateur ducénaire résidant à Carthage intervenait aux côtés du proconsul, présent à Thysdrus lors de cette révolte 51.

37Tout bien pesé et sans prétendre avoir résolu le problème du lieu exact de l’affectation de L. Sempronius Ianuarius, il est permis de croire dans une deuxième possibilité que son nom vient s’adjoindre à la liste des procurateurs ducénaires du tractus Karthaginensis.

Conclusion

  • 52 CP ; Jarrett 1963, p. 209-226 ; Duncan-Jones 1967, p. 147-186 ; Jarrett 1972, p. (...)

38Sans vouloir insister davantage sur l’importance numérique croissante des Africains au sein de l’ordre équestre, car ceci est déjà traité par d’autres savants 52, j’espère avoir présenté de façon satisfaisante deux carrières concernant deux nouveaux chevaliers romano-africains. La première est celle de Caecilius Secundus, qui a fait une carrière militaire sans avoir suivi un parcours complet pour des raisons que nous ignorons. La deuxième est celle de L. Sempronius Ianuarius qui a été sans doute honoré comme représentant du pouvoir impérial, et non comme notable local. Son importance et ses compétences ne font pas de doute. Mais la mutilation du document a laissé envisager deux possibilités en rapport avec une procuratèle provinciale, en Afrique Proconsulaire en l’occurrence. Ce poste provincial de procurateur de la ratio patrimonii inconnu auparavant est à situer soit dans le tractus Karthaginensis soit aussi dans la regio Hadrumetina. Souhaitons que les découvertes dans l’avenir nous livrent encore d’autres détails de la vie de ces deux membres de l’ordre équestre et des compléments de leurs carrières.

Haut de page

Bibliographie

A.A.T., Atlas archéologique de la Tunisie (Éd. spéciale des cartes topographiques publiées par le Ministère de la Guerre, accompagnée d’un texte explicatif rédigé par Babelon E., Cagnat, R. Reinach, S.), Paris 1893.

Bassignano M.S. 1974, Il flaminato nelle province romane dell’Africa, Roma, (Università degli Studi di Padova, Pubblicazioni dell’Istituto di Storia antica XI).

Ben Abdallah Z. 1999, « Un cippe funéraire de Bisica (Afrique Proconsulaire) avec une marque de fabrique », Africa XVII, p. 25-30.

Benseddik N. 1992, « Vsinaza (Saneg) : un nouveau témoignage de l’activité de P. Aelius Peregrinus sur la praetentura sévérienne », dans A. Mastino (éd.), L’Africa Romana IX, Atti del IX convegno di studio, Nuoro, 13-15 dicembre 199, Sassari, (Pubbl. del Dipartimento di Storia dell’Università degli Studi di Sassari, 20), p. 426-438.

Beschaouch A. 1979, « Éléments celtiques dans la population du pays de Carthage », CRAI, 1979, p. 394-409.
https://www.persee.fr/doc/crai_0065-0536_1979_num_123_3_13624

Boulvert G. 1974, Domestique et fonctionnaire sous le Haut-Empire romain. La condition de l’affranchi et de l’esclave du prince, Paris, (Annales littéraires de l’Université de Besançon 151 ; Centre de recherches d’Histoire ancienne 9).

Chaouali M. 2018, « L. Sempronius Ianuarius : un nouveau procurateur ducénaire de la ratio patrimonii », ZPE 205, p. 305-307.

Christol M. 2005a, Regards sur l’Afrique romaine, Paris, (Collection des Hespérides).

Christol M. 2005b, « Les subdivisions de l’administration domaniale et financière en Afrique romaine : des limites de la procuratèle d’Hadrumète à celles de la province de Byzacène », dans Christol 2005a, p. 116-124 (paru dans Cl. Lepelley, X. Dupuis (éd.), Frontières et limites de l’Afrique du Nord antique. Hommage à Pierre Salama, Paris, 1999, p. 71-86).

Christol M. 2006a, « L’administration et la gestion des ressources de la province d’Afrique à la transition du Haut-Empire et du Bas-Empire », CCGG, 17, p. 219-246.
https://www.persee.fr/doc/ccgg_1016-9008_2006_num_17_1_912

Christol M. 2006b, « Centenarius vir », ZPE 158, p. 243-250.

Christol M. 2008, « La procuratèle du patrimoine de Lepti Minus », dans J. Gonzáles et alii (éd.), L’Africa romana XVII, Le ricchezze dell’Africa. Risorse, produzioni, scambi, Atti del XVII convegno di studio, Sevilla, 14-17 dicembre 2006, Roma, (Pubblicazioni del Dip. di Storia dell’Università degli studi di Sassari n.s. 35), p. 2037-2079.

Christol M. 2009, « L’administration des biens du prince et des biens de l’État jusqu’à la création de la province de Byzacène », dans A. El Bahi (éd.), Kairouan et sa région. Nouvelles découvertes, nouvelles approches, Actes du II e colloque international, Kairouan, 6-8 mars 2006, Kairouan, p. 93-114.

CP : Pflaum H.-G. 1960-61, Les carrières procuratoriennes équestres sous le Haut-Empire romain, Paris, (Bibliothèque archéologique et historique 57, 112).

Demougin S. 1988, L’ordre équestre sous les Julio-Claudiens, Rome (CÉFR, 108).
https://www.persee.fr/doc/efr_0000-0000_1988_ths_108_1

Devijver H. 1990, « Equestrian officers from North Africa », dans A. Mastino (éd.), L’Africa romana, Atti dell’VIII convegno di studio, Cagliari, 14-16 dicembre 1990, Sassari, (Pubbl. del Dipartimento di Storia dell’Università degli Studi di Sassari, 18), p. 127-201 (publié aussi dans la collection Mavors Roman Army Researches IX : II, M. Spiedel (éd.), Stuttgart, p. 223-297).

Dolbeau Fr. 1983, « La Passion des Saints Lucius et Montanus. Histoire et édition du texte », RÉAug 29, p. 76-82.

Duncan-Jones R. 1967, « Equestrian Rank in the Cities of the African Provinces under the Principate : An Epigraphic Survey », PBSR 35, n.s. 22, p. 147-186.

Dupuis X. 1993-1994, apud Lepelley Cl., « Débats religieux et société antique tardive à travers l’œuvre d’Augustin : à propos des sermons inédits découverts par François Dolbeau », AEHE (Ve sect) 102, p. 249-253.

Dupuis X. 1997-1998, apud Lepelley Cl., « Société et vie religieuse en Afrique romaine d’après les textes littéraires chrétiens. Riches et richesse selon saint Augustin », AEHE (Ve sect) 106, p. 305-310.

Dupuis X. 2003, « Hagiographie antique et histoire : l’exemple de la Passion de Lucius et de Montanus », RÉAug 49, p. 253-265.

Duval N. 1989, « Inventaire des inscriptions latines païennes de Sbeitla », MÉFRA 101, 1, p. 403-488.
https://www.persee.fr/doc/mefr_0223-5102_1989_num_101_1_1638

Fishwick D. 1987, The Imperial Cult in the Latin West. Studies in the Ruler Cult of the Western Provinces of the Roman Empire, I, 2, Leiden-Boston, (ÉPRO 108, 145, Religions in the Graeco-Roman World 147).

Fishwick D. 2002, The Imperial Cult in the Latin West. Studies in the Ruler Cult of the Western Provinces of the Roman Empire, III, 2, Leiden-Boston-Köln, (ÉPRO 108, 146, Religions in the Graeco-Roman World 148).

Gascou J. 1988, « Remarques sur les undecimprimi », AntAfr 34, p. 93-102.
https://www.persee.fr/doc/antaf_0066-4871_1998_num_34_1_1287

Grira M. 2017, « Note sur une nouvelle inscription latine de Kalaa Sghira, (gouvernorat de Sousse – Tunisie) », Africa XXIV, p. 123-134.
https://www.academia.edu/35607490

Hurlet Fr. 2006, Le proconsul et le prince d’Auguste à Dioclétien, Bordeaux, (Scripta antiqua 18).
https://books.openedition.org/ausonius/3459

Hurlet Fr. 2015, « Le gouverneur et les clientèles provinciales : la province romaine d’Afrique de sa création à Auguste (146 av. J.-C.-14 apr. J.-C.) », dans F. Pina Polo, M. Jehne (éd.), Foreign clientelae in the Roman Empire. A Reconsideration, Stuttgart, (Historia Einzelschriften 238), p. 165-183.
https://www.academia.edu/19784981

I.Canosa : M. Chelotti, R. Gaeta, V. Morizio, M. Silvestrini (a cura di). 1985, Le epigrafi romane di Canosa, Bari.

ILPBardo , Ben Abdallah Z. 1986, Catalogue des inscriptions latines du musée du Bardo, Rome, (CÉFR, 92).

Jacques Fr. 1980, « Humbles et notables. La place des humiliores dans les collèges de jeunes et leur rôle dans la révolte africaine de 238 », AntAfr 15, p. 217-230.
https://www.persee.fr/doc/antaf_0066-4871_1980_num_15_1_1045

Jarrett M.-G. 1963, « The African Contribution to the Imperial Equestrian Service », Historia XII, p. 209-226.

Jarrett M.-G. 1972, « An Album of the Equestrian from North Africa in the Emperor’s Service », Epigraphische Studien IX, p. 146-232.

Kajanto I. 1965, The Latin cognomina, Helsinki.

Ladjimi Sebai L. 1995, « Les inscriptions de Segermes (Hr Harrat) », dans S. Dietz, L. Ladjimi Sebai, H. Ben Hassen (éd.), Africa Proconsularis, Regional Studies in the Segermes Valley of Northern Tunisia, II, Copenhagen, p. 714-757.

Lassère J.-M. 1977, Vbique populus, peuplement et mouvement de la population dans l’Afrique romaine de la chute de Carthage à la fin de la dynastie des Sévères (146 av. J.-C. – 235 apr. J.-C.), Paris, (Études d’Antiquités africaines).
https://www.persee.fr/doc/etaf_0768-2352_1977_mon_1_1

Lefebvre S. 1999, « Donner, recevoir : les chevaliers dans les hommages publics d’Afrique », dans S. Demougin, H. Devijver, M-Th. Raepsaet-Charlier (éd.), L’ordre équestre, histoire d’une aristocratie (II siècle av. J.-C. – III siècle apr. J.-C.), Actes du colloque international, Bruxelles-Leuven, 5-7 octobre 1995, Rome, (CÉFR, 275), p. 513-578.

Pflaum H.-G. 1950, Les procurateurs équestres sous le Haut-Empire romain, Paris.

Pflaum H.-G. 1974, Abrégé des procurateurs équestres, Paris.

PME : Devijver H. : Prosopographia militarium equestrium quae fuerunt ab Augusto ad Gallienum, Leuven, 1976-2001.

RMD IV, M.  Roxan, P. Holder, Roman Military Diplomas, IV, London, 2003.

RMD V, M.  Roxan, P. Holder, Roman Military Diplomas, V, London, 2006. n, 2006).

Spaul J. 2000, Cohors II. The Evidence for and a Short History of the Auxiliary Infantry Units of the Imperial Roman Army, Oxford, (BAR Int.S. 841).

Schulze W. 1966, Zur Geschichte lateinischer Eigennamen, Göttingen-Berlin, (Abhandlungen der königlichen Gesellschaft der Wissenschaften zu Göttingen. Philologisch-historische Klassen. F V, 5) 1904, repr. Berlin-Zürich-Dublin.

Tentia O., Matei-Popescu F. 2004, « Alae et Cohortes Daciae et Moesiae. A Review and Updating of J. Spaul’s Ala and cohors », Acta Musei Napocensis 39-40/I, 2002-2003, p. 259-296.

Haut de page

Notes

1 A.A.T., f° XXXVI (Bou Arada), n° 95 ; Beschaouch 1979, p. 402-403 ; Gascou 1972, p. 126-127. Parmi les découvertes récentes se rapportant à Bisica, un cippe funéraire avec une marque de fabrique, voir Ben Abdallah 1999.

2 CIL, VIII, 12302 et 23853. J. Gascou (1988, notamment p. 94 concernant Bisica Lucana) voit dans les undecimprimi un collège sacerdotal qui n’est pas sans relation avec le culte impérial et qui s’exerce avant le flaminat.

3 CIL, VIII, 12292 : ---] diui Anto[nini Pii nepoti]s diui Hadriani [pronepotis ---] / [---] municipium A[elium ---. Beschaouch 1979, p. 403, n. 27 « Une inscription monumentale, récemment découverte, permet d’attribuer à Hadrien la fondation du municipe de Bisica ».

4 CIL, VIII, 1357 = ILTun, 659 = 1294 (Tichilla) : D(omino) n(ostro) Imp(eratori) Valerio Licini/ano Licinio Aug(usto) [---] max(imo) / Sarmatico max(imo) Germa/nico max(imo) tribuni[c]ia potes/tate X cons(uli) V imp(eratori) X pat(ri) patriae pro/cons(uli) col(onia) Bisica Lucana deuota numinibus / maiestatique eius.

5 Il s’agit peut-être du marbre blanc de Paros.

6 Pflaum 1978, p. 164 ; Devijver 1990, p. 138, n° 70.

7 CIL, VIII, 9664.

8 Schulze 1966, p. 75 ; Hurlet 2015, p. 171-172.

9 I. Kajanto (1965, p. 30) a recensé 2684 porteurs du cognomen Secundus en 1965.

10 CIL, VIII, 12305 et CIL, VIII, 12298.

11 CIL, VIII, 26635b : Q(uinto) Caecilio Pap(iria) / [R]estitutiano / [f]il(io) Q(uinti) Caecili / Honoratiani e(gregii) u(iri) / res p(ublica) municipii Thu[gg(ensis)] / po[s(uit)] d(ecreto) d(ecurionum) p(ecunia) p(ublica).

12 Voir notamment Bassignano 1974 et plus récemment la liste des chevaliers flamines perpetui donnée par Lefebvre 1999, p. 517-518, note 61.

13 Demougin 1988, p. 192-193. À la page 193, note 21, l’auteur remarque que la formule equo publico adlectus est une variante d’equo publico exornatus.

14 Demougin 1988, p. 775.

15 CIL, VIII, 4879 = ILAlg, I, 1335 = PME, I C 235 (Thubursicum Numidarum) : C(aius) Cornelius / C(ai) f(ilius) Papir(ia) Flaccus / praef(ectus) cohor(tis) I / Musulam(iorum) in / Maur(etania) IIuir de/sig(natus) pius uixit / ann(os) XXXV h(ic) s(itus) e(st) / o(ssa) t(ibi) b(ene) q(uiescant).

16 CIL, VIII, 25846 = PME, II, IV. Suppl. I, L 27 (Karthago) : [-] Longeio Q(uinti) Longei Festi f(ilio) Quirina Ra/[---]o equo publico adlecto praefecto co/[hort]is scutatae ciuium Romanorum Alexandriae / [Peduc]aea Q(uinti) Peducaei Spei f(ilia) Sextia mater eius flaminica perpe/[tua K]arthaginiensium pio optimo sanctissimo dignissimo / filio fecit.

17 CIL, III, 13395a.

18 CIL, VIII, 25846.

19 ILTun, 1248.

20 AE, 1932, 34 et ILTun, 250.

21 ILTun, 720 et AE, 1951, 52.

22 ILTun, 261.

23 CIL, VIII, 14763.

24 PME, VI, p. 118 : cohors I Thracum ciuium Romanorum et aussi Spaul 2000, p. 361-362 : cohors I Thracum equitata ciuium Romanorum. Ce dernier est de plus en plus critiqué, voir par exemple Tentia, Matei-Popescu 2004, p. 293. Pour une bibliographie se rapportant à cette unité voir par exemple Zahariade 2009, p. 141.

25 CIL, XVI, 46 de 100 ; AE, 2008, 1731 de 100, 1733 + 1735 + 2009, 1818 de 100, 1734 de 100, 1735 de 100, 1732 de 101 et 1737 de 102-114…

26 CIL, XVI, 57 de 110, 163 de 110 ; AE, 2011, 1790 de 110, voir à ce propos Tentia, Matei-Popescu 2004, p. 293.

27 CIL, XVI, 164 de 110 ; ZPE, 126, 249 de 135, ZPE, 126, 254 de 143 ; CIL, XVI, 164 de 157 ; RMD, IV, 251 de 135, 266 de 143 ; RMD, V, 397 de 144 ; 401 de 146 ; 415 de 154/6 ; 446 de 192 ; 447 de 192 ; AE, 2004, 1923, 27 de 154 ; AE, 2008, 1116 de 146 ; AE, 2009, 1830 de 127 ; 1826 de 152, 1079 de 157 ; AE, 2010, 1861 de 126, 1854 de 162 ; 1855 de 162 ; AE, 2013, 2198 de 154…

28 CIL, XVI, 76 de 133 ; 84 de 138 ; 84 de 138 ; 178 de 146 ; 96 de 148 ; 97 de 149 et 104 de 154 ; RMD, IV, 236 de 126 ; 250 de 134 ; 279/176 de 161 ; 290 de 160-164 ; RMD, V, 391 de 141 ; 422 de 159 ; 423 de 159 ; 424 de159 ; 430 de 161 ; AE, 1995, 1823 de 125 ; 1094 de 159 ; 1095 de 159 ; AE, 2010, 1262 de 139 ; 1863 de 153 ; AE, 2012, 1953 de 159…

29 Chaouali 2018, p. 305-307.

30 La paléographie ne contredit certes pas cette datation sans pouvoir la préciser davantage. Le martelage des lettres AVGN nous a amené à proposer un seul empereur. Dans l’ordre des probabilités, et sans éliminer totalement Commode et Philippe l’Arabe, les meilleurs candidats possibles seraient Elagabal et Gallien, éventuellement Sévère Alexandre, puis Maximin ou Dèce, soit donc plutôt entre les années 218-238, ou 260-268.

31 Le gentilice Sempronius est assez commun dans tout l’Empire romain ; il est omniprésent en Afrique romaine. Les porteurs de ce nom seraient parmi les premiers colons établis en Afrique : Lassère 1977, p. 442 et 463. Le cognomen, Ianuarius, était lui aussi largement diffusé non seulement dans les provinces africaines mais aussi dans l’ensemble de l’Empire. En 1965, I. Kajanto (1965, p. 29-30 et 60) fournit 2007 attestations de ce cognomen, qui est l’un des plus répandus ; le surnom Ianuarius est en réalité le nom d’un mois : Lassère 1977, p. 341 ; Kajanto 1965, p. 60-61 et 218.

32 Comme, par exemple, Ti. Claudius Daius à Capena en Etrurie, affranchi de Claude ou Néron (tab. rationis patrimoni Caesarum) : CIL, XI, 3885 ( = ILS, 1643) ; Ti. Claudius Primegenius à Rome, affranchi de Claude ou de Néron : CIL, VI, 8506 ; un anonyme à Poetovio en Pannonie supérieure – rationis p(atrimoni) p(riuati) ( ?) – daté du règne de Nerva ou de Trajan : CIL, III, 4049 ; Bromius à Rome du règne de Nerva ou de Trajan : CIL, VI, 3962 ; M. Vlpius Fortunatus (lib. a commentariis rat. Patrimoni) à Rome du règne de Nerva : CIL, VI, 8502 ; M. Vlpius Thaumastus à Capena en Etrurie, affranchi de Trajan, (a commentariis operum publ. et rat. patr.) : CIL, XI, 3860 ; Marullus à Rome du début du ii e siècle : CIL, VI, 8503 ; Soter à Rome de la deuxième moitié du ii e siècle ou du iii e siècle : CIL, VI, 8508 ; [---]epariaeguas à Rome du iii e siècle (procurator rationis sacri patrimoni ?) : CIL, VI, 9029. Voir à ce propos Boulvert 1974, p. 10-197.

33 CP, p. 1025.

34 CIL, X, 6657 ( = ILS, 1387) ; PIR 1 A 803.

35 AE, 1945, 80 = CP, n° 225 = I.Canosa, App. II, 2, p. 269-272.

36 Chaouali 2018, p. 306.

37 Le nom de la regio Hadrumetina a varié dans la documentation épigraphique puisqu’il est tantôt regio Hadrumetina (le plus couramment), tantôt diocesis Hadrumetina et tantôt prouincia Hadrumetina (CP, p. 1094. Ladjimi Sebai 1995, p. 741 et Christol 2006a, p. 226). Concernant la question des limites de la regio Hadrumetina, voir en particulier Christol 2005a, p. 120-121 et plus récemment M. Grira (2017, p. 130-132).

38 CP, p. 1094 ; Christol 2006a, p. 226-228. La liste des fonctionnaires de la regio a été récemment enrichie par un nouveau membre. C’est un affranchi impérial portant le nom : M. Aurelius Aphrodisius ; voir Grira 2017.

39 La prosopographie des responsables équestres de la regio Hadrumetina a été tout d’abord dressée par H.-G. Pflaum en 1960-61 et comporte 5 responsables chevaliers qui sont : n° 1, 2, 3, 4, et 5 (CP, p. 1094). Elle est ensuite modifiée par M. Christol en 2006 (2006a. p. 226-228), puisqu’elle comportait 5 noms qui sont : n° 2, 3, 4, 5 et 7.

40 Christol 2006a, p. 227.

41 H.-G. Pflaum (CP, n° 292 bis et CP, p. 1094) propose une date après 217 alors que L. Ladjimi Sebai (1995, p. 738-742, n° 18 a-b) est restée très prudente en proposant le iii e siècle. M. Christol (2006a, p. 226) pense qu’il appartient vraisemblablement à une époque un peu plus avancée du iii e siècle puisque la dénomination du personnage recourt à un signum.

42 Au passage, rappelons que la regio Hadrumetina qui relève de la res priuata est contiguë de la regio Leptitana qui relève du patrimonium Caesaris.

43 CP, p. 1093.

44 CP, p. 1092-1093 ; Pflaum 1974, p. 42.

45 Actus et uisio martyrum Luci Montani et ceterorum comitum quod est X kal. Iunii, 6, 1 (éd. Dolbeau 1983, p. 70).

46 Actus et uisio martyrum Luci Montani et ceterorum comitum quod est X kal. Iunii, 6, 1 (éd. Dolbeau 1983, p. 76-82, voir en particulier, p. 79 : Actus, 20, 3). Ce procurateur serait, selon l’analyse de X. Dupuis (1993-1994 ; 1997-1998 ; 2003), un des responsables de la perception des impôts indirects appelés IIII publica Africae puisqu’il s’agit du grade le plus élevé de tous les procurateurs équestres en fonction en Afrique Proconsulaire : voir aussi Christol 2005a, p. 245

47 En Afrique, sont attestés sous le règne de Septime Sévère au moins deux procuratores ducenarii. Le premier en Césarienne, il s’appelle P. Aelius Peregrinus, connu par une inscription découverte à Saneg (Vsinaza) datée de 2002-203 ou 203-204 : CIL, VIII, 8991, 22602 ; Benseddik 1992 ( = AE, 1992, 1925). Le second en Afrique Proconsulaire. Il s’appelle Rossius Vitulus et fut proc. ducenarius IIII publicorum Africae. Il est connu par des inscriptions de Bulla RegiaILAfr, 455 ( = ILS, 9015) = ILTun, 1248 = ILPBardo, 250 – et de Hr Soltan (CIL, VIII, 14454).

48 PIR 2 H 123.

49 Dans la passion des saintes Perpétue et Félicité, Hilarianus « qui, à la place du proconsul défunt Minucius Timisianus, avait reçu le droit du glaive » (Passio, 6).

50 En 203 ( ?). Tert., Scap., 3, 1 ; Pass. Perp., 6. X. Dupuis (2003, p. 262-263, note 36 et p. 264, n° 7) pense que P. Aelius Hilarianus pourrait être identifié comme procurateur des IIII publica Africae. À vrai dire, en dehors de l’Afrique, plusieurs procurateurs ayant assuré l’intérim à la tête de la province en cas du décès du proconsul sont déjà attestés : Pflaum 1950, p. 135-139 ; 1974, p. 51 ; Hurlet 2006, p. 303-304

51 Il est identifié comme procurateur de Carthage (Herod., 7, 4, 2) ou comme celui d’Afrique (Herod., 7, 4, 3) ; Jacques 1980, p. 224-226 ; Christol 2006, p. 228-229.

52 CP ; Jarrett 1963, p. 209-226 ; Duncan-Jones 1967, p. 147-186 ; Jarrett 1972, p. 146-232 ; Lefebvre 1999.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : La base honorifique de Bisica Lucana
Crédits cliché M. Chaouali
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/1226/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 839k
Titre Fig. 2 : La base honorifique de L. Sempronius Ianuarius
Crédits cliché M. Chaouali
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/1226/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 887k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Moheddine Chaouali, « Deux hommages en l’honneur de deux chevaliers en Afrique Proconsulaire : Caecilius Secundus et L. Sempronius Ianuarius »Antiquités africaines, 55 | 2019, 139-150.

Référence électronique

Moheddine Chaouali, « Deux hommages en l’honneur de deux chevaliers en Afrique Proconsulaire : Caecilius Secundus et L. Sempronius Ianuarius »Antiquités africaines [En ligne], 55 | 2019, mis en ligne le 24 avril 2020, consulté le 02 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/antafr/1226 ; DOI : https://doi.org/10.4000/antafr.1226

Haut de page

Auteur

Moheddine Chaouali

Chargé de recherches archéologiques et historiques à l’Institut national du Patrimoine de Tunis

Haut de page

Droits d’auteur

Antiquités africaines

Haut de page
  • Logo Centre Camille Jullian
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Logo CNRS Éditions
  • OpenEdition Journals