Navigation – Plan du site

Construire dans l’Antiquité

Les outils de construction du musée de Djemila (l’antique Cvicvl)
Amira Belhout
p. 151-182

Résumés

Le musée de Djemila possède de nombreux outils provenant des fouilles effectuées sur le site. Cet outillage révèle les savoirs professionnels de certains acteurs des chantiers de construction et témoigne de plusieurs tâches au fur et à mesure de l’avancement des travaux : l’extraction de la pierre par les carriers, l’ajustage et la finition des blocs par les tailleurs de pierre, l’équarrissage du bois et la rectification des surfaces par le charpentier ou le menuisier et enfin la mise en œuvre par le maçon. La similarité morphologique de l’outillage de Cuicul avec celui des villes d’autres provinces romaines témoigne de la circulation des savoirs des artisans et de la diffusion des techniques dans le monde romain.

Haut de page

Texte intégral

Je tiens à remercier le directeur du site archéologique, M. Bouhzam, qui m’a autorisée à accéder aux collections du musée et à publier ces outils. J’adresse ma vive gratitude à J.-Cl. Bessac pour son accueil à Nîmes et pour l’aide apportée à cette recherche. Je tiens également à adresser tous mes remerciements à J.-P. Adam, S. Tassinari, Ch. Boube, H. Dessales et Ch. Loiseau pour leurs précieux conseils, ainsi que V. Blanc-Bijon pour son accueil au Centre Camille Jullian et l’accès qu’elle m’a généreusement accordé aux archives et au fonds documentaire sur Cuicul. Je remercie également les rapporteurs de la revue de leurs relectures attentives.

Introduction

  • 1 Thèse en cours de préparation, intitulée « Le chantier antique au service du patrimoine, le cas de (...)
  • 2 R. Cagnat (1916) et P.-A. Février (1971) penchent pour une création nervienne alors que J. Gascou (...)
  • 3 Février 1971, p. 23.
  • 4 Akli Ikherbane 2008.
  • 5 Annan 2016. Ce travail ne comporte pas d’étude archéologique des objets.

1Dans le cadre d’une thèse sur le chantier antique1, j’ai été amenée à m’intéresser aux outils de construction conservés au musée de Djemila. L’antique Cuicul se situe à un carrefour routier de première importance, sur deux grands axes qui mènent de Lambèse à Igilgili et de Sitifis à Cirta. Il s’agit d’une colonie de vétérans fondée à la fin du ier s. apr. J.‑C., sous le règne de Nerva ou de Trajan2. La ville fut occupée au moins jusque dans la seconde moitié du vie siècle3. Les fouilles effectuées sur le site entre 1909 et 1957 ont livré beaucoup d’objets venus enrichir les collections de son musée. Ce dernier fut construit en 1910 par A. Ballu et comporte un bâtiment destiné à abriter les mosaïques romaines et paléochrétiennes et un musée lapidaire en plein air. Ces objets n’ont été inventoriés qu’en 1996 par M. Akli Ikherbane, conservateur du musée. En 2007, celui-ci a repris cet inventaire dans le cadre d’un mémoire de recherche universitaire4, afin d’attirer l’attention des chercheurs sur ce matériel. Toutefois, dans ce recensement, les outils de construction ont été parfois confondus avec d’autres instruments de morphologie similaire. Par ailleurs les conditions de conservation des collections ont été étudiées en 2016 dans le cadre d’une thèse de doctorat5.

  • 6 Nous n’avons pas pris en compte les outils de stucateurs car leur outillage de modelage (ébauchoir (...)
  • 7 Alaioud 2010 ; Laporte 2010 ; Amraoui 2010, 2016, 2017.

2Mon objectif ici est de publier ces outils6 actuellement exposés dans plusieurs vitrines de la salle 3 du musée ou entreposés dans les réserves et aussi de mettre en évidence l’apport de ces objets à une réflexion plus large sur les techniques de construction à Cuicul. Cette recherche vise aussi à combler un manque : en effet, faute de méthodes d’identification et d’inventaire, les principaux travaux portant sur l’artisanat et les installations artisanales au Maghreb antique7 n’ont signalé succinctement les artisans du chantier qu’à partir des inscriptions et des représentations iconographiques, sans prendre en compte les outils eux-mêmes.

  • 8 Février 1971, p. 23.
  • 9 Ravoisié 1846, p. 63-65.
  • 10 Monceaux 1922, p. 382.
  • 11 Ballu 1922, p. 382.
  • 12 de Crésolles 1937, p. 1.

3La majorité des objets provient des fouilles du secteur appelé quartier chrétien. Ce secteur est ainsi désigné car c’est là que se situe le groupe épiscopal8. Les objets y ont été découverts à différentes dates. En effet, plusieurs fouilleurs se sont succédées pour dégager ce quartier. Les premiers travaux y ont été engagés en 1840 par A. Ravoisié9, membre de la commission scientifique de l’Algérie, qui découvrit la basilique chrétienne, datée du ve siècle. En 1913 l’architecte en chef des monuments historiques A. Ballu déblaya le reste de cette basilique et explora d’autres ruines10. Plus tard, ces dernières firent l’objet d’une série de fouilles conduites par l’inspectrice du chantier A.-M. de Crésolles, sous la direction d’A. Ballu, entre 1921 et 192311, puis sous celle de son successeur M. Christofle de 1930 jusqu’au début de l’année 193712. Y. Allais a également dirigé des fouilles dans ce quartier de mars à septembre 1946.

  • 13 Spain 2015, p. 128 et 138.

4Rappelons que les premières fouilles n’étaient pas conduites d’une manière stratigraphique : les contextes de découverte étaient signalés de façon très succincte et l’instrumentum, n’ayant pas la valeur que nous lui accordons aujourd’hui, était décrit sommairement. Par conséquent, nous ne disposons que de peu de données sur les outils qui font l’objet de notre étude, ce qui rend leur identification et une éventuelle reconstitution de la stratigraphie difficiles13.

Fig. 1 : Plan du site de Djemila dix ans avant la fin des investigations

Fig. 1 : Plan du site de Djemila dix ans avant la fin des investigations

d’après Leschi 1949 (Aix-Marseille Université/CNRS – Centre Camille Jullian – Archives)

  • 14 Non retrouvés.
  • 15 Christofle 1938, p. 332.
  • 16 Boîte n° 100.
  • 17 Amraoui 2017, p. 107.
  • 18 Mes remerciements au rapporteur de la revue pour cette remarque très pertinente.

5Cependant, dans le rapport des fouilles de 1936, un « trou » profond a été signalé par A.-M. de Crésolles et identifié comme une forge car c’est dans ce « trou », situé dans le « Quartier chrétien », au nord du baptistère, et plus précisément au nord du fortin installé par les soldats français pendant la conquête en 1838, qu’elle a découvert un lot d’objets en fer (fig. 1). M. Christofle a également signalé ce lot : « objets trouvés ensemble dans un trou profond, au milieu de murs démolis, au nord du fortin français élevé à l’époque de la conquête : 6 socs charrue grands et à bouts carrés, 3 socs charrue pointus, forme socs arabes, 7 grandes faucilles, 7 serpes à couper le bois14, 10 pioches larges, 3 pioches modèle plus petit, crochet-pioche, 1 truelle de maçon, 4 grands anneaux carrés en fer, 2 couteaux, 1 enclume cassée, 1 longue tige de fer pointu, terminée, à l’autre bout, par un large anneau et une chaîne, plusieurs gros clous de 0,10 m à 0,20 m de long, avec tête ronde très large, 1 grand coin d’équarrissage, nombreux fragments de fer brisés, maillons de chaînes, plaques de fer, etc. »15 . Ces objets sont réunis dans une boîte16 dans les réserves du musée. Il est très probable que certains outils exposés dans la vitrine no°7 dans la salle 3 fassent aussi partie de ce lot. Dans son livre sur l’artisanat dans les cités antiques de l’Algérie, T. Amraoui s’est intéressée à ce « trou ». D’après elle, l’existence d’un lot d’outils en fer ne suffit pas pour identifier le contexte d’occupation comme étant une forge. Seule l’enclume peut être attribuée à l’outillage d’un forgeron, et « la présence des objets dans un trou profond fait plutôt penser à un dépôt »17. Les données des rapports de fouilles ne permettent pas de préciser si ce « trou » est moderne ou s’il s’agit d’une fosse antique destinée à stocker des outils en vue d’une refonte. Comme les ouvriers repartent généralement avec leurs outils, les objets livrés par les fouilles de Djemila peuvent être des rebuts ou des outils perdus18.

6Le fait que ces outils aient été trouvés dans le quartier chrétien ne permet pas de préciser leur chronologie, car la désignation de ce quartier n’a pas en elle-même de portée chronologique. Cuicul ayant été fondée à la fin du ier s. apr. J.‑C. et occupée jusqu’au vie siècle, la fourchette de datation de ces outils correspond aux quatre siècles d’existence de la colonie.

Le travail en carrière

  • 19 Le projet MEDISTONE (programme de recherche FP6-2003-INCO-MPC-2 / Contrat n° 015245), soutenu par (...)
  • 20 Dessandier et alii 2008, p. 117, fig. 114.
  • 21 Dessandier et alii 2008, p. 137, fig. 138.
  • 22 Observation personnelle.

7Les affleurements de calcaire qui ont servi à bâtir Cuicul sont situés dans un rayon de 15 km autour du site. La pierre majoritairement utilisée dans la construction est une roche calcaire dure compacte à grain fin, froide, de couleur gris foncé avec des veines de calcite blanche. Dans le cadre du projet MEDISTONE19, des travaux de terrain et des caractérisations en laboratoire (analyses pétrographiques-minéralogiques et analyses chimiques) ont permis d’identifier les monts de Djemila, en particulier les lieux-dits Kef Ben Salah et Sidi Sadoun, situés à 2 km du site, comme zone d’approvisionnement20. Un calcaire dur, gris-beige clair, est utilisé pour les éléments architectoniques sculptés (stèles, jambages de porte, colonnes et chapiteaux). À partir de caractérisations en laboratoire et de l’examen des cartes géologiques des alentours de Djemila, le flanc sud du Djbel Halfa à 15 km de la ville a été proposé comme lieu de provenance21. Cependant la pierre qui affleure dans ce secteur est une roche compacte à structure trop cassante pour les travaux d’ornement et de sculpture22. La carrière qui a fourni cette pierre reste à localiser précisément.

  • 23 Le calcaire froid est une roche très dure qui présente un coefficient de taille AFNOR de 11 à 14.
  • 24 Observation personnelle.
  • 25 Des cavités triangulaires.
  • 26 Nous n’en fournissons qu’un exemple mais nous en avons repéré d’autres.
  • 27 Duvauchelle 2005, p. 39.
  • 28 Bedon 1984, p. 126.
  • 29 F. Sprater (1948, p. 42) a publié douze coins en fer mis à jour dans les carrières antiques du Kri (...)

8Les monts de Djemila, quant à eux, se caractérisent par une roche calcaire dure et froide23, allant du no 10 au no 12 de la classification AFNOR. La carrière de Kef Ben Salah comporte des bancs de duretés diverses séparés par des joints de stratification et permet d’extraire des blocs de moyen et de grand appareil, tandis que la carrière de Sidi Sadoun est une carrière de moellons à cause de la structure très cassante de sa roche24. Les traces d’extraction identifiables sur les substrats rocheux, les déchets de taille et les blocs abandonnés dans les deux carrières témoignent des modalités d’extraction et de dégrossissage des blocs et permettent ainsi de replacer dans leur contexte les outils conservés au musée. Des emboîtures25 de 6 à 12 cm de large (fig. 13) destinées à loger des coins d’équarrissage, ont été observées principalement dans les carrières des monts de Djemila et sur quelques blocs bruts mis en œuvre dans certains monuments26. Le coin d’équarrissage27 (cat. no 1) est employé par le carrier ou le tailleur de pierre pour fendre la pierre selon la méthode des coins forcés28 : des coups violents sont portés sur les coins enfoncés dans des emboîtures au moyen de percuteurs29.

  • 30 Pour une présentation générale des caractéristiques du têtu palard qui nous permet cette identific (...)
  • 31 Varène 1977, p. 36.
  • 32 Bessac 1993, p. 37.
  • 33 J.-Cl. Bessac (1993, p. 30) présente les caractéristiques des carrières où l’on peut être amené à (...)

9Le têtu palard30 (cat. no 2) est un outil de carrier qui se présente tel un marteau à deux extrémités : l’une rectangulaire et l’autre tranchante. Il sert à dégrossir les blocs31. Le poids de ce têtu taillant32 (3,550 kg) dépend directement de la dureté de la pierre. Il est utilisé dans les carrières de Djemila qui comportent des bancs de duretés diverses33 et qui nécessitent un outil plus lourd. Des blocs à bossage dont la taille a été réalisée avec un têtu palard sont dispersés sur le site.

De la taille à la sculpture

10La comparaison des outils de taille conservés au musée avec les outils analogues découverts sur d’autres sites et l’étude des traces de leurs impacts sur les monuments permettent de comprendre leur utilisation par les tailleurs de pierre pour tailler et sculpter les blocs préalablement dégrossis par les carriers.

  • 34 Ginouvès, Martin 1985, p. 67.
  • 35 Bessac 1993, p. 20.

11Le pic-taillant (cat. no 3) est un outil combiné dont les extrémités se terminent par une pointe de pic de tailleur de pierre et de l’autre par un tranchant de marteau taillant34. Le pic de Djemila, pesant 3,490 kg, est bien adapté au travail des pierres dures35.

  • 36 Pour la description détaillée de la polka, voir Bessac 1993, p. 53 et Adam 2008, p. 37.
  • 37 Des pierres avec un coefficient de difficulté de taille 6 ou 7 de la classification AFNOR.
  • 38 Bessac 1993, p. 48 et 57.

12La polka36 (cat. nos 4-5) est un outil employé pour la taille de ravalement et la modénature (exécution des moulures). Le faible poids de la polka retrouvée à Djemila (0,855 kg) ne lui permet pas de tailler la roche calcaire locale mais plutôt d’autres pierres fermes37 utilisées dans l’ornementation et la décoration des monuments. Ses traces sont difficiles à repérer pour deux raisons : elles se confondent facilement avec celles obtenues par un marteau-taillant38 ou elles sont effacées par le passage d’autres outils de percussion effectué lors d’étapes ultérieures de taille.

  • 39 Observation personnelle.
  • 40 Bessac 1993, p. 121. Cet auteur signale que le tranchant des ciseaux est aciéré, mais nous n’avons (...)
  • 41 Cunrath 2007, p. 72.
  • 42 Adam 2008, p. 37.
  • 43 Cunrath 2007, p78.
  • 44 Bessac 1993, p. 127.

13L’outillage de Cuicul comprend aussi une broche de tailleur de pierre (cat. no 6) et quatre ciseaux : deux ciseaux droits (cat. nos 7-8) et deux bédanes (cat. nos 9-10). La broche ou poinçon (cat. no 6) est l’outil le plus adapté au travail de taille fonctionnelle et fine à Djemila car on peut l’utiliser dans des endroits inaccessibles au pic dès le début du travail, et pour exécuter des moulures et des sculptures dans les roches calcaires dures et froides locales. Bien qu’il y ait une grande ressemblance entre les traces d’une broche de tailleur de pierre et celles d’un pic taillant, à Djemila les traces des broches sont moins profondes, moins longues et beaucoup plus régulières que les traces des pics39 (fig. 3). Les ciseaux mis au jour sur le site sont caractérisés par des tranchants rectilignes, effilés et à double biseau40. Les ciseaux (cat. nos 7-8) sont utilisés pour l’exécution des ciselures ou des moulures, et les autres (cat. nos 9-10) pour des travaux de taille et de sculpture. Le ciseau intervient après le passage des outils de percussion lancée ; il sert à dégrossir les blocs, aplanir les surfaces et réaliser les ciselures périmétriques. L’extrémité travaillante du tranchant du ciseau droit présente les mêmes caractéristiques que ceux des polkas et des marteaux-taillants de façon à résister à la taille des pierres dures et froides41 comme celle des carrières de Djemila. Le bédane ou bec d’âne (cat. nos 9-10) est un ciseau plus épais que large42. Son extrémité active est robuste, ce qui lui offre plus de résistance pour le travail des pierres dures. Ce type d’outil permet de creuser des mortaises (pour accrocher des tenons ou des agrafes de scellement), de réaliser des évidements et des refouillements43 et d’accéder à des endroits difficiles d’accès au ciselet44. Les traces de bédane peuvent être confondues avec celles des ciseaux droits. Leur repérage est très difficile en raison de leur utilisation dans des endroits inaccessibles aux autres types de ciseau.

  • 45 Adam 2008, p. 103.
  • 46 Sur les traces caractéristiques du foret, voir Dessales 2010.
  • 47 Djemila, MA 105.
  • 48 Bessac 1993, p. 235.

14La mèche de foret ou mèche carrée (cat. no 11) fonctionne avec un vilebrequin. Elle sert à dégager des détails, à percer des trous dans les blocs de pierre dans des endroits très fragiles et difficiles d’accès ou encore à enlever, par un lent mouvement de rotation, des particules de pierre hémisphériques45. Elle permet de cheviller des éléments entre eux, par exemple d’insérer des pièces en métal dans la pierre, en évitant les vibrations produites par les ciseaux, de creuser les cavités destinées à recevoir les pommelles des portes, forer les logements de goujons servant à fixer des placages, les trous pour placer des crampons, ou agrafer des plaques de marbre aux murs. Enfin, dans le domaine de la statuaire, les boucles de cheveux, les trous des boucles d’oreilles et les narines du nez sont forés avec une mèche. Nous avons pu identifier des traces46 de foret sur un bloc dans le sous-sol du Capitole (fig. 11), ainsi que sur une tête de statue en marbre exposée dans le musée47. Le percement des roches dures oblige l’ouvrier à utiliser un abrasif additionné d’eau pour éviter l’échauffement du métal48. Cela a dû être le cas à Djemila.

15Les outils de taille fine (polissage, ciselure, ravalement, sculpture et moulure) diffèrent de ceux mis au jour sur les sites en Gaule (Avenches, Vertault) par leurs corps entièrement métalliques, épais et leurs têtes tronconiques qui devaient être percutés par des massettes métalliques. Ces différences s’expliquent sans doute par le fait que la pierre utilisée à Djemila est très dure.

La mise en œuvre

  • 49 Fincker 1986, p. 331.

16L’outillage de Djemila comporte trois outils de mise en œuvre : le levier de tailleur de pierre (cat. no 12) est utilisé pour manipuler les blocs de pierre et pour les placer dans leur position exacte, à l’aide de rouleaux de bois qui s’interposent entre le levier et la pierre. Le levier venait se caler dans la cavité creusée sur les lits d’attente des assises inférieures et permettait de pousser le bloc supérieur49.

  • 50 Adam 2008, p. 43.
  • 51 Le corpus est cependant plus étoffé que ne le suggère T. Amraoui (2016, p. 61) : on peut y ajouter (...)
  • 52 Même si ce genre de représentation, bien connu en Europe, figure souvent sur des monuments funérai (...)
  • 53 Voir le bloc trouvé sur le site des Trois-Îlots, non loin de Cherchel (Leveau 1984).

17L’équerre-niveau ou archipendule (cat. no 13) sert à contrôler l’horizontalité des plans de pose lors du montage des murs50. Le spécimen retrouvé à Djemila est une équerre-niveau de maçon ; elle se distingue de l’équerre-niveau de charpentier et menuisier par son matériau, et de l’équerre-niveau de tailleur de pierres par la présence du trou pour accrocher le fil à plomb. Une occurrence peut être ajoutée au corpus des représentations d’archipendule sur des reliefs51 : nous avons repéré un nouvel exemple, apparemment encore inédit, sur un bloc de calcaire remployé récemment dans l’aménagement d’un cheminement au jardin lapidaire du musée52. En raison de son caractère incomplet – seules deux de ses dimensions sont visibles (40/32 cm)53 – il est très difficile, voire impossible, de déterminer avec précision si les deux branches avaient la même longueur (fig. 14).

  • 54 Duvauchelle 2005, p. 65.
  • 55 Gaitzsch 1980, p193.

18La truelle (cat. no 14) est employée pour « prendre, porter, jeter et lisser des matières plastiques, en particulier du mortier »54. Elle se compose d’un manche parfois massif et ne nécessitant pas d’habillage en bois et d’une lame dont la forme varie selon la fonction55.

Les outils du travail de bois

  • 56 Tisserand 2001, p. 52.
  • 57 Adam 2008, p. 93.
  • 58 Tisserand 2001, p. 52.
  • 59 Duvauchelle 2005, p. 92.

19L’outillage retrouvé à Djemila témoigne aussi du travail du bois : la hache-pic (cat. nos 15-16) est une hache polyvalente56 employée pour couper, tailler, casser, fouiller le sol, manipuler les grumes57 et défoncer des murs58. Elle est munie d’un côté d’une lame de hache parallèle au manche, destinée à l’abattage, et de l’autre elle est armée d’un pic pouvant être droit, recourbé vers le haut ou vers le bas59.

  • 60 Duvauchelle 2005, p. 35.
  • 61 DAGR s.v. Securis (A.J. Reinach), p. 1165 ; s.v. Tigniarius (V. Chapot), p. 333.
  • 62 Pour plus de détails sur les fonctions des haches, voir Boucard 1998.
  • 63 Ces œillères avancées pourraient être une caractéristique régionale. Elles sont en effet morpholog (...)
  • 64 Duvauchelle 2005, p. 39.
  • 65 Adam 2008, p. 93.
  • 66 Audin, Couchoud 1954, p. 21.
  • 67 Elle est appelée aussi l’« ascia mallia » (Duval 1989, p. 491).
  • 68 Ginouvès, Martin 1985, p. 70.
  • 69 Duval 1989, p. 491.
  • 70 Audin, Couchoud 1954, p. 18-29.
  • 71 Adam 2008, p. 101.
  • 72 Adam 2008, p. 101.

20La hache (cat. nos 17 à 20) est un outil à percussion lancée, caractérisé par un tranchant vertical parallèle au manche60. Elle sert à fendre le bois61. La forme du tranchant varie selon son utilisation : hache d’abattage, hache à dresser, hache d’équarrissage62. Les fouilles de Cuicul ont livré six haches à œil et œillères avancées63, deux haches ordinaires, deux haches combinées et deux fragments. Le coin pour fendre le bois (cat. no 21) est un outil entièrement en fer, en forme d’angle. Il se termine par un tranchant robuste64 et est employé pour fendre le bois65. L’herminette à marteau (cat. no 22) est un outil à percussion lancée qui sert au travail du bois66. C’est une sorte de petite hachette, dotée d’un tranchant perpendiculaire au manche67 et d’une tête de frappe68 de section ronde pour arracher des copeaux à la surface du bois69. Ce type d’outil est employé pour dresser et polir des surfaces de bois. Cet outil combiné appartient à l’outillage du menuisier70. Il était parfois utilisé par les charpentiers71 pour le travail du bois et plus précisément pour la rectification des surfaces72.

Conclusions

  • 73 Camporeale 2008.

21Les outils décrits sont peu nombreux mais constituent un échantillon évocateur des activités de construction à Cuicul, de l’extraction des pierres dans ses carrières (le pic-taillant, le têtu-palard, le coin d’équarrissage) et du débitage des arbres (les haches, le coin à fendre le bois) à la finition des constructions (les ciseaux, la broche, la mèche de foret), en passant par l’exécution (la truelle, l’équerre-niveau, l’herminette et le levier du tailleur de pierre). Les outils de carrier et de tailleur de pierre représentent la plus grande partie de ce lot. L’archipendule et la truelle témoignent de l’activité des maçons, dont le rôle sur le chantier était crucial. Enfin, le travail des artisans du bois est également représenté. La comparaison de ces outils à d’autres exemplaires identifiés ailleurs dans le monde romain témoigne d’une unité technologique73 dans le domaine de la taille de la pierre et des pratiques constructives.

  • 74 Des traces de gradine sont visibles sur plusieurs monuments de Cuicul : les Grands Thermes, la mai (...)

22Cette enquête révèle la qualification des ouvriers travaillant à Cuicul, plus particulièrement des tailleurs de pierre, et l’adaptation de leur outillage aux matériaux de construction locaux, avec par exemple l’utilisation de ciseaux entièrement métalliques, munis de têtes à maillet et de têtes tronconiques adaptés au travail des pierres dures et froides de Djemila. De nombreux points restent à développer dans des recherches futures. Ainsi la présence de traces de gradine sur certains monuments de Cuicul témoigne-t-elle de l’utilisation de cet outil, dont aucun exemplaire n’a été retrouvé, par les tailleurs de pierre74.

23Un examen systématique à l’échelle du site permettra de multiplier et de préciser ce type d’observations. Au-delà de Cuicul, l’étude de l’outillage d’autres sites algériens permettrait de constituer un corpus de référence et d’acquérir une meilleure vision des métiers du bâtiment dans la région durant la période romaine.

Haut de page

Bibliographie

Sources archivistiques

Allais Y., Rapports de fouilles 1942-1949 sur le site de Djemila. Aix Marseille Université/CNRS – Centre Camille Jullian – Archives F°16-DJE/IX.1.02 et IX.1.03.

Ballu A. 1923, Rapports officiels sur les travaux de fouilles et de consolidations exécutés par le Service des monuments historiques en 1922, Alger.

Christofle M. 1938, Rapports officiels sur les travaux de fouilles et de consolidations exécutés par le Service des monuments historiques en 1933-1934-1935-1936, Alger.

Crésolles A.-M. de, Djemila, rapport des travaux 1923-1940. Aix Marseille Université/CNRS – Centre Camille Jullian – Archives F°16-DJE/ IX.1.01.

Inventaire du musée de Djemila, 1996.

Bibliographie

Abert F. et alii 2013, Abert F., Legros V., Linlaud M., Feugère M., Millet E., « Mode de représentation des objets archéologiques non céramiques », Les nouvelles de l’Archéologie 113, p. 19-25.
https://www.academia.edu/3463812

Adam J.-P. 2008, La construction romaine (5e édition), Paris.

Africa romana (L’) XVIII 2010, M. Milanese, P. Ruggeri, C. Vismara (éd.), L’Africa romana XVIII, I luoghi e le forme dei mestieri e della produzione nelle province africane, Atti del XVIII convegno di studio, Olbia, 11-14 dicembre 2008, Roma, (Pubblicazioni del Dip. di Storia dell’Università degli studi di Sassari n.s. 37).

Akli Ikherbane M. 2008, Inventaire des objets archéologiques du musée de Djemila, Mémoire de magister en arabe, Université d’Alger 02.

Alaioud S.M. 2010, « Les activités artisanales à Banasa : témoignages archéologiques », dans L’Africa romana XVIII 2010, 1, p. 575-592.

Amraoui T. 2010, « L’artisanat à Timgad : la répartition des installations dans la ville, un premier bilan », dans L’Africa romana XVIII 2010, 1, p. 405-412.

Amraoui T. 2016, « Les artisans africains : statut et organisation à partir des inscriptions latines de l’Algérie », AntAfr 52, p. 59-80.
https://www.academia.edu/30871129

Amraoui T. 2017, L’artisanat dans les cités antiques de l’Algérie (Ier siècle avant notre ère-VIIe siècle de notre ère), Oxford (Roman Archaeology 26).

Annan S. 2016, Stratégie préventive pour la maintenance des collections dans les réserves archéologiques, le cas de la réserve du musée de Djemila, (en arabe), Thèse de doctorat, Université d’Alger 02.

Audin A., Couchoud P.-L. 1954, « L’ascia. Note complémentaire », RHR 145, p. 18-29.
https://www.persee.fr/doc/rhr_0035-1423_1954_num_145_1_6959

Bedon R. 1984, Les carrières et les carriers de la Gaule romaine, Paris.

Bessac J.-Cl. 1993, L’outillage traditionnel du tailleur de pierre : de l’Antiquité à nos jours, Paris (RAN suppl. 14).

Bessac J.-Cl. 2002, « Glossaire des termes techniques », Gallia 59, p. 189-194.
https://www.persee.fr/doc/galia_0016-4119_2002_num_59_1_3105

Bessac J.-Cl. et alii 1996, Bessac J.-Cl., Aucher M.-R., Blanc A., Chevalier R., Bonnaud R., Desse J., Fiches J.-L., Rocheteau P., Schneider L., Souq F., La pierre en Gaule Narbonnaise et les carrières du Bois des Lens (Nîmes), Ann Arbor, Michigan, (JRA suppl. 16).

Blanchard-Lemée M. 1996, « Le Musée de Djemila (Algérie) : historique et problèmes actuels », BSAF 1994, p. 87-103.
https://www.persee.fr/doc/bsnaf_0081-1181_1996_num_1994_1_9905

Boucard D. 1998, Les haches, Paris.

Cagnat R. 1916, « Djemila, colonie militaire de Nerva », CRAI 60/7, p. 593-599.
https://www.persee.fr/doc/crai_0065-0536_1916_num_60_7_73798

Camporeale S. 2008, « Materiali e tecniche delle costruzioni », dans A. Akerraz, A.A. Huyzenveld, E. Bernardoni, S. Camporeale, F. Cavari, L. Cerri, W. Eck, E. Farinetti, E. Papi, A. Wilson (éd.), Sidi Ali Ben Ahmed – Thamusida, 1. Recherches archéologiques maroco-italiennes, Rome, p. 62-178.
https://www.academia.edu/1476833

Cunrath E. 2007, Pierre de taille, artisanat, outillage et applications. Forge, extraction, taille, Le Plessis-Robinson.

DAGR, C. Daremberg, E. Saglio (dir.), Dictionnaire des Antiquités grecques et romaines d’après les textes et les monuments I-X, Paris 1873-1919.

DeLaine J. 1997, The Baths of Caracalla : A Study in the Design, Construction and Economics of Large-Scale Building Projects in Imperial Rome, Portsmouth, Rhode Island, (JRA suppl 25).

Delamare A. 1850, Exploration scientifique de l’Algérie pendant les années 1840, 1841, 1842, 1843, 1844 et 1845. Archéologie, Paris.
https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k664958/f1.image

Dessales H. 2010, « Chantiers au long cours : des marques d’installation du réseau hydraulique à Pompéi ? », dans S. Camporeale, H. Dessales, A. Pizzo (éd.), Arqueología de la construcción, II. Los procesos constructivos en Italia y en las provincias romana : Italia y provincias orientales, Mérida, (AEA suppl. 57), p. 233-246.

Dessandier D. et alii 2008, Dessandier D., Antonelli F., Hamiane M., Khalfallah C., Lazzarini L., Leroux L., Riache C., Taoutaou H., Varti-Matarangas M. 2008, Atlas des pierres ornementales et de construction du site antique de Djemila (Algérie), Université de Boumerdes.

Duval P.-M. 1989, « L’ascia, 1. Typologie de l’« ascia », herminette marteau », dans Duval P.-M. Travaux sur la Gaule 1946-1986, Rome, (CÉFR 116), p. 487-494.
https://www.persee.fr/doc/efr_0000-0000_1989_ant_116_1_3685

Duvauchelle A. 2005, Les outils en fer du Musée Romain d’Avenches, Avenches, (Documents du Musée Romain d’Avenches 11).

Feugère M. 2018, Protocoles d’étude des objets archéologiques, Drémil-Lafage.

Février P.-A. 1978, Djemila (2e édition), Alger.

Fincker M. 1986, « Technique de construction romaine : la pince à crochet, un système original de mise en œuvre des blocs de grand appareil », RAN 19, p. 331-336.
https://www.persee.fr/doc/ran_0557-7705_1986_num_19_1_1297

Gaitzsch W. 1980, Eiserne römische Werkzeuge. Studien zur römischen Werkzeugkunde in Italien und den nördlichen Provinzen des Imperium Romanum, Oxford, (BAR Int. S. 78).

Gascou J. 1982, « La politique municipale de Rome en Afrique du Nord, I. De la mort d’Auguste au début du IIIe siècle », dans ANRW II, 10.2, Berlin, New York, p. 136-229.

Ginouvès R., Martin R. 1985, Dictionnaire méthodique de l’architecture grecque et romaine, I. Matériaux, techniques de construction, techniques et formes du décor, Rome, (CÉFR 84).
https://www.persee.fr/doc/efr_0000-0000_1985_dic_84_1

Guillaumet J.-P. 2003, Paléomanufacture métallique, méthode d’étude, Paris.

Jacobi G. 1974, Werkzeug und Gerät aus dem Oppidum von Manching, Wiesbaden, (Die Ausgrabungen in Manching 5).

Laporte J.-P. 2010, « Quelques métiers antiques dans la Kabylie du Djurdjura et l’est du Titteri », dans L’Africa romana XVIII 2010, 1, p. 749-766.

Lassus J. 1956, « L’Antiquité », Revue africaine 97, p. 81-119.

Leschi L. 1953, Djemila, antique Cuicul (2e édition), Alger.

Leveau Ph. 1984, Caesarea de Maurétanie, une ville romaine et ses campagnes, Rome, (CÉFR 70).

Manning W.H. 1985, Catalogue of the Romano-British Iron Tools, Fitting and Weapons in the British Museum, London.

Monceaux P. 1922, « Découverte d’un groupe d’édifices chrétiens à Djemila », CRAI 66, 5, p. 382-407
https://www.persee.fr/doc/crai_0065-0536_1922_num_66_5_74681

Martin R. 1965, Manuel d’architecture grecque, I. Matériaux et techniques, Paris (Manuels d’Archéologie et d’Histoire de l’Art).

Orlandos A.-K. 1968, Les matériaux de construction et la technique architecturale des anciens Grecs, traduit du grec par Hadjmichali V. et Laumonier K., Paris, (CÉFAEL 16).
https://cefael.efa.gr/detail.php?site_id=1&actionID=page&serie_id=TravMem&volume_number=16&issue_number=1&ce=8fkjsf3dtb0g50688b8oh4ls79aggvrv&sp=1

Pietsch M. 1983, « Die römischen Eisenwerkzeuge von Saalburg, Feldberg und Zugmantel », SJ 39, p. 5-132.

Ravoisié A. 1846, Exploration scientifique de l’Algérie pendant les années 1840, 1841, 1842. Beaux-Arts : architecture et sculpture, Paris.
https://www.mom.fr/image_carto/ServiceImage/bibnum/Archeologie%20classique/Exploration_Algerie_1/PDF/Exploration_Algerie_1.pdf

Spaïn S. 2015, Manuel de gestion du mobilier archéologique : méthodologie et pratiques, Paris, (DAF 109).

Sprater F. 1984, Limburg und Kriemhildenstuhl, Speyer.

Tisserand N. 2001, L’outillage en fer du vicus de Vertault, Mémoire de maîtrise, I-II, Université de Bourgogne.

Varène P. 1974, Sur la taille de la pierre antique, médiévale et moderne, Université de Dijon, (Centre de Recherches sur les Techniques Gréco-Romaines 3).

Varène P. 1977, « La taille de la pierre », Les Dossier de l’Archéologie 25, p. 34-43.

Vallet E., Albertini E., Huttner M. 1924, Guide pratique illustré pour visiter les ruines de l’antique Cuicul, Alger.

Waldemar D. 1932, « Ex-voto déliens », BCH 56, p. 410-490.
https://www.persee.fr/doc/bch_0007-4217_1932_num_56_1_2849

Zugmeyer S., Badie A. 2012, « Comprendre l’usage de la pince à crochet, un enjeu pour restituer l’organisation des chantiers antiques », dans S. Camporeale, H. Dessales, A. Pizzo (éd.), Arqueología de la construcción, III. Los procesos constructivos en Italia y en las provincias romana : Italia y provincias orientales, Mérida-Siena, (AEA anejo 58), p. 107-115.

Haut de page

Annexe

Catalogue

Ce catalogue regroupe tous les outils constituant l’outillage des artisans. Il est présenté selon les recommandations de S. Spain, M. Feugère et F. Abert et aliia. Chaque outil est dénommé, mesuré (H : Hauteur, L : Longueur, l : Largeur, P : Poids, D : Diamètre, É : Épaisseur), décrit, dessiné et photographié. Le numéro d’inventaire du musée (BA : Bronze Antique et FA : Fer Antique), le lieu de conservation et l’état de conservation sont indiqués. Pour décrire la dureté des pierres calcaires des carrières de Djemila, nous avons utilisé l’indice de duretéb ou coefficient de difficulté de taille de la norme B10-001 de l’AFNORc.

Dans les études du mobilier métallique, les chercheurs ont classé les outils en fonction de l’action de l’outild, de sa morphologiee, ou de son matériau. J’ai choisi de classer les outils en fonction de leur usage pendant le déroulement d’un chantierf : en premier lieu, les outils de carrier et de tailleur de pierre (coin d’équarrissage, têtu palard, pic taillant, polka, broche, ciseau, bédane, mèche de foret et levier), puis les outils de maçon (équerre niveau avec fil à plomb et truelle), avant d’examiner les outils de charpentier-menuisier (hache-pic, hache, coin pour fendre le bois et herminette à marteau).

Les outils du tailleur de pierre et du carrier

1. Coin d’équarrissage de la pierre. Fer. Non inventorié. Contexte : quartier chrétien. H 0,5 cm ; l 5,2 cm ; L 12,1 cm ; P 0,290 kg. Réserves du musée : boîte no 100. État de conservation : bon (fig. 1).

L’outil, de forme triangulaire, est relativement plat et se termine par un tranchant dont la tête est robuste.

Fig. 1 : Coin d’équarrissage de la pierre

Fig. 1 : Coin d’équarrissage de la pierre

a) Coin d’équarrissage de la pierre, musée de Djemila. b) Emboîture pour enfoncer les coins sur un bloc (maison aux Petits Bassins)

dessins et cliché A. Belhout

2. Têtu palard. Fer. Inv. FA04. Contexte : quartier chrétieng. H 5,5 cm ; l 5,7 cm ; L 23 cm ; P 3,550 kg. Vitrine du musée : 7. État de conservation : bon (fig. 2).

Identifié de façon erronée comme étant « une grande masse en fer »h, cet outil est muni de deux têtes différentes, dont l’une est très écrasée à cause de l’usure. L’état de conservation ne permet pas de déterminer si la deuxième tête était bien concavei. Cet objet a servi au travail des pierres dures des carrières de Cuicul.

Fig. 2 : Têtu palard

Fig. 2 : Têtu palard

a) Têtu-palard, musée de Djemila. b) Taille bossagée exécutée au moyen d’un têtu-palard (maison de Bacchus)

dessins et cliché A. Belhout

3. Pic-taillant. Fer. Inv. FA03. Contexte : quartier chrétien. H 9 cm ; l 5,9 cm ; L 33,3 cm. ; P 3,490 kg. Vitrine du musée : 7. État de conservation : bon (fig. 3).

L’objet est exposé actuellement avec les instruments agricoles et identifié comme étant « une pioche à deux branches »j. Cet outil provient de l’un des trois secteurs fouillés en 1922 dans le quartier chrétien, c’est-à-dire la basilique du ive s., le baptistère ou les bâtiments voisinsk.

Fig. 3 : Pic-taillant

Fig. 3 : Pic-taillant

a) Pic taillant, musée de Djemila. b) Taille piquetée exécutée au moyen d’un pic-taillant (portique Sud de la place des Sévères)

dessin et cliché A. Belhout

4. Polka. Fer. Inv. FA18a. Contexte : quartier chrétienl. H 3,2 cm ; l 2,6 cm ; L 14,5 cm ; P 0,210 kg. Vitrine du musée : 7. État de conservation : mauvais (le tranchant horizontal est brisé) (fig. 4).

Cet objet, actuellement exposé comme outil agricole était identifié dans l’inventaire comme « une cognée ». Il doit faire partie du lot décrit de façon synthétique dans les rapports de M. Christofle ainsi que ceux d’A.-M. de Crésollesm : « 3 pioches plus petites ». Bien que le tranchant horizontal soit très endommagé et le tranchant vertical partiellement abîmé, il est clairement identifiable.

Fig. 4 : Polka

Fig. 4 : Polka

musée de Djemila (dessins et cliché A. Belhout)

5. Polka. Fer. Non inventorié. Contexte : non précisé. H 3,7 cm ; l 2,8 cm ; L 17,7 cm ; P 0,855 kg. Réserves du musée : boîte no 100n. État de conservation : bon (fig. 6).

Le tranchant perpendiculaire au manche est cassé (vers le revers bas), puis forgé à nouveau pour servir de masseo.

Fig. 5 : Polka

Fig. 5 : Polka

musée de Djemila (dessins et cliché A. Belhout)

6. Broche de tailleur de pierre. Fer. Inv. FA15c. Contexte : quartier chrétienp. H 1,6 cm ; l 1,8 cm ; L 26 cm ; P 0,490 kg. Vitrine du musée : 7. État de conservation : bon (fig. 6).

Cet objet, désigné comme un burinq, est en réalité « une broche (poinçon) à tête tronconique écrouie »r. Il se compose d’une tige en fer de forme pyramidale et d’une extrémité active en forme de pointe qui est intacte ; sa tête présente des traces d’écrasement.

Fig. 6 : Broche de tailleur de pierre

Fig. 6 : Broche de tailleur de pierre

a) Broche du tailleur de pierre, musée de Djemila. b) Taille brochée exécutée au moyen d’une broche (portique Est de la place des Sévères)

dessins et cliché A. Belhout

7. Ciseau droit. Fer. Inv. FA15a. Contexte : quartier chrétien. H 1,5 cm ; l 2,5 cm ; L 22 cm ; P 0,300 kg. Vitrine du musée : 7. État de conservation : bon (fig. 7).

Cet objet, inventorié comme un burins, est en réalité un ciseau droit et plus précisément « un ciseau droit à tête à maillet », utilisé pour la taille des pierres dures. Il est caractérisé par un manche de section droite et une lame robustet.

Fig. 7 : Ciseau droit

Fig. 7 : Ciseau droit

a) Ciseau droit, musée de Djemila, b) Taille en chevrons sur un bloc (jardin lapidaire du musée)

dessins et cliché A. Belhout

8. Ciseau droit. Fer. Non inventorié. Contexte : temple à l’est du temple Septimien ?u H 0,6 cm ; l 1,4 cm ; L 16 cm ; P. 0,065 kg. Réserves du musée : boîte no 100. État de conservation : bon (fig. 8).

Il est doté d’un manche à section droite qui se prolonge par une lame plate dont l’extrémité active du tranchant est peu abîmée.

Fig. 8 : Ciseau droit

Fig. 8 : Ciseau droit

musée de Djemila (dessins et cliché A. Belhout)

9. Bédane. Fer. Inv. FA15b. Contexte : quartier chrétien, H 1,8 cm ; l 2,2 cm ; L 24 cm ; P 0,595 kg. Vitrine du musée : 7. État de conservation : bon (fig. 9).

Cet objet est désigné de façon erronée comme un burinv. Il s’agit en réalité d’un bédane, caractérisé par un tranchant plus large que son corps de section polygonale et une tête tronconique.

Fig. 9 : Bédane

Fig. 9 : Bédane

musée de Djemila (dessins et cliché A. Belhout)

10. Bédane. Fer. Non inventorié. Contexte : non précisé. H 1,8 cm ; l 1,5 cm ; L 15,3 cm ; P 0,185 kg. Réserves du musée : boîte no 100. État de conservation : mauvais (l’extrémité travaillante est brisée) (fig. 10).

L’objet se caractérise par un manche à tête tronconique. D’après les mesures de J.-Cl. Bessac, la largeur moyenne du manche du bédane à sa jonction avec l’extrémité active est de 0,6 cmw. Pour l’objet que nous présentons ici cette dimension est de 2,2 cm, ce qui donne une idée du degré de dureté de la pierre pour laquelle il a été utilisé.

Fig. 10 : Bédane

Fig. 10 : Bédane

musée de Djemila (dessins et cliché A. Belhout)

11. Mèche de foret. Fer. Inv. FA15d. Contexte : quartier chrétien. D 0,7-1,8 cm ; L 35,3 cm ; P 0,375 kg. Vitrine du musée : 7. État de conservation : bon, bien que la pointe ait disparu (fig. 11).

Dans l’inventaire du musée, cet objet est désigné de façon erronée comme un burinx. Il s’agit en réalité d’une mèche à pointe ou « pointe en diamant »y. Sa tige en fer, affûtée et au profil lancéolé, est dotée d’un manche de section pyramidale. La largeur de l’extrémité active de la mèche (2,3 cm) est plus importante que la largeur de la partie où elle se fixe sur le foret vilebrequin (1,8 cm).

Fig. 11 : Mèche de foret

Fig. 11 : Mèche de foret

a) Mèche de foret, musée de Djemila. b) Trous exécutés au moyen d’une mèche de foret sur un bloc (Capitole)

dessins et cliché A. Belhout

12. Levier de tailleur de pierre. Fer. Inv. FA22. Contexte : quartier chrétienz. L 118 cmaa ; D 3,5 cm l. de l’extrémité active 5,5 cm ; P 8,160 kg. Vitrine du musée : 7. État de conservation : bon (fig. 12).

Inventorié succinctement comme un « lourd bâton en fer oxydé et érodé » ou comme « un levier pour soulever les pierres » par M. Akli Ikherbaneab, il s’agit plus précisément d’un levier de tailleur de pierre servant au déplacement et au serrage des blocs. Il est impossible de préciser si ce levier est une pince courante ou s’il était combiné à un crochet pour constituer ce qu’on appelle une pince à crochetac. Des traces de soudure indiquent que l’outil est composé de deux parties forgées séparément puis soudées.

Fig. 12 : Levier de tailleur de pierre

Fig. 12 : Levier de tailleur de pierre

a) Levier de tailleur de pierre, musée de Djemila. b) Cavités de levier sur un bloc. (Grands Thermes)

dessins et cliché A. Belhout

Les outils de maçon

13. Équerre-niveau. Alliage cuivreux. Inv. BA06. Contexte : non préciséad. H 11 cm ; l 12 cm ; É 0,2 cm ; P 0,190 kg. Vitrine du musée : 6. État de conservation : mauvais (la branche gauche est brisée) (fig. 13).

L’objet était identifié comme un « fragment d’équerre en forme de A à barres latérales écartées forée 3, un petit trou au sommet »ae. Il s’agit en réalité d’un archipendule percé à son sommet d’un orifice (0,3 cm de diamètre) pour accrocher le fil à plomb qui sert à contrôler la verticalité de la ligne de foiaf. Les archipendules se répartissent en deux grands types : équerre à deux branches égales ou équerre à deux branches inégales. Le type le plus courant est celui à deux branches inégales de 2 à 3 cm de largeurag.
La branche gauche de l’équerre-niveau étant brisée, on ne peut déterminer son appartenance à l’un des deux types.

Fig. 13 : Équerre-niveau

Fig. 13 : Équerre-niveau

a) Équerre-niveau, musée de Djemila. b) Représentation figurée d’une équerre-niveau sur un bloc en remploi (cheminement au sud du jardin lapidaire du musée)

dessins et cliché A. Belhout

14. Truelle. Fer. Inv. FA19. Contexte : quartier chrétienah. H 5,6 cm ; l résiduelle 5,6 cm ; L 28,5 cm ; P 0,130 kg. Vitrine du musée : 7. État de conservation : mauvais (la lame est gravement endommagée, présente une très forte corrosion) (fig. 14).

L’exemplaire est forgé d’une seule pièce et se caractérise par une lame elliptiqueai. Ce type de lame correspond à la forme B1 de la classification établie par W. Gaitzschaj. Cette truelle sert à la mise en œuvre des moellons dans des lits de mortier.

Fig. 14 : Truelle de maçon

Fig. 14 : Truelle de maçon

musée de Djemila (dessins et cliché A. Belhout)

Les outils de charpentier-menuisier

15. Hache-pic. Fer. Non inventorié. Contexte : non précisé (« trou » au nord du fortin françaisak ?). H 8,6 cm ; l 1,9 cm ; L 26,1 cm ; P 1,375 kg. Réserves du musée : boîte no 100. État de conservation : bon (fig. 15).

L’objet est muni d’une lame de hache étroite formant le tranchant vertical, légèrement évasée vers le haut et, de l’autre extrémité, d’un pic droit. C’est un outil combiné, destiné à abattre les arbres et à creuser le sol.

Fig. 15 : Hache-pic

Fig. 15 : Hache-pic

musée de Djemila (dessins et cliché A. Belhout)

16. Hache-pic. Fer. Non inventorié. Contexte : non précisé (« trou » au nord du fortin français ?)al. H 8,3 cm ; l 1,6 cm ; L 23,2 cm ; P 0,925 kg. Réserves du musée : boîte no 100. État de conservation : bon (fig. 16).

L’objet est doté d’un tranchant vertical (lame de hache) et d’un œil arrondi suivi d’une tête-pic.

Fig. 16 : Hache-pic

Fig. 16 : Hache-pic

musée de Djemila (dessins et cliché A. Belhout)

17.Hache. Fer. Inv. FA07. Contexte : quartier chrétienam. H 11,4 cm ; l 2,7 cm ; L 22,5 cm ; P 1,885 kg. Vitrine du musée : 7. État de conservation : bon (fig. 17).

Inventorié comme « une cognée »an, il s’agit en fait d’une hache à bois dont la face supérieure est rectiligne et montante, tandis que la face inférieure de sa lame se courbe vers le bas. L’outil est doté d’un dos droit et horizontal alors que sa nuqueao est terminée par une table rectangulaire. L’emmanchement est constitué d’un œil arrondi de 3,7 cm de diamètre et d’œillères arrondies avancées de 0,8 cm de largeur. La lame semble présenter des traces de soudure sur une de ses faces.

Fig. 17 : Hache

Fig. 17 : Hache

musée de Djemila (dessins et cliché A. Belhout)

18.Hache. Fer. Non inventorié. Contexte : non précisé. H 10,1 cm ; l 1,3 cm ; L 19,3 cm ; P 0,935 kg. Réserves du musée : boîte no 100. État de conservation : bon (fig. 18).

Il s’agit d’une hache à bois dont le dos est droit et montant. La lame présente une courbure marquée surtout au niveau de sa face inférieure. L’œil de forme ovale (D1 =3 cm /D2 = 4 cm) est bordé par deux œillères de 0,25 cm de largeur.

Fig. 18 : Hache

Fig. 18 : Hache

musée de Djemila (dessins et cliché A. Belhout)

19.Hache. Fer. Non inventorié. Contexte : non précisé. H 6,4 cm ; l 2 cm ; L 11,4 cm ; P 0,315 kg. Réserves du musée : boîte no 100. État de conservation : mauvais (seules la lame et la moitié de l’œil sont conservées) (fig. 19).

La hache est cassée au niveau de l’œil, qui est rond. Son tranchant présente une courbure vers le bas ; ce dernier est un peu large par rapport au reste du corps.

Fig. 19 : Hache

Fig. 19 : Hache

musée de Djemila (dessins et cliché A. Belhout)

20.Hache. Fer. Non inventorié. Contexte : non précisé. H 4 cm ; l 1,03 cm ; L 12,3 cm ; P 0,470 kg. Réserves du musée : boîteno 100. État de conservation : mauvais (seule la lame est conservée, l’œil et le dos ont disparu) (fig. 20).

L’œil devait être rond et bordé d’œillères rondes avancées à l’image des autres haches mises au jour à Cuicul.

Fig. 20 : Hache

Fig. 20 : Hache

musée de Djemila (dessins et cliché A. Belhout)

21.Coin pour fendre le bois. Fer. Non inventorié. Contexte : non précisé. H 0,6 cm ; l 5 cm ; L 13,5 cm ; P 0,345 kg. Réserves du musée : boîte no 100. État de conservation : mauvais (le tranchant est très abîmé et rongé par la corrosion) (fig. 21).

Il s’agit en réalité d’un fragment d’outil cassé puis forgé en coin. Ce coin est plat, élancé et étroit servant au travail du bois. Ses flancs sont courbés peu avant la tête qui présente des traces d’écrasement. Son tranchant s’évase légèrement.

Fig. 21 : Coin pour fendre le bois

Fig. 21 : Coin pour fendre le bois

musée de Djemila (dessins et cliché A. Belhout)

22.Herminette à marteau. Fer. Inv. FA18b. Contexte : quartier chrétien. H 3,2 cm ; l 2,6 cm ; L 14,5 cm ; P 0,630 kg. Vitrine du musée : 7. État de conservation : bon (l’œil présente une cassure) (fig. 22).

Cet instrument est exposé avec les outils agricoles, inventorié dans le même lot que la polka, et est identifié comme un « marteau » ou comme « hache en fer »ap. L’outil comporte une lame trapézoïdale dotée de flancs convexes, formant avec l’emmanchement un angle largement ouvert. La tête-marteau de section subcirculaire présente des traces d’écrasement. L’angle de coupe est de 45°.

Fig. 22 : Herminette à marteau

Fig. 22 : Herminette à marteau

musée de Djemila (dessins et cliché A. Belhout)

Haut de page

Notes

1 Thèse en cours de préparation, intitulée « Le chantier antique au service du patrimoine, le cas de l’arc de Caracalla de Djemila/Cuicul », sous la direction de Khedidja Boufenara (Université Badji Mokhtar, Annaba, Algérie) et Catherine Saliou (École Pratique des Hautes Études, Paris) qui ont supervisé la version finale de cet article. Je les remercie vivement de leur aide et de leur soutien.

2 R. Cagnat (1916) et P.-A. Février (1971) penchent pour une création nervienne alors que J. Gascou (1982) propose de dater la fondation du début du règne de Trajan.

3 Février 1971, p. 23.

4 Akli Ikherbane 2008.

5 Annan 2016. Ce travail ne comporte pas d’étude archéologique des objets.

6 Nous n’avons pas pris en compte les outils de stucateurs car leur outillage de modelage (ébauchoirs et spatules) n’est pas caractérisé. Les spatules en alliage cuivreux présentées dans la vitrine n° 14 du musée de Djemila sont utilisées dans le domaine médical. Pour le stuc, il faut un matériau qui ne rouille pas, puisse se renouveler et soit facile à tailler, comme l’os et le bois dur (renseignements fournis par Nicole Blanc, que je remercie).

7 Alaioud 2010 ; Laporte 2010 ; Amraoui 2010, 2016, 2017.

8 Février 1971, p. 23.

9 Ravoisié 1846, p. 63-65.

10 Monceaux 1922, p. 382.

11 Ballu 1922, p. 382.

12 de Crésolles 1937, p. 1.

13 Spain 2015, p. 128 et 138.

14 Non retrouvés.

15 Christofle 1938, p. 332.

16 Boîte n° 100.

17 Amraoui 2017, p. 107.

18 Mes remerciements au rapporteur de la revue pour cette remarque très pertinente.

19 Le projet MEDISTONE (programme de recherche FP6-2003-INCO-MPC-2 / Contrat n° 015245), soutenu par la commission européenne, portait sur trois sites archéologiques d’Afrique (Volubilis, Djemila et Alexandrie en Égypte). Il s’agissait d’identifier leurs pierres ornementales et de construction, de déterminer les zones de provenances de ces pierres, d’établir des diagnostics de leur état de conservation et enfin de proposer des réponses aux principaux problèmes de conservation et de restauration.

20 Dessandier et alii 2008, p. 117, fig. 114.

21 Dessandier et alii 2008, p. 137, fig. 138.

22 Observation personnelle.

23 Le calcaire froid est une roche très dure qui présente un coefficient de taille AFNOR de 11 à 14.

24 Observation personnelle.

25 Des cavités triangulaires.

26 Nous n’en fournissons qu’un exemple mais nous en avons repéré d’autres.

27 Duvauchelle 2005, p. 39.

28 Bedon 1984, p. 126.

29 F. Sprater (1948, p. 42) a publié douze coins en fer mis à jour dans les carrières antiques du Kriemhildenstuhl (Bad Dürkheim, Allemagne). J.-Cl. Bessac (1996, p. 215) a également publié des coins antiques découverts dans la carrière de Mathieu (Nîmes, France) et un schéma montrant la fracture d’un bloc à l’aide de ces outils.

30 Pour une présentation générale des caractéristiques du têtu palard qui nous permet cette identification, voir Varène 1974, p. 10.

31 Varène 1977, p. 36.

32 Bessac 1993, p. 37.

33 J.-Cl. Bessac (1993, p. 30) présente les caractéristiques des carrières où l’on peut être amené à utiliser un têtu-palard.

34 Ginouvès, Martin 1985, p. 67.

35 Bessac 1993, p. 20.

36 Pour la description détaillée de la polka, voir Bessac 1993, p. 53 et Adam 2008, p. 37.

37 Des pierres avec un coefficient de difficulté de taille 6 ou 7 de la classification AFNOR.

38 Bessac 1993, p. 48 et 57.

39 Observation personnelle.

40 Bessac 1993, p. 121. Cet auteur signale que le tranchant des ciseaux est aciéré, mais nous n’avons pas trouvé de traces d’acier sur les objets étudiés.

41 Cunrath 2007, p. 72.

42 Adam 2008, p. 37.

43 Cunrath 2007, p78.

44 Bessac 1993, p. 127.

45 Adam 2008, p. 103.

46 Sur les traces caractéristiques du foret, voir Dessales 2010.

47 Djemila, MA 105.

48 Bessac 1993, p. 235.

49 Fincker 1986, p. 331.

50 Adam 2008, p. 43.

51 Le corpus est cependant plus étoffé que ne le suggère T. Amraoui (2016, p. 61) : on peut y ajouter le bloc publié par A. Ravoisié (1846, pl. 46, Djemila) et quatre autres blocs publiés dans Delamare 1850, pl. 31 et 33 Philippeville, pl. 147 Constantine et pl. 180 Guelma.

52 Même si ce genre de représentation, bien connu en Europe, figure souvent sur des monuments funéraires, il peut également provenir d’une dédicace votive (Waldemar 1932).

53 Voir le bloc trouvé sur le site des Trois-Îlots, non loin de Cherchel (Leveau 1984).

54 Duvauchelle 2005, p. 65.

55 Gaitzsch 1980, p193.

56 Tisserand 2001, p. 52.

57 Adam 2008, p. 93.

58 Tisserand 2001, p. 52.

59 Duvauchelle 2005, p. 92.

60 Duvauchelle 2005, p. 35.

61 DAGR s.v. Securis (A.J. Reinach), p. 1165 ; s.v. Tigniarius (V. Chapot), p. 333.

62 Pour plus de détails sur les fonctions des haches, voir Boucard 1998.

63 Ces œillères avancées pourraient être une caractéristique régionale. Elles sont en effet morphologiquement différentes de celles publiées ailleurs.

64 Duvauchelle 2005, p. 39.

65 Adam 2008, p. 93.

66 Audin, Couchoud 1954, p. 21.

67 Elle est appelée aussi l’« ascia mallia » (Duval 1989, p. 491).

68 Ginouvès, Martin 1985, p. 70.

69 Duval 1989, p. 491.

70 Audin, Couchoud 1954, p. 18-29.

71 Adam 2008, p. 101.

72 Adam 2008, p. 101.

73 Camporeale 2008.

74 Des traces de gradine sont visibles sur plusieurs monuments de Cuicul : les Grands Thermes, la maison de Bacchus, le marché des Cosinii, le Capitole, et sur quelques blocs en remploi dans le rempart à l’ouest du quartier occidental et dans le quartier chrétien (observation personnelle).

a Abert et alii 2013 ; Spain 2015 ; Feugère 2018.

b Cet indice « est gradué de 1 à 14 en progression continue, des pierres les plus faciles à tailler jusqu’aux plus difficiles, dans le cadre des technique traditionnelles » (Bessac 2002, p. 190).

c AFNOR : association française de normalisation.

d Bessac 1986, Guillaumet 2003.

e Jacobi 1974.

f DeLaine 1997.

g Ballu 1923, p. 40 ; fiche d’inventaire, 1996, n° 345.

h Fiche d’inventaire, 1996, n° 345.

i Bessac 1993, p. 25.

j Ballu 1923, p. 40 ; fiche d’inventaire, 1996, n° 344.

k Ballu 1923, p. 40.

l Fiche d’inventaire, 1996, n° 359.

m Christofle 1936 ; de Crésolles 1937.

n Il est très probable qu’il appartenait à l’un des outils cités par M. Christofle et A.-M. de Crésolles dans les rapports de fouilles de 1936.

o Renseignements fournis par J.-Cl. Bessac, que je remercie.

p La fiche d’inventaire n° 356 indique que les objets nos 67911 proviennent des fouilles du site sans aucune autre précision tandis que M. Akli Ikherbane (2008, p. 151) précise qu’ils ont été trouvés dans le quartier chrétien.

q Les objets 679 et 11 ont été identifiés comme étant des burins et sont décrits de cette façon dans l’inventaire du musée : « 4 burins dont trois sont pointus et un autre à extrémité mousse (plate) ». Le burin sert au travail du métal ou du bois. Les outils nos 67911 ont bien servi quant à eux à travailler la pierre. Leur morphologie les rend très semblables à ceux utilisés pour le travail du bois, d’où la difficulté de les distinguer (Bessac 1993, p. 111 et 126 et Tisserand 2001, p. 33).

r Bessac 1993, p. 108.

s Cf. supra, note 91.

t Duvauchelle 2005, p. 63.

u Cet objet pourrait correspondre à l’outil trouvé par Y. Allais dans le temple anonyme situé à l’est du temple Septimien et qu’elle décrit comme un ciseau à froid d’une longueur de 15,5 cm (Journal de fouilles, mars-avril 1943, p. 16).

v Cf. supra, note 91.

w Bessac 1993, p. 127.

x Cf. supra, note 91.

y Manning 1985, p. 26.

z L’outil provient de l’un des trois secteurs du quartier chrétien, fouillés par A. Ballu en 1922.

aa Ballu dans son rapport écrit : « levier de 1,16 m de longueur » et M. Akli Ikherbane (2008, fiche n° IMD 47) indique, de façon erronée, que le diamètre du levier fait 11 cm.

ab Akli Ikherbane 2008, p. 152.

ac Sur cet outil, voir Zugmeyer, Badie 2012, p. 107-115.

ad Fiche d’inventaire, 1996. Le contexte est indiqué sans aucune précision : site de Djemila.

ae Fiche d’inventaire, 1996, n° 265.

af Adam 2008, p. 44.

ag Martin 1965, p. 184 ; Orlandos 1968, p. 61.

ah Fiche d’inventaire, 1996, n° 360.

ai Cet outil relève d’un type attesté à Aquilée (cf. Gaitzsch 1980, p139).

aj Gaitzsch 1980, p139.

ak Les deux haches-pics que nous décrivons ici appartiennent peut-être aux objets découverts pendant les fouilles de 1936 dans le « trou » déjà mentionné plus haut et seraient alors signalées parmi les pioches (supra, note 14).

al Cf. supra, note 111.

am Christofle 1933-1936, p. 320.

an Fiche d’inventaire, 1996, n° 348.

ao Selon la dénomination des parties des haches établie par M. Pietsch (1983, p. 9, fig. 2).

ap Respectivement : fiche d’inventaire, 1996, n° 359 et M. Akli Ikherbane (2008, p. 151).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Plan du site de Djemila dix ans avant la fin des investigations
Crédits d’après Leschi 1949 (Aix-Marseille Université/CNRS – Centre Camille Jullian – Archives)
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/1236/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 653k
Titre Fig. 1 : Coin d’équarrissage de la pierre
Légende a) Coin d’équarrissage de la pierre, musée de Djemila. b) Emboîture pour enfoncer les coins sur un bloc (maison aux Petits Bassins)
Crédits dessins et cliché A. Belhout
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/1236/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 659k
Titre Fig. 2 : Têtu palard
Légende a) Têtu-palard, musée de Djemila. b) Taille bossagée exécutée au moyen d’un têtu-palard (maison de Bacchus)
Crédits dessins et cliché A. Belhout
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/1236/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 724k
Titre Fig. 3 : Pic-taillant
Légende a) Pic taillant, musée de Djemila. b) Taille piquetée exécutée au moyen d’un pic-taillant (portique Sud de la place des Sévères)
Crédits dessin et cliché A. Belhout
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/1236/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 970k
Titre Fig. 4 : Polka
Crédits musée de Djemila (dessins et cliché A. Belhout)
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/1236/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 484k
Titre Fig. 5 : Polka
Crédits musée de Djemila (dessins et cliché A. Belhout)
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/1236/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 655k
Titre Fig. 6 : Broche de tailleur de pierre
Légende a) Broche du tailleur de pierre, musée de Djemila. b) Taille brochée exécutée au moyen d’une broche (portique Est de la place des Sévères)
Crédits dessins et cliché A. Belhout
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/1236/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 785k
Titre Fig. 7 : Ciseau droit
Légende a) Ciseau droit, musée de Djemila, b) Taille en chevrons sur un bloc (jardin lapidaire du musée)
Crédits dessins et cliché A. Belhout
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/1236/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 963k
Titre Fig. 8 : Ciseau droit
Crédits musée de Djemila (dessins et cliché A. Belhout)
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/1236/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 351k
Titre Fig. 9 : Bédane
Crédits musée de Djemila (dessins et cliché A. Belhout)
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/1236/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 447k
Titre Fig. 10 : Bédane
Crédits musée de Djemila (dessins et cliché A. Belhout)
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/1236/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 424k
Titre Fig. 11 : Mèche de foret
Légende a) Mèche de foret, musée de Djemila. b) Trous exécutés au moyen d’une mèche de foret sur un bloc (Capitole)
Crédits dessins et cliché A. Belhout
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/1236/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 952k
Titre Fig. 12 : Levier de tailleur de pierre
Légende a) Levier de tailleur de pierre, musée de Djemila. b) Cavités de levier sur un bloc. (Grands Thermes)
Crédits dessins et cliché A. Belhout
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/1236/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 855k
Titre Fig. 13 : Équerre-niveau
Légende a) Équerre-niveau, musée de Djemila. b) Représentation figurée d’une équerre-niveau sur un bloc en remploi (cheminement au sud du jardin lapidaire du musée)
Crédits dessins et cliché A. Belhout
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/1236/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 804k
Titre Fig. 14 : Truelle de maçon
Crédits musée de Djemila (dessins et cliché A. Belhout)
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/1236/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 452k
Titre Fig. 15 : Hache-pic
Crédits musée de Djemila (dessins et cliché A. Belhout)
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/1236/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 650k
Titre Fig. 16 : Hache-pic
Crédits musée de Djemila (dessins et cliché A. Belhout)
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/1236/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 600k
Titre Fig. 17 : Hache
Crédits musée de Djemila (dessins et cliché A. Belhout)
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/1236/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 891k
Titre Fig. 18 : Hache
Crédits musée de Djemila (dessins et cliché A. Belhout)
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/1236/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 826k
Titre Fig. 19 : Hache
Crédits musée de Djemila (dessins et cliché A. Belhout)
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/1236/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 733k
Titre Fig. 20 : Hache
Crédits musée de Djemila (dessins et cliché A. Belhout)
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/1236/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 732k
Titre Fig. 21 : Coin pour fendre le bois
Crédits musée de Djemila (dessins et cliché A. Belhout)
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/1236/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 653k
Titre Fig. 22 : Herminette à marteau
Crédits musée de Djemila (dessins et cliché A. Belhout)
URL http://journals.openedition.org/antafr/docannexe/image/1236/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 494k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Amira Belhout, « Construire dans l’Antiquité »Antiquités africaines, 55 | 2019, 151-182.

Référence électronique

Amira Belhout, « Construire dans l’Antiquité »Antiquités africaines [En ligne], 55 | 2019, mis en ligne le 24 avril 2020, consulté le 02 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/antafr/1236 ; DOI : https://doi.org/10.4000/antafr.1236

Haut de page

Auteur

Amira Belhout

Doctorante, Laboratoire Ville, Patrimoine urbain et paysager / Université Badji-Mokhtar, Annaba, Algérie, Laboratoire Orient et Méditerranée, UMR 8167 / École pratique des Hautes Études

Haut de page

Droits d’auteur

Antiquités africaines

Haut de page
  • Logo Centre Camille Jullian
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Logo CNRS Éditions
  • OpenEdition Journals